Truth Be Told: How College Students Evaluate and Use Information in the Digital Age, évoque un rapport écrit par deux chercheurs de l'université de Washington Alison Head et Michael Eisenberg. Ces derniers en effet se sont penchés sur les stratégies informationnelles des étudiants pointant les problèmes rencontrés.

"A report about college students and their information-seeking strategies and research difficulties, including findings from 8,353 survey respondents from college students on 25 campuses distributed across the U.S. in spring of 2010, as part of Project Information Literacy."

Le rapport se compose de trois parties :

  1. Une analyse comparative de la façon dont les étudiants cherchent l'information et dont ils sélectionnent les sources, ce à partir d'une enquète conduite en 2009 et en 2010 ;
  2. Des commentaires sur la façon dont les étudiants évaluent l'information trouvée sur le web et à la bibliothèque que ce soit dans le cadre de leurs études ou pour leur usage personnel. On trouvera ici également des remarques sur leurs habitudes de recherches notamment la façon dont ils utilisent les applications du web 2.0 ;
  3. Enfin, des réflexions sur les difficultés, défis, obstacles que les étudiants rencontrent régulièrement durant leurs recherches
iLibrarian cite quelques unes des propositions des chercheurs :

  • Peu d'étudiants s'inquiètent d'évaluer l'information trouvée. Ils considèrent trop souvent que l'information trouvée sur le web (77%) ou à la bibliothèque (67% du panel)est forcément à jour dans le cadre de recherches professionnelles.
  • Le processus d'évaluation est souvent un processus collaboratif : presque les deux-tiers du panel (61%) se sont tournés vers leurs amis et/ou leur famille quand ils avaient besoin d'évaluer une information dans le cadre de recherches personnelles.
  • Presque la moitié du panel (49%) sollicitent fréquemment les enseignants ("instructors") pour de l'aide lorsqu'ils doivent évaluer une source, loin devant les bibliothécaires sollicités pour seulement 11% d'entre eux.
  • Pour plus des trois quart du panel (84%), le problème le plus important rencontré au cours de leurs recherches est de savoir par où commencer. Définir un sujet (66%), le délimiter (62%), et filtrer les réponses non pertinentes (61%) gênent énormément les étudiants. Les entretiens qui ont suivi soulignent l'absence de cadre et savoirs faire dans une société numérique où information abonde et où ils se sentent submergés par les résultats.