Sur son blog collections 2.0, Steven Harris se demande comment récupérer les besoins de ressources de ses usagers, et notamment des enseignants-chercheurs. C'est un problème récurrent dans toute bibliothèque d'enseignement supérieur.

Steven Harris cependant propose une solution fondées sur les médias sociaux. Il explique :

Idées pour rassembler les demandes d'acquisitions des enseignants chercheurs

  • Demandez si les enseignants utilisent Zotero pour gérer les références bibliographiques, notamment la version 2.0 qui permet de synchroniser plusieurs ordinateurs. Ils peuvent ensuite partager leur "bibliothèque" sur zotero.org (cf par exemple : http://www.zotero.org/srharris19/items). Ils doivent se créer un profil. S'ils se créent un profil public, et que vous connaissez le nom du compte, vous pouvez visiter le compte et voir les références enregistrées. Vous pouvez même suivre ce profil Zotero via un flux RSS de sorte que vous n'avez pas à en mémoriser l'URL.
  • Ensuite, ils peuvent créer un dossier ou une collection intitulée "requête pour la bibliothèque" ou quelque chose du genre. Vous pouvez ainsi connaître facilement leurs besoins sans que cela change rien à leur façon d'utiliser Zotero : lorsqu'ils trouvent des références bibliographiques pour la bibliothèque, ils n'ont qu'à les enregistrer dans Zotero. Vous les repérez dans la collection idoine et les commandez.
  • Bien sûr, une organisation similaire peut être mise en place avec d'autres outils comme deli.cio.us, Evernote, Springpad, Connotea, voire WorldCat local.

Le plus important dans cette approche est que rien ne change fondamentalement pour l'enseignant chercheurs qui utiliserait déjà ces outils au cours de ses travaux ou de sa veille. En effet, s'ils doivent s'arrêter dans leur activité pour envoyer un courriel, appeler ou remplir un formulaire, cela risque de s'avérer pour eux trop ennuyeux voire, précise Steven Harris, breaks their process and train of thought, rompre le fil de leur pensée, tandis que si les bibliothécaires peuvent capturer ce qu'ils font ou récupérer ce dont ils veulent sans paraître intrusif, ils auront plus de succès.

Bonne idée. Encore faut-il que ce public utilise ces nouveaux outils.