Un billet qui n'a rien à voir avec les bibliothèques, pour une fois.

J'ai produit alors que j'étais en maîtrise SID à Lille 3 en 2002 un travail universitaire sur les représentations de "l'homosexualité dans la littérature de jeunesse". Stricto sensu, ce travail n'est pas cependant un travail universitaire : il a été réalisé au courant de l'été, tant pour moi-même que pour enrichir le site web de Lille 3 jeunesse et n'a donc pas été réellement évalué par l'appareil universitaire, si ce n'est de manière informelle ou détournée : j'ai été invité à en faire une présentation lors d'une journée d'étude sur les adolescent et la lecture, d'une part, et d'autre part il est effectivement longtemps resté en ligne sur le site en question.

J'ai travaillé sur les représentations de l'homosexualité que pouvait transmettre la littérature de jeunesse en terme d'identification pour de jeunes adolescents homosexuels ou en terme de reconnaissance pour les autres.

Sincèrement, ce travail a ses défauts évidemment comme peut l'être un mémoire d'un étudiant non suivi de surcroît (parties légèrement répétitives, limites du corpus probablement mal définies ou mal respectées), mais j'en étais et je demeure fier de l'avoir produit. D'autant qu'il faisait figure de travail pionnier à l'époque où le sujet n'avait pas été -à ma connaissance du moins- encore défriché. J'y analysais un peu moins d'une cinquantaine de titres que j'estimais alors quasi-exhaustif de la production sur le sujet. Le mémoire a par ailleurs reçu un accueil plutôt enthousiaste à ma grande surprise, a été cité dans nombre de bibliographies sur le genre et les sexualités, ou sur des sites spécialisés comme HomoEdu, les Altersexualités ou HomoLibris.

Jusqu'ici pas trop de soucis. Et puis survint deux problèmes.

Le premier fut la disparition de mon travail lors de la refonte du site de Lille 3 Jeunesse. Quelque part, c'est normal : il ne s'agissait pas vraiment d'un travail universitaire comme je l'expliquais même s'il en prenait la forme. Néanmoins, ça m'a ennuyé. Je considère que ce mémoire avait pleinement sa part parmi les autres travaux estudiantins dont il prenait de surcroît la forme et l'apparence. Par ailleurs, les liens des sites suscités sont devenus tous caduques ce qui est franchement gênant. J'ai contacté les collègues en question afin de proposer de nouveau mon travail, et espère qu'il revienne en ligne rapidement.

Le second est la parution récente d'un ouvrage portant sur le même sujet, pratiquement -et pour cause- le même corpus (une trentaine ouvrages en français parus entre 1989 et 2003 dans des collections jeunesse), avec les mêmes finalités que mon travail, la même problématique d'identification et de reconnaissance, peu ou prou les mêmes exemples et la même construction (figures de l'homosexualité, Sida, homoparentalité...). Alors évidemment, cet essai se veut bien plus développé que ma "mini-thèse" -c'était le nom du travail universitaire à rendre, d'autant qu'il se veut réécriture d'une thèse (une vraie celle-là), évidemment son analyse est bien plus poussée que la mienne, lui qui invoque des sommités comme Eve Kosofsky Sedgwyck, Didier Éribon, Judith Butler pour étayer son propos, évidemment il invoque des procédés d'analyses littéraires qui me font défaut... mais j'ai quand même ressenti un petit pincement car j'ai le sentiment qu'il s'est profondément inspiré de mon travail. Certes, ce dernier était libre de réutilisation, certes mon nom apparaît dans la bibliographie mais je ne sais pas. Je me sens un peu dépossédé de ce que j'ai produit...

Bref, j'ai eut envie de remettre mon travail en ligne. Il y a désormais plus complet, mais ça me tenait à coeur. Aussi, le voici :


[EDIT] : l'adresse du travail sur le site de lille3 jeunesse : http://jeunet.univ-lille3.fr/article.php3?id_article=1103