Parfois il y a de drôles d'études dans les revues professionnelles. Récemment, mon intérêt était attiré par une étude parue dans le volume 75, numéro 2, de mars 2014, de la revue College and Research Libraries et intitulée "Mobile Libraries: Librarians’ and Students’ Perspectives". Quelles perspectives d'usage de terminaux mobiles en bibliothèques ? Mais en réalité, il en allait légèrement autrement.

L'article explique donc : 

Cette étude, fondée sur le modèle d'acceptation technologique (TAM), vise à déterminer si les bibliothécaires et les étudiants en SIB sont familiers avec les innovations technologiques les plus récentes et s'ils sont prêts à les accepter. La recherche a été menée en Israël au cours des premier et second semestres de l'année scolaire 2012 et a examiné deux populations : les bibliothécaires et les étudiants en bibliothéconomie. Les chercheurs ont utilisé deux questionnaires pour recueillir des données : un questionnaire détaillé individuel, et un questionnaire sur la technologie mobile. Dans l'ensemble, l'étude a croisé les deux variables de base du TAM (les perceptions sur la facilité d'utilisation et sur l'utilité), avec le degré de familiarité avec l'innovation, pour prédire si bibliothécaires et étudiants avaient l'intention d'utiliser des services mobiles dans leurs bibliothèques.

L'idée est donc d'interroger et analyser la perception qu'ont les professionnels (et les professionnels en devenir puisque sont interrogés les étudiants également) des technologies mobiles et, par extension, la représentation qu'ils peuvent se faire de services sur mobiles. Pourquoi pas.

Pour ce faire, l'étude se base sur le TAM, un modèle développé en 1989 par un certain Davis dans le but d'analyser les facteurs qui influencent l'acceptation de l'informatique par les usagers. Il repose sur deux éléments clefs : l'utilité perçue de l'objet d'une part et d'autre part la facilité de prise en main perçue. En gros, si les perceptions sont positives, les usagers vont avoir tendance à continuer à utiliser l'objet en question. Cette grille aurait déjà été utilisée en bibliothèque pour lire la perception de bibliothèques numériques par les usagers. L'autre perspective adoptée par l'étude concerne le degré de familiarité personnelle envers l'innovation (personal innovativeness). Ici, il s'agira d'étudier si les sujets ont plus ou moins de facilité à utiliser de nouvelles technologies de l'information.

Leurs hypothèses présupposent que, je résume, les étudiants ont une meilleure perception des terminaux mobiles que les bibliothécaires en poste et seront donc plus à même de proposer des services mobiles. Une hypothèse est également que le fait de posséder un smartphone influe sur la perception des services qu'on peut mettre en place.

Les réponses aux questionnaires envoyés (à des professionnels et étudiants israëliens, en 2012) montrent que les étudiants utilisent et développent donc de meilleures perceptions que les professionnels envers les terminaux mobiles. Et, du coup, ils sont plus enclin à utiliser ce genre de terminaux -i.e. de mettre en place des services adaptés à des mobiles- dans leurs établissements. L'étude explique de manière un peu rapide à mon sens -et mon expérience de formateur m'a parfois démontré le contraire- que les professionnels préféraient continuer à utiliser des environnements connus plutôt que d'investir des terrains nouveaux et non maîtrisés. Cela corrobore d'autres études qui soulignent que les étudiants montreraient plus d'intérêts à interagir avec fournisseurs de données et usagers via mobiles. En revanche, l'étude ne montre aucune plus grande ouverture personnelle à de nouvelles technologies de la part des étudiants. 

D'autres conclusions viennent ensuite étayer le modèle TAM en soulignant qu'une utilisation bénéficiaire augmentait les chances d'utiliser le terminal mobile dans son établissement. Cela signifie qu'il faut faire attention à l'utilisabilité des interfaces pour en faciliter l'appropriation par les usagers. Et, bien sûr, la perception d'un outil étant lié à son utilisation réelle, les détenteurs d'un smartphone sont plus à même de les utiliser d'un point de vue professionnel également. 

Et ?

Et rien. J'ai l'impression que l'étude enfonce des portes ouvertes. Certes avec des données pour les justifier mais quand même. J'aurai préféré qu'elle se penche sur l'usage effectif de services mobiles et sur les représentations ou les perceptions générées, mais bon. Peut-être dans un prochain article.