Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recherche - QRCode

mercredi 20 février 2013

D'autres QRCodes littéraires dans le métro

Après l'initiative roumaine de proposer un accès à la librairie numérique de Vodaphone Roumanie dans le métro déjà signalée la semaine dernière, voilà que je tombe sur une initiative semblable proposée cette fois pour la célèbre New York Public Library.

Si j'ai bien compris, il ne s'agit pas d'un véritable projet, ou plus exactement, l'idée n'a pas réellement été mise en œuvre. L'image vous renvoie vers une vidéo promotionnelle réalisée dans le cadre d'un travail universitaire par un groupe d'étudiant en école de management de Miami.

Now that the internet is available almost anywhere, people are able to do “instant research” to learn about anything on their smartphones. The New York Public Library wants to remind New Yorkers that they are still a valuable resource, and a free service.

NYPL wants to take your usual subway ads and make them into something fun and entertaining. They want to give New Yorkers something productive to do on the subway instead of their everyday people watching.

New Yorkers will be given a free digital book sample to read on their way to work. Once finished they will be informed of the closest libraries so they could finish their story.

L'idée est donc que la bibliothèque achète des espaces publicitaires dans le métro qui permettraient aux usagers de lire des titres issus des collections de la bibliothèque. Dans le scénario développé, les passagers peuvent télécharger par NFC un extrait d'une dizaine de pages de l'ouvrage voulu puis, une fois sortis du métro et donc qu'il leur est de nouveau possible de se connecter à internet, l'application géolocalise les bibliothèques de la NYPL pour permettre au futur usager de venir emprunter le titre entamé.

Une idée intéressante et peut-être plus accessible que de recouvrir entièrement les murs d'une station pour un établissement public...

mercredi 13 février 2013

Des QRCodes littéraires dans le métro

A Bucarest, les couloirs de la station de métro de la place Victoria (Piata Victoriei) sont constellés de livres. Oh, certes, pas de vrais livres, physiques, en papier, mais plutôt un gigantesque revêtement couvrant murs et plafond et figurant des ouvrages. Chaque dos propose un QRCode renvoyant vers une même bibliothèque numérique.

Cette bibliothèque souterraine, qui a dire vrai relève plutôt de la librairie puisque les extraits sont censés pousser les usagers à acheter les ouvrages après, est issue d'une collaboration entre l'éditeur Humanitas et l'opérateur Vodaphone Roumanie : une sorte de campagne marketing géante soulignant à la fois la puissance des données mobiles et l'importance de l'offre de ressources numériques.

L'idée initiale est donc de permettre aux usagers du métro de scanner un code, pendant qu'ils attendent leur rame, les renvoyant vers la Vodaphone digital library où ils ont accès à des extraits gratuits de 49 livres électroniques (aux formats epub et pdf) et 10 livres audio, qu'il peut ensuite acquérir à prix coûtant. Un cinquantième titre est gratuit : la version complète du classique Under the seal of mystery de l'écrivain roumain Mateiu I. Caragiale. Incidemment, le téléchargement est ouvert à tous, quelque soit l'opérateur des passants.

J'avoue. je suis conquis.

mardi 16 octobre 2012

Un pavé dans le QRCode

La municipalité de Lisbonne essaie de lier contenus numériques et patrimoine culturel. Pour ce faire, elle a utilisé les pavés des rues bordants ses principaux monuments pour y installer des QR Codes. Le projet, d'autant plus innovant qu'il a été mis en œuvre par l’une des dernières compagnies d’ouvriers du genre, alliant de fait technologies numérique et artisanat urbain, fait sensation dans la capitale portugaise.

Chaque code renvoie de fait à l'encyclopédie de la ville et propose des informations historiques et touristiques. Une initiative à rapprocher d'autres tentatives de géocaching et autres pratiques de tourisme numérique.

vendredi 25 mai 2012

Des badges et des livres

C'est probablement moi, mais je note depuis quelques mois le grand retour des badges. A moins qu'ils n'aient jamais réellement disparus de notre panoplie d'accessoires, ce qui est tout aussi possible.

Dans mon bureau, notamment, se trouvent plusieurs badges bibliocentrés achetés dans des boutiques en ligne ou sur des salons (dont celui du MOTif, "J'aime la Princesse de Clèves", un second "Super BIATOSS" offert par une collègue, et un badge promotionnel "I love London Libraries" reçu lors d'un voyage d'étude dans la capitale outre-manche).

Dernièrement, j'ai également reçu un autre badge avec un QRCode gentiment offert par les bibliothécaires stagiaires en formation cette année -attention la compétition est lancée pour les promotions suivantes !- accompagné d'un magnet lui-même orné d'un autre QRCode. J'espère que les prises de poste se déroulent bien pour tout le monde.

Bref, tout cela pour dire que je suis tombé récemment vers une autre boutique qui vend des badges bibliocentrés (au sens grec du terme, et donc renvoyant au monde du livre de manière large) dont les sentences m'ont tellement amusé que je me fais une joie de les partager avec vous.

Dites, j'espère que les badges reviennent à la mode parce que j'ai une furieuse envie de faire des emplettes...

jeudi 30 juin 2011

Bibliothèques et terminaux mobiles

Mi-juin, j'ai proposé dans un stage de formation continue une intervention sur les usages possibles, en bibliothèque, des terminaux mobiles

Mon intervention était proposée en plusieurs temps : ainsi, après avoir précisé le champs de l'intervention (Typologie de terminaux mobiles ; Usages et usagers ; L’offre aujourd’hui en matière culturelle), et avoir précisé quelques points (différence entre un site mobile et une application par exemple), j'ai dressé un panorama de ce qui se faisait à partir d'un terminal mobile (Quels ressources pour quels services ?) en terminant par des points plus spécifiques à ce genre de terminal (usages des QRCodes, géolocalisation et géoréférencement, réalité augmentée). Vous trouverez en dessous le plan de l'intervention

1. De quoi parle-t-on ?

  1. Typologie de terminaux mobiles
  2. Usages et usagers
  3. L’offre aujourd’hui

2. Projeter une présence mobile

  1. Une stratégie globale
  2. Par quoi commencer ?
  3. Application ou site mobile ?

3. Quels ressources pour quels services ?

  1. Informations pratiques
  2. Ressources et catalogue
  3. Services mobiles

4. Le mobile, outil de médiation

  1. Le QR Code
  2. La géolocalisation
  3. La réalité augmentée

Mon propos n'était pas de rentrer dans des considérations techniques. Je ne suis pas technicien, encore moins développeur. Il s'agissait surtout de revenir sur ce qu'il était possible de faire et dans quel cadre. Mon propos pèche pourtant je pense sur plusieurs aspects : j'aurais voulu plus insister sur le côté gestion de projet (mais ce côté est indépendant du thème en lui-même) et donc revenir sur les points essentiels à aborder dans un cahier des charges. Enfin, encore une fois, le propos était surtout de clarifier un peu le sujet pour les stagiaires. 

J'espère qu'il vous sera tout autant utile (cliquer sur l'image)

Si le lien sur l'image ne fonctionne pas, j'ai déposé le diaporama sur mon compte Slideo à l'adresse : http://www.slideo.com/article/details/articleId/2906
(slideo parce que Slideshare ne marchait pas lorsque j'ai voulu le télécharger sur cette autre plateforme).

mercredi 9 mars 2011

40 exemples d'utilisation des QRcodes en classe

C'est un document trouvé en ligne et proposé par Carol Mortensen sur son blog MyWeb4Ed. Le document se présente comme un diaporama listant et expliquant les utilisation suivantes de QR Codes en classe. Chaque proposition (que j'essaie laborieusement de regrouper ici en grandes thématiques) émane d'un enseignant qui a, lui, mis en place la solution dans sa classe : 

Une école propose de nombreux usages de ces codes barres 2D et a même réalisé une vidéo de présentation de tous ces usages :

Black & White and Scanned All Over

Mais le diaporama collectif va plus loin qui liste de nombreux autres exemples.

1. d'un point de vue technique :

  1. Utiliser un générateur de QRCode, installer un lecteur, utiliser les URL courtes (qui réduisent d'autant la taille du code)
  2. Utiliser Snap.vu pour changer complètement le contenu d'un QR Code
  3. Disséminer les Codes dans leslieux d'apprentissages
  4. Offrir un accès immédiat au réseau internet en scannant un code comprenant la SSID, le mot de passe et le type de réseau supporté.
  5. Utiliser QR Stuff pour créer des QRcodes de couleur afin de donner des codes couleurs aux informations ou thèmes vers lesquels vous renvoyez.
  6. Utiliser Jumpscan contact pour intégrer automatique les contacts et l'identité numérique de quelqu'un dans son téléphone
  7. Utiliser des logiciels comme icandy pour utiliser les QRcodes depuis vos ordinateurs
  8. Utiliser les QRcodes comme moyens d'identification pour entrer dans un site internet (le code conserve l'identifiant et le mot de passe)
2. Pour promouvoir des événements :
  1. Promouvoir les événements de la bibliothèque (Teen Read Week)
  2. Promouvoir des événements de l'école, permettant de donner des informations sensibles aux élèves de façon privée (annonces sur la santé sexuelle par exemple)
  3. Disséminer des codes dans toute l'école créant un "parcours virtuel" renvoyant vers les missions de l'école dans l'entrée, le spectacle de fin d'année sous le préau, des réalisations d'élèves devant chaque classe etc.
  4. Rendre interactives les expositions en renvoyant vers un making-of en ligne, un fomulaire de feedback en ligne, des commentaires d'élèves, plus d'informations etc.
  5. Proposer un jeu de piste,
  6. Inventer une "histoire dont vous êtes le héros" sous forme de QRcode
3. En compléments pédagogiques:
  1. Joindre des codes dans des documents de travail indiquant aux élèves où trouver les réponses aux questions posées
  2. Voter en utilisant Twitter tool
  3. Compléter le contenu informationnel des documents en renvoyant vers des vidéos en ligne (exemple) ou autres sources d'informations
  4. Partager les ressources entre élèves à partir du site web
  5. Renvoyer vers des sites mobiles qui proposent de l'information utile
  6. Renvoyer vers un outils de graphe en ligne où les élèves retrouvent les données pour remplir un tableau
  7. Proposer des tutoriels pour résoudre les problèmes de maths
  8. Faire en renvoi depuis le cahier de l'élève vers les billets de blog -ou d'outils de publication en ligne- de la classe
  9. Renvoyer vers des énoncés d'objectifs audio ou vidéos pour des élèves qui ne savent pas ou ont des difficultés de lecture afin de leur rappeler clairement les objectifs des lieux ou des exercices.
  10. Utiliser des QRcodes comme des codes barres de produits dans des classes sur l'économie dans la société.
  11. Renvoyer vers une prononciation correcte des mots de vocabulaire en cours de langue
  12. Renvoyer vers google map en géographie
  13. A partir d'objets physiques renvoyer vers des modélisations numériques
  14. Renvoyer vers des vidéos de manipulations en Chimie
4. D'un point de vue informationnel :
  1. Proposer des renvois vers les bandes annonces de livres, une conférence/présentation du livre en podcast, une critique, une bibliographie au dos des ouvrages de la bibliothèque
  2. Renvoyer vers une galerie d'œuvres en ligne pour compléter le journal de l'école

mercredi 22 septembre 2010

Entre la page et l'écran

Entre la page et l'écran, Between Page and Screen, est un poème en réalité augmentée composé par Amaranth Borsuk et programmé par Brad Bouse  :

This chapbook, written by Amaranth Borsuk and programmed by Brad Bouse, integrates the artist's book and e-poetry traditions to examine the conventions by which we know an object as a book. It aspires to fulfill both Johanna Drucker's definition of the artist's book and Katherine Hayles' concept of the technotext, both of which interrogate the materials of their own creation. This letterpress-printed and hand-bound chapbook interrogates, yet takes part in, the reverence for hand-made books in an era when literature is becoming more widely available in screen-based digital formats.

Le livre imprimé ne contient pas de texte sinon d'étranges formes géométriques qui sont autant de QRCode. Il faut alors pour le lecteur présenter le livre à sa webcam pour que le logiciel détecte les marqueurs et affiche des animations de mots à l'écran.

Les poèmes forment une correspondance entre deux amants, P. et S., mais n'existent ni à l'écran, ni sur la page. Ils ne sont accessibles qu'en réalité augmentée, dans un entre-deux intangible et nécessitant pourtant à la fois page et écran.


vendredi 8 janvier 2010

anonymat et QR codes

On a beaucoup parlé d'anonymat sur les blogs, et notamment les blogs professionnels. C'est une question récurrente, peut-être moins ces dernières années (bien que Lully ait publié un billet cet automne sur le sujet) mais qui avait connu son heure de gloire il y a deux ans après la publication d'un article dans le Bulletin des bibliothèques de France rédigé par Nicolas Morin et Marlène Delhaye intitulé : "Un panorama de la biblioblogosphère francophone à la fin de 2006". Ils y pourfendaient la notion d'anonymat dans les biblioblogs et chacun alors d'y aller de sa plume et entrer dans le débat. Ce blog, d'ailleurs, n'a pas fait figure d'exception.

Afin d'y mettre un terme, je me dévoile et vous communique mes coordonnées professionnelles. Enfin, presque. C'est surtout pour moi l'occasion d'utiliser un nouveau jouet : un générateur de QR codes, Quick Response Code , une sorte de code-barres carré, déjà évoqués à plusieurs reprises sur Vagabondages.


Le générateur permet de créer un pictogramme pour organiser un événement, donner des informations sur un contact, donner une simple adresse de courrier électronique, un numéro de téléphone, un message SMS, du texte, une URL ou encore spécifier une géolocalisation. Même Google s'y met et propose son générateur perso : Zebra crossing.

Vous imaginez une "soirée facteur" (où quel que soit le nom qu'on apporte à ces soirées de rencontres entre célibataires) où les participants porteraient des t-shirts avec des pictogrammes mentionnant leurs numéro de téléphone ?

L'idée est donc plus généralement d'offrir des informations supplémentaires sur un produit ou un service -certaines municipalités se sont emparées de l'outil comme à Manor, au Texas (pdf)- et les bibliothèques outre-atlantique commencent à se pencher sur le phénomène. C'est le cas notamment dans les bibliothèques publiques de Sacramento et de Dover Town.

Chris Freeman, bibliothécaire à la Sacramento Public Library explique sur son blog, The Civil Librarian, que : "On our library blog, Grand Central, we now have a QR code posted in the sidebar that, when scanned, will load the contact information for our SMS reference service directly into the user's phone. Pretty cool!". En scannant le pictogramme, l'application de texto s'ouvre avec le numéro SMS de leur service de référence à distance. L'annonce date de cet été. Un mois plus tard, les QR Codes faisaient leur apparition sur les cartes de visites des personnels : en scannant cette dernière, les contacts peuvent importer directement toutes les informations professionnels dans leur liste de contact. Générer le code n'est pas compliqué, l'imprimer non plus grâce à QR stuff (je sens que je vais adorer cela).



Dans le Massachusetts, Dover Town Library a un autre usage des ces petits codes. Il s'agit cette fois de proposer des petites énigmes, de petits jeux (le code se trouve notamment sur le portail enfant) en jouant sur le côté devinette. Ainsi, sous l'accroche "Scan the QRCode and get ready for lots of reading fun! Learn more about this at the Library!" la bibliothèque a d'abord fait une pub autour de leur programme estival de lecture (summer reading website) et le code alors délivrait le texte... allez, je vous laisse le découvrir vous-même ci-dessous.

Actuellement, le code cache le texte : "Best wishes for a great 2010 !

Encore une nouvelle technologie à suivre et qui me paraît prometteuse. Proposer une adresse mail pour accéder directement aux contenus en ligne à partir de son téléphone, des informations de contact ou encore un texte sont autant d'applications qui demandent à être reprises et approfondies par nos établissements. Et puis, comme le dirait Chris Freeman : "Pretty cool, isn't it ?"