Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Blogs

Fil des billets

mardi 14 février 2012

30 Tumblr sur le livre, les bibliothèques et les bibliothécaires

Je parcourais l'autre jour plusieurs Tumblr (cf.), ces mini-blogs, souvent essentiellement de photos et sur une thématique très précise, en me demandant ce qu'il existait pour les bibliothèques.

1. Tumblr ?

Parmi les récentes créations de biblioblogs, quelques uns utilisent Tumblr justement. C'est le cas notamment de "De la page au clic" tumblr de veille que Jean-Michel Mermet, chargé de mission documentaire à l'université de Grenoble, a ouvert en novembre dernier. C'est le cas également de BiblioBang, le blog de jeunes conservateurs territoriaux ouvert en octobre dernier. C'était le cas aussi des éclats du S.I.Lex mais qui n'ont pas tenu, de même que le Tumblr d'Hubert Guillaud, plus rédigé, qui n'est plus guère alimenté.

Initialement, Tumblr se veut un outil de blogging simple et rapide. On peut y récupérer des photos, s'abonner à d'autres tumblr et voir leurs publications dans sa propre interface d'administration, ce qui permet en deux clics de republier, à la manière d'un retweet, ce qui a été publié ailleurs. Le plus souvent il s'agit de photos, ou d'informations courtes. On se trouve alors dans une sorte d'entre deux, entre les longs billets d'un blogs et les courtes mises à jour d'un tweeter ou d'un profil de réseau social. Mais le plus souvent, l'outil sert a publier des images et des photos, sans commentaires.

On retrouve de fait de nombreuses fonctionnalités propres à twitter : des gens qui s'abonnent à vos publications (followers), d'autres que vous suivez (followings), une timeline rassemblant l'ensemble desdites publications et des billets relativement brefs. Et comme pour Twitter, c'est ce réseau de contacts qui joue un rôle central dans la publication et les re-publications en œuvre. Tumblr a même mis en oeuvre une fonctionnalité de Tumblarity, qui fait remonter les billets les plus reblogués et les plus aimés. A ma connaissance, pas de commentaires possibles. On signale qu'on aime, on republie un billet, mais si l'on veut interagir, il faut envoyer un message à l'auteur, on ne peut pas commenter comme sur un module de blog.

Dernier détail, il vaut mieux se mettre à l'anglais. A ma connaissance, l'outil est moins utilisé en France. Mashable citait même des chiffres impressionnants évoquant en décembre dernier plus de 33 millions de Tumblr, 12 milliards de posts, et une croissance forte ces derniers mois (+218% en juin 2011) où la France se place en 9e place des pays contributeurs.

2. et en bibliothèques ?

Les Tumblr de réflexion se font rares. L'outil n'est pas propice aux longs billets rédigés malgré donc quelques exceptions. On voit plus facilement des sites de photos et d'images plus ou moins humoristiques ou artistiques, d'art livresque, de bibliothèques anciennes, de situations de lectures. De petits instantanés rien moins que naturels

En cherchant à droite et à gauche, je suis tombé sur quelques exemples (pour voir toutes les photos d'un coup, il suffit d'ajouter "/archive" à la fin de la l'URL dans la barre d'adresse) :

1. blogs généraux présentant livres et bibliothèques :

Il s'agit là essentiellement de recueils d'images

surtout des livres :

Des blogs littéraires (ou presque) :

2. Tumblr sur les bibliothèques et les bibliothécaires :

Images de bibliothécaires :
  • Librarian wardrobe : des photos de bibliothécaires, pour montrer les styles vestimentaires...
  • This is What a Librarian Looks Like : sur le modèle du tumblr luttant contre l'image du chercheur, un autre exemple de site proposant aux bibliothécaires de poster des photos d'eux-mêmes

et sur les bibliothèques :

3. Tumblr sur la lecture et les lecteurs (sexy)

Des exemples de Tumblr sur la lecture :

Et bien sûr, comme nous sommes le 14 février, je vous présente aussi quelques exemples s'intéressant plus précisément aux beaux mecs en train de lire, parce que bon, parfois ça fait du bien :)

et plus sexy (rassurez-vous, pas vraiment de nu intégral [EDIT du 15/02 : euh...ou presque, il s'en publie des choses depuis que j'ai rédigé ce billet ^^]) :

mardi 6 décembre 2011

Nouvelles lectures

Connaissez-vous "Nouvelles Lectures" ? Si ce n'est pas le cas, abonnez-vous à ce blog sous-titré Des solutions pour l'accès à l'écrit des personnes handicapées et proposé par le très intéressant Luc Maumet, responsable de la médiathèque Valentin Haüy, spécialisé dans les services en matière d'accès à l'écrit pour les publics empêchés.

L'association Valentin Haüy (prononcer A-U-I) lutte :

avec et pour les personnes déficientes visuelles pour la reconnaissance de leur droits, leur participation à part entière à la vie sociale et professionnelle, le développement de leur autonomie au quotidien, leur information et l'information du grand public sur la réalité du handicap visuel, les moyens de sa prévention et la nécessité de toujours faire évoluer le regard que la société, et parfois les personnes déficientes visuelles elles-mêmes, portent sur le handicap.

L’association est présente dans toute la France. Son siège est à Paris. Elle compte 85 comités régionaux et locaux et 8 établissements. Au passage, l’association Valentin Haüy et l’association Handicapzéro viennent d'organiser une journée d’information sur la façon d’interagir avec un écran tactile lorsqu’on est malvoyant ou aveugle le 3 décembre dernier à Paris.

Sur son blog, Luc Maumet parle du format DAISY, des offres numériques, des tablettes, de la peste des DRM (ici un liste des éditeurs sans DRM issue de Bibliosurf), de synthèse vocale sur iPhone et d'AlphaBib, le portail pour améliorer l'accueil des publics handicapés en bibliothèque porté par la BPI.

Dans l'un de ses récents billets, Luc Maumet nous présente une vidéo du Royal National Institut for the Blind (RNIB) l’intérêt des ebooks pour les personnes aveugles et malvoyantes. Une approche intéressante : peu technique mais sensible.



Une thématique à suivre, d'autant qu'on annonce prochainement (un à deux ans) la sortie detablettes à interfaces haptiques, simulant les textures et donc permettant de ressentir par le toucher ce qui est affiché à l'écran. Pour certains publics empêchés les applications possibles sont incroyables !


vendredi 2 décembre 2011

Commentaires indésirables


Désolé pour les commentaires indésirables qui passent le filtre proposé par Gandi.net, mon hébergeur. Il est exaspérant de voir cette recrudescence et de ne pas savoir quoi faire pour en limiter les dégâts.

Amusant néanmoins de constater la teneur de ces commentaires indésirables et l’ingéniosité de leurs instigateurs. Il s'agit toujours d'un message neutre, orienté blog qu'on peut avoir tendance à garder parce qu'ils se veulent valorisant

- Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
- Thanks for this information. This is very eye-opening. It seems as though Slenda is not so splendid!
- I'm looking for a great quotes that i can use on my everyday task and duties. Lucky enough to drop by on your blog. Thanks.
- To be honest. How nice! Very good, and we share information! Too amazing things. Thank you for your masterpiece, worth reading.
- It's so nice to have you do all of the research for us. It makes our decision making so much easier!! Thanks.
- your artical looks like food taste so delicious, much information is very useful to me. thanks
- Good stuff as per usual, thanks. I do hope this kind of thing gets more exposure.

d'autres se veulent faussement amicaux :

It's great to hear from you and see what you've been up to. In your blog I feel your enthusiasm for life. thank you.

Et puis je reçois des commentaires très étranges :

- I thank thee that I am none of the wheels of power but I am one with the living creatures that are crushed by it.
- Venice resident Rhonda DeVictor said she noticed the empty lot when she first moved into the neighborhood 12 years ago
- Now we have a great walkway that goes to the beach and to the canals that came from the partnership of community with government

Il est très rare également que deux commentaires se ressemblent.

Mais de petits détails fragilisent la tentative, outre le fait qu'ils soient rédigés en anglais. Les commentaires vont être en parfait décalage cette fois avec le contenu de l'article : "Fashion is a forever topic", peut-être mais on parlait de cartes et de science-fiction.

Et puis bien évidemment les titres des commentaires et les mails associés les classent indubitablement : beaucoup de mail tournent autour de prêts bancaires, de gages. C'est le gros du problème. Ensuite en viennent d'autres qui proposent des réductions pour des vêtements ou des chaussures. Des produits de marques évidemment mais pas uniquement. Rien autour de pilules bleus ou à caractère sexuel. Ça change des mails. Je me demande comment réfléchissent les personnes qui lancent ce genre de campagne (parce que c'est par vagues bien sûr, 30 spams d'un coup, au cas où un échapperait au nettoyage). On voit en tout cas que c'est pensé, réfléchit en terme de support, parfois séduisant dans le contenu puisque de basse flatterie. Je suis impressionné.

Enfin, je ne serai pas contre un filtre de meilleure qualité.

Allez promis, j'essaie de reprendre un rythme de publication régulier.

jeudi 30 juin 2011

Ecrire pour un blog

Voici quelques temps que je n'avais publié et je m'en excuse.

Souvent, lorsque j'évoque mon activité de publication sur internet, les stagiaires et plus largement mes interlocuteurs me demandent quand est-ce que je prends le temps de bloguer et si cette activité est effectivement chronophage. La réponse est affirmative. Bien sûr que bloguer prends du temps comme toute activité, même si on développe tous des astuces pour réduire ce temps et le consacrer à d'autres tâches ou loisirs.

Une première réponse réside dans le recueil d'information et là interviennent les divers outils et pratiques à mettre en œuvre dans un processus de veille (cf. ce précédent billet). Le recueil d'information en lui-même n'est pas si compliqué que cela lorsque vous avez mis en place les outils ad hoc

Non, l'activité qui prend le plus de temps à dire vrai est la rédaction elle-même des billets. Vous avez là plusieurs types de billets proposés sur ce blog : 

  • Le premier concerne de simples reprises d'information de ce qu'on pourrait et peut trouver ailleurs. Ce sont alors des billets courts, rédigés plutôt rapidement parce que j'ai la chance de ne pas trop chercher mes mots lorsque j'écris (peut-être à tort d'ailleurs, mais j'ai eu peu de retour sur mon style sinon un manque de relecture). des phrases courtes, une image, une information unique. C'est le genre de billet que j'essaie de privilégier ne serait-ce pour en faciliter la consultation par les internautes et les lecteurs. Des billets courts et informatifs sont toujours plus efficaces. J'essaie d'en faire ressortir la structure et de mettre les informations essentielles en gras.
  • Le problème est que j'ai du mal parfois à faire court :-p Parmi les billets ici rédigés, il y a des articles qui agrègent des informations et proposent une synthèse de ma veille sur un sujet ou un autre, ou qui sont des comptes-rendus, tant de mes pratiques que de journées auxquelles j'ai pu assister. Ces billets sont plus longs, plus rédigés, probablement moins lisibles dans un contexte où la lecture rapide prime mais qui contiennent plus d'information. J'espère que mes lecteurs, s'ils ne les lisent pas sur le moment, les agrègent pour y revenir au moment où ils en auront vraiment besoin. Ces billets me prennent plus de temps, parfois plusieurs heures pour un seul article.
  • Il m'est arrivé également de rédiger des séries. Cela thématise un peu les billets produits et rend plus facile leur rédaction : il m'est ainsi arrivé de publier au cours de la même semaine des séries de trois quatre billets ayant le même thème : des semaines autour du traitement de l'image, des univers virtuels, du métier. Et je ne parle pas des publications récurrentes qui ont rencontré un succès inattendu comme mes billets du samedi consacrés au design en bibliothèque. La plupart des lecteurs que je rencontre ne me parlent presque plus que de ces billets !

Tout cela ne répond toujours pas à la question initiale : comment je m'en sors ? Tout simplement en préparant plusieurs billets à l'avance. Il m'arrive de passer une après-midi à travailler et rédiger des billets dont je programme une publication répartie sur quinze jours. S'il intervient un événement ou si je tombe sur une information importante, j'intercale simplement ce nouvel élément dans la publication prévue. Cela me permet de mieux organiser mes temps de travail et de loisir mais présente un défaut majeur : il m'arrive d'avoir encore du travail (cours à préparer par exemple) alors que ma réserve de billet est épuisée. La régularité de publication s'en voit contrariée, voire, emporté par d'autres activités, sévèrement compliquée.

C'est le problème d'écrire pour un blog personnel. Ce qui en fait la richesse aussi puisque je ne me sens pas attaché ni à ce blog, ni à ce canal particulier de diffusion.

Ce qui me permet également d'y revenir. 

Voir aussi : Comment rédiger un billet de blog ? / Apprendreabloguer.com

lundi 7 février 2011

Les statistiques de Vagabondages.

C'est le genre de billet que je réserve à la date anniversaire du blog, mais comme je la rate consciencieusement chaque année (on s'en approche de toute façon : 28 février 2005, bientôt 6 ans ! :D ) et que que Lully propose d'évoquer le sujet, je vais revenir sur les statistiques de Vagabondages. L'occasion pour moi de reprendre les logiciels de statistiques installés mais, contrairement à Lully, guère consultés. A dire vrai, j'ai une connaissance relativement imprécise du nombre de lecteurs et j'avoue ne pas être parvenu à savoir si les stat' comptabilisaient les flux agrégés ou non.

J'évoquais les logiciels de statistiques, parce que j'en ai plusieurs : j'avais en effet installé sur le blog, ou plus exactement son avatar précédent lorsqu'il était hébergé sous blogger, un logiciel qui s'appelleStatcounter que je me suis contenté de reprendre sous gandi.net. Il s'agit de quelques lignes de codes qui apparaissent sous forme d'un compteur en bas de ma page d'accueil. Statcounter m'expliquant que j'utilise pleinement les possibilités gratuites (Your log size of 500 has 500 entries. Upgrade to 5,500 for just $5 a month) et qu'il serait judicieux de passer à une version premium, j'ai profité ensuite du changement de plateforme pour m'inscrire chezGoogle Analytics. Je craignais que ces statistiques étant combles n'en deviennent partielles.

Enfin, Gandi.net, propulsé par Dotclear, me fournit quelques statistiques également de consultations mais ces dernières n'étant pas accessible sous forme de synthèse annuelle (j'ai des chiffres mensuels peu clairs) je ne vais pas les reprendre ici.

Qu'apprend-on ?

1. Visiteurs

Selon Statcounter, il y aurait eu une moyenne de 6.080 visiteurs/mois l'an dernier, avec des pics dépassant les 7.000 visiteurs ces trois derniers mois (9.675 en novembre 2010). Google Analytics signale quand à lui une moyenne de 4.039 visiteurs par mois. Mais je ne sais pas d'où vient ce différentiel. Gandi ne propose pas de moyenne annuelle. Je suppose que c'est à moi de refaire le calcul mois après mois, ce que donc, je ne ferai pas.

Ces visiteurs ne restent pas longtemps : 1,47 minutes en moyenne pour Google Analytics tandis que Statcounter m'explique que 93% de ces visiteurs reste moins de cinq minutes. Je comprends que pour lire le dernier billet il ne faille pas beaucoup de temps, mais peut-être ce chiffre est-il faussé par les flux RSS qui viennent se mettre à jour rapidement ?

Quoiqu'il en soit, selon Google Analytics toujours, seuls 18,75% des visiteurs sont des returning visitors (13,9% pour statcounter). Un truc sympa : Google précise que 727 visites (1,24% du nombre total de visiteurs), via 11 systèmes d'exploitations différents, consultent depuis des terminaux mobiles. 

2. Contenu

Au départ, c'est pour cela que j'ai voulu avoir des statistiques : découvrir ce qui était consulté sur Vagabondages.

Outre la page d'accueil, Vagabondages.org, les pages les plus consultés selon Statcounter sont : 

  1. Les livres dans la peau, un billet sur le tatouage bibliocentré
  2. Devenir bibliothécaire d'Etat
  3. Ron Arad et l'Etat gère, un billet sur une étagère design en forme des États-Unis
  4. QR codes et tutoriels
  5. Connaître les outils de la veille informationnelle
  6. tag Van Gogh
  7. Comment archives, musées et bibliothèques contribuent à la formation tout au long de la vie ?
  8. Les liaisons dangereuses : livre-objet
  9. Bibliothèque publique...
  10. Devenir fonctionnaire européen
Google propose, quant à lui le classement suivants :
  1. Les livres dans la peau
  2. La seconde carrière des enseignants
  3. Connaître les outils de la veille informationnelle
  4. Devenir bibliothécaire d'État
  5. Ron Arad et l'État gère
  6. Les réseaux sociaux et les bibliothèques, un cours que j'avais tenu à l'Urfist de Rennes
  7. Devenir fonctionnaire européen
  8. Modalités d'inscriptions au concours de bibliothécaire d'État
  9. 25 outils de réseaux sociaux à destination des bibliothécaires
  10. tag Van Gogh

Il est intéressant de noter que parmi les thématiques proposées sur ce blog (réseaux sociaux, usages mobiles, représentations des bibliothèques, ressources professionnelles, Sciences de l'information, univers virtuels et bibliothèques, patrimoine, propriété intellectuelle, questions métier...), on retrouve des sujets pas forcément très sérieux dans le top 5. Parmi les billets restants, et la tendance est plus marquée encore dans le top dix, ce sont les questions métiers qui attirent les visiteurs : devenir bibliothécaire d'État, modalité d'inscriptions aux concours des bibliothèques, devenir fonctionnaire européen etc... Un thème qui déjà me valait l'essentiel du trafic sur blogger avec des billets comme "Comment devient-on bibliothécaire" et "Travailler en bibliothèque" : les seuls qui généraient plus de trafic que la page d'accueil.

Ce qui est rassurant aussi est que les billets plus anciens continuent à être consultés : "la seconde carrière des enseignants" date de 2008 par exemple ; j'espère juste que les visiteurs se rendent compte de l'ancienneté du billet et de la parfois nécessaire mise à jour à effectuer.

3. Trafic

15,69% des visiteurs selon Google est arrivé par accès direct au site, et non via un site référent. Ces sites référents sont souvent des agrégateurs d'ailleurs.

Par ces sites référents on trouve : des agrégateurs, des blogrolls et Google surtout selon Statcounter. Google Analytics souligne quant à lui 45,39% du traffic généré à partir d'un moteur de recherche : essentiellement Google lui-même et ce en tant que moteur de recherche d'une part, et de moteur d'image d'autre part.

Vagabondages est très sollicité pour les images qu'il emprunte honteusement à d'autres sites, ce qui pollue largement les stats. Il faudrait que je prenne plus de temps lors de la rédaction de billets pour mieux choisir ces illustrations et surtout les enregistrer sur le serveur de Gandi.net afin d'éviter d'une part cette pollution statistique et d'autre part la disparition des illustrations sur certains billets au bout de quelques mois (sans parler de notions de netiquette et de vol de bande passante) mais c'est le genre de chose que je repousse toujours un peu plus.

Google Analytics continue avec 38,18% de trafic généré à partir de sites référents (Google.fr, netvibes.com, images.googles.fr, twitter.com, google.com, facebook.com, rezo.net, bibliobsession.net, vagabondages.blogspot.com, google.be) , 15, 69% de trafic généré par accès direct donc et un petit 0,73% d'autres indéfinis.

Les mots clefs les plus utilisés pour arriver sur mon blog sont, selon Google Analytics : 

  1. veille informationnelle
  2. vagabondages
  3. reconversion professionnelle enseignant
  4. etat unis
  5. carte etat unis
  6. etagere lumineuse
  7. adopter un mot
  8. bibliotheque design
  9. seconde carrière des enseignants
  10. la veille informationnelle
Et sont, selon Statcounter :
  1. carte Etat unis
  2. qr code
  3. les bibliotheques et la lutte contre le sida
  4. etat unis
  5. la veille informationnelle
  6. echange poste bibliothécaire avec etranger
  7. etat unis carte
  8. concours bibliothécaire d'état
  9. etudes de cas concours bibliothecaire
  10. blog monde des bibliothèques
Manifestement, il se passe des trucs avec les États-Unis.

Après, hors les 80% de visiteurs français, les visiteurs proviendraient de Canada, Belgique, Suisse, Maroc, Tunisie pour Google Analytics et de Canada, Corée du Sud (sic), Suisse, Belgique, Etats-Unis, Russie et Côte d'Ivoire pour Statcounter.

Conclusions

Je ne sais pas. Honnêtement, je ne regarde pas vraiment ces chiffres sinon pour m'amuser des mots-clefs étranges ayant pu amener vers mon blog ou pour m'inquiéter ponctuellement des sujets qui ont plu. Je partais du principe que ce blog, avant tout privessionnel et donc rédigé pour mon loisir même si sur des thématiques professionnelles, n'avait pas à être contraint par de quelconques statistiques d'usages. Ce d'autant plus qu'à deux ou trois reprises il y a eut des blancs dans la régularité de publications des billets (il suffit de remonter au mois de janvier dernier où le premier billet du mois date du 17 janvier, trois semaines après le début de la rentrée). Et puis je l'avoue, ces différences de chiffres ne me convainquent guère. Comme le dit Lully, j'assume mes stats, là-dessus pas de problème, mais du coup, je ne sais pas ce que je peux en retirer et j'ai mis la réflexion pour l'instant de côté.


vendredi 5 novembre 2010

Classement Wikio

De temps en temps je retourne sur Wikio non pas tant voir le classement mensuel que pour suivre certaines actualités sur le domaine des bibliothèques en France.

C'est néanmoins ce classement qui appelle ce billet. Notamment parce que nous changeons de mois d'une part et d'autre part parce que, sollicité par Wikio eux-mêmes une nouvelle fois, je suis allé voir ce qu'il en était de Vagabondages. Ce dernier apparaît plutôt loin mais peu importe. Ce qui a attiré mon attention est plutôt le fait que, dans la notice courte, Wikio propose

Du coup je me suis demandé comment ils évaluaient ces fameux billets remarquables (en quoi le sont-ils ? Par rapport à quoi ?) et comment Olivier Ertzscheid que j'estime grandement par ailleurs, a-t-il pu se retrouver parmi les sujets récents ? Je n'ai pas vraiment trouvé de réponses sur le site donc je demeure perplexe mais pourquoi pas.

J'ai également découvert que Wikio analysait automatiquement le contenu de Vagabondages.

Bon, ce blog traite des bibliothèques et des Sciences de l'information. Jusqu'ici tout va bien. Le graphique a côté en revanche m'apparaît plus surprenant : quid des thématique "santé", "politique" et "économie" citées ? Quid de la thématique "sciences" qui occupe plus de la moitié des billets ? Même si l'on considère que les Sciences de l'info font partie des "sciences", cette proportion pose des questions. Le nuage de tags qui reprend le même code couleur apporte peut-être un début de réponse, mais je ne me lasse pas de découvrir la lecture automatique qui peut être faite de ce blog.

Quoiqu'il en soi, le nouveau classement Wikio - novembre 2010 :
1 {sciences²}
2 Bibliobsession 2.0
3 Technologies du Langage
4 affordance.info
5 La feuille
6 En quête de sciences
7 Le blogue de Valérie Borde
8 Globule et télescope
9 teXtes
10 Le guide des égarés.
11 Guy Doyen
12 L'édition éléctronique ouverte
13 Baptiste Coulmont
14 Urfirstinfo
15 La Science au XXI Siècle
16 Blogo-numericus
17 Vagabondages
18 Historicoblog (3)
19 Spoonylife
20 Ecrans de veille en éducation

Classement analysé par Wikio

vendredi 1 octobre 2010

La fin de Bloglines.

Il est des nouvelles qui rendent triste.

Ainsi, l'agrégateur Bloglines, celui que j'utilise fidèlement depuis bien quatre ans, doit fermer le 1er novembre prochain (la date a récemment été repoussée d'un mois par rapport au 1er octobre initialement prévu). C'est son site même qui nous l'affirme, affichant à l'ouverture de son compte depuis un mois le message suivant :

As you may have heard, we are sorry to share that Bloglines will officially shut down on October 1, 2010.  More detail can be found on the Ask.com blog - http://blog.ask.com.
 We want to make it as easy as possible to transport your feeds to another RSS aggregator, so below are some simple instructions: Instructions
 Additional questions about this process can be directed to bloglines-help@ask.com. Thanks again to all of our loyal users for their support through the years. The Ask.com / Bloglines Team

[rectifié en The Bloglines service will officially close November 1, 2010.]

La marche à suivre explique simplement comment facilement exporter ses dossiers et ses flux au format OPML.

J'avoue, je suis attristé. J'aimais beaucoup Bloglines que j'utilisais régulièrement sans avoir jamais eut de gros problèmes.

Ask.com, qui a racheté l'agrégateur en 2005, juste avant la grosse percée des flux RSS, explique sa décision par la volonté de se recentrer sur d'autres tendances du web dont le web en temps réel :

The real-time information RSS was so astute at delivering (primarily, blog feeds) is now gained through conversations, and consuming this information has become a social experience. As Steve Gillmor pointed out in TechCrunchlast year, being locked in an RSS reader makes less and less sense to people as Twitter and Facebook dominate real-time information flow. Today RSS is the enabling technology - the infrastructure, the delivery system. RSS is a means to an end, not a consumer experience in and of itself. As a result, RSS aggregator usage has slowed significantly, and Bloglines isn't the only service to feel the impact. The writing is on the wall.

C'est moins qui surligne. La circulation de l'information passerait désormais dans un flux en temps réel, par des sites comme Twitter ou les murs d'un réseau social comme Facebook. Pour y répondre, Ask.com souhaite développer un service QR plus apte selon eux à entrer dans le flux. Nous verrons.

Je suis pour ma part relativement sceptique devant cet argument. Certes, l'activité RSS et plus largement celle de blogging s'est ralentie ces derniers temps mais les agrégateurs demeurent des outils incontournables.

D'abord, tous les sites d'information ne sont pas dans le flux. Il y a des informations qui le sont, des collègues qui se mettent plus à twitter qu'à bloguer, mais l'agrégateur avait et garde cette particularité qu'il agrège également des temporalités de conversation différentes. On peut suivre par flux des conversations, des flux d'information, de l'institutionnel comme du privé, des images, vidéos, voire des tweets. Je pense sincèrement que c'est l'argument majeur, la temporalité.

Ce qui est découle est le type d'information qui circule. Difficile de comparer les échanges rapides et pas toujours développé sur du micro-blogging et des billets de blogs argumentés. 140 caractères sur Twitter, c'est peu. Très peu. Parfois trop pour exprimer l'ensemble d'une idée.

Ensuite, l'agrégateur propose des fonctions très intéressantes comme celle, avant tout, de classer ses flux ou celle de sauvegarder et mettre de côté un item. Vous me direz, c'est dorénavant possible aussi sur Twitter qui permet de mettre en favori des tweets ou de créer des listes, ce que je n'ai pas encore fait car je n'en avait pas l'utilité (mais du coup, je vais jeter un oeil à ces fonctionnalités). Mettre en mémoire, faire une recherche au sein de l'agrégateur, voire créer un flux sur des pages fixes était bien pratique sur Bloglines.

Y aurait-il alors une granularité plus importante sur Twitter et facebook qui apporterait plus de fluidité à l'information ? 

Bon, je ne vais pas abandonner maintenant mes flux. Je sais, j'en ai beaucoup trop et je devrais en profiter pour faire du ménage avant le déménagement. Du coup, je crois que je vais me retourner vers le seul autre agrégateur qui vaille le coup (à moins que vous n'ayez des suggestions) : Google Reader.

lundi 5 juillet 2010

Classement Wikio

Tous les mois paraît le classement des blogs Wikio. Je m'en suis fait déjà l'écho dans ces colonnes à plusieurs reprises et, outre lse discussions qu'il a pu et peut y avoir autour de ce dernier je me permets ici de le retransmettre, sollicité entre autres par Wikio. On remarquera, au passage que les Sicences de l'information et les bibliothèques demeurent dans la catégorie Sciences du classement "top blog".

Très sincèrement, j'avoue que je ne le regarde pas. Une fois de temps en temps, lorsque je passe sur le site ou qu'un autre blogueur en parle, je jette un œil par curiosité, aussi pour voir où en est Vagabondages, mais ce ne va guère plus loin .

Ce que je regarde plus attentivement, en revanche, est le fil d'actualité Wikio, puisqu'il s'agit tout de même d'un site de classement d'actualités. Parmi les thèmes proposés se trouve une catégorie "Bibliothèques" et "Sciences de l'information qui permettent de balayer et d'avoir un regard sur les billets concernant nos domaines de prédilection. C'est une source d'information sur le monde des bibliothèques françaises qui n'est pas négligeable, ce genre de flux étant souvent américano-centré, du moins plus facile à trouver pour ce qui concerne les Etats-Unis.

Le classement en question :



1
Technologies du Langage
2 affordance.info
3 Bibliobsession 2.0
4 {sciences²}
5 La feuille
6 ThatCamp Paris 2010
7 Le blogue de Valérie Borde
8 L'édition éléctronique ouverte
9 Ecrans de veille en éducation
10 En quête de sciences
11 Tom Roud
12 Évaluation de la recherche en SHS
13 teXtes
14 Le guide des égarés.
15 Mapping Expert
16 La Science au XXI Siècle
17 Vagabondages
18 La bibliothèque apprivoisée
19 Klog
20 Blogo-numericus

Classement réalisé par Wikio

vendredi 11 décembre 2009

Tentative

Voilà Vagabondages qui revêt ses atours hivernaux. Un mois que je n'ai rien posté.

Je reconnais que ce n'est pas vraiment sérieux comme je reconnais avoir évidemment quelques excuses. Je m'étais arrêté le temps de me consacré à d'autres projets professionnels plus urgents mais les blogs ont cette faculté étrange : plus longtemps on s'arrête de poster des billets, moins on a l'envie de reprendre. Peut-être aussi une forme de lassitude, peut-être la révélation que l'alimentation était en partie due à l'habitude, peut-être l'occasion d'un questionnement sur ce que signifie bloguer aujourd'hui.

Une forme de lassitude ? Ce journal en ligne fêtera en février prochain ses cinq ans. C'est à la fois peu et énorme au regard d'internet. La publication des billets essaie de se conformer à une espèce de régularité mise à mal ces derniers mois pour des raisons personnelles comme professionnelles. Parallèlement, le flux perpétuel de l'information donne envie de continuer à ce rôle de relai et de médiateur. Mais est-il vraiment important de bloguer encore alors que Bibliopedia annonce près d'une centaine de blogs de bibliothécaires, une trentaine de documentalistes, une dizaine de blogs de chercheurs en  SIC, et que de nouveaux titres apparaissent tous les jours dans ce paysage en perpétuelle évolution ? Encore dernièrement, je me dois de saluer -avec plaisir toujours- les blogs "Crieurs Publics", "24 hours library people", "Ma(g)BU" ou encore "Paralipomènes".

Une forme d'habitude aussi. Je blogue essentiellement pour moi, je n'ai pas à le cacher. Je blogue pour les collègues et à dire vrai, pour tous ceux qui souhaiteront me lire et qui trouveront un intérêt dans mes billets. Je ne cherche pas à toucher spécifiquement tel groupe de lecteur car il faut que cette activité demeure un loisir et non pas une contrainte ce qu'elle est déjà sous une certaine forme : lire des flux d'information de toutes parts (mon agrégateur explose et même sans cela, les réseaux sociaux suffisent à inonder le professionnel que je suis, à peine capable de faire des coupes franches dans tous ces flux) pousse à écrire des billets ; appartenir à une communauté, même informelle, force tout autant à de telles publications. En même temps, c'est une activité plaisante et gratifiante.

Dès lors, comment faire ? Faut-il continuer à bloguer ? Je répondrai volontiers par l'affirmative. A quelle régularité ? Je ne sais pas. A dire vrai, ce n'est pas tant la fréquence qui importe que la régularité. Je peux très bien ne publier qu'une seule fois par semaine si je me tiens à une telle contrainte. L'ennui est que j'ai peur de ne pas arriver à me tenir à une telle échéance, si je ne suis pas le nez dans le guidon. J'en étais venu ces derniers temps à ne publier qu'un jour sur deux, avec une bonne moitié des billets préparés à l'avance quitte à en remplacer quelques uns en fonction de l'actualité. Je vais essayer de garder ce rythme : ou presque. Dur dur avec les vacances qui approchent.

Que publier également ? Mes billets sont essentiellement des billets d'information qui n'appellent pas à commentaire. Issus de ma veille, ils portent sur des thématiques qui me sont chères avec une particularité : celui du samedi porte sur la thématique du design par jeu. Je propose peu de billets construits, de réflexion. Disons que je me réserve le temps de telles rédactions lorsque je le juge utile mais que je ne me contraint pas à ce que tous les billets aient une telle teneur. La blogosphère semble pencher vers des billets plus approfondis, les informations brute étant publiées sur d'autres réseaux, mais je pense qu'il demeure de la place pour les deux types d'écrits. Je ne suis pas même entièrement convaincu que le blog soit le bon médium pour des billets trop longs que les lecteurs peinent à lire.

Le temps de se poser donc, et on repart. Vous êtes d'accord ? 

vendredi 30 octobre 2009

Etat de la blogosphère 2009, selon Technorati

Tous les ans depuis 2004, Technorati propose un rapport annuel de la blogosphère. L'étude vaut ce qu'elle vaut : elle est le reflet des blogs suivis par et inscrits sur le site Technorati et ne peut donc prétendre à l'exhaustivité, ne serait-ce parce que les données sont majoritairement nord-américaines.

Les études précédentes peuvent être trouvées ici (et les commentaires de David Siffry : 2004 - 2005 partie 1 et 2 - 2006 - 2007 - 2008).

Pour la seconde fois, Technorati a directement sondé les blogueurs et ne s'est pas contenté de ses propres chiffres afin d'établir son rapport ajoutant aux données certains avis des personnes concernées et notamment des blogueurs professionnels. Du coup, un intérêt particulier a été apporté à la présence de marques dans la blogosphère et de la monétisation des blogs. Enfin, Technorati aborde Twitter et le micro-blogging dans un chapitre à part entière.

Les tendances alors continuent à souligner l'influence pérenne de la blogosphère notamment dans des sujets économiques et politiques (et on comprend l'importance de ce genre de tendances aux Etats-Unis marqués par la récession et un changement de présidence).

The Report

Day 1 — Who Are the Bloggers?
Day 2 — The What and Why of Blogging
Day 3 — The How of Blogging
Day 4 — Monetization And Revenue Generation, Brands in the Blogosphere
Day 5 — 2009 Trends: Political Impact of Blogging, Twitter Usage

De ce rapport on peut noter entre autres :

  • Un tiers des blogs est tenu par une femme
  • 60% des bloggueurs ont entre 18 et 44 ans
  • La majorité d'entre eux ont reçu une éducation supérieure
  • 75% ont un college degrees
  • Plus de la moité des blogueurs sont mariés et plus de la moitié sont parents (il y a donc une vie à côté du blog)
  • La moitié possède un travail à temps plein, mais ce n'est le cas que pour les trois quart des blogueurs professionnels
  • 86% bloguent depuis au moins un an
  • Près de la moitié des répondants avaient déjà un blog avant celui qu'ils alimentent actuellement.
  • 35% des répondants travaillent ou ont travaillé dans des médias traditionnels
  • 73% des répondants utilise Twitter, avec un compte public, sans que cela ait un impact significatif sur leur façon de bloguer.

- page 1 de 3