Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Culture

Fil des billets

samedi 6 octobre 2012

Lumières et littérature dans la rue

En juin dernier fut organisée une étrange installation dans les rues de Melbourne, à l'occasion du Light in Winter festival dont le thème, cet année, portait sur "la lecture".

A cette occasion, donc, fut mise en place une installation intitulée Literature vs Traffic, proposée par le collectif d'Art urbain Luzinterruptus et qui avait déjà été installée à New York précédemment.

Le collectif a donc récupéré pas moins de 10.000 exemplaires, désherbés des collections de bibliothèques municipales australiennes et rassemblés par l'Armée du Salut pour le collectif. Ce dernier les a ensuite épendu dans la rue avec de petites lumières comme seul point de mire.

L'objectif est de créer une rivière de livres, une rivière qui déborde dans l'espace urbain, les zones piétonnes, les aires de stationnements et grignote, vole de l'espace aux traffic routier, symbolisant l'emprise de la littérature sur l'espace public et affirmant le pouvoir de l'écrit.

Déjà, en soi, l'installation est impressionnante. Au-delà, mise en résonnance avec les autres installations et événements proposée comme cette performance intitulée Walking Through Words, proposée par Tony Yap et Yumi Umiumare en collaboration avec les habitants des quartiers de la ville. 

L'installation en elle-même a duré un mois, tout le mois de juin plus précisément. Et la dernière nuit, les livres exposés étaient offert aux passants qui pouvaient flâner, prendre leur temps, et choisir les plus intéressants à leurs yeux. Parallèlement, la compagnie Yumi a organisé une performance impromptue de dons de livres aux conducteurs de voitures qui longeaient l'installation.

Images: Gustavo Sanabria.

Plus, beaucoup plus, de photos sur le site de Luzinterruptus.

vendredi 11 mars 2011

Semaine de la Francophonie 2011

C'est presque un marronnier sur ce blog, presque, car j'ai laissé échappé quelques années, mais régulièrement depuis 2005 je me suis fait l'écho ici de la semaine de la francophonie (2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010).

1. La semaine de la Francophonie.

La semaine de la Francophonie, c'est la manifestation française aboutissant à la Journée internationale de la Francophonie, prévue le 20 mars prochain.

Au Québec, cette fête trouve son écho dans la Francofête, dont la quinzième édition se déroulera du 4 au 27 mars 2011 avec pour slogan "Le français, pour agir ensemble". Des manifestations seront aussi organisées notamment en Belgique, du 12 au 20 mars 2011, pour "La langue française en fête" sous le thème des solidarités, et en Suisse où les francophones sont invités à "prendre langue", c'est-à-dire établir des liens et éprouver de nouveau une forme de solidarité par le biais des mots. 

Haïti n'est pas oubliée. Cette année, l'Organisation internationale de la Francophonie et l'Agence universitaire de la Francophonie dont Port-au-Prince accueille le siège de l'antenne régionales pour la Caraïbe, organisent également des manifestations depuis le début du mois de mars sur l'île (projections, lectures, expositions, émissions...). Une façon de souligner et de rappeler l'importance des solidarités, ici francophones, pour la reconstruction d'Haïti. L'Agence universitaire de la Francophonie fête cette année ses 50 ans.

Pour rappel, l’Organisation internationale de la Francophonie née le 20 mars 1970, date de la signature du Traité de Niamey initié par Léopold Sédar Senghor, Habib Bourguiba, Hamani Diori et Norodom Sihanouk, est fondée sur le partage de la langue française et des valeurs universelles. Elle a fait de la reconnaissance et de la promotion de la diversité des cultures un facteur de dialogue et de paix au service du développement et compte aujourd’hui 75 États et gouvernements dont 56 membres et 19 observateurs.

Et en France alors ? En France, vous retrouvez ce thème central de la solidarité décliné avec l'opération des Dix mots : Dix mots qui nous relient. Tous les ans en effet, dix mots sont ainsi mis à l'honneur, parfois choisis par des hommes et femmes de sciences comme en 2005, parfois l'occasion de mettre un écrivain à l'honneur comme Sédar Senghor en 2006, l'occasion également de partir à la rencontre d'autres cultures comme en 2007 à la suite d'écrivains francophones. En 2009, les manifestations et le choix des mots s'inscrivaient dans les festivités anniversaires du Ministère de la Culture.

2. Dix mots pour tout changer

2011 se veut une année autour du lien. Ce sont donc des mots autour de cette thématique qui ont été retenus : accueillant, fil, avec, cordée, harmonieusement, agapes, réseauter, chœur, complice, main. Ces mots vous sont proposés, définis à leur façon par des écrivains connus. Ces mots vous sont offerts. Offerts à votre envie, à votre imagination, à votre créativité. Offerts à dire, à écrire, à « slamer », à calligraphier, à représenter.

Vous êtes dès lors invités à composer un texte court contenant chacun de ces dix mots et participer ainsi à la Chaîne des mots. On se croirait presque dans une émission des Papous dans la tête, l'émission France-Culture de Françoise Treussard réunissant des écrivains jongleurs de mots joliment OuLiPiens, dont l'émission d'ailleurs du 20 mars se déroulera depuis le Salon du Livre de Paris. Et si vous êtes joueurs, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France de l'AUF, dans le cadre de l’opération « Dis-moi dix mots » propose dix autres mots faisant l'objet d'un concours demandant de raconter un fait-divers en utilisant les mots : baladeur,crescendo, escagasser, remue-méninges, mentor, zapper, cheval de Troie, mobile, galère, variante.

Dernier jeu, dont je ne pense pas qu'il soit lié même si la date de rendu est fixée au 20 mars 2011 à 12h SLT est ce concours de Build, de constructions, autour du thème "Lettres et mots" lancé par la Bibliothèque Francophone du Métaverse. La fidélité au thème, la qualité et l'originalité seront les critères essentiels du jury et les gagnants se partageront 20.000 L$ (environ 80 US$).

Vous êtes invités enfin à participer au projet WikiLF, un wiki où les internautes peuvent voter ou proposer un équivalent à un terme étranger soumis par la Commission générale de terminologie et de néologie, ou encore soumettre à l’avis de la Commission un nouveau terme accompagné de sa définition.Ce qui nous éviterait parfois des traductions, sitôt décrétées, sitôt oubliées.

Un événement à suivre aussi sur Facebook et sur Twitter.