Jeudi 31 mai, j'intervenais -rapidement- dans le cadre d'une journée d'étude coorganisée par Médiaquitaine et le Centre national de la littérature pour la jeunesse - La Joie par les livres sur le thème des "Politiques documentaires jeunesse à l'heure du numérique" dont vous trouverez ici le programme au format pdf.

Ce dernier présente la journée de cette façon :

Les politiques documentaires, en particulier jeunesse, s’inscrivent désormais dans un contexte du développement des ressources numériques.
Qu’en est-il des notions d’acquisition, de collection, bousculées par celles d’accès et de service ? Que proposer, face à quelles attentes, pour quels usages ? Avec quels moyens ? Pour quelles finalités ? Quelle gestion, entre concurrence, coexistence, complémentarité ? En février 2011 Médiaquitaine organisait avec l’ABF une journée d’étude nationale : « Politiques documentaires jeunesse : quelles réalités aujourd’hui ? ». En prolongement de cette journée et pour en approfondir la thématique, on s’interrogera sur ces bouleversements.

Je ne reviendrai pas sur cette dernière, vous en trouverez des comptes-rendus en ligne (par exemple ici ou ici, sur le  sur le blog de l'inspecteur d'académie Jean-Pierre Véran sollicité pour faire la synthèse de la journée).

Ma propre intervention devait traiter des ressources numériques en bibliothèque jeunesse et je l'ai construite en trois temps :

  1. Un contexte en mutations
  2. Panorama des ressources numériques
  3. Stratégies de mise en œuvre

La première partie revenait sur les évolutions des usages, expliquant combien les plus jeunes avaient un accès facilité aux appareils et, partant, aux ressources numériques ce qui n'était pas sans conséquence pour nos propres établissements. L'idée était donc d'évoquer les évolutions d'usages et la désinstitutionalisation comme la désintermédiation qui en résultaient ce qui, paradoxalement, renforce le rôle des bibliothèques et des médiathèques puisque cette désintermédiation ne signifie pas tant disparition qu'invisibilité des intermédiaires. Benoît Tuleu, qui me précédait dans la journée et évoquait l'impact du numérique sur les politiques documentaires, avait déjà abordé ces changements menant à un certain flou dans les repères professionnels.

La seconde partie revenait sur les principales ressources numériques disponibles en sections jeunesse, comprises au sens large soit pouvant accueillir tant les tout-petits que les adolescents. Je ne me suis pas attardé sur les cédéroms et autres dévédés pour me concentrer sur les ressources toutes dématérialisées à savoir 1°) les livres numériques et la presse en ligne, 2°) la vidéo à la demande et la musique en streaming, 3°) les jeux vidéo. Sont évoqués également les ressources d'autoformation et les livres sonores. Il s'agissait à chaque fois de faire le point sur les enjeux de chaque type de ressources (pourquoi sont-ils importants, quels questions techniques, juridiques, économiques ils posent...), évoquer rapidement une description des ressources disponibles et esquisser les modes de valorisation possibles. Pour ce faire, je suis parti des rapports et des premiers retours d'expérimentations existants.

Si l'on considère simplement l'offre jeunesse existante, il n'y a guère de surprise à avoir : elle demeure faible et mal valorisée par les éditeurs. Souvent, on trouve des titres compris dans les abonnements adultes mais plus rares sont les abonnements destinés uniquement à la jeunesse. Probablement sera-t-il intéressant pour un établissement de signaler au sein d'une même page ressources jeunesse spécifiques et titres cachés dans les abonnements adultes.

Quelques questions pour une offre de contenus numériques

  • Offre documentaire (bouquet ou non, support, ressources gratuites…)
  • Modèle économique (abonnement, titre à titre) et Coût  (subventions possibles)
  • Questions juridiques (cf. Ressources numériques en bibliothèque : aspects juridiques et modes d'acquisition / Lionel Maurel)
  • Aspects techniques (streaming, téléchargement, formats de fichiers, logiciels requis, statistiques)
  • Accès au service (prêt, sur place, à domicile) et Valorisation
La dernière partie voulait traiter plus spécifiquement des modalités de mise en œuvre au sein des établissements mais, même si je l'avais prévue plus succincte dans le déroulé du diaporama, je me suis tout de même retrouvé à court de temps libre pour la développer à bien.

Il s'agissait néanmoins d'insister sur plusieurs écueils récurrents à l'occasion de la mise en place de ces nouveaux services comme

  1. Ouvrir un service parce que c’est à la mode (Acquérir pour acquérir)
  2. Croire que tous les établissements se valent
  3. Céder aux sirènes technologiques
  4. Penser que parce que c’est en ligne, ça ne coûte rien
  5. Sous-estimer les questions techniques
  6. Sous-estimer les coûts sur le long terme
  7. Penser que les usagers seront enthousiastes
  8. Laisser le service dans les mains d’une seule personne
  9. Ne compter que sur son seul enthousiasme
  10. Avoir un personnel peu formé et à l’aise avec ces questions

L'idée est évidemment d'intégrer ses services comme autant de projets dans la stratégie de l'établissement, ce qui doit permettre de lier ces outils à des objectifs définis, réfléchir à leur valorisation, la communication à mettre en œuvre et la médiation que vous allez développer autour. Et je terminais en suivant deux orientations plus stratégiques : Développer une vision globale en terme d'offre de service que ce soit sur la façon dont l'offre s'insère dans l'offre de service de la bibliothèque d'une part (ne pas penser les services numériques en parallèle et déconnectés des services et des ressources physiques mais bien réfléchir en terme de complémentarité tant au niveau de l'offre que de la valorisation) et, d'autre part, comment ces ressources numériques s'insèrent dans l'archipel des services numériques de la bibliothèques (services en ligne, services numériques sur place, modalités d'accès aux collection...) tout en insistant sur l'importance de la formation, de l'expérimentation, de la connaissance de l'offre et de ces modalités, du rôle primordial du médiateur.

La présentation est disponible sur mon compte slideshare (cliquer sur l'image).N'hésitez pas à la compléter, commenter, discuter...