Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Culture et patrimoine

Fil des billets

vendredi 12 avril 2013

Versu la plateforme de Storytelling imaginée par les créateurs de Second Life

Les créateurs de second Life, Linden Lab, viennent d'ouvrir une nouvelle plateforme de StoryTelling appelée Versu.

Plus précisément, il s'agit de proposer une application  d'histoires courtes dans lesquelles les lecteurs peuvent incarner plusieurs personnage différents, avec chacun leurs pensées et réactions propres face aux événements. Une sorte de livre dont on est le héros amélioré où la personnalité des protagonistes se construit au fur et à mesure des choix du lecteur. A totu moment, le lecteur peut décider d'intervenir ou de ne rien faire, ce qui va influer également sur l'attitude des autres personnages dans l'histoire.

Les possibilités développées deviennent impressionnantes. On peut lire l'histoire du côté d'un protagoniste, puis en suivant le point de vue d'un second, ou refaire la même histoire en suivant des choix différents.

Versu commence lentement. Actuellement, seules quatre histoires sont disponibles, en anglais bien sûr. Deux histoires d'une durée de 30 à 45 minutes, deux histoires d'une durée de 5 à 10 minutes, histoire de se familiariser avec l'interface je suppose. De même, cette application est uniquement disponible dans l'AppStore d'Apple mais des versions pour Kindle et Android devraient bientôt suivre comme l'explique la créatrice Emily Short sur son blog.

Linden Lab essuie pas mal de difficultés depuis que la mode des univers virtuels a passé et l'entreprise qui a restreint les possibilités d'interactions dans son univers et relevé les tarifs de locations de ses îles. La concurrence également d'autres univers virtuels payants et libres (OSgrid, Kitely, Inworldz, FrancoGrid...) n'a probablement pas aidé ce développement mais l'entreprise américaine n'a pas réussi à profiter de cette émulation et voit son monde se tarir peu à peu, d'où des recherches actives de reconversion comme ce projet parmi d'autres. J'essaierai de revenir sur ce que devient SL dix ans après sa création.


mardi 15 janvier 2013

Où trouver des livres numériques ?

Petit tour d'horizon des sites qui proposent des livres numériques en français, pour vous permettre d'alimenter vos dispositifs de lectures personnels et professionnels. Cette liste est établie à partir de liens que je conservais et ne se veut donc pas exhaustive, n'hésitez pas à signaler tout lien manquant éventuellement :

1. Des livres numériques gratuits

Parmi l'offre de livres numériques tombés dans le domaine public, on trouve des incontournables du paysage, dont les travaux de conversion remontent déjà à plusieurs années (neuf ans pour Wikisource, sept pour le projet Gutenberg) et dont l'offre paraît simplement gigantesque.

  • Projet Gutenberg : le projet Gutenberg offre l'accès à près de 40.000 titres tombés dans le domaine public au format ePub, Kindle, html ou texte simple. Aucune inscription au site n'est nécessaire. Le site est amricain, mais il propose un grand nombre de titres en français.
  • Wikisource : Projet de la Wikimédia fondation, et donc petit frère de l'encyclopédie participative wikipédia, Wikisource donne un accès à près de 112.000 textes passés dans le domaine public ou publiés sous licence libre. Les titres ne sont pas encore tous disponibles à l'export. Il convient de vérifier la présence du lien  qui permet de télécharger en ePub, Mobi ou PDF au niveau des titres recherchés, ou d'utiliser le gadget WSexport une fois connecté. Une catégorie regroupe les titres "Bons pour export".

Mais de nombreux autres acteurs propose un accès à des livres numériques gratuits.

  • ebooks gratuits : un groupe qui créé et met à disposition de chacun des livres électroniques gratuits à partir de textes tombés dans le domaine public. Les ebooks sont disponibles au format Epub, Mobipocket, eReader et PDF. Actuellement 2424 titres sont disponibles
  • ebooks-gratuits est, quant à lui, une sorte de forum qui propose l'accès à nombre de titres également mais je n'ai pas bien compris qui se trouvait derrière ni si les titres étaient vraiment libres de droit. Je suis donc un peu sinon dubitatif, du moins circonspect.
  • Planet eBook, est un site en anglais qui propose également au téléchargement l'accès aux grands classiques de la littérature au format PDF. Attention, ces titres sont en anglais.
  • Sinon, il y a le travail conséquent que fournit la Team Alexandriz mais comme ils transforment des livres récents, même s'il y a un lien vers une librairie en ligne ou qu'ils rémunèrent parfois les ayant-droits, je ne suis pas certain que ce soit vraiment légal. 

C'est la cas également d'institutions :

  • Gallica, le portail de la BnF, propose d'exporter un peu plus de 150 documents au format ePub à partir de ses fonds propres.
  • Europeana, le portail
  • La bibliothèque d'Alexandrie propose un accès à plus de 18.000 documents numérisés. Les livres sont en arabes bien sûr, mais également en français et en anglais.

Quelques passionnés proposent des collections spécialisées :

  • La bibliothèque électronique du Québec propose un peu plus de 1.500 titres issus du domaine public aux formats ePub et PDF. Une des collections s'intéresse particulièrement à la littérature québécoise.
  • La bibliothèque Malgache s'attache à faire découvrir la littérature de Madagascar en proposant au format PDF des oeuvres de ce répertoire tombées dans le domaine public, ou non. Une partie de la BME est donc gratuite.

Pour les enfants :

  • Snee, un site en anglais, propose une compilation de livres pour enfants numérisés, extraits du Projet Gutenberg et donc tombés dans le domaine public
Si on s'éloigne de la fiction, on trouve également d'autres sites spécialisés :


  • Les classiques des Sciences Sociales est une bibliothèque numérique proposée en partenariat avec l'Université du Québec à Chicoutimi qui souhaite recenser l'ensemble des textes classiques dans son domaine. Actuellement, 7 collections regroupent un peu plus de 5.000 documents, mais essentiellement au format PDF.
  • Les classiques de la bibliothéconomie est une collection de l'enssib reprenant des textes considérés comme fondamentaux en bibliothéconomie et en histoire du livre. 99 titres du XVIIe à nos jours sont ainsi disponibles au format PDF.
  • Livres pour tous est apparemment un portail de titres qui recense et renvoie vers 5.000 documents environ mais au format PDF.
  • Les publications du Conseil de l'Europe sont accessibles en ligne, au format PDF et certains ebook également en ePub.

Quelques sites proposent quant à eux aux écrivains en herbe de déposer leurs travaux, ce qu'ils appellent, "œuvres originales", en plus de proposer un accès aux œuvres du domaine public. Souvent, une communauté de lecteurs est créée autour proposant aux membres de commenter leurs lectures notamment.

  • Atramenta propose également l'accès à de nombreuses œuvres originales (en auto-édition donc) et issues du domaine public.
  • In Libro Veritas propose des fictions et des documentaires
  • Feedbooks : librairie 100% numérique, Feedbooks donne accès à de nombreux titres uniquement au format ePub, en Mobi et en PDF. Le site propose actuellement, en plus de son offre commerciale, un peu plus de 1.200 titres du domaine public et un peu plus de 800 titres d'"œuvres originales". L'un des plus réussi d'un point de vue ergonomique selon moi.

Mais d'une manière générale, il vous est possible de faire vos recherches de titres en utilisant des moteurs de recherche spécialisés :


  • InkMesh, propose ainsi de raffiner vs recherches en fonctions du prix, du format, de votre appareil de lecture, des avis de la communauté, de la langue du document ou de son type. 
  • Neotake filtre également sur la langue, le format, le prix ou les avis de la communauté.
  • eBibli.fr utilise le moteur de Google pour trouver des ebooks gratuits. Il cherche dans Wikisource, Gallica ou Europeana.

Et pour bien commencer, je vous suggère Marions-les, un livre numérique qui répond de manière très simple et pédagogique aux principales craintes et objections exprimées autour du projet de loi d’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe. L'ouvrage est disponible sous licence creative commons by-nc-nd.

2. Les sites commerciaux

Finalement, on trouve aujourd'hui pas mal de librairies qui proposent des titres au format ePub.

Vous pouvez enfin vous retourner vers les sites des éditeurs suivants :

Il n'y a plus qu'à...

mardi 16 octobre 2012

Un pavé dans le QRCode

La municipalité de Lisbonne essaie de lier contenus numériques et patrimoine culturel. Pour ce faire, elle a utilisé les pavés des rues bordants ses principaux monuments pour y installer des QR Codes. Le projet, d'autant plus innovant qu'il a été mis en œuvre par l’une des dernières compagnies d’ouvriers du genre, alliant de fait technologies numérique et artisanat urbain, fait sensation dans la capitale portugaise.

Chaque code renvoie de fait à l'encyclopédie de la ville et propose des informations historiques et touristiques. Une initiative à rapprocher d'autres tentatives de géocaching et autres pratiques de tourisme numérique.

samedi 6 octobre 2012

Lumières et littérature dans la rue

En juin dernier fut organisée une étrange installation dans les rues de Melbourne, à l'occasion du Light in Winter festival dont le thème, cet année, portait sur "la lecture".

A cette occasion, donc, fut mise en place une installation intitulée Literature vs Traffic, proposée par le collectif d'Art urbain Luzinterruptus et qui avait déjà été installée à New York précédemment.

Le collectif a donc récupéré pas moins de 10.000 exemplaires, désherbés des collections de bibliothèques municipales australiennes et rassemblés par l'Armée du Salut pour le collectif. Ce dernier les a ensuite épendu dans la rue avec de petites lumières comme seul point de mire.

L'objectif est de créer une rivière de livres, une rivière qui déborde dans l'espace urbain, les zones piétonnes, les aires de stationnements et grignote, vole de l'espace aux traffic routier, symbolisant l'emprise de la littérature sur l'espace public et affirmant le pouvoir de l'écrit.

Déjà, en soi, l'installation est impressionnante. Au-delà, mise en résonnance avec les autres installations et événements proposée comme cette performance intitulée Walking Through Words, proposée par Tony Yap et Yumi Umiumare en collaboration avec les habitants des quartiers de la ville. 

L'installation en elle-même a duré un mois, tout le mois de juin plus précisément. Et la dernière nuit, les livres exposés étaient offert aux passants qui pouvaient flâner, prendre leur temps, et choisir les plus intéressants à leurs yeux. Parallèlement, la compagnie Yumi a organisé une performance impromptue de dons de livres aux conducteurs de voitures qui longeaient l'installation.

Images: Gustavo Sanabria.

Plus, beaucoup plus, de photos sur le site de Luzinterruptus.

samedi 11 février 2012

Le parfum des livres anciens

Did you know ?

Lignin, the stuff that prevent all trees from adopting the weeping habit, is a polymer made up of units that are closely related to vanillin. When made into paper and stored for years, it breaks done and smells good. Which is how divine providence has arranged for secondhand bookstores to smell like good quality vanilla absolute, subliminally stoking a hunger for knowledge in all of us.


Le saviez-vous ?

Les lignines, ces molécules qui empêchent les arbres d'être poreux[1], forment un polymère constitué d'atomes dont la structure ressemble étroitement à la vanilline. Quand on en fait du papier et qu'on le stocke pendant des années, ce polymère se brise et sent bon. Ce qui est la façon dont la providence divine [sic] a usé pour que les librairies d'occasion sentent bon l'essence de vanille de bonne qualité, et ainsi attiser la soif de connaissances en chacun de nous.


[1] selon wikipédia, La lignine (du latin lignum qui signifie bois) est un des principaux composants du bois, avec la cellulose, l'hémicellulose et des matières extractibles. La lignine est présente principalement dans les plantes vasculaires et dans quelques algues. Ses principales fonctions sont d'apporter de la rigidité, une imperméabilité à l'eau et une grande résistance à la décomposition.
[...] elles sont notamment responsables du jaunissement du papier après exposition au Soleil

samedi 28 janvier 2012

Des paysages creusés dans le papier

Guy Laramee est un artiste québécois qui vit à Montréal. Un grand artiste.

Il travaille, explique-t-il, sur l'érosion des Cultures, la façon dont elles croissent, deviennent obsolètes et sont remplacées par d'autres. L'une de ces cultures et celle du Livre. 

On nous dit souvent que le livre papier va mourrir. La bibliothèque, en tant que lieu, est finie. On pourrait répondre : Et alors ? Croyons-nous vraiment que les "nouvelles technologies" vont changer quoique ce soit dans notre dilemme existentiel, notre condition hulmaine ? Et même si nous pouvions changer le contenu de tous les livres sur Terre, cela changerait-il quoi que ce soit à la prégnance de notre savoir analytique su notre savoir intuitif ?

(...) Mon travail en 3D comme mes peintures partent de l'idée très simple que le savoir ultime pourrait tout autant être une érosion qu'une accumulation. Le titre de l'une de mes oeuvres est "All ideas look alike" (les idées sont toutes pareilles). L'art contemporain semble avoir oublié qu'il y a un extérieur à l'intellect. Je veux examiner la pensée, non seulement l'objet de la pensée [what we think] que le fait même de penser [that we think].

Alors je creuse des paysages dans les livres et je peins de paysages romantiques. Les montagnes d'un savoir inusé redeviennent ce qu'elles sont : des montagnes. Elles s'érodent encore un peu et deviennent des collines. Elles s'applatissent ensuite et deviennent des champs où apparemment rien ne se passe. Des piles de vieilles encyclopédies retournent à ce que n'a pas besoin d'être dit, ce qui simplement EST. Les brumes et les nuages effacent tout ce que nous savons, tout ce que nous pensons être.

Après trente ans de pratique, la seule chose que je souhaite toujours que soit mon art est cela : nous projeter dans cet épais nuage d'Inconnaissance [thick Cloud of Unknowing].






mardi 23 août 2011

Cartes fictionnelles et imaginaires

Quelques cartes littéraires rassemblées par Nosolibros, qui lui même l'emprunte à un blog d'El Pays, Turistari, le blog des voyageurs. Ce dernier se propose de recenser des cartes issues d'univers de fictions. Et ce n'est pas ce qui manque...

En effet, de nombreux auteurs ont proposés des cartes des univers qu'ils avaient créés.

la plus célèbre est peut-être celles de Tolkien et de ses Terres du Milieu :

Ici, la fameuse Île aux trésors de Stevenson :

Utopia de Thomas More :

ou la ville d'Arkham, épicentre des horreurs lovecraftiennes :

Ici, l'univers de Elric de Melniboné, héros de Moorcock (et sur ce site on trouve le Trône de Fer, Warhammer, les Royaumes oubliés, Star Trek, Lost...) :

celle du monde d'Eragon, dessinée par l'auteur :

La Belgariade et la Mallorée de David Eddings (en beaucoup mieux ici) :

Là celle de l'univers de Narnia :

La carte du Pays imaginaire :


Voir aussi le très complet Fantasy-Atlas (màj 2007)

vendredi 29 avril 2011

Audioguide Toozla

J'aime cette nouvelle vidéo de réalité augmentée.

Cette proposition russe se fonde sur une application de géolocalisation sonore. Foin de visuels flottant à travers l'écran de votre téléphone pour vous informer sur les lieux environnants, l'audio-guide Toozla se propose de vous informer en laissant des messages audio dans votre téléphone à partir d'informations récupérées sur internet . Vous approchez d'un monument est vous êtes automatiquement renseignés sur ce dernier (informations pratiques, commentaire descriptif). Actuellement, les villes françaises Paris, Nice et Lyon sont compatibles avec Toozla.

Une application qui me paraît très utile aussi lors de visites guidées d'exposition par exemple.



Voir aussi sur un thème proche :
Quand les monuments innovent

vendredi 11 mars 2011

Semaine de la Francophonie 2011

C'est presque un marronnier sur ce blog, presque, car j'ai laissé échappé quelques années, mais régulièrement depuis 2005 je me suis fait l'écho ici de la semaine de la francophonie (2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010).

1. La semaine de la Francophonie.

La semaine de la Francophonie, c'est la manifestation française aboutissant à la Journée internationale de la Francophonie, prévue le 20 mars prochain.

Au Québec, cette fête trouve son écho dans la Francofête, dont la quinzième édition se déroulera du 4 au 27 mars 2011 avec pour slogan "Le français, pour agir ensemble". Des manifestations seront aussi organisées notamment en Belgique, du 12 au 20 mars 2011, pour "La langue française en fête" sous le thème des solidarités, et en Suisse où les francophones sont invités à "prendre langue", c'est-à-dire établir des liens et éprouver de nouveau une forme de solidarité par le biais des mots. 

Haïti n'est pas oubliée. Cette année, l'Organisation internationale de la Francophonie et l'Agence universitaire de la Francophonie dont Port-au-Prince accueille le siège de l'antenne régionales pour la Caraïbe, organisent également des manifestations depuis le début du mois de mars sur l'île (projections, lectures, expositions, émissions...). Une façon de souligner et de rappeler l'importance des solidarités, ici francophones, pour la reconstruction d'Haïti. L'Agence universitaire de la Francophonie fête cette année ses 50 ans.

Pour rappel, l’Organisation internationale de la Francophonie née le 20 mars 1970, date de la signature du Traité de Niamey initié par Léopold Sédar Senghor, Habib Bourguiba, Hamani Diori et Norodom Sihanouk, est fondée sur le partage de la langue française et des valeurs universelles. Elle a fait de la reconnaissance et de la promotion de la diversité des cultures un facteur de dialogue et de paix au service du développement et compte aujourd’hui 75 États et gouvernements dont 56 membres et 19 observateurs.

Et en France alors ? En France, vous retrouvez ce thème central de la solidarité décliné avec l'opération des Dix mots : Dix mots qui nous relient. Tous les ans en effet, dix mots sont ainsi mis à l'honneur, parfois choisis par des hommes et femmes de sciences comme en 2005, parfois l'occasion de mettre un écrivain à l'honneur comme Sédar Senghor en 2006, l'occasion également de partir à la rencontre d'autres cultures comme en 2007 à la suite d'écrivains francophones. En 2009, les manifestations et le choix des mots s'inscrivaient dans les festivités anniversaires du Ministère de la Culture.

2. Dix mots pour tout changer

2011 se veut une année autour du lien. Ce sont donc des mots autour de cette thématique qui ont été retenus : accueillant, fil, avec, cordée, harmonieusement, agapes, réseauter, chœur, complice, main. Ces mots vous sont proposés, définis à leur façon par des écrivains connus. Ces mots vous sont offerts. Offerts à votre envie, à votre imagination, à votre créativité. Offerts à dire, à écrire, à « slamer », à calligraphier, à représenter.

Vous êtes dès lors invités à composer un texte court contenant chacun de ces dix mots et participer ainsi à la Chaîne des mots. On se croirait presque dans une émission des Papous dans la tête, l'émission France-Culture de Françoise Treussard réunissant des écrivains jongleurs de mots joliment OuLiPiens, dont l'émission d'ailleurs du 20 mars se déroulera depuis le Salon du Livre de Paris. Et si vous êtes joueurs, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France de l'AUF, dans le cadre de l’opération « Dis-moi dix mots » propose dix autres mots faisant l'objet d'un concours demandant de raconter un fait-divers en utilisant les mots : baladeur,crescendo, escagasser, remue-méninges, mentor, zapper, cheval de Troie, mobile, galère, variante.

Dernier jeu, dont je ne pense pas qu'il soit lié même si la date de rendu est fixée au 20 mars 2011 à 12h SLT est ce concours de Build, de constructions, autour du thème "Lettres et mots" lancé par la Bibliothèque Francophone du Métaverse. La fidélité au thème, la qualité et l'originalité seront les critères essentiels du jury et les gagnants se partageront 20.000 L$ (environ 80 US$).

Vous êtes invités enfin à participer au projet WikiLF, un wiki où les internautes peuvent voter ou proposer un équivalent à un terme étranger soumis par la Commission générale de terminologie et de néologie, ou encore soumettre à l’avis de la Commission un nouveau terme accompagné de sa définition.Ce qui nous éviterait parfois des traductions, sitôt décrétées, sitôt oubliées.

Un événement à suivre aussi sur Facebook et sur Twitter.

mardi 1 février 2011

Quand les monuments innovent

1. Monument trackers

La ville de Tours propose aux touristes internautes et surtout mobinautes un service intéressant appelé Monument Tracker. A dire vrai, ce nom n'est pas tant celui du service que de l'entreprise qui se trouve derrière.

L'idée est simple : après avoir téléchargé une application spécifique -payante- sur son smartphone, on peut être automatiquement alerté sur son téléphone lorsqu'on s'approche d'un monument décrit dans la base. L'ensemble est possible grâce à la géolocalisation en continue.


BM de Tours

Pour chaque monument est ainsi présenté une image de ce dernier, un petit texte descriptif, et la proposition d'un itinéraire pour s'y rendre directement. Il est possible également de passer par un moteur de recherche pour trouver et se diriger directement vers un monument qui nous intéresserait a priori.

Tours propose ainsi de découvrir près de 120 monuments. Elle rejoint d'autres villes qui proposent déjà ce même service telles que Antibes, Cannes, Florence, Londres, Madrid, Monaco, Nice, Rome... Le service Monument Tracker est disponible en français, anglais et chinois.

2. Culture et innovation(s)

L'occasion de rappeler que se sont tenues récemment les deuxièmes rencontres nationales "Culture et innovation(s)" à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine dont les compte-rendus seront progressivement mis en ligne sur la page du programme. Parmi les sujets abordés : réalité virtuelle / augmentée, réseaux sociaux et communautés, outils et usages mobiles, publics jeunes, accessibilité …

Bon, en fait de CR, il s'agit essentiellement des diaporamas, donc à mon sens d'un intérêt limité, mais en attendant, vous pouvez lire les 500 twitts de la journée dans ce document ainsi que le compte-rendu collaboratif en ligne rédigé par Yves-Armel Martin, Directeur du Museolab / Conseil général du Rhône. Et là, on trouve nombre de liens et d'expériences toutes plus intéressantes les unes que les autres. A découvrir d'urgence.


- page 1 de 4