D'abord rendons à César, en l’occurrence Marlène, ce qui lui appartient : ce lien nous était offert sur son blog Marlène's corner au début de ce mois.

Néanmoins, difficile pour moi de passer à côté de ce Men of the Stacks : un calendrier mettant en avant des bibliothécaires hommes. L'objectif affiché de ce dernier est de rompre avec l'image traditionnelle de la bibliothécaire âgé avec son sempiternel chignon et ses immuables lunettes à écailles. "This is not us", clament alors ces collègues outre-atlantique. Et le calendrier devient un moyen de faire changer ces perceptions.

“We can’t just leave it to others to tell the people who we are; that’s why the stereotypes about librarians continue to flourish.  We have to be the ones to go out there and tell people who we are. It’s not enough to complain about inaccurate images of librarians; we must be able to present alternative, positive images in movies, books and, yes, blogs.” — Filipino Librarian

(et soi dit en passant, les commentaires sous chaque image sont à mourir de rire :p )

En cinquante jours (le calendrier fut lancé le 27 septembre dernier), le total des dons s'élevait à plus de 12.700 dollars américains.  avec plus de 860 exemplaires du calendrier vendues et ce, sans fonds ni expériences en marketing autre que professionnelle. Megan, l'un des bibliothécaires modèles explique ainsi sur son blog que tout s'est fait via les réseaux professionnels et sociaux :

We created a seed market. We took advantage of our social networks.  We studied the best practices and tips offered by articles in Mashable and in The Social Media Examiner. We did a little of this and we did a little of that.  As I was talking, I realized I shouldn’t be so forthcoming with the details of “how we did it.”  On some level, that stuff becomes intellectual property and I shouldn’t be giving it all away.  Remember The Joker’s advice in The Dark Knight?  “If you’re good at something, never do it for free.”

En soi, l'initiative est plutôt bienvenue, mais il y a autre chose : les recettes de cette vente seront ensuite donnée au Projet "It gets better" qui lutte contre le mal-être des jeunes LGBT en publiant des vidéos d'anonymes et de célébrités, d'individus et d'organisations leur affirmant qu'au delà de ces années adolescentes peut-être difficile, tout finira par s'arranger. Des universités et des bibliothèques ont proposées également leur contribution au projet.



L'idée de calendriers professionnels n'est pas neuve (celle de bibliothécaires hommes non plus d'ailleurs), mais elle n'en est pas moins d'actualité ni intéressante comme l'ont montrées des expériences passées. Si en plus il y a une bonne cause derrière...