Vi Alskar Bibliotek "Nous aimons les bibliothèques", en français.

 

Voilà deux ans que l'association des bibliothèques suédoises a lancé une campagne pour renforcer l'implication des politiques dans le financement des bibliothèques publiques, précisant par ailleurs que la Suède est le seul pays nordique a n'avoir pas de politique publique des bibliothèques. Consequently, Swedes do not have access to the full potential to be derived from a world-leading library system, est-il précisé. Cette campagne vise les élections politiques à venir cette année, en 2010, dans la royauté.

Ce qui est recherché à travers notamment une loi sur les bibliothèques serait la mise en œuvre d'un réseau renforcé de bibliothèques à travers l'ensemble du pays. En 2008, l'association s'inquiétait en effet de la fermeture de quelques 400 bibliothèques publiques et de l'absence de personnels qualifiés dans les établissements scolaires, quelle mettait en relation avec la hausse de illettrisme et la chute de fréquentation des bibliothèques ouvertes.

Elle a donc lancé une campagne d'information pour alerter l'opinion publique avec le logo "library lovers" pour appeler à une nouvelle politique des bibliothèques en Suède. Un engagement qui, selon l'association, suit huit directions développées dans une brochure intitulée "Les bibliothèques ont besoin d'amour" :

  1. Définition d'une stratégie nationale des bibliothèques qui expliquerait leur rôle dans la société de la connaissance, notamment autour des axes suivants :
    • La lecture et la compréhension en lecture
    • La démocratie, la liberté d'expression et la liberté d'information
    • La formation permanente, l'accès à la connaissance et le développement personnel
    • La Culture et la cohésion sociale
    • la société de l'innovation
    • A partir de cette définition, des outils d'évaluation des bibliothèques pourront être développé et mis en place.
  2. Établissement d'objectifs nationaux et d'indicateurs de qualité
  3. Lancement d'une campagne de promotion de la lecture et de "développement des langues". Un aspect de cette campagne destinée aux plus jeunes est la mise en place d'un personnel qualifié dans les établissements scolaires.
  4. Améliorer l'accès aux services des bibliothèques, notamment par le biais de campagne de promotion des bibliothèques, de la lecture et par le de subventions (pour toucher plus de groupe, créer de nouveaux services, renforcer le maillage du réseau
  5. Renforcer les infrastructures réseaux pour les services à distances
  6. Développer la Recherche en Sciences des bibliothèques et la formation initiale et continue des personnels
  7. Rendre accessible librement, en open-access, les résultats de cette recherche menée sur des fonds publics
  8. Créer une Agence nationale des bibliothèques chargée entre autres de :
    • surveiller et évaluer les stratégies et objectifs nationaux
    • développer, compiler et analyser les statistiques relatives aux bibliothèques nationales, les critères de qualité et des indicateurs de qualité
    • développer des solutions nationales, telles que les services de bibliothèque numérique, les services Web et autres plateformes technologiques
    • stimuler le développement des bibliothèques
    • engager l'intelligence qualifiée national et international
    • représenter les bibliothèques suédoises sur la scène internationale
    • encourager l'éducation, de formation et de recherche dans le secteur
    • allouer des fonds d'État pour le développement des bibliothèques, la lecture des activités de promotion, etc
Cette politique est espérée au niveau national car elle concerne tous les suédois, mais ne doit pas entrer en conflit avec les autorités locales :

Une politique nationale des bibliothèques peut - et doit - être développée de manière à ce qu'elle n'entre pas en conflit avec l'autonomie gouvernementale locale. L'accroissement de l'engagement national ne devrait pas interférer avec les pouvoirs locaux.Mais une politique nationale des bibliothèques est nécessaire pour s'assurer que les bibliothèques publiques sont utilisées d'une manière qui profite à la fois à l'ensemble de la société et au développement des individus.En termes pratiques, le but est de réduire la faible utilisation des ressources et des pertes d'impact dues au manque actuel de coordination.

Une politique qui porte ses fruits puisque qu'en ces temps électoraux, l'association estime avoir le soutien de nombres de parlementaires qui ont voté mercredi un projet de loi sur la culture. Le gouvernement devrait d'ailleurs proposer la la Bibliothèque royale de coordonner l'ensemble des réflexions et d'élaborer un plan de développement pour les années à venir. Une proposition à établir en étroite relation avec l'association des bibliothèques suédoises et l'ensemble des bibliothèques du réseau.

Avec tout ce qui nous arrive dessus en France, la réorganisation des ministères de la Culture et de l'enseignement supérieur, la disparition des direction de la lecture et sous direction des bibliothèques fondues dans le grand tout, il ne serait peut-être pas inintéressant de proposer un positionnement équivalent en France. Une loi sur les bibliothèques... le serpent de mer.