"Si tu ne viens pas à la bibliothèque c'est la bibliothèque qui viendra à toi."

Je relai ici deux projets intéressants d'animations estivales proposées par des bibliothèques.

1°) Bibliothèques de rue à Nanterre

La première est l'initiative du réseau de bibliothèques de Nanterre qui, comme chaque année, profite des beaux jours pour investir les rues de la ville à l'occasion d'une opération « Bibliothèques de rue ».

Dans quatre quartiers de la ville, les bibliothécaires sortent des caisses de livres pour les installer en plein air, sur des tapis près des aires de jeux. Les enfants, les jeunes et leurs parents peuvent ainsi profiter de moments de détente et de plaisirs autour des livres. Et même si ces ouvrages ne peuvent être empruntés, les médiathèques restent ouvertes tout l'été.

D’autre part, une « espace lecture » s’installe également au Palais des sports. Les jeunes de 10 à 14 ans accueillis dans le cadre du « Pôle Animation » pourront eux aussi profiter de l’été pour découvrir le plaisir de se plonger dans des livres, bandes dessinées, mangas, livres jeux, livres de photos, documentaires, textes courts, revues…

Une initiative qui n'est pas sans rappeler, dans un autre registre, les projets bibliothèque de rue et internet de rue de l'association ATD Quart Monde. Un autre registre puisqu'il s'agissait pour l'association de s'adresser aux enfants de milieux défavorisés et à leurs familles tandis que le réseau des médiathèques de Nanterre ne semble pas privilégier cette population mais plutôt mettre en avant la lecture détente dans des lieux ouverts. 

Je trouve ce genre d'initiatives vraiment intéressantes.


image prise sur le site municiaple de la ville de Liège :




2°) BU-Plage à Angers

Le deuxième exemple que je voulais citer est celui de la bibliothèque universitaire d'Angers qui organise cette année une opération "BU-plage".

En soi, l'initiative n'est pas neuve et j'ai souvenir de plusieurs bibliothèques ayant organisé ce genre de paquets surprise pour une occasion spéciale (la fermeture d'un établissement le temps qu'ouvre la nouvelle médiathèque) ou pour les vacances d'été. Il me semble d'ailleurs que c'est le cas par exemple à la bibliothèque municipale de Grenoble.

Ce qui l'est plus, surprenant, est que l'initiative vienne d'une bibliothèque universitaire que l'on verrait plus dans un registre d'aide au travail, de soutien à la recherche plus que d'une lecture loisir. Ce n'est cependant pas la ligne qu'a adopté le SCD d'Angers qui se place avec la même conviction sur ces deux fronts et démontre avec brio qu'ils ne sont pas aussi antinomiques qu'on pourrait le croire, leur politique culturelle, le BUA'bloc mis en place en sont quelques exemples.

Pour revenir à cette opération donc, le conservateur Daniel Bourrion explique :

Nous proposons donc à nos usagers, en cette fin d’année universitaire, 84 kits-été constitués selon un principe très simple : nous avons demandé aux personnels volontaires de la Bu de construire, autour des thématiques qu’ils inventeraient, des regroupements (5 documents maxi) de romans et/ou BD.

Les paquets sont fermés. L'emprunteur n'en connaît pas le contenu a priori sinon le titre thématique (mais du coup, comment se fait l'emprunt des exemplaires ? Le bibliothécaire à la banque ouvre le paquet et se cache du lecteur ?). Ce que je trouve vraiment intéressant comme initiative également est que ces sachets comportent des petits plus, ce que D. Bourrion appelle les éléments essentiels de l’été et qui rappellent aussi discrètement qu'impérativement que ce n'est pas parce qu'il fait bon et chaud qu'il faut arrêter de se protéger. Les sachets proposent donc des trucs pour sentir bons, des miniatures de crème solaire et surtout des préservatifs. Que voilà une excellente idée ! Le tout pour une somme minime puisque ces items ont été offerts par la médecine préventive de l'université et des pharmacies locales.

Du coup, 84 kits peuvent paraître peu mais il sera intéressant à la rentrée de se pencher sur les retours d'une telle opération. A cette fin, ont été glissés également au fond des sacs de petits questionnaires pour avoir un retour qualitatif de la part des principaux intéressés.

Encore une initiative à suivre...


Et vous, dans votre bibliothèque, vous faites quoi ?