Bonjour à toutes et tous,

Voilà une semaine que nous avons repris le travail et je consens enfin à revenir vers le blog. J'ai essayé cet été de faire une coupure nette et franche, ce qui évidemment a laissé le temps à mon agrégateur de jouer les Wapol et s'empiffrer de manière inconsidérée. Une telle obésité était prévue néanmoins, même si je comptais sur les beaux jours et les vacances pour réduire l'afflux de nouveaux billets. Je prendrais mon temps pour lire ces informations au fil des semaiens à venir, hélas déjà bien chargées par ailleurs.

Ce qui n'était pas prévu en revanche est l'invasion de SPAM dont Vagabondages a été l'objet : me voici avec près de 115.000 messages à supprimer et après une semaine de nettoyage, je passe difficilement en dessous de la part des 100.000. Je viens de demander de l'aide à mon hébergeur dans cette tâche afin de voir s'il n'est pas possible d'automatiser la suppression des messages postérieurs au... disons... 15 juillet. J'attends donc leur réponse. Et si vous avez laissé des commentaires cet été à cette adresse, je crains qu'ils ne soient pas conservés.

En attendant, voilà donc les affaires qui reprennent. Pour l'occasion, je vais essayer de proposer une série régulière. Je voudrais en effet revenir plus régulièrement sur le Second Life des bibliothécaires et vous faire part des derniers travaux et dernières réflexions sur le sujet. Je me suis inscrit en ce sens à une liste de diffusion et essaierais de vous faire part de ce qu'il s'y dit. Je dois néanmoins concéder n'être pas retourné dans ce monde virtuel depuis plusieurs mois et avoir plus parcouru que lu les derniers messages de cette famuese ML, mais je continue de penser qu'il y a quelque chose à faire de ce côté ou du moins, qu'une veille même d'un oeil distrait, n'est pas inintéressante. J'essaierais donc de poster un message sur SecondLife au moins une fois par semaine, mettons tous les lundi par exemple et nous verrons alors s'il y a matière à discussion ou si cette belle initiative se meurt d'elle-même (soit par manque de sujets, soit par manque d'entrain de ma part).