Ning est un réseau social un peu particulier : cette plateforme de réseaux plus exactement vous permet, en vous ouvrant un compte de créer votre propre réseau social entièrement personnalisé. A vous ensuite d'y ajouter des fonctionnalités de blog, de forums, de partage de photos, de liens, de lier votre profil Ning avec votre compte Twitter pour diffuser toute mise à jour de votre profil etc.

En mars 2007, suite au premier Bibliocamp réunissant une quinzaine de biblioblogueurs à la BPI si je me souviens bien, Willy Ten ouvrit un réseau Ning appelé "Bibliothèques". Ce réseau est aujourd'hui gros de 130 membres, mais il faut concéder qu'il est aujourd'hui dépassé par d'autres outils de communication et réseaux sociaux. Le forum arbore trois messages dans les 09 derniers mois et les derniers billets de blogs datent de 2007. Depuis la fin 2009, nous avons restreint les inscriptions -auparavant libres- à une modération censée bloquer les centaines de spams qui l'inondaient en quasi-permanence.

Dernier coup dans le dos du réseau : Ning vient d'annoncer la fin de la gratuité de ses plateformes. On comprend qu'ils peinent à se trouver un modèle économique rentable -ce que ne parvient pas à combler la publicité- mais je crains que ce coup de Jarnac ne soit un coup de grâce. A partir du 04 mai prochain, une nouvelle offre sera proposée aux utilisateurs, qui ne fera pas d'exception aux réseaux pédagogiques, ou professionnels comme le nôtre. D'ores et déjà, les utlisateurs cherchent de nouvelles solutions et une liste de réseaux gratuits commence à circuler : Wild Apricot Rsitez SocialGo BoonEx, BuddyPress, Elgg, Joomla, JomSocial, Tuiyo, WackWall, Crowdvine, Spruz, SocialEngine, KickApps , SocialCast, The Online Family Center, Google Friend Connect, Huminity, I-Neighbors, MediaWiki, Grou.ps, Webbours, Groupsite, Stribe, Imentor, IgroopsSocialSam, MemberWing, Webs, Neeetz, Mixxt, CircleBuilder, Shutterfly...

Quant à Bibliothèques, je crains que nous ne finissions enfin par le détruire. J'aimerais bien le clore -fermer seulement les inscriptions- et le garder à titre d'archives et de démonstration pour montrer que nous pouvons nous organiser et que cela demeure possible. Peut-être pas avec ce réseau qui pour le coup est bel et bien mort ; et comment en serait-il autrement vu que plus personne n'y va ni ne communique autour. Peut-être avec un autre, sur une autre plateforme, pour répondre à un besoin ponctuel, local, particulier. L'outil est là, à nous de le garder dans un coin de notre esprit pour le cas où. J'aimerais bien le clore donc, mais je n'ai pas trouvé cette fonctionnalité. Je pense donc que, début mai, il sera détruit.

Et en attendant, Bibliobsession nous propose de jeter un oeil sur le réseau Savoir solidaire.