Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Facebook

Fil des billets

vendredi 4 mars 2011

Que mettre sur une fan page Facebook de bibliothèque ?

C'est peut-être que je n'ai pas suivi l'information, mais il me semble que personne n'a évoqué encore, sur un blog pro, le travail d'Alain Marois, responsable de projets de numérisation et gestion de collections numériques à la bibliothèque de l'École Centrale de Lyon sur les usages des réseaux sociaux par les bibliothèques (exemple de Facebook).

1. La page Facebook de la Bibliothèque Michel Serres de l'École Centrale de Lyon.

Ce dernier a publié le mois dernier une carte heuristique se proposant de lister les contenus possibles qu'une bibliothèque peut mettre en ligne sur Facebook. La bibliothèque elle-même possède une page des plus fournies. Elle avait alors justifié cette présence en mars 2009 par le texte suivant :

Retrouvez-nous sur Facebook !

Pour mieux servir son public, la bibliothèque de l’ECL  est désormais visible sur le réseau social Facebook. Retrouvez sur sa page Facebook les dernières actualités, le programme des prochaines formations, des listes d’ouvrages,…mais également des vidéos, photos et les expositions actuelles.

N’hésitez pas à utiliser notre mur pour vos suggestions ou questions concernant nos services, ressources ou tout type de renseignement.

Pourquoi une page Facebook ?

Début 2009, alors que nous créons cette page, il existe 39 groupes en rapport direct avec l’ECL sur Facebook. Si certains ne sont plus actifs ou ne comptent que quelques membres, d’autres sont des lieux d’échanges et de vie importants pour la communauté. Le groupe « Centrale Lyon » compte par exemple près de 1400 affiliés.

A l’heure de la diversification des usages de son public, de l’arrivée dans les promotions de digital natives, la bibliothèque, désireuse de promouvoir ses contenus pour un meilleur service, se propose donc d’utiliser cette page comme un vecteur de lien supplémentaire entre les utilisateurs de Facebook appartenant à la communauté ECL et elle. C’est aussi pour nous une façon d’ouvrir un débat sur les enjeux pédagogiques, sociétaux et éthiques des médias sociaux.

Cette page ne remplacera pas notre site web officiel (dont une nouvelle version est en cours de création), mais, en reprenant ses informations tout en offrant de nouveaux outils sociaux, nous permettra, nous l’espérons, de mieux répondre aux attentes de la communauté.

Publié par Alain Marois

Actuellement, il s'agit donc d'une page et non d'un profil, ce qui est préférable pour un site institutionnel. En plus du mur qui publie les actualités, la bibliothèque renvoie vers des informations pratiques, des photos d'événements et du lieu, des vidéos tutoriels (PEB, ressources électroniques), une page "trouvez !" permettant d'interroger le catalogue, les ressources en ligne (revues, ressources) les formations, et renvoyer vers le site web.

A titre d'exemple, qu'on regarde également la récente page Facebook du SCD de l'Université de Rennes 2 qui propose les services suivants : Mur alimenté par le flux RSS des actualités du SCD (cf.leur blog) ; des Informations pratiques (adresse, transport, chiffres, horaires) ; une page "Où trouver ?" renvoyant vers un classement thématique des bases, revues et un lien vers le catalogue, des plus efficace ; une autre page "Besoin d'aide ?" renvoyant vers l'interface Ubib et des guides de méthodologie ; une Faq d'une quinzaine de questions ; des photos et des vidéos...

2. Quel contenu sur Facebook ?

Alain Marois est reparti des importants travaux du blog de Karine, Livre-arbitre, complétés de sa propre veille, qu'il a ensuite regroupé en une dizaine de grands objectifs :

  1. Informations factuelles
  2. Promotion des services généraux
  3. recrutement
  4. Alertes / informations "sur le vif"
  5. Créer et garder le lien
  6. Promotion des nouveautés (ressources et services)
  7. Promotion des collections
  8. Auto-promotion / advocacy
  9. Propulsion des (nouveaux) contenus / services
  10. Marketing de programmes et services spécifiques

Chaque branche renvoie vers une description plus précise avec un exemple de mise en œuvre. Une carte riche et intéressante qui peut donner des pistes de réflexion pour qui souhaiterait se lancer et ouvrir une présence sur les réseaux sociaux.

Je vous laisse découvrir (lien sur l'image).


lundi 19 avril 2010

Les réseaux sociaux et les bibliothèques

Le 09 avril dernier, je me trouvais à l'URFIST de Rennes pour animer un stage sur l'utilisation des réseaux sociaux en bibliothèque. A cette occasion, j'ai proposé trois diaporamas portant sur les réseaux sociaux en général, celle de Facebook et Twitter en bibliothèque.

Le premier diaporama est le plus important. C'est un travail que j'avais déjà proposé à Bordeaux l'automne dernier mais retravaillé et  mis à jour. Il revient sur ce qu'est un réseau social, son histoire, ses concepts. Il propose des exemple d'utilisation des réseaux sociaux à titre professionnel et institutionnel. Enfin, il insiste sur les limites des réseaux sociaux, notamment des questions autour de la gestion de l'identité numérique.

Les deux diaporama suivants s'attardent sur l'utilisation de réseaux sociaux spécifiques, Facebook et Twitter, en bibliothèque. Il s'agit alors de présenter le réseau social, rappeler son importance et les principales fonctionnalités puis de montrer quelques utilisations professionnelles de ses réseaux et terminer rapidement sur la marche à suivre. Pour les stagiaires rennais, j'ai développé un peu le diaporama Twitter ce week-end.

Ci après le déroulement de la journée. A ceci près que le programme a paru un peu ambitieux et que nous avons débordés de près de trois quart d'heure. Enfin, cela prouve aussi que les stagiaires étaient intéressés puisque nous avons pu avoir d'intéressants échanges sur toutes ces questions.

Réseaux sociaux : Panorama et usages informationnels

  • Contextes et Usages
    • De quoi parle-t-on ?
    • Les concepts des réseaux sociaux
    • Usages et usagers
  • Facebook en bibliothèque
    • Historique et statistiques
    • Principales fonctionnalités
    • Applications en bibliothèque
    • Comment faire
  • Pourquoi utiliser des réseaux sociaux en bibliothèque ?
    • Le développement d'internet
    • Vers une bibliothèque 2.0
    • Quels enjeux pour une bibliothèque ?
  • Exemples d'utilisations en bibliothèques
    • Usages individuels
    • Groupes professionnels
    • Usages institutionnels
  • Questions et limites
    • La question de la participation
    • Lire et publier sur le net
    • Gestion de l'identité numérique
  • Twitter en bibliothèque
    • De quoi parle-t-on ?
    • Objectifs et fonctionnalités
    • Applications en bibliothèques
    • Données juridiques et légales

N'hésitez pas si vous avez des commentaires à faire sur ces documents.

dimanche 10 janvier 2010

Facebook en bibliothèque ?

Avant les vacances, j'ai reçu, au même titre que de nombreux autres collègues, une question me demandant assez largement quels conseils je pouvais donner à une bibliothèque "désirant utiliser Facebook dans le cadre de sa relation avec les usagers".

Voici en substance quelle fut ma réponse :

Quelques éléments de réponse à un question qui est vaste et mériterait précisions : les besoins et les modes d'actions d'une bibliothèque territoriale ne sont pas les mêmes que ceux d'une bibliothèque d'État par exemple. Par ailleurs, en terme de médiation, cette utilisation de Facebook se fera-t-elle au niveau institutionnel, celui d'un service (espace multimédia, musique, jeunesse), d'un thème, ou encore au titre de personnes ressources (le profil d'un bibliothécaire du service de référence, es qualité, par exemple ) ? Ces premières questions sont importantes et auront un impact certain sur l'utilisation de l'outil qu'est Facebook, notamment parce qu'une telle utilisation ne pourra se faire qu'en réponse à un projet.

Pourquoi utiliser Facebook ? Quel est le projet derrière, et à quels objectifs une telle utilisation est censée répondre ? sont à mon sens les premières questions à se poser. En fonction des réponses, du type de médiation envisagé, la bibliothèque mettra en place un mode d'alimentation et de fonctionnement fort différent. Par exemple, plutôt que de créer un profil ou une page (sachant que la page pour une institution est plus appropriée, le profil étant réservé à des personnes ressources par exemple), la bibliothèque peut parfaitement envisager de commencer par créer un groupe autour d'une animation, une collection, ce en concertation avec son public, notamment les ados, et mettre en place cette nouvelle visibilité en commun avec eux en les associant étroitement au projet.

Facebook peut ainsi servir à faire découvrir les collections de la bibliothèque, échanger avec les usagers en amont d'une animation comme en aval pour recueillir les avis, restituer des expériences. Facebook peut être le lieu d'un approfondissement aussi, après l'animation, avec la mise à disponibilité de liens, photos, vidéo ou d'espace d'échange (forum). Autant d'outils qui permettent également d'être présent pendant, d'accompagner l'usager dans son expérience de la bibliothèque.

J'évoque ici des animations mais ce peut être utile également au quotidien, en proposant des informations locales (horaires d'ouvertures et de fermetures), des widgets d'accès aux ressources (catalogues, bases de données), voire un service de renseignements à distance (chat, meebo).

Quels conseils apporter ? Bien définir son projet dans un premier temps, en accord avec sa tutelle, et ensuite proposer plutôt une page institutionnelle pour un établissement. Elles sont faites pour cela. Reste que proposer ce genre de page ne suffit pas : quitte à investir l'espace, autant profiter pleinement des outils mis à disposition. Une bibliothèque ne devrait pas se contenter de se créer un profil Facebook, en soi ce n'a aucun intérêt. L'idéal est de compléter ce profil et les myriades d'onglets en ligne : onglets photos avec des images des animations, de l'équipe, du lieu, onglet vidéos avec des vidéos des ateliers ou des animations, onglet encarts avec des widgets de recherche dans le catalogue, dans les ressources, de chat voire un onglet événements, un onglet forum, pourquoi pas ? J'irai plus loin encore en proposant à la bibliothèque de participer en tant que telle à des groupes pour se fondre dans ceux où se trouvent et se retrouvent les usagers, banaliser sa présence en quelque sorte (certes réservés aux détenteurs d'un profil si je ne m'abuse).

Le dernier conseil serait de communiquer autour de cette présence en ligne : quitte à valoriser l'institution, autant que ce soit su. Il n'est pas gênant d'ajouter une ligne sur les documents de communication de la bibliothèque, il est intéressant de renvoyer vers les photos de l'animation ou celle d'un profil. Dans Facebook même, il n'est pas inutile de participer, montrer sa présence, voire profiter d'un billet pour rappeler qu'on peut faire une recherche à partir du widget idoine.

Je suppose que ma réponse est loin d'être complète et peut porter à commentaires, réflexions et ajouts. Mais il s'agissait surtout de dresser là quelques éléments à gros traits.

mercredi 28 octobre 2009

Le nouveau Facebook

Facebook, le réseau social le plus important de la planète actuellement, continue de changer et modifier sa page d'accueil. Pour répondre à la demande ou plus exactement aux usages de ses utilisateurs tentés par des applications toujours plus orientées vers le "real-time web" comme Twitter, même si ce dernier est encore loin de pouvoir réellement inquiéter le logiciel de Mark Zuckerberg.

1. Le système d'actualités

Il y a trois ans environ, Facebook avait introduit le système d'actualités qui informe les utilisateurs de manière antéchronologique sur ce que font leurs contacts ou les groupes auxquels ils sont inscrits. Cette innovation, importante dans le domaine des réseaux sociaux (même s'ils ne sont pas à l'origine des news feed de manière générale) et pour ce site tout particulièrement, bien que très critiquée à l'époque (l'idée de publier son statut, des informations personnelles ou des photos en ligne, aisément accessibles, n'était pas toujours pour plaire aux utilisateurs) a vite pris une importance centrale et incontournable.

Une récente modification en mars dernier déjà avait mis cette fonctionnalité (non plus seulement d'actualités mais d'actualités en temps réel) au cœur de la page d'accueil en la définissant comme point d'entrée au site. La mise a jour de son statut en était facilitée, qu'il s'agisse du profil, ou de la publication d'une image, d'un lien, d'une information désormais accessible de n'importe quelle page du site.

2. Les nouvelles fonctionnalités

Voilà maintenant que Facebook propose de nouvelles modifications changeant sensiblement la fonctionnalité et son usage démultipliant ces actualités en deux groupes : les Live Feed et les News Feed (ou en français : Actualités en direct et condensé des actualités), ce que les développeurs de Facebook précisent sur leur blog.

News Feed
When you log into Facebook, you'll see the most interesting things that happened in the last day in the "News Feed" view. News Feed picks stories that we think you'll enjoy based on a variety of factors including how many friends have liked and commented on it and how likely you are to interact with that story.

Live Feed
Once you've caught up on what you missed, you can click through to "Live Feed" to see what's happening right now. As long as you remain logged into Facebook, you'll continue to see posts and activity from your friends in real-time. You can edit what appears in this view by clicking "Edit Options" at the bottom of the home page.

Le News Feed s'est également enrichi de nouvelles entrées (les amis qui ont été taggués dans des photos, les groupes qu'ils ont rejoint en plus des invitations à des événements ou nouveaux contacts). L'idée donc est simple : comment mettre en valeur l'information la plus pertinente possible pour une utilisateur, comment lui permettre de retrouver cette information dans le flux ininterrompu des actualités, d'importances et d'intérêt divers -et c'est le moins qu'on puisse dire ?

Une différence majeure donc vient des publications que Facebook juge importante "en fonctions de nombreux critères" (ce qui demande à être éclairci), ce qui permettrait de ne rien laisser passer, tout en pouvant à tout moment revenir sur les actualités en temps réel. A dire vrai, ce n'est pas entièrement nouveau : l'algorithme qui remplit ce "condensé des actualités" rappelle celui utilisé auparavant qui mettait en valeur certaines actus dans la colonne de droite de l'ancienne page d'accueil. Mais ces actus étaient plus restreintes et ne prenaient pas en comptes tous les critères.

Il est enfin possible de paramétrer ce qui apparaitra ou non dans ces flux en cliquant sur le lien "modifier les options" en bas de pages qui ouvre une fenêtre et vous permets de définir les profils à montrer en priorité et ceux dont le logiciel peut masquer les actualités.

Les nouvelles fonctionnalités sont donc :

  1. L'apparition des "Actulatités en direct" en haut de page avec le nombre d'actus depuis votre dernière visite
  2. Le condensé des actus qui reprend le système des actus remarquables amélioré et complété. Il est notable que cette page est celle qui désormais apparaît par défaut quand on s'authentifie dans le logiciel.
  3. Cette section à droite laisse la place à des événements importants, "of particular interest", afin de les rendre plus rapidement identifiables.

3. Ce que cela signifie.

Un récent article paru dans le New York Times revient sur la signification de ces récents changements et en propose une explication.

L'auteur de l'article ainsi revient sur l'apparition par défaut, du condensé, ce qui n'est absolument pas anodin d'une part et d'autre part va avoir un impact sur l'utilisation du service par des millions de personnes dans le monde.  Cette vue en effet est censée renforcer les interactions entre les membres du réseau social. Les actions en ligne des membres de son réseau sont mises en avant et on est ainsi encouragé à interagir, répondre, y prêter plus d'attention auparavant.

Marshall Kirkpatrick, journaliste à ReadWriteWeb et auteur de l'article donc, continue et précise queWeak social connections and your personal long-tail of content are less prioritized in this view, ce qui peut paraître justement paradoxal dans un logiciel dont l'intérêt réside justement dans la mise en relation avec des contacts éloignés, des amis d'amis, dont l'un des concepts est celui des liens faibles tels que décrits par Mark Granovetter.

The inclusion of a user's past behavior as a criteria for hotness is key, though. It's not just a popularity contest. Your News Feed is your little universe and popularity is defined in relative terms.

poursuit  l'auteur.

D'autres nouveautés sont apparues, comme le nombre de fois où un de ses liens a été partagé, puis repris et de nouveau partagé, soulignant ainsi l'importance du message, du moins du buzz qui l'accompagne. Avec cette fonctionnalité, on remarque l'apparition d'un bouton "Partager" ou "Share"  qui permet de reprendre du contenu sur le web pour le publier dans les actualités d'où il pourra être commenté, repris, échangé... ce qui place de nouveau ces actus au centre de l'utilisation du logiciel, y compris dans une utilisation hors Facebook.

The Share button enables you to take content from across the Web and share it with your friends on Facebook, where it can be re-shared over and over so the best and most interesting items get noticed by the people you care about.

Marshall Kirkpatrick termine son article en posant la question d'un usage futur du web lorsque l'ensemble des réseaux sera interopérable mais d'ici là, je serais plutôt intéressé par les usages qui vont naître, qui naissent ou qui sont déjà en place dans un Web en temps réel qui prend de plus en plus d'importance.