En peu de temps, plusieurs mentions aux mobiles apparaissent dans mon agrégateur, et ailleurs, à l'occasion de vagabondages sur les net. Même sans particulièrement s'intéresser au sujet, le tapage médiatique autour de l'iphone a attiré l'attention sur ces micro-ordinateurs. On va jusqu'à parler d'ultra mobile personal computer, d'ordinateur de poche en quelque sorte. Le récent lecteur de livre électronique d'Amazon souligne encore l'intérêt de lecteurs mobiles, aisément et de toutes parts utilisables. Il faut dire aussi que selon les études le marché du marketing sur mobile représenterait entre 11 et 24 milliards de dollars d'ici trois à cinq ans.


(cliquez sur l'image)

Avouons-le, en terme de pénétration, la plupart des gens possèdent un téléphone portable : plus de 85% des français, selon une récente étude de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), rapporte le Journal du Net. Rien que ça. Et je ne parle pas des PDA ou des smartphones. Et à terme, il faudra aussi probablement compter avec les consoles de jeux portables telles que la DS de Nintendo ou la PSP de Sony qui permettent déjà de se connecter à internet, voire, on parle de smart watch, de montres intelligentes qui permettraient de lire un écran à travers le cadran.

Si on y prête un peu attention, on se rend alors compte que les applications sont déjà nombreuses et que les sites web adaptés aux écrans de mobiles sont de plus en plus nombreux : on peut accéder à internet, suivre ses mails (d'autant que Google semble s'intéresser de plus en plus à cet outil), utiliser des agrégateurs netvibes-likes comme webwag ou xFruits, accéder à vos liens partagés Del.icio.us avec Mobilicio.us, blogger et micro-blogger, rechercher des flux RSS, envoyer des photos, partager des vidéos... presque tout quoi

De là à utiliser son téléphone comme d'une souris...

Chez nos chers voisins outre-atlantiques, la tendance est encore plus forte et certaines bibliothèques, toujours désireuses de repousser l'éternelle Frontier, ont décidé d'investir le web mobile, que ce soit au niveau de l'institution (ex : université) que des bibliothèques.

C'est le cas par exemple de la Fremont Library qui propose un site adapté aux écrans de mobile. Ce dernier propose d'informaer les usagers sur les actualités, les événements, ou les services qu'ils peuvent trouver à la bibliothèque. Une quatrième page donne un certain nombre de numéros de téléphone pour contacter le bibliothécaire adéquat en fonction de ce qu'on chercher.

Les bibliothèques universitaires de Ball State sont allées plus loin encore qui proposent toute une gamme variée de services : Sur leur site web, on peut ainsi trouver :
  • un catalogue de liens (1. Reference Links),
  • un accès au catalogue de la BU (2. CardCat Mobile),
  • la possibilité de faire une recherche dans leur liste de périodique et de préciser si on cherche un périodique en ligne ou non (3. Mobile Journals),
  • L'accès à de petites vidéos présentant les lecteurs, le PEB, le centre de musique (4. Videos)
  • La possibilité de recevoir des animations médicales par MMS (4. videos)
  • Des informations sur les différentes section et le numéro du reférent (5. Collections)
  • Des informations sur les services proposés tels que le PEB, les acquisitions, le prêt de documents, de salles, de matériels, les divers sections et types de documents... (6. Services)
  • Des informations pratiques, horaires, calendrier d'ouverture, contacts... (7. Information)
De nombreux autres services sont possibles comme donner accès à des ressources, des moteurs de recherche. De nombreuses applications donnent déjà des résultats sportifs, la météo, mais il existe aussi des moteurs qui font des recherches sur plusieurs supports, et pourquoi pas se construire sa propre bibliothèque de podcasts.



Vous avez besoin d'un renseignement ? Il existe un dictionnaire, ou un service de référence par SMS (histoire de changer un peu du chat) utilisé notamment par les bibliothèques Sims Memorial Library Southeastern Louisiana University, et Curtin University of Technology’s Library, Bentley Australia. D'autres services sont Askmenow par exemple.

Vous pouvez encore accéder à des bases de données comme le propose déjà Lexis Nexis ou Westlaw. De même, Factiva vous informe sur le Dow Jones Vous pourrez meme lire des livres !

Voir aussi :