Birmingham, suite et fin.

Un dernier billet à propos de la récente bibliothèque de Birmingham. Cette tentative de recréer la bibliothèque sur Second Life m'a pas mal intrigué et j'ai contacté la bibliothèque afin d'en savoir plus. Il s'agissait alors essentiellement de savoir si les objectifs de participation étaient effectivement atteints ou s'ils étaient finalement restés un vœu pieu. L'idée initiale, je le rappelle, était d'impliquer les usagers dans l'agencement de la bibliothèque par le biais d'un certain nombre d'outils de consultation pour permettre aux usagers d'interagir avec la représentation virtuelle et, partant, de renseigner les professionnels sur leurs besoins. Les usagers avaient donc à leur disposition :

  • Un espace d'enquête (les podiums sur l'image renvoie à des sondages)
  • Des possibilité de sélection des matières et des décors (les layouts)
  • Une visite virtuelle guidée
  • Une visite automatique guidée sur un livre volant
  • Des icônes informationnelles
  • Une possibilité de laisser des notes avec des smileys (sourire / triste) : les usagers pouvaient laisser des commentaires que d'autres visiteurs pouvaient approuver (ajout d'un smiley souriant) ou infirmer (ajout d'un smiley triste).

Toutes les données étaient bien sûr enregistrées et accessibles par l'équipe projet sur internet.

De leur côté, les bibliothécaires avaient la main sur un certain nombre de données, pouvant corriger des éléments, changer le mobilier, les textures... La société Daden avait même créé un hall d'exposition où ces mobiliers étaient entreposés et où les professionnels pouvaient faire des essais d'aménagement. 

Cette bibliothèque virtuelle était ensuite mise à disposition des usagers, l'adresse étant largement communiquée sur les documents physiques et virtuels de la bibliothèque, et des sessions de démonstration et de formation étaient organisées en présentiel dans les différentes bibliothèques du réseau. En moyenne, ces sessions rassemblaient entre 40 et 50 usagers. L'occasion de toucher rapidement et simplement beaucoup de monde.

Quel usage réel de la représentation 3D ?

En fait, d'après les retours, il n'y a pas eu de fréquentation massive de la représentation 3D de la bibliothèque. Ce n'est pas une surprise : ces constructions virtuelles exigeaient au préalable une bonne connaissance de Second Life à défaut d'un réel intérêt. Avoir un ordinateur suffisamment puissant, télécharger le logiciel, se créer un avatar, apprendre à s'orienter.. autant de contraintes à maîtriser pour quelqu'un qui n'a pas forcément plus d'intérêt que cela dans le projet. Les développeurs expliquent donc que malgré tous leurs efforts, ils n'ont pas récolté autant de données qu'espérées.

Ce qui a bien marché en revanche étaient les sessions de démonstration proposées dans les différentes annexes de la bibliothèque, mais également dans les écoles et au cours d'événements culturels. Des avatars étaient alors à la disposition des particuliers, et ces derniers pouvaient évoluer, explorer et commenter... accompagnés d'un bibliothécaire. Ces évolutions étaient projetées sur grand écran, ce qui permettait à d'autres usagers de découvrir les lieux sans se forcer à entrer dans le monde virtuel.On ne soulignera jamais assez la nécessité de l'accompagnement dans ce genre de projet.

Quel intérêt alors à une représentation 3D ?

Aucun bénéfice pour cette expérience ? Nos collègues ne diraient -évidemment- pas cela. De manière complètement inattendue, les vrais bénéfices de l'opération sont venus de l'utilisation quasi quotidienne de la représentation 3D par l'équipe projet au cours de ces derniers deux ans et demi. Ça lui a permis de prendre les mesures du futur établissement et donc d'essayer plusieurs agencements possibles. Incidemment, les flux de circulations ont été revus, comme les endroits où les gens passaient plus de temps, observaient la vue,et les fonctionnalités de certaines pièce redéfinies.

Même les fournisseurs en ont profité pour discuter avec les bibliothécaires afin d'envisager les meilleurs emplacements, ce tant pour le mobilier que pour la signalétique ou l'emplacement des bornes wifi. Cet usage n'était absolument pas prévu initialement mais au final fort bienvenu par l'ensemble des membres du projet. Les réunions entre constructeurs, fournisseurs et professionnels se sont d'ailleurs organisées directement dans Second Life, sur les lieux même des discussions (et avec cet autre avantage de réduire les coûts de déplacement pour les personnes concernées).  

Une panacée ?

Bien sûr que non. Au niveau de la représentation virtuelle du bâtiment, il y a quand même quelques manques, dont les espaces internes. John Marsh, le chef projet à la bibliothèque de Birmingham explique ainsi :

the trick that was missed was that we only built the public part of the building. If we knew then what we know now, we could have put all the back office in, so now staff wouldn't be wandering around looking for their desk or even how to get out of the building - so they could understand where all their own facilities were as well as the public ones !

Question projet donc, pas vraiment de participation intensive des usagers, hors des présentations par l'équipe projet.

La dernière contrainte, et non la moindre, est l'emploi de la plateforme Second Life, qui en soi, ne décolle pas et rencontre de gros problèmes d'utilisation et de fréquentation. En 3 ans, depuis le début du projet donc, SL n'a pas vraiment évolué (sauf pour l'apport du MESH qui améliore la qualité de la représentation) ni franchement amélioré sa prise en main ou son utilisabilité. L'entreprise Daden ne travaille plus in world d'ailleurs, mais construit tous ses projets sur Unity3D, qui présente en plus l'énorme avantage d'être accessible à partir d'un navigateur ou depuis une tablette, ce qui devrait permettre, espèrent-ils, de renforcer la participation des usagers. Précisons enfin que les constructions résident sur des îles payantes sur SL ce qui a un coût non négligeable. Le Conseil municipal de Birmingham ne devrait pas continuer à louer la sienne d'ailleurs maintenant que la bibliothèque réelle a ouvert. Je vous engage donc à visiter son double virtuel avant la fin du mois si vous souhaitez y jeter un œil.

Vous trouverez plus d'information, et des diaporamas, sur le site de Daden Limited.