Kay Tairov est un vieux de la vieille. Il a rejoint l'Univers virtuel de Second Life dès 2007, soit il y a maintenant bientôt cinq ans. Également membre de l'American Library Association, l'association professionnelle américaine, il s'occupait entre autres et avec d'autres de la gestion d'une île maintenue, payée et gérée par l'ALA sur Second Life. Un groupe également regroupe in world ceux intéressés par la vie de l'association. 

Récemment Kay Tairov a envoyé un message à tous les membres du groupe :

I wanted to let you know that ALA Island will be closing come the new year. ALA will still maintain a presence in SL, just on a smaller scale. Please send me an IM if you have questions. Thank you, Kay Tairov

Les raisons ne sont pas difficiles à deviner. SL perd de plus en plus d'utilisateurs, même s'il semble s'être stabilisé ces derniers temps, au point d'ailleurs que LindenLabs, l’entreprise créée par Philip Rosedale comme partie juridique, légale, du mode virtuel et dont le seul but était d'éditer et de soutenir Second Life, vient d'annoncer qu'elle allait diversifier ses activités.

In addition to delivering new features and increasing our support for Second Life, we will be launching some completely different products next year not related to Second Life. Some of them will be very experimental, but all will fit within our company’s proud history of enabling creativity, which I hope may interest some of you.

Bien sûr, cela pose des questions quant à la permanence de SL à l'avenir. Les fermetures et augmentations de tarifs ces dernières années ont contribué à la désertion progressive de l'Univers Virtuels, laissant la place aux non-profit groups intéressés par la co-création de contenu, les développements ou l'innovation pédagogique. 

De ce point de vue, les bibliothèques se sont révélées des utilisatrices particulièrement actives et impliquées sur Second Life, allant jusqu'à créer un archipel entier d'îles bibliothéco-centrées : l'InfoArchipel. La présence d'une île gérée directement par la prestigieuse ALA a d'ailleurs représenté un attrait indéniable dans la constitution de cet archipel et, partant, la disparition de cette dernière est loin de se révéler anecdotique.

L'ALA possède un blog autour de cette présence virtuelle  sur lequel vous pouvez trouver des informations sur ce que l'association faisait -et continuera de faire, dans une moindre mesure- en ligne.