Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Associations professionnelles

Fil des billets

lundi 17 janvier 2011

Actif CFi

Si vous ne suivez pas le blog du CfI, je vous conseille vivement d'ajouter ce dernier dans votre agrégateur. Le CfI désigne le Comité français de l'IFLA, une instance qui œuvre pour la promotion de la francophonie au sein de l'association internationale et, plus largement, dans le monde des bibliothèques et de l'information.

Cela passe par plusieurs actions comme un soutien aux associations professionnelles francophones pour leur adhésion au sein de l'IFLA, la traduction des documents produits par l'IFLA en français à commencer par celle des communications présentées lors des congrès annuels, l'attribution de bourses afin de faciliter la participation des professionnels à ces mêmes congrès, qui change de continent tous les ans.

1. Élections au sein de l'IFLA

Cette année, pour l'association internationale, se dérouleront des élections. Des élections au sein des sections de l'IFLA en premier lieu. Ces sections sont animées et administrées par un groupe de collègues élus par les membres de l’IFLA, et qui constitue ce qu’on appelle le « comité permanent » de la section. Or donc, 2011 est une année d’élections au sein de l'IFLA, notamment pour renouveler ces comités. Le nouveau mandat va courir sur la période 2011-2015. Aussi, si un travail dans une de ces sections -et il en existe une quarantaine, largement de quoi couvrir vos centres d'intérêts- n'hésitez certes pas à vous rapprocher du Comité français afin qu'il vous conseille et vous soutienne dans votre démarche. Une présence francophone n'est jamais de trop. 

Dans le même ordre d'idée, avec le renouvellement duGoverning board, ou conseil d'administration, de l'IFLA, le Comité français soutien la candidature d'un français, Frédéric Blin, actuellement directeur de la conservation et du patrimoine à la Bibliothèque Nationale Universitaire (BNU) de Strasbourg (France).

2. Programmes de Bourses

Le CfI propose également des bourses pour participer aux congrès professionnels internationaux. Cette initiative, déjà importante dans le cadre de la participation de professionnels français, devient incontournable pour celle d'autres professionnels francophones.

Sont concernés le congrès annuel de l'IFLA dont la session 2011 se tiendra du 13 au 18 août prochains à Puerto Ricosous le thème "Libraries beyond libraries: Integration, Innovation and Information for all".  Pour information, la session 2012 qui verra les 85 ans de l'association et la 78e conférence se tiendra quant à elle à Helsinki, en Finlande. Il s'agira également de fêter les 100 ans de l'association des bibliothèques finnoises (vidéo).

8 à 9 bourses seront ainsi proposées pour la participation du Congrès de Porto-Rico, dont 1 à 2 permettront d'assister au 2e Congrès mondial de l'AIFBD, l'association internationale francophone qui se tiendra en Martinique, Université des Antilles et de la Guyane, du 9 au 12 août 2011 sous le thème " Francophonies, bibliothèques et développement durable" (cf. l'appel à communications).

En outre, et pour la première fois, le CfI propose cette année 1 à 2 bourses pour assister au Congrès de LIBER 2011, à Barcelone, du 29 juin au 02 juillet 2011. Le thème de cette session est : "Getting Europe ready for 2020: the library's role in research, education and society" et vous pouvez d'ores et déjà suivre le hashtag sur twitter #LIBER2011BCN.

Cette Ligue des bibliothèques européenne de recherche forme un réseau de bibliothèques nationales, universitaires et de recherches en Europe et fêtera cette année ses 40 ans. Pour information, la Ligue a ouvert uncompte sur SlideShare où vous retrouverez certaines communications.

vendredi 17 décembre 2010

10 ans d'IABD

Michèle Battisti a mis récemment en ligne une présentation reprenant les actions menées par l'IABD ces dernières années. On retrouve les positions de l'interassociation sur des sujets sensibles et importants comme la loi HADOPI, l'ACTA, les œuvres orphelines, la numérisation du domaine public, le prix du livre numérique, la durée des droits voisins...

Présence numérique de l'IABD :

mardi 20 juillet 2010

Día Nacional del Bibliotecario en México

“El bibliotecario de hoy vive una constante evolución que contempla los dominios de la información, las tecnologías, la comunicación y la administración”. EUROREFERENTIEL I&D



L'info est partie d'un tweet. Un inconnu qui cite un billet de ce blog, la curiosité de découvrir de qui il s'agit (un collègue mexicain) et le fait de tomber sur ce tweet :

RT @GSLogicos: Día Nacional del Bibliotecario en México. ¡Felicitamos a todos los bibliotecarios!

Du coup, je suis allé voir sur le grand méchant Google (oui oui, tout le monde le conspue mais tout le monde l'utilise quand même évidemment) et je suis tombé sur le site de l'AMBAC : l'association des bibliothécaires méxicains (Asociación Mexicana de Bibliotecarios) créée en 1924.

La Asociación Mexicana de Bibliotecarios, Asociación Civil, (AMBAC) es la agrupación de bibliotecarios más antigua de nuestro país. Fundada en 1924 con el nombre de Asociación de Bibliotecarios Mexicanos, en 1965 adquirió su nombre actual y la calidad de asociación civil. Tiene cobertura nacional y cumple con los siguientes objetivos: Mejoramiento profesional de sus socios, promoción y fomento de las bibliotecas, el servicio bibliotecario y la biblioteconomía. La AMBAC mantiene relaciones con numerosas asociaciones profesionales, y muchos de sus socios pertenecen a una o más de ellas.

Parmi les actualités du site je trouve alors en effet que ce 20 juillet est considéré comme Jour national du bibliothécaire (et pas de la bibliothèque). Non seulement c'est sérieux, mais il y a même un décret qui le stipule, accessible sur le site du Sénat méxicain, ce depuis le 06 avril 2004. 

Pour fêter l'évènement, un colloque de deux jours est organisé dans la ville de Mexico qui aborde des questions autour de l'identité du métier et de la formations des professionnels (lundi 19) et aujourd'hui des thèmes autour des liens entre le bibliothécaire et la société, abordant entre autres la représentation du bibliothécaire, une loi sur les bibliothèques, une pour le droit d'auteur, une pour le développement de la lecture. Ce colloque est proposé par l'ENBA, école nationale de bibliothéconomlie et d'archivistique, un peu l'équivalent de l'enssib.

Une conférence semble également prévue à Guadalajara, proposée par la section des Bibliothèques publiques de l'AMBAC mais je n'ai pas trouvé de thème.

L'occasion de remarquer au passage que l'AMBAC propose aussi un congrès début mai appelé "Journées méxicaines de la bibliothéconomie" dont le 41e opus portait sur le thème : EL PASADO COMO PRÓLOGO: EL FUTURO COMO DESAFÍO. Tout un programme.

Bon alors, l'idée est sympa. C'est pour quand notre journée française du bibliothécaire ? Ok, ça fait (encore) un peu corporatiste d'une part et d'autre part les événements de ce genre (colloques sur la formation ou le métier plus généralement) ne sont pas si rares dans l'hexagone, il n'empêche, je trouverai cela rigolo.

vendredi 9 juillet 2010

Valses présidentielles

Non, non, pas de remaniement ici. Il s'agit de se faire l'écho de changements à la tête d'associations et organismes professionnels, et il semble que 2010 soit un grand cru. déjà en janvier dernier, l'ABF ouvrait la marche. C'est le cas également, plus récemment de l'ADBGV ou de LIBER.

1. ADBGV

L'association des directeurs de bibliothèques de grandes villes (ADBGV) a réuni son assemblée générale début juin à la Médiathèque d'agglomération Emile-Zola de Montpellier, le président jusqu'alors étant M. Gudin de Vallerin, directeur du réseau montpellierain. A cette occasion, le conseil d'administration de l'association a été renouvelé comme suit :

  • Président : André-Pierre SYREN, Directeur des Bibliothèques-Médiathèques de Metz
  • Vices-présidents : Gilles GUDIN DE VALLERIN ; Françoise HECQUARD, Directrice du réseau des bibliothèques de Rouen
  • Secrétaires : Nathalie ERNY, Directrice de la médiathèque municipale de Hyère ; Esther HERANZ (adjointe) Directrice de la MPU et des bibliothèques municipales de Valence
  • Trésoriers :  Erick SURGET Directeur de la médiathèque de Niort et du secteur communautaire ; Catherine BONY (adjointe), Directeur des bibliothèques de Blois-Agglopolys
Je trouve bizarre cependant les dates qui sont affichées sur le site. Ce dernier affiche que M. Gudin de Vallerin est vice-président depuis 2008, alors qu'il vient juste de quitter la présidence.

2. LIBER

J'ai reçu récemment, via LinkedIn, un communiqué faisant état de changements au sein de l'association LIBER. L'association aurait en effet, au cours d'une assemblée générale qui s'est tenue à Aarhus le 1er juillet dernier, changé de présidence.

Le nouveau bureau se voit constitué ainsi

  • Président :  Dr Paul AYRIS, UCL (University College London),
  • Vice-Président : Ms Kristiina HORMIA-POUTANEN, Bibliothèque nationale de Finlande
  • Trésorier : Dr Bas SAVENIJE, Bibliothèque nationale des Pays-Bas


Précisons au passage que sont élus de nouveaux "Board Members", membres du bureau exécutifs, parmi lesquels le français Julien Roche, directeur du SCD de l'Université Lille 1, dont l'arrivée compense le départ de François Cavalier. Julien Roche pilotera également le pôle Organisation and Human Resources au sein de ce bureau exécutif. 

3. enssib

L'école nationale des Sciences de l'information et des bibliothèques a réuni son Conseil d'administration le 22 juin dernier. Ce dernier s'est prononcé entre autre sur la reconduction d'Anne-Marie BERTRAND, dont le mandat de direction arrive à échéance en septembre prochain. D'après le site de l'enssib, le conseil émet un avis favorable pour un nouveau mandat de cinq ans, cet avis valant recommandation au ministère chargée de cette nomination.

Qui a dit qu'on ne bougeait pas dans les bibliothèques ? 

jeudi 18 février 2010

Réseaux de jeunes biblitohécaires

Parmi les collègues que je suis dans le cadre de ma veille se trouvent des collègues américains. Ces derniers adhèrent à différents groupes sur des sites de réseaux sociaux et j’ai remarqué qu’un certain nombre de ces groupes sont exclusivement ou du moins spécialement réservés aux jeunes et aux nouveaux collègues (jeune étant à prendre dans le sens où ces collègues arrivent dans la profession).

La puissante ALA encourage ce mouvement puisqu’elle propose depuis quatre ans un programme en son sein réservé aux Emerging Leaders.

A leadership development program which enables newer librarians from across the country to participate in problem-solving work groups, network with peers, gain an inside look into ALA structure, and have an opportunity to serve the profession in a leadership capacity.

L’idée est simple : intégrer les nouveaux lauréats sortant des formations (il faut avoir moins de 35 ans ou être un professionnel avec moins de 5 ans d’expérience pour pouvoir postuler) directement dans des groupes de réflexions de l’association, et lors des événements annuels organisés par l’ALA, ce afin de contrer les implications fluctuantes propre à toute association et la rendre plus réactive, dynamique. Certains des particpants sont même sponsorisés par l’une des branches de l’ALA : c’est elle qui paiera les frais pour les inévitables déplacements et logements lors des conférences.

Voir aussi la page dédiée sur le wiki de l'ALA.

On pourrait rapprocher ce groupe de Bêta Phi Mu, dont le sous-titre est : « International Library & Information Studies Honor Society ».

The organization was founded in 1948 by a group of leading librarians and library educators to recognize and encourage scholastic achievement among library and information studies students.
The motto, Aliis inserviendo consumor , meaning "Consumed in the service of others" was selected by the founders based on the concept of dedication of librarians and other information professionals to the service of others.

Beta Phi Mu, au nom évocateur de société secrète estudiantine, se veut donc une association de meneurs dont les objectifs seraient à la fois de contribuer et d’encourager les contributions à la Recherche en SIB par le biais de distinctions, de publications (dont leur feuille trimestrielle : Pipeline), d’actions de promotions (journées d’études, séminaires, conférences) ou en subventionnant des projets innovants.

Les exemples se multiplient : Next Gen Librarian est quant à lui un groupe Google réservé est-il précisé aux « young, young-at-heart, and forward thinking libraryfolk ».

J’aurai bien ajouté que l’IFLA s’y mettait aussi mais son New Professionals Special Interest Group semble concerner une nouvelle aire de compétences et, partant, regrouper des bibliothécaires travaillant dans des secteurs privés ou sur des profils nouveaux.

Et en Europe ?

Les étudiants en SIB se regroupent et se retrouvent une fois l’an à l’occasion du colloque international BOBCATSSS dont la session 2010 étaient organisée fin janvier à Parme sous le titre : Bridging the digital divide : libraries providing access for all ?. Pour rappel, le nom BOBCATSSS est l’acronyme du réseau des premières universités organisatrices, en 1993, et renvoie aux initiales des villes de ces universités : Budapeste, Oslo, Barcelone, Copenhage, Amsterdam, Tampere, Stuttgart, Szombathely et Sheffield. Un réseau qui s’étend aujourd’hui avec la participation d’étudiants venus de Borås, Riga, Kharkiv, Moscou, Tallinn, Toru, Varsovie, Sofia, Ljubljana, Crakovie, Bratislava, Prague, Osjiek, Zadar, Berlin et Potsdam.

Ce ne sont pas les seuls et je viens de découvrir cet autre réseau YEP ! L’acronyme de Young European Professionals. Autant Bobcatsss est une émanation d’EUCLID (European Association for Library and Information Education and Research), autant YEP est un sous-groupe de LIBER (Ligue des bibliothèques européenne de recherche) du moins c’est ainsi qu’il apparaît sur le réseau social LinkedIn. Cependant à y regarder de plus près, j’ai l’impression qu’il s’agit plutôt d’un groupe européen que LIBER aurait repris en ce qui concerne ses centres d’intérêts.

lundi 15 février 2010

Pour une politique nationale des bibliothèques (suédoises)

Vi Alskar Bibliotek "Nous aimons les bibliothèques", en français.

 

Voilà deux ans que l'association des bibliothèques suédoises a lancé une campagne pour renforcer l'implication des politiques dans le financement des bibliothèques publiques, précisant par ailleurs que la Suède est le seul pays nordique a n'avoir pas de politique publique des bibliothèques. Consequently, Swedes do not have access to the full potential to be derived from a world-leading library system, est-il précisé. Cette campagne vise les élections politiques à venir cette année, en 2010, dans la royauté.

Ce qui est recherché à travers notamment une loi sur les bibliothèques serait la mise en œuvre d'un réseau renforcé de bibliothèques à travers l'ensemble du pays. En 2008, l'association s'inquiétait en effet de la fermeture de quelques 400 bibliothèques publiques et de l'absence de personnels qualifiés dans les établissements scolaires, quelle mettait en relation avec la hausse de illettrisme et la chute de fréquentation des bibliothèques ouvertes.

Elle a donc lancé une campagne d'information pour alerter l'opinion publique avec le logo "library lovers" pour appeler à une nouvelle politique des bibliothèques en Suède. Un engagement qui, selon l'association, suit huit directions développées dans une brochure intitulée "Les bibliothèques ont besoin d'amour" :

  1. Définition d'une stratégie nationale des bibliothèques qui expliquerait leur rôle dans la société de la connaissance, notamment autour des axes suivants :
    • La lecture et la compréhension en lecture
    • La démocratie, la liberté d'expression et la liberté d'information
    • La formation permanente, l'accès à la connaissance et le développement personnel
    • La Culture et la cohésion sociale
    • la société de l'innovation
    • A partir de cette définition, des outils d'évaluation des bibliothèques pourront être développé et mis en place.
  2. Établissement d'objectifs nationaux et d'indicateurs de qualité
  3. Lancement d'une campagne de promotion de la lecture et de "développement des langues". Un aspect de cette campagne destinée aux plus jeunes est la mise en place d'un personnel qualifié dans les établissements scolaires.
  4. Améliorer l'accès aux services des bibliothèques, notamment par le biais de campagne de promotion des bibliothèques, de la lecture et par le de subventions (pour toucher plus de groupe, créer de nouveaux services, renforcer le maillage du réseau
  5. Renforcer les infrastructures réseaux pour les services à distances
  6. Développer la Recherche en Sciences des bibliothèques et la formation initiale et continue des personnels
  7. Rendre accessible librement, en open-access, les résultats de cette recherche menée sur des fonds publics
  8. Créer une Agence nationale des bibliothèques chargée entre autres de :
    • surveiller et évaluer les stratégies et objectifs nationaux
    • développer, compiler et analyser les statistiques relatives aux bibliothèques nationales, les critères de qualité et des indicateurs de qualité
    • développer des solutions nationales, telles que les services de bibliothèque numérique, les services Web et autres plateformes technologiques
    • stimuler le développement des bibliothèques
    • engager l'intelligence qualifiée national et international
    • représenter les bibliothèques suédoises sur la scène internationale
    • encourager l'éducation, de formation et de recherche dans le secteur
    • allouer des fonds d'État pour le développement des bibliothèques, la lecture des activités de promotion, etc
Cette politique est espérée au niveau national car elle concerne tous les suédois, mais ne doit pas entrer en conflit avec les autorités locales :

Une politique nationale des bibliothèques peut - et doit - être développée de manière à ce qu'elle n'entre pas en conflit avec l'autonomie gouvernementale locale. L'accroissement de l'engagement national ne devrait pas interférer avec les pouvoirs locaux.Mais une politique nationale des bibliothèques est nécessaire pour s'assurer que les bibliothèques publiques sont utilisées d'une manière qui profite à la fois à l'ensemble de la société et au développement des individus.En termes pratiques, le but est de réduire la faible utilisation des ressources et des pertes d'impact dues au manque actuel de coordination.

Une politique qui porte ses fruits puisque qu'en ces temps électoraux, l'association estime avoir le soutien de nombres de parlementaires qui ont voté mercredi un projet de loi sur la culture. Le gouvernement devrait d'ailleurs proposer la la Bibliothèque royale de coordonner l'ensemble des réflexions et d'élaborer un plan de développement pour les années à venir. Une proposition à établir en étroite relation avec l'association des bibliothèques suédoises et l'ensemble des bibliothèques du réseau.

Avec tout ce qui nous arrive dessus en France, la réorganisation des ministères de la Culture et de l'enseignement supérieur, la disparition des direction de la lecture et sous direction des bibliothèques fondues dans le grand tout, il ne serait peut-être pas inintéressant de proposer un positionnement équivalent en France. Une loi sur les bibliothèques... le serpent de mer.

mardi 2 février 2010

Le nouveau bureau de l'ABF

Ce week-end se réunissait le conseil national de l'Association des Bibliothécaires de France. Ce conseil, constitué des présidents des groupes régionaux, définit la politique de l’association, programme et contrôle les activités et la gestion de l’association.

Une fois tous les trois ans, le conseil national élit parmi ses membres, au scrutin secret, le bureau national. Ce dernier est chargé, selon les statuts de l'association de coordonner les orientations politiques et la gestion de l’association. En outre, il prend les décisions nécessaires dans l’intervalle des réunions du conseil national auquel il rend compte.

Le conseil national, comme le bureau, sont présidés par le Président de l 'Association.

Ce week-end, donc, se réunissaient les présidents des groupes réunit en conclave à Amiens. En conclave, oui, puisqu'après un renouvellement des présidences des groupes de régions, le nouveau Conseil national devait élire un nouveau bureau national.   

La composition du nouveau bureau est dorénavant la suivante :

  • Président : Pascal Wagner (BM Saint-Jean-de-Vedas)
  • Vice-Présidents : Dominique Lahary (BDP du Val d'Oise) et Marie-Josée Rich (BDP de l'Aube)
  • Secrétaire générale : Maïté Vanmarque (Bibliothèque de la communauté d'agglomération d'Alençon)
  • Trésorière : Martine Itier-Coeur (BMVR de Toulouse)

M. Wagner, précédemment lui-même trésorier de l'association, remplace à ce poste Dominique Arot.

Bon courage à l'ensemble du bureau et très bonne continuation à l'ensemble de ces membres !

jeudi 17 septembre 2009

L'Association Internationale Francophone des Bibliothécaires et Documentalistes

Je ne me souviens pas avoir vu de billet dessus mais le 8 juillet dernier, le comité de dépouillement des votes à l'élection au Conseil d'administration de l'Association Internationale Francophone des Bibliothécaires et Documentalistes (AIFBD) s'est réuni à Genève.

Cette association est née en février dernier affirme son site mais a tenu son premier congrès en marge de celui québécois de l'IFLA en 2008. L'idée et le projet cepandant en sont encore antérieurs puisque dès août 2004, au congrès annuel de Buenos Aires, le caucus des Francophones de l’IFLA entérinait l'idée d'une association francophone pour coordonner les projets et affirmer davantage la présence de la Francophonie sur le plan international dans le monde des bibliothèques et des centres de documentation.

En plus de ce congrès dont une seconde édition ou du moins une présence francophone était organisée lors du récent Congrès de Milan, l'AIFBD gère le Programme ViceVersa : un programme d'échange entre professionnels francophones des bibliothèques.

L’objectif général du programme ViceVersa est de favoriser la coopération et l’échange de compétences en bibliothéconomie, documentation et sciences de l’information dans le monde francophone. Le moyen retenu en ce sens consiste à permettre chaque année à un certain nombre de professionnels francophones de réaliser un échange en milieu de travail.

Pour participer, il faut être membre de l'AIFBD Cette inscription donne accès à la base de données permettant la recherche et la consultation de l’ensemble des fiches des autres candidats. Et le rôle de l'association s'arrête là. A charge pour le candidat d'obtenir l’autorisation de son organisation de participer à un échange professionnel en milieu de travail, trouver ce professionnel avec qui organiser un échange, faire approuver par son organisation le choix du professionnel avec qui l’échange aura lieu et prévoir les termes de l’échange (durée et dates, rémunération, logement, horaire de travail, etc.

L'AIFBD maintient également la liste de diffusion BiblioDoc qui s’adresse aux professionnels francophones donc. Cette liste est née en 2005 par le regroupement des francophones de l’IFLA, avec l’appui de l’agence Intergouvernementale de la Francophonie (AIF) pour servir d’outil d’information et de communication aux professionnels francophones du domaine ainsi qu’à l’ensemble des bibliothèques et centres de documentations de la francophonie.

Cette liste de distribution a donc pour objectifs de favoriser une meilleure coopération entre les bibliothécaires et documentalistes francophones de tous les continents, de permettre un transfert efficace des connaissances professionnelles et un accès plus facile à l’information internationale francophone en matière de bibliothéconomie et de documentation. Elle a aussi pour objectif de créer un réseau de professionnels francophones du milieu ayant à cœur la promotion de la langue française dans leurs activités.

Les messages de Bibliodoc se veulent pour l’instant exploratoires, nous ne voulons imposer de thématiques puisque nous voulons connaître vos besoins, vos idées, vos interrogations. Nous voulons donc façonner cette liste avec vos débats et vos questions sur des sujets professionnels. Ainsi les thématiques se dégageront d’elles-mêmes et elles seront éventuellement proposées à la communauté.

C'est d'ailleurs via cette liste qu'on a pu connaître récemment le nouveau bureau de l'association. En effet, les candidats élus se sont réunis ensuite au congrès de l'IFLA à Milan pour se répartir les responsabilités au nouveau Conseil, à dire vrai une validation des postes occupés déjà à titre provisoire par les membres :

Président : Réjean Savard, Canada
Vice-président : Pascal Sanz, France
Deuxième vice-présidente : Samia Kamarti, Tunisie
Trésorier : Jacques Hellemans, Belgique
Trésorier adjoint : Élie Youmba, Gabon
Secrétaire : Mouna Benslimane, Maroc
Secrétaire adjointe : Madeleine Duparc, Suisse

page 2 de 2 -