Je voudrais vous parler aujourd'hui du WebGL, un langage sorti l'été dernier permettant d'intégrer de manière native de la 3D dans le navigateur des usagers. Le tout sans rien installer, ni plug-in, ni application. On retrouve là le fameux Graal tant espéré de Linden Labs, ce qu'annonce le Metaverse Roadmap.

Cette fois, l'affaire est sérieuse : on retrouve derrière ce nouveau standard WebGL des fabricants de puces (Nvidia, Intel, ARM, AMD) mais également de navigateurs comme Mozilla, Opera et Google. Les acteurs du marchés sont ainsi d'autant plus en attente que c'est eux qui promeuvent le langage. Fred Cavazza explique :

Pour rentrer un peu plus dans les détails, WebGL propose donc au sein d’une page web de lier du contenu à votre carte graphique à l’aide de javascript et d’OpenGL ES. “ES” ? Oui, OpenGL “ES”. Pour faire simple il s’agit de la déclinaison multi-plateforme d’OpenGL. En d’autres termes, ils poussent un standard qui fonctionnera à la fois sur un ordinateur mais également sur des terminaux mobiles / alternatifs.

Un web 3D ? Fred Cavazza ajoute : bien évidement il ne sera pas question d’abandonner les pages web au profit d’environnements 3D immersifs, mais plutôt de pouvoir encapsuler à loisir des contenus 3D dans vos pages web.  Vous imaginez vos pages web où se mêleraient contenus textuels, sonores, vidéos et 3D ? Ange Zenatti précise que seul le navigateur Chrome, actuellement, est capable réinterpréter et donc d’afficher du WebGL, mais FireFox 3.7 en sera lui aussi et probablement Safari & Internet Explorer aux alentours de 2011.

Spécialiste des mondes virtuels, Ange Zenatti parle dans son billet d'une société du nom de Katalabs qui propose une démo de manipulation et import de contenu dans ce type environnement :

Et vous le web 3D, vous y croyez ?

Voir aussi : Le point sur la 3D dans votre navigateur