Le 22 juin dernier avait lieu la grand-messe conférence annuelle de l'Association des bibliothèques américaines (ALA). A cette occasion était projeté en avant-première un documentaire intitulé : The Hollywood Librarian : A Look at Librarians Through Film, écrit et dirigée par ANN M. SEIDL elle-même bibliothécaire et consultante, et dont la sortie nationale -aux Etats-Unis, est prévue le 29 septembre prochain.

The Hollywood Librarian: A Look at Librarians through Film will be the first full-length documentary film to focus on the work and lives of librarians. Using the entertaining and appealing context of American movies, the film will hold some surprises for people who may think they know what librarians do.

L'idée est de partir des images et des représentations -nombreuses- de bibliothécaires au cinéma et de les mettre en regard avec lse interview de véritables professionnels pour aborder des sujets aussi divers que la réalité du travail d'un bibliothécaire, mais également des questions professionnelles comme l'accueil des enfants en bibliothèques, la recherche de fonds ou éthiques comme celles portant sur la censure, la liberté de pensée, devenues centrales depuis l'instauration outre-atlantique du Patriot Act.

De nombreuses facettes du métier sont ainsi abordées puisque le film part à la rencontre d'un catalogueur, d'un directeur d'établissement, d'un bibliothécaire jeunesse, d'un bibliothécaire médical, des professionnels plus âgés qui ont vu leur métier évoluer avec l'arrivée de l'informatique comme d'autres plus jeunes pour qui internet semble avoir toujorus été présents. Le film suit de la même façon un programme de lecture en prison, une bibliothèque scolaire, une bibliothèque municipal, de gros établissements et de tout petits... Il souligne les baisses de fréquentation et les défis apportés par les technologies de l'information ou de l'explosion des coûts.

The Hollywood Librarian is a unique and charming blend of film clips, humor and critical analysis of the popular image of librarians. It will create a new-found empathy for the profession by revealing the diversity of individual librarians and the importance of what they do. This documentary will increase the public's awareness of the complex and democratic nature of librarianship in the age of technology, and be a step toward librarians redefining themselves as not only more than a stereotype, but also as a cultural imperative.

Le trailer est d'ores et déjà disponible sur YouTube :


ainsi que quelques "behind the scenes" avec notamment des interviews de Ray Bradbury ou de Martin Scorcese à la NY Public Library :

A propos des films recensés montrant des bibliothécaires, les producteurs les ont classés en quatre catégories :

GROUP A
Someone says or does something that clearly identifies himself or herself (or some other character) as a librarian. This person may be a professional, a clerk, a student assistant, a director or some other type of "librarian." Some have major roles, others have barely a dozen words to speak. (About 175 films.)

GROUP B
A library is used for research, for study, to meet someone or for some other purpose, but any librarian that might be visible is essentially no more important than a piece of furniture that helps to identify the setting. (About 150 films.)

GROUP C
No librarian or library is shown, only mentioned or referred to in passing. (About 50 films.)

GROUP D
Films I have not seen, nor found adequate descriptive comments about, so am unable to put them into one of the other groups. In most cases someone is listed in the credits as "librarian" so I assume he/she has a speaking part, but I don't know how significant or memorable it is. (About 175 films.)

En tout, ce sont quelques 550 films, ou apparitions de bibliothèques et de bibliothécaires qui ont été recensées. Autant de représentations, de stéréotypes que la réalisatrice désirait casser afin de dépoussiérer et valoriser la profession (écouter notamment le podcast sur le choix du nom "Hollywood librarian" sur le blog de la réalisatrice).

Pas de sortie en France de prévue et c'est bien dommage, je suis sûr qu'on y apprendrait pleins de choses tant sur les représentations que sur les défis que rencontrent nos collègues américains. Ca n'intéresserait pas une promo d'étudiants de se procurer un exemplaire du film ? De même, pas de version française évidemment. Et pourtant, je suis persuadé qu'il y aurait beaucoup à dire et à découvrir...