Faire de la veille sur les établissements américains peut être déprimant : chaque jour on découvre de nouvelles fermetures de bibliothèques ou d’annexes.

Quatre ans seulement après avoir reçu un prix pour son architecture, la prestigieuse bibliothèque publique de Seattle annonçait ainsi des fermetures en août dernier pour cause de restrictions budgétaires. Pour ne prendre que quelques exemples, en février, Boston projetait de fermer 8 de ses 10 bibliothèques de quartier et c’est toute une histoire (premiers résultats). Si j’effectue une recherche au grand hasard aujourd’hui même je trouve cette information à propos des bibliothèques publiques de Los Angeles :

At yesterday's City Council meeting, City Librarian Martin Gomez said that although the library is seeing an increase in visitors--17 million people last year--and circulation--18 million items--that the budget could no longer sustain the department's system of 74 libraries and 1132 positions. The library's budget, which is based on a percentage of the city's total budget, is currently $75 million, but it needs $134 million with current expenses.

Et je ne parle même pas des professeurs documentalistes ! Vous me direz, même ainsi ces bibliothèques ouvrent plus que les nôtres, la grande menace à L.A. étant que les établissements n’ouvrent plus que cinq jours par semaine au lieu des sept –et désormais six- actuellement.

Et cela continue : la célèbre bibliothèque de Charlotte Mecklenburg se voyait menacée de fermeture, laissant près de 150 personnes au chômage, les bibliothèques restent finalement ouvertes mais non indemnes :

a 5-20 percent reduction in staff salaries, more than 80 employees will no longer have jobs, library branches will only be open five days per week and only for eight hours per day. In addition, storytimes, classes for job seekers, computer classes, book clubs, teen classes and “other” services will be reduced or cut completely.

Dernier exemple, le très célèbre Alliance Library System dont je n'arrête de vous rabattre les oreilles, vous savez, l’organisation derrière la présence des bibliothèques sur Second Life par exemple et nombre de projets innovants a frôlé la catastrophe. A dire vrai, cela concerne l'ensemble des bibliothèques de l'Illinois menacées d'une sévère coupure de budget (plus de 50%) pour 2010 ! Les professionnels ont alors fait jouer leurs réseaux et un site a vite émergé pour appeler au soutien des bibliothèques par les usagers avec une présence numérique sur Facebook et sur Tweeter, une foire aux question pour informer les usagers, un web-badge de soutien à afficher sur son propre site et surtout un appel de mailing pour faire pression sur le gouverneur. Lancé en août 2009, le site pouvait se targuer début janvier de plus de 22.000 messages de soutiens.



Comme quoi, le réseau est efficace parfois.