Sur son blog, Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur, Jean-Marie Gilliot relate une expérience intéressante et amusante d'usage pédagogique de twitter et venant d'un de ses élèves.

Il explique ainsi inciter ses élèves à utiliser twitter dans ses enseignements pour partager leurs trouvailles, annoncer les nouvelles productions des différents sous-groupes et accéder aux liens postés tout au long des travaux. L'appropriation de l'outil diffère selon les élèves qui sont alors plus ou moins familiers de twitter mais, y compris dans ce cadre pédagogique et donc relativement strict, il a noté l'émergence de commentaires plus décontractés et de private jokes. Les cours sont signalés sur twitter via leurs hashtags respectifs, ces mots-clefs qui permettent de caractériser un tweet.

Afin de favoriser l'usage de twitter par les élèves, il a donc été proposé une bataille de hashtags entre les 2 groupes classe. L'idée part d'un site astucieusement nommé Hashtagbattle, né d'une compétition entre deux Startup Weekends qui se déroulaient le même jour à Nice Sophia-Antipolis (France) et Lauzanne (Suisse). Il s'agissait alors de savoir laquelle des deux récolterait le plus de tweets. Et oui, pour une fois, le produit est français.

D'autres fonctionalités du site sont notables comme le graph du nombre d'occurance d'un hashtag sur les dernières 48h, ou un liste des hashtags les plus utilisés.

Un côté compétition donc qui peut entrainer de saines émulations. De plus, précise Jean-Marie Gilliot, c’est intéressant car les deux groupes se retrouvent à consulter les publications des autres élèves, ce qui enrichit notablement les échanges, les uns réagissant sur les posts des autres.  Mais, je n’ai pas noté d’implication plus importante de ceux qui n’étaient pas très actifs sur ce média.

Une idée originale et conviviale pour mieux faire participer les élèves.