Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bibliothèques - divertissement

Fil des billets

mardi 6 janvier 2015

2015 : The Ultimate Reading Challenge !

Meilleurs voeux pour cette nouvelle année !

Si vous aviez prévu dans vos nouvelles résolutions de lire toujours autant, sachez que le site américain Popsugar -un webmagazine féminin ("everything women loves, all in one place")- propose un défi à ses lecteurs  et ses lectrices (dans tous les sens du terme) :

Book-lovers, start your reading engines. If one of your New Year's resolutions is to read more books in 2015, get started now with our ultimate reading challenge. From a book your mom loves to a book with a love triangle, we're giving you a wide range of reads, spanning eras and genres, instead of specific books. You don't have to read all 50 books (technically 52, since one is a trilogy), but it's a fun incentive to diversify your reading — you may be surprised by what you find you enjoy!

L'idée est simple : pour faciliter la recherche d'ouvrages, le site liste une série de cinquante critères censés vous guider dans vos recherches et diversifier vos lectures. Parmi ceux-ci : un livre dont l'action se déroule dans votre ville, un roman graphique, un titre que vous étiez censé lire au collège mais que vous n'avez pas ouvert, un livre dont l'auteur n'a pas trente ans, une trilogie, etc. Autant de détails qui rendent la lecture plus ludique. Le site propose de consulter un site de lecture sociale comme Goodreads pour trouver tous ces titres, mais à dire vrai, une bibliothèque ferait tout autant l'affaire, non ?

Quoiqu'il en soit, c'est une idée d'animation et de prescription qui me plaît. Pas vous ?

lundi 22 décembre 2014

Joyeuses fêtes de fin d'année

À la fin de l'année, les bibliothèques voient de plus en plus pousser des sapins décorés entièrement faits de livres.


Pour la première fois, en revanche, voilà que je suis tombé sur des bonshommes de neige. D'abord, de simples décorations, pourtant très bien faites comme ici à la Mcallen Public library en 2013 (d'autres étagères étaient décorées en cadeaux, ou en ours blanc),

...ils prennent cette année plus de consistance.

Regardez ce premier exemple, proposé par Sonja Shulz, bibliothécaire dans une école au Texas et blogueuse. Pas forcément pratique pour retrouver des ouvrages particuliers mais indéniablement créatif.  

Et puis le bonhomme essaie de s'affranchir des étagères et de vivre sa vie. À la bibliothèque de New York Mills dans le Minnesota, ce sont des livres recouverts de feuilles blanches A4 qui le dessinent :

tandis qu'à la bibliothèque scolaire de Roch Hill, Ironton, Ohio, on a carrément récupéré les ramettes entières de papier. Ceci étant, il n'est pas si innocent qu'il en a l'air et ne vous fiez pas à son air bonhomme (de neige, évidemment) : il cache plus d'un crime sous son chapeau, c'est moi qui vous le dis. 


Joyeuses fêtes de fin d'année à chacune et chacun.

mardi 12 mars 2013

La mallette du petit bibliothécaire

Sur son blog de créations, Mari Richards, présente -et vend accessoirement- une mallette pour jouer au bibliothécaire. Si vos enfants s'ennuient et en ont marre de jouer à la dinette, pourquoi ne pas leur offrir ce kit permettant, explique-t-elle, de rester en contact avec "de bons gros livres en papier qui respirent l'encre".

Comme vous le voyez ci-dessous, la mallette contient des fiches en carton pour y écrire la date de retour, des distinctions récompensant les meilleurs lecteurs, des cartes de lecteurs, un carnet où inscrire ses lectures, des autocollants, des pochettes pour ranger le tout et même des lettres de rappel.

C'est trop mignon :/

Je suis personnellement partagé entre l'amusement et la lassitude devant la représentation un peu datée du métier, mais je vais opter pour le premier. C'est un bon début quand on ne veut utiliser que du papier.

mercredi 13 février 2013

Des QRCodes littéraires dans le métro

A Bucarest, les couloirs de la station de métro de la place Victoria (Piata Victoriei) sont constellés de livres. Oh, certes, pas de vrais livres, physiques, en papier, mais plutôt un gigantesque revêtement couvrant murs et plafond et figurant des ouvrages. Chaque dos propose un QRCode renvoyant vers une même bibliothèque numérique.

Cette bibliothèque souterraine, qui a dire vrai relève plutôt de la librairie puisque les extraits sont censés pousser les usagers à acheter les ouvrages après, est issue d'une collaboration entre l'éditeur Humanitas et l'opérateur Vodaphone Roumanie : une sorte de campagne marketing géante soulignant à la fois la puissance des données mobiles et l'importance de l'offre de ressources numériques.

L'idée initiale est donc de permettre aux usagers du métro de scanner un code, pendant qu'ils attendent leur rame, les renvoyant vers la Vodaphone digital library où ils ont accès à des extraits gratuits de 49 livres électroniques (aux formats epub et pdf) et 10 livres audio, qu'il peut ensuite acquérir à prix coûtant. Un cinquantième titre est gratuit : la version complète du classique Under the seal of mystery de l'écrivain roumain Mateiu I. Caragiale. Incidemment, le téléchargement est ouvert à tous, quelque soit l'opérateur des passants.

J'avoue. je suis conquis.

jeudi 13 décembre 2012

Calendriers de l'avent en bibliothèque

D'habitude, j'attends la nouvelle année pour proposer un billet sur les calendriers de bibliothécaires, mais cette année, je vais changer et proposer, avant qu'il ne soit définitivement trop tard, un aperçu de ce que les collègues proposent comme calendriers de l'avent. 

1. calendriers physiques

Nous trouvons dans un premier temps, des calendriers de l'avent physique. C'est le cas notamment à la bibliothèque des 4-AS à Belfort où est proposé une installation construite par une artiste qui travaille sur du textile. Elle propose ainsi 24 boîtes, empilées les unes sur les autres et qui découvrent autant de petits dioramas, mises en scène, illustrant des contes. L’installation est faite à partir d’objets de récupération, valise, boîtes en bois, tiroirs, petits meubles où prennent place les petits personnages des contes. L’exposition restera en place jusqu’au 5 janvier.

Émilie Angebault, illustratrice depuis 2004, aime travailler le papier, le tissu, le bois. Elle a installé elle-même son calendrier de l’avent à la bibliothèque. Photo Dominique Lhomme

copyright Le Pays

C'est le cas par exemple au SCD de Lyon 2 qui propose, sur une initiative de trois étudiants du Master 2 Traduction Littéraire et Édition Critique (TLEC) de faire découvrir la littérature actuelle espagnole en publiant, tous les jours, des citations d'un écrivain espagnol vivant, ainsi que sa traduction en français. Ce calendrier de l'avent littéraire est diffusé dans la BU.

Le site indique qu'il s'agit d'une expo, donc les citations doivent être affichées sur des panneaux idoines, à moins que ce ne soit à partir d'écrans.

2. calendriers numériques

L'an dernier, on retrouvait plutôt des calendriers de l'avent numérique.

Ainsi, en 2011, la médiathèque départementale du Haut-Rhin avait ainsi proposé ainsi chaque jour dans une petite vidéo de présentation un court-métrage dont la scène se déroule dans une bibliothèque de son réseau. 

C'était le cas également avec le Banned Books Advent Calendar proposé par plusieurs bibliothèques nationales (d'Ecosse, des Pays-Bas, de Finlande), par des organisations (ALA, FAIFE, Europeana). Il s'agissait alors de présenter des titres qui avaient subi une forme de censure ou de rejet dans des établissements et que les bibliothécaires souhaitaient  justement mettre en valeur. 

Une idée qui a été reprise aujourd'hui dans la bibliothèque de Stockholm notamment où chaque jour est présentée une histoire et une présentation de la bibliothèque et de ses services sous forme d'une petite vidéo. Le canal Viméo utilisé est initialement le canal de la section jeunesse. Le contenu des vidéos doit donc leur être dédié.

Autre exemple, celui de la bibliothèque universitaire de Lincoln (uk) qui propose un calendrier de l'avent tout simple mais efficace présentant chaque jour une petite info pratique sur la bibliothèque, ses services, ses collections et ses modalités. 

[mise à jour du 17/12]
Dans les commentaires, on me signale le calendrier proposé par la BDP 39 (Jura) qui propose un calendrier simple mais efficace où chaque case renvoie vers une sélection de coups de cœur proposée de l'équipe de la médiathèque.

[/mise à jour]

Bien sûr, difficile de parler de calendrier de l'avent sans évoquer le calendrier du Collectif récemment créé Savoirs COM1 qui vous propose de découvrir, comme il se doit, un ou une auteur-e, un-e artiste dont les ouvrages rejoindront dès l’an prochainle domaine public, ce que le collectif appelle plus largement "nos biens communs de la connaissance".

Chaque jour, une nouvelle raison de se réjouir car des oeuvres premettront -et ce, dès le nouvel an- à l’ensemble des humain-e-s de se cultiver, s’éduquer, se faire rêver s’enrichir ou s’inspirer en toute liberté.

(Et sinon, vous avez participé au projet de Cat librarian calendar 2013 ?...)

vendredi 25 mai 2012

Des badges et des livres

C'est probablement moi, mais je note depuis quelques mois le grand retour des badges. A moins qu'ils n'aient jamais réellement disparus de notre panoplie d'accessoires, ce qui est tout aussi possible.

Dans mon bureau, notamment, se trouvent plusieurs badges bibliocentrés achetés dans des boutiques en ligne ou sur des salons (dont celui du MOTif, "J'aime la Princesse de Clèves", un second "Super BIATOSS" offert par une collègue, et un badge promotionnel "I love London Libraries" reçu lors d'un voyage d'étude dans la capitale outre-manche).

Dernièrement, j'ai également reçu un autre badge avec un QRCode gentiment offert par les bibliothécaires stagiaires en formation cette année -attention la compétition est lancée pour les promotions suivantes !- accompagné d'un magnet lui-même orné d'un autre QRCode. J'espère que les prises de poste se déroulent bien pour tout le monde.

Bref, tout cela pour dire que je suis tombé récemment vers une autre boutique qui vend des badges bibliocentrés (au sens grec du terme, et donc renvoyant au monde du livre de manière large) dont les sentences m'ont tellement amusé que je me fais une joie de les partager avec vous.

Dites, j'espère que les badges reviennent à la mode parce que j'ai une furieuse envie de faire des emplettes...

samedi 24 décembre 2011

Décorations en bibliothèque

Décorer un sapin, c'est toute une histoire, mais ce peut être drôlement amusant si on veut faire quelque chose d'un peu original. Sur son blog, Big red bow, Virginia Allain, une bibliothécaire retraitée nous propose ces petits trucs pour personnaliser vos décorations de Noël.

Son premier conseil est de ne pas décorer le sapin seuls, mais plutôt d'en profiter pour faire participer la communauté des usagers. Pas forcément tout le monde, ni de manière complètement ouverte, mais plutôt de définir chaque année un groupe qui sera amené à vous aider dans cette difficile tâche : des écoliers, un groupe de retraité, une MJC, une association quelconque ou de manière plus informelle un groupe sur invitation et inscription. Bien sûr, cela demande de la préparation, de prévoir et prévenir le groupe dès octobre et de tout préparer en amont mais, avec la publicité engendrée (retours sur le site internet, photos du groupe en train de décorer, article dans la lettre de diffusion sur le choix des décorations...) cela ne peut qu'avoir des retombées bénéfiques.

Ces décorations justement peuvent avoir été créées par les usagers eux-mêmes. C'est sympa d'avoir toujours les mêmes guirlandes mais si vous mettez en place des décorations de papiers créées lors d'ateliers de la section jeunesse, ces derniers seront tout heureux de voir ensuite leurs créations accrochées au sapin.

Certaines bibliothèques américaines en ont profité pour lever des fonds : la première en décorant trois sapins et vendant des tickets pour élire le plus beau. La seconde en demandant aux usagers de venir déposer des gants et des écharpes qui ont ensuite été redistribués à des associations de charités.

Enfin, et afin de donner une orientation toute littéraire à ce sapin, d'autres établissements n'hésitent pas à proposer comme décorations des personnages de littérature (Amazon en vend quelques uns) : Georges le singe curieux, les personnages du Grinch, du magicien d'Oz, d'Alice au Pays des Merveilles, de Winnie l'Ourson existent sous forme de personnages à pendre aux branches du sapin mais quand bien même ce ne serait pas le cas, rien ne vous empêchent de créer vos propres représentations à partir de jouets ou de papiers.

Quant aux cadeaux...

vendredi 2 septembre 2011

Les FRBR sur RéVOdoc

Le catalogue de la BDP du Val d'Oise intègre désormais les FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Spécifications fonctionnelles des notices bibliographiques), un modèle conceptuel de données bibliographiques élaboré par un groupe d’experts de l’IFLA dans les années 90.

Mme Crépin, célèbre usager de la BDP veut lire "Crimes et Châtiments" mais le catalogue affiche près de 60 pages de notices. Comment faire pour la guider au milieu de tous ces doublons ? Heureusement, la fée RBR est là.


Sketch: RBR par CGValdOise

Un sketch avec, entre autres, la star des bibliothèques, Dominique Lahary.

Précisons que FRBR n'est pas un ISBD ni même code de catalogage. Les FRBR se situant au niveau conceptuel, n’ont aucun caractère prescriptif, et ne vous disent pas comment enregistrer l’information bibliographique dans la pratique quotidienne. D'où l'intérêt de RDA (Ressources : Description et Accès).

La BDP du Val d'Oise n'en est pas à son premier essai, en témoigne le sketch ci-dessous qui présente le catalogue RéVOdoc et la réserve départementale de prêt.

Quand la BDP revisite un genre : l'infodivertissement !


Sketch: RéVOdoc par CGValdOise

dimanche 3 juillet 2011

122 ans de retard !

J'adore ce genre d'anecdote :

« Les plantes insectivores », de Charles Darwin, avait été emprunté à la bibliothèque de l’Ecole des arts de Camden, près de Sydney, en 1889. Il a été rendu début juin à la bibliothèque, qui appartient à présent à la municipalité de Camden.

(...)


L’ouvrage a fait partie pendant cinquante ans de la collection d’un vétérinaire désormais à la retraite, Ron Hyne. Il a donné le livre, avec d’autres, à l’université de Sydney le mois dernier.

L’université a alors découvert le tampon signalant qu’il avait été emprunté à la bibliothèque de Camden et a décidé de retourner l’ouvrage, avec quelque 122 ans de retard.

(...)

Selon Linda Campbell, le livre, qui compte plusieurs illustrations de plantes en noir et blanc, est en excellente condition au regard de son âge.

Les autorités n’ont pas encore demandé d’expertise sur sa valeur financière.

Le livre pourra être consulté mais ne pourra plus désormais être emprunté.

source : azygma.be

vendredi 1 juillet 2011

Secrets des usagers de bibliothèque

Connaissez-vous le site PostSecret ? Il s'agit d'un projet artistique américain reposant sur la publication des secrets des gens. Sa succursale française nous explique ainsi la génèse du projet :

PostSecret a été créé en 2004 par Frank Warren, un américain originaire de Washington, D.C.Il l’a commencé en distribuant 3.000 cartes postales en demandant aux gens dans le métro de partager un secret avec lui de façon anonyme et créative pourvu que le secret soit vrai et qu’ils ne l’aient partagé avec personne.

150 personnes environ ont répondu en envoyant leur secret le plus personnel à Frank.« Mon projet s’arrêtait là » raconte Frank.« Mais les cartes continuaient à arriver, de partout. » Actuellement, PostSecret reçoit entre 1.000 et 2.000 secrets par semaine.

De fait, aujourd'hui, le blog continue régulièrement de publier les cartes reçues. En tant que lecteur, j'avoue me sentir mal à l'aise vis à vis de cette publication que je trouve un peu exhibitionniste, comme si on m'obligeait à entrer dans une intimité qui est parfois dérangeante (et parfois drôle). Bref,je ne le lis pas.

Je lis en revanche des blogs de bibliothécaires, et l'un d'entre eux s'est amusé à rechercher et republier des secrets concernant la bibliothèque. En voici quelques exemples :

Et vous, vous avez déjà trouvé ce genre de notes au retour des ouvrages ?

PS :

158.723 désigne les Job burnout m'informe WebDewey selon la logique suivante :

100 Philosophy & psychology
150     Psychology
152-158     Specific topics in psychology
158     Applied psychology
158.7  Industrial psychology
158.72  Job stress
158.723      Job burnout

- page 1 de 6