J'ai fini par créer une catégorie particulière pour Second Life. Je pense que je rendrais ainsi compte plus ou moins régulièrement de ce qui s'y passe.

InfoIsland n’en finit plus de s’agrandir. En à peine un mois, trois nouvelles îles se sont ajoutées aux neuf déjà existantes, à savoir Commonwealth Island, Cybrary Island, Echoditto Island, EduIsland, EduIsland 2, HealthInfo Island, Info Island, Info Island 2 et SISU SLIS.

Cybrary City 2 est une île favorisant la présence virtuelle des bibliothèques mais proposant plus d’espace à louer encore que sur la première Cybrary Island ( 4.000 m² contre 1.000m² initialement). Un espace de rencontre devrait être prévu au milieu de l’île. Une période d’essai d'un mois est même possible pour les bibliothèques craignant de se lancer dans l’aventure. Cette île accueille déjà Bibliothèques et Archive du Canada, l’équivalent de notre Bibliothèque nationale.

Juste derrière Cybrary City se trouve Arts Island, une île dédiée, comme son nom l’indique, aux arts, ou presque, puisque la moitié de l’île devrait être occupée par l’ALA, l’American Library Association. Est prévu notamment sur cette île la construction d’un grand opéra pouvant accueillir des performances musicales, des expositions de tableaux de maître et une « machinima library » mais je ne vois pas encore ce dont il s’agit.

Enfin, Imagination Island accueille Rachelville, ainsi nommée parce que l’île a été créée avec l’argent reçu par ses parents pour sauver une petite Rachel, sept ans, hélas décédée de leucémie. La petite fille s'était créé un monde imaginaire appelé Rachelville dans lequel ses jouets et ses peluches prenaient vie, aussi ses parents ont-ils souhaité réaliser ce rêve. De fait, l’île se voit consacrée à la littérature de jeunesse et propose des programmes et des animations en ce sens pour les bibliothécaires. L’île recèle encore un « jardin secret » et un labyrinthe. J’ai raté la cérémonie d’ouverture prévue samedi dernier à 5pm, heure de Second Life, soit à peu près 2h du matin pour nous. L’autre partie d'Imagination Island s’ouvre à Innovation Vendor Valley et devrait permettre aux fournisseurs d’exposer leurs produits aux bibliothécaires venant dans Second Life.

Si vous désirez voir comment ces bâtiments peuvent être créés, vous trouverez ici une petite vidéo montrant une construction en accéléré. Ceci dit, on n’en connaît ni la durée, ni le coût réel.

Parce que tout cela coûte de l’argent évidemment. Des Linden dollar en premier lieu, puisque nous sommes dans le monde de Second Life, mais des dollars américains également. Pour information, et d’après la bourse virtuelle, un dollar américain (US$ 1) équivaut à environ deux cent soixante-six Linden dollars (L$ 266). Une île en moyenne coûte US$1.675 (1293 €) pour 65.536 mètres carrés. Le coût d’une permanence mensuelle s’élève à US$295 (228 €). Un tarif préférentiel est néanmoins accordé aux institutions pédagogiques (écoles, universités) et aux organisations à but non lucratif qui désirent ainsi soutenir et faire connaître leurs actions. Pour ces dernières, ces îles peuvent être louées pour US$980 (757 €) et US$150 (116 €) de maintenance.

Il est assez simple finalement de gagner de l’argent dans ce monde virtuel et, de fait, toutes sortes de mini-industries se sont créées à l'intérieur du monde : discothèques, casinos, prostitution virtuelle, jeux vidéo, immobilier et architecture, jeux de rôle, etc. On peut donc gagner de l’argent en travaillant pour ces entreprises, mais également en revendant des objets que l’on aurait créé ou en acquérant un compte payant (un peu plus de US$9/ mois). Chaque abonné payant de Second Life reçoit des Linden dollars chaque semaine. Les autres joueurs peuvent aussi s'acheter et se vendre leurs Linden Dollars sur LindeX, le site de change de Linden Lab, ou sur les sites similaires de tierces parties.

C’est apparemment ce qu’on fait les bibliothèques puisque Rachelvile par exemple a été acquise grâce à des dons, et que son « jardin secret » a également été possible grâce à un don. Une fondation a été créée pour récolter des fonds (c’est très nord-américain comme mentalité), la Foundation for Rich Content. L’argent est ensuite redistribué de façon à soutenir des projets pédagogiques et culturels. Deux bourses de 10.000 Linden dollars et une de 50.000 Linden dollars sont ainsi proposées jusqu’au 25 mars. Si vous avez des idées...