Vous l'avez dû remarquer, le logiciel de réseau social Facebook a récemment changé ses conditions d'utilisation. Le 4 février dernier, en effet, une nouvelle précision est apparue ou plutôt a disparue offrant tout pouvoir au réseau social sur l'utilisation et la propriété des données privées qu'il héberge.

Le réseau précise en effet :

« Vous accordez à Facebook le droit irrévocable, perpétuel, non-exclusif, transférable, transférable et mondiale (avec l’autorisation d’accorder une sous-licence) d’utiliser, copier, publier, diffuser, stocker, exécuter, transmettre, scanner, modifier, éditer, traduire, adapter, redistribuer n’importe quel contenu déposé sur le site ».

Ce n'est guère une nouveauté à dire vrai, comme le rappelle le site écrans.fr. Cette clause surprenante (et probablement illégale en France) existait déjà, à ceci près qu'une phrase précisait ensuite que ces droits cédés deviendraient caduques en cas de suppression de son compte. Une précision qui vaut ce qu'elle vaut, vu qu'on ne peut détruire son compte mais seulement en effacer le contenu (un groupe cependant fait état du contraire, à vérifier). Et encore, Facebook peut en avoir gardé des copies sur ces serveurs... (cf ce billet de Demain la Veille : Facebook n'efface pas vos données).

Dès lors, si l'on revient aux conditions d'utilisations, un paragraphe précise ce qu'il demeure à la fermeture de son compte :

The following sections will survive any termination of your use of the Facebook Service: Prohibited Conduct, User Content, Your Privacy Practices, Gift Credits, Ownership; Proprietary Rights, Licenses, Submissions, User Disputes; Complaints, Indemnity, General Disclaimers, Limitation on Liability, Termination and Changes to the Facebook Service, Arbitration, Governing Law; Venue and Jurisdiction and Other.

Alors certes, il convient de bien gérer ce qui sera visible ou non dans son profil via la commande "privacy" mails il n'empêche que ce genre de pratique de la part de la société peut faire grincer des dents.

Le réseau social a d'ailleurs dû publier une explication rapidement face à la levée de boucliers de la part de ses utilisateurs (d'où le nombre de groupes sur le sujet créés : "People Against the new Terms of Service (TOS)" ; "FACEBOOK OWNS YOU: Protest the New Changes to the TOS!" ; "Those against Facebook's new TOS!") et celle des internautes. Mark Zuckerberg, le fondateur de facebook, lui-même a rédigé un billet se voulant rassurant et expliquant que ce procédé n'a d'autres visée que de protéger juridiquement Facebook lors d'échanges de données entre utilisateurs ou avec des applications.

Still, the interesting thing about this change in our terms is that it highlights the importance of these issues and their complexity. People want full ownership and control of their information so they can turn off access to it at any time. At the same time, people also want to be able to bring the information others have shared with them-like email addresses, phone numbers, photos and so on-to other services and grant those services access to those people's information. These two positions are at odds with each other. There is no system today that enables me to share my email address with you and then simultaneously lets me control who you share it with and also lets you control what services you share it with.

Le site continue donc à laisser ses utilisateurs décider de qui a accès à leur profil, et donc au contenu diffusé. Il précise : "Toute restriction imposée par un usager sur la diffusion d'un contenu est respectée par Facebook". Le site expliquant d'ailleurs dans un mail qu'il ne réclame en aucun cas la propriété des données chargées par les usagers :

We are not claiming and have never claimed ownership of material that users upload. The new Terms were clarified to be more consistent with the behavior of the site. That is, if you send a message to another user (or post to their wall, etc...), that content might not be removed by Facebook if you delete your account (but can be deleted by your friend). Furthermore, it is important to note that this license is made subject to the user's privacy settings. So any limitations that a user puts on display of the relevant content (e.g. To specific friends) are respected by Facebook. Also, the license only allows us to use the info "in connection with the Facebook Service or the promotion thereof." Users generally expect and understand this behavior as it has been a common practice for web services since the advent of webmail. For example, if you send a message to a friend on a webmail service, that service will not delete that message from your friend's inbox if you delete your account.

En gros, ils nous demandent de leur faire confiance parce qu'ils ne feront rien de mal, mais en attendant, la propriété des données leur est même concédée.

Sacrés réseaux sociaux, va...

voir aussi :