Sur ArchiveSIC à été déposé en juillet dernier un rapport proposé par les universitaires Joachim Schöpfel (Lille3) et Hélène Prost (INIST) et portant sur le "Développement et Usage des Archives Ouvertes en France. 1e partie : Développement".

Le rapport présente les résultats d'un projet de recherche mené en 2009 à l'université Charles-de-Gaulle Lille 3. L'objectif du projet : évaluer les résultats de la politique en faveur des archives ouvertes en France. La 1e partie du rapport intitulé « Développement » fournit des éléments chiffrés sur la typologie, la taille et le contenu des archives ouvertes, en comparant si possible l'information de 2009 avec 2008. L'enquête s'appuie sur un échantillon quasi-exhaustif des sites français, constitué à partir de répertoires et annuaires. Les données ont été collectées en ligne, sur chaque site.

Le rapport évoque une forte dynamique locale et un développement des dépôts institutionnels ou non mais sans grande coordination malgré l'existance d'acteurs et de partenaires qui pourraient jouer ce rôle (GTAO, MESR...).  Il souligne également une déviation de l’objectif principal d’une archive, la communication directe, rapide et libre entre chercheurs. Préoccupés par un souci d’évaluation de l’impact, certains établissements scientifiques donnent la priorité au signalement plutôt qu’à l’accès direct aux documents. En outre, le mélange entre production scientifique et chargement d’anciens fonds numérisés pose un double problème, celui de la cible et de l’objectif du service, et celui de la pertinence des résultats de recherche dans les archives et pose la question de l'avenir des AO en France.