Quelques anecdotes et histoires de bibliothèques, cet été.

1. Une bibliothèque solidaire à Lyon

(source)

En Juin dernier, la délégation régionale de la Croix-Rouge Française a décidé de créer une bibliothèque solidaire ouverte à tous. Au même titre que l’aide alimentaire ou les vestiboutiques, l’ouverture de cette bibliothèque -riche de près de 4 700 ouvrages de tous genres- entre dans l'offre sociale de l'association qui précise que : "l'accès à la culture est une mission à part entière".

Ce qui m'intéresse est le justificatif suivant, notamment :

Ce projet de bibliothèque est né d’une opportunité, le don de 400 livres, et d’un constat, la difficulté d’accéder à la lecture dans les autres établissements d’emprunt. En effet, il faut en général présenter sa carte d’identité et un justificatif de domicile pour s’inscrire. Un barrage, donc, pour les personnes sans-papier, sans domicile fixe ou demandeurs d’asile.
(...)
« [C]ontrairement aux autres établissements d’emprunt, nous ne fonctionnons pas sur une durée d’emprunt car il est difficile de lire vite lorsque l’on est en plein apprentissage de la langue. Notre souci, c’est que le livre soit lu ; peu importe qu’il soit rapporté six mois plus tard. »

Un outils de plus dans la lutte contre l'exclusion et l’illettrisme pour l'association. Mais pourquoi n'avoir pas proposé un partenariat avec les bibliothèques de la région ?

2. Des bibliothèques à l'Office national des Forêts

(source)

Un exemple de bibliothèque éphémère parmi tant d'autres, comme il en fleurit de nos jours sur les plages et les lieux estivaux. Avec l'opération, "De l'arbre au livr, la bibliothèque de Carcans et l'ONF invitent le public à lire dans la nature. Trois bibliothèques sont ainsi proposées entre Bombannes et Maubuisson, les rayonnages ayant été creusés à partir de récupération (bois flotté et pin récupéré après la tempête Klaus). L'ensemble se veut ludique et surtout libre d'accès, chacun pouvant y déposer et emprunter ouvrages et revues.

3. Bibliothèque de Berlin et ouvrages nazis

(source)

La bibliothèque centrale de Berlin vient d'affirmer qu'elle allait retourner les ouvrages volés par les Nazis au Parti Social Démocrate dont une copie, en anglais, du manifeste communiste.

Cette copie date de 1883 et aurait appartenu à Friedrich Engels qui a corédigé avec Karl Marx le document original en allemand (1848).

Le retour des quelques 70 ouvrages est prévu pour la fin du mois d'août.

4. La riche bibliothèque de Paul Morand, de l'Académie Française

On termine ce rapide tour d'horizon avec "Au fil des pages",une émission de la rédaction de Canal Académie consacrée aux livres d'académicien. L'émission, mise en ligne le 14 août 2011, est disponible sur le site du magazine culturel et se voit consacrée cette fois à la bibliothèque de l'écrivain Paul Morand.

Cette bibliothèque présente un intérêt certain : composée en grande partie d’éditions rares, de tirages numérotés, d’ouvrages avec envois, de livres anciens, d’œuvres poétiques, d’ouvrages en langue anglaise et de traduction des œuvres de Morand. Elle reflète bien entendu les goûts littéraires, les amitiés, les curiosités d’un homme qui fréquenta et influença tout le Paris littéraire d’entre les deux guerres et de l’après-guerre, ainsi que les goûts de son épouse Hélène Soutzo, et même de son père Eugène Morand (1853-1930, homme de lettres lui aussi).

L'émission est disponible et téléchargeable en podcast.