Ce blog est la suite du blog Vagabondages, toujours consultable sur : http://vagabondages.blogspot.com.

Voilà longtemps que j'en parlais... Dès juillet 2005, soit cinq mois à peine après avoir ouvert Vagabondages, j'évoquais l'idée de passer sous Dotclear. Je venais de découvrir les Kozeries de Kozlika, suivais avec amusement la grande saga de l'été "L'hôtel des blogueurs", retrouvais avec plaisir -et un brin de perplexité, je l'avoue- les messages de Romuald, enfin me voyais gagné par l'irrésistible vague en faveur du libre qui roule autour de moi et au sein de mon milieu professionnel.

Il aura fallu attendre encore un an et demi et ce n'est pas sans une pointe d'appréhension que je quitte Blogger. Alors certes, je me dis que c'est bien fait pour le Grand Méchant Google qui m'a peu ou prou mis à la porte, mais en même temps, Blogger était une interface que j'avais fini par assez bien maîtriser et les nouvelles fonctionnalités proposées par la Version 2 étaient justement celles que j'avais attendu depuis tant de temps : une catégorisation des billets, la possibilité de s'abonner aux commentaires... Je quitte également mon template avec le phare que j'aimais bien pour celui de l'arbre enneigé, ô combien d'actualité par ces temps hivernaux. Je songe ainsi à changer de modèle de temps à autres, selon mon envie où jusqu'à ce que j'en trouve un qui me convienne particulièrement.

Parmi tous les thèmes proposés, j'avais d'abord choisi l'image d'un chemin qui illustrait bien je trouve l'idée de balades et de vagabondages à l'origine de ce blog et que je voulais garder. Je sais que ce n'est pas un nom très pratique parce qu'on ne le retient pas forcément, parce que certains services informatiques le mettent en liste noire ou encore parce qu'on me retrouve difficiliement lorsqu'on interroge un moteur de recherche, mais j'aime les significations et la symbolique de ce nom.

A l'origine, je ne savais pas vraiment ce que j'allais faire d'un blog. J'avais des amis qui en avaient ouvert un et l'idée me tentait mais je ne savais pas vraiment quelle orientation lui donner. Je partais donc du principe que la rédaction elle-même des billets lui donnerait au fur et à mesure une identité propre. L'idée de vagabondages me plaisait justement en ce qu'il évoquait cette envie de voyager, d'arpenter la Toile, de flâner aussi. Vagabonder pour moi devient butiner. Cela renvoit à la teneur à la fois personnelle et professionnelle du blog, cela renvoit à la ronde de lecture des blogs et des sites plus ou moins professionnels qui alimentent ce blog, cela renvoit à un certain esprit de rencontre, à une volonté de partage. Et puis dernier argument : Vagabondages est le titre d'un recueil de poésies et de comptines que je lisais dans ma plus tendre enfance.  Parfois, ça tient à peu de choses quand même...

Me voilà ainsi de nouveau à vagabonder par les sentes dorénavant. Il va falloir que je trouve comment changer l'image proposée ici et remplace cette route goudronnée par un sentier de forêt ou quelque chose approchant. Je suppose que ce doit être faisable. L'ennui est que je me suis ouvert -et payé- un espace hébergé par Gandi qui propose une solution DotClear 2 clefs en main mais du coup, je ne suis pas certain d'avoir accès aux templates et autres paramétrages. Il faudra ainsi que je prenne le temps d'explorer tout cela.

J'ai essayé enfin d'importer mes anciens billets mais ce n'est pas possible. Il existe bien une option d'import mais importer des billets depuis Vagabondages ne fonctionne pas : le blog est reconnu comme vide, ce qui ne m'étonne guère au su des problèmes que j'ai rencontré pour la migration. Le fichier de sauvegarde que j'avais fait en septembre n'est pas non plus valide, n'étant pas un fichier DotClear. Il me reste à essayer de récupérer les billets remis sous Vagabondages2. Mais je ne suis pas convaincu de l'utilité de garder un blog incomplet... Finalement, peut-être qu'un simple lien vers le premier blog suffira...

Merci de m'avoir suivi,

PS : l'image est l'oeuvre d'un artiste qui écrit avec l'ombre des mots : Fred EErdekens. Il joue avec les vides, les pleins, les ombres, les lumières pour recréer des mots et réinventer l'écriture. C'est très impressionnant et admirable. Hubert Guillaud en avait déjà parlé sur Lafeuille.