Voici quelques temps que je n'avais publié et je m'en excuse.

Souvent, lorsque j'évoque mon activité de publication sur internet, les stagiaires et plus largement mes interlocuteurs me demandent quand est-ce que je prends le temps de bloguer et si cette activité est effectivement chronophage. La réponse est affirmative. Bien sûr que bloguer prends du temps comme toute activité, même si on développe tous des astuces pour réduire ce temps et le consacrer à d'autres tâches ou loisirs.

Une première réponse réside dans le recueil d'information et là interviennent les divers outils et pratiques à mettre en œuvre dans un processus de veille (cf. ce précédent billet). Le recueil d'information en lui-même n'est pas si compliqué que cela lorsque vous avez mis en place les outils ad hoc

Non, l'activité qui prend le plus de temps à dire vrai est la rédaction elle-même des billets. Vous avez là plusieurs types de billets proposés sur ce blog : 

  • Le premier concerne de simples reprises d'information de ce qu'on pourrait et peut trouver ailleurs. Ce sont alors des billets courts, rédigés plutôt rapidement parce que j'ai la chance de ne pas trop chercher mes mots lorsque j'écris (peut-être à tort d'ailleurs, mais j'ai eu peu de retour sur mon style sinon un manque de relecture). des phrases courtes, une image, une information unique. C'est le genre de billet que j'essaie de privilégier ne serait-ce pour en faciliter la consultation par les internautes et les lecteurs. Des billets courts et informatifs sont toujours plus efficaces. J'essaie d'en faire ressortir la structure et de mettre les informations essentielles en gras.
  • Le problème est que j'ai du mal parfois à faire court :-p Parmi les billets ici rédigés, il y a des articles qui agrègent des informations et proposent une synthèse de ma veille sur un sujet ou un autre, ou qui sont des comptes-rendus, tant de mes pratiques que de journées auxquelles j'ai pu assister. Ces billets sont plus longs, plus rédigés, probablement moins lisibles dans un contexte où la lecture rapide prime mais qui contiennent plus d'information. J'espère que mes lecteurs, s'ils ne les lisent pas sur le moment, les agrègent pour y revenir au moment où ils en auront vraiment besoin. Ces billets me prennent plus de temps, parfois plusieurs heures pour un seul article.
  • Il m'est arrivé également de rédiger des séries. Cela thématise un peu les billets produits et rend plus facile leur rédaction : il m'est ainsi arrivé de publier au cours de la même semaine des séries de trois quatre billets ayant le même thème : des semaines autour du traitement de l'image, des univers virtuels, du métier. Et je ne parle pas des publications récurrentes qui ont rencontré un succès inattendu comme mes billets du samedi consacrés au design en bibliothèque. La plupart des lecteurs que je rencontre ne me parlent presque plus que de ces billets !

Tout cela ne répond toujours pas à la question initiale : comment je m'en sors ? Tout simplement en préparant plusieurs billets à l'avance. Il m'arrive de passer une après-midi à travailler et rédiger des billets dont je programme une publication répartie sur quinze jours. S'il intervient un événement ou si je tombe sur une information importante, j'intercale simplement ce nouvel élément dans la publication prévue. Cela me permet de mieux organiser mes temps de travail et de loisir mais présente un défaut majeur : il m'arrive d'avoir encore du travail (cours à préparer par exemple) alors que ma réserve de billet est épuisée. La régularité de publication s'en voit contrariée, voire, emporté par d'autres activités, sévèrement compliquée.

C'est le problème d'écrire pour un blog personnel. Ce qui en fait la richesse aussi puisque je ne me sens pas attaché ni à ce blog, ni à ce canal particulier de diffusion.

Ce qui me permet également d'y revenir. 

Voir aussi : Comment rédiger un billet de blog ? / Apprendreabloguer.com