Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - bibliothèque numérique

Fil des billets

vendredi 9 novembre 2012

Lancement de la bibliothèque numérique francophone accessible

Depuis peu est ouverte la bibliothèque numérique francophone accessible

A l'occasion du salon du livre de Paris 2012, trois associations travaillant avec des personnes aveugles et malvoyantes, l’association Braillenet, le Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes (GIAA) et l’Association pour le Bien des Aveugles et des Malvoyants de Genève (ABA) annonçaient l'ouverture prochaine d'un service de lecture numérique accessible aux personnes déficientes visuelles (voir la vidéo de présentation).

La Bnfa propose plus de 12 000 titres, couvrant un large éventail de la production actuelle : romans, manuels, documentaires, biographies, essais, livres pour la jeunesse, … tous accessibles sous forme numérique sur des dispositifs adaptés aux besoins des personnes handicapées : appareils braille ou équipés de synthèse de parole, systèmes informatiques permettant un affichage en gros caractères, conformément aux  standards du consortium DAISY, grâce à la plateforme Hélène 3.0 développée par l'association Braillenet avec le soutien de  l'UPMC, l'INRIA et l'INSERM,sur laquelle elle repose.

Premier service francophone de téléchargement de livres au format DAISY, la Bnfa est ouverte aux personnes bénéficiant des exceptions au droit d’auteur prévues par leurs législations nationales. Actuellement, elle se voit donc proposée à travers deux sites distincts, www.bnfa.fr et www.bnfa.ch, destinés respectivement aux bénéficiaires des lois françaises et suisses.

L'inscription à la Bibliothèque Numérique Francophone Accessible est gratuite pour les particuliers, mais dans le cadre d'une institution, il est également possible d'en proposer l'accès en en contactant les différents partenaires. Officiellement, les lecteurs doivent apporter une preuve de leur éligibilité, je suppose donc qu'il faudra que l'institution argue qu'elle offre son service également à un publics déficient visuel.

En terme de recherche, le catalogue propose aux utilisateurs une recherche simple, dans les champs de la notice, que l'on peut restreindre aux seuls documents sonores (voix de synthèse ou voix humaine) ou textuels (au format DAISY ou PDF). Il est aussi possible de filtrer l'ouvrage par genres adultes comme jeunesses. Une page spécifique propose un formulaire de recherche avancé. Les recherches génèrent des flux RSS permettant aux utilisateurs de s'abonner à une requête précise pour suivre les acquisitions dans un domaine précis. Au niveau de la notice, il lui est ensuite proposé les différents formats auxquels l'ouvrage est disponible.

L'usager peut se créer un espace personnel dans lequel il peut accéder à son compte lecteur, retrouver des listes de titre établies à partir des notices du catalogue ou faire des suggestions d'acquisition. Identifié, il lui est également possible de déposer un commentaire sur les notices.

De son côté, la bibliothèque propose des bibliographies et des listes appelées Sélections thématiques (cuisine, droit, entreprise, romans francophones, rentrée littéraire 2011 et 2012...). En plus des Nouveautés, mises en exergue et des traditionnels mais non moins efficaces Coups de coeur, il est possible simplement de consulter "Un livre au hasard".

La bibliothèque numérique francophone accessible est propulsée par Koha.

vendredi 22 avril 2011

Numériser les archives étudiantes

Un article intéressant a paru récemment sur le blog Wired Campus, hébergé par The Chronicles of Higher Education. Il évoque la numérisation des archives estudiantines, et plus précisément, les journaux associatifs.

C'est une façon de garder la mémoire de l'institution, de donner de la visibilité à la vie étudiante, d'impliquer ces usagers dans la vie de leur établissement et dans les projets de numérisation qu'il peut mettre en œuvre. Cela peut même faire l'objet d'un travail étudiant et donc demander pour l'établissement finalement peu de ressources pour créer in fine une collection unique dans la bibliothèque numérique. 

Ce projet a été mené à la bibliothèque universitaire de Drake, à l'Iowa, qui vient de numériser ainsi une revue étudiante qui existe depuis 1884. Et c'est justement l'ancienneté de la revue qui permet ce travail de numérisation, ne serait-ce pour des questions de droit.

Il n'empêche, je demeure persuadé que toutes les productions étudiantes mériteraient d'être ainsi conservées et traitée. Je me souviens, jeune étudiant de licence de Lettres modernes -mention documentation bien sûr- avoir rejoint l'association étudiante de l'UFR dans laquelle mes camarades écrivaient des articles. Que sont devenus ces numéros à la parution irrégulière, je me le demande ? Je doute qu'il y ait jamais eu un quelconque dépôt or je suis certain que ce genre de production pourrait intéresser étudiants ou chercheurs plus tard. Evidemment une mise à disposition devient délicate, notamment pour des questions de droit d'auteur -on ne met pas en ligne comme cela n'importe quel document sans l'accord des auteurs- mais la numérisation devrait permettre a minima une meilleure conservation en attendant de retrouver les droits nécessaires.

Une recherche peut-être facilitée aujourd'hui par les réseaux sociaux.

jeudi 10 février 2011

Jouer avec les OCR

Sur Read Write Web, se trouve un article expliquant comment la Bibliothèque nationale de Finlande a créé des mini-jeux afin d'inciter les usagers à corriger les éventuelles erreurs d'OCR liées aux projets de numérisation.

L'idée est simple : avec le projet Digitalkoot (Volontaires numériques) les usagers sont appelés à participer et remplir des microtaches, jouer à de mini-jeux afin d'améliorer le résultat de la numérisation en rendant plus récréative les travaux pénibles et répétitif de vérification des notices et des épreuves.

"We have millions and millions of pages of historically and culturally valuable magazines, newspapers and journals online. The challenge is that the optical character recognition often contains errors and omissions, which hamper for example searches," says Kai Ekholm, Director of the National Library of Finland. "Manual correction is needed to weed out these mistakes so that the texts become machine readable, enabling scholars and archivists to search the material for the information they need."

Plusieurs jeux sont ainsi proposés grâce à un partenariat avec l'entreprise MicroTask.

Dans le jeu 'Chasse aux taupes' (Myyräjahti), deux taupes montrent au joueur deux mots différents et ce dernier doit défninr le plus rapidement possible s'ils sont ou non identiques. Il s'agit donc de retrouver des mots erronés dans les documents numérisés. Dans "le pont des taupes" (Myyräsilta), les joueurs doivent épeler correctement les mots apparaissant à l'écran. Chaque réponse juste aide les taupes à construire un pont par dessus une rivière. Bien sûr, ces réponses permettent également de vérifier la pertinence de l'OCR et donc de faciliter les recherches sur les documents.

Ca me fait penser à la "Fun theory", une théorie selon laquelle on peut changer les comportements des gens si on rends les actions plus amusantes (jeter les déchets à la bibliothèque, utiliser l'escalier plutôt que l'escalator...) une initiative mise en oeuvre notamment par Volkswagen.

vendredi 17 décembre 2010

10 ans d'IABD

Michèle Battisti a mis récemment en ligne une présentation reprenant les actions menées par l'IABD ces dernières années. On retrouve les positions de l'interassociation sur des sujets sensibles et importants comme la loi HADOPI, l'ACTA, les œuvres orphelines, la numérisation du domaine public, le prix du livre numérique, la durée des droits voisins...

Présence numérique de l'IABD :

vendredi 26 novembre 2010

Documents numériques en bibliographies

Digital Scolarship est un portail proposé et maintenu par le chercheur Charles W. Bailey, Jr, qui propose des bibliographies en accès-libre sur de nombreux domaines dont :

Ces bibliographies apparaissent comme autant de sites web indépendants, au format XHTML, qui proposent chaque fois des références organisées d'ouvrages, articles, études et travaux de recherches sur le domaine concerné. Il s'agit également de références récentes (très rarement antérieures à 2000). Tous les travaux cependant sont en anglais.

Par exemple, la bibliographie sur les répertoires institutionnels se compose de la façon suivante :

  1. General
  2. Country and Regional Institutional Repository Surveys
  3. Multiple-Institution Repositories
  4. Specific Institutional Repositories
  5. Institutional Repository Digital Preservation Issues
  6. Institutional Repository Library Issues
  7. Institutional Repository Metadata Issues
  8. Institutional Repository Open Access Policies
  9. Institutional Repository R&D Projects
  10. Institutional Repository Research Studies
  11. Institutional Repository Software
  12. Electronic Theses and Dissertations in Institutional Repositories
  13. Appendix A. Related Bibliographies
  14. Appendix B. About the Author

Chaque bibliographie est librement réutilisable selon la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 3.0 United States, soit citation de l'auteur, aucune utilisation commerciale possible. En revanche, il vous est loisible d'utiliser tout ou partie de ce travail dans un autre cadre et de le partager. Des moteurs Google Custom Search Engine sont également proposés pour parcourir rapidement la bibliographie.

Digital Scholarship est également sur Facebook en tant que projet et LinkedIn au nom de Charles Bailey. Le blog DigitalKoans se fait l'écho de la veille du chercheur et des nouveautés sur le site concernant le numérique. Un compte a d'ailleurs été ouvert sur Delicious pour agréger l'ensemble de cette veille et un autre sur Twitter pour en faciliter la diffusion.


vendredi 24 septembre 2010

Développement et Usage des Archives Ouvertes en France

Sur ArchiveSIC à été déposé en juillet dernier un rapport proposé par les universitaires Joachim Schöpfel (Lille3) et Hélène Prost (INIST) et portant sur le "Développement et Usage des Archives Ouvertes en France. 1e partie : Développement".

Le rapport présente les résultats d'un projet de recherche mené en 2009 à l'université Charles-de-Gaulle Lille 3. L'objectif du projet : évaluer les résultats de la politique en faveur des archives ouvertes en France. La 1e partie du rapport intitulé « Développement » fournit des éléments chiffrés sur la typologie, la taille et le contenu des archives ouvertes, en comparant si possible l'information de 2009 avec 2008. L'enquête s'appuie sur un échantillon quasi-exhaustif des sites français, constitué à partir de répertoires et annuaires. Les données ont été collectées en ligne, sur chaque site.

Le rapport évoque une forte dynamique locale et un développement des dépôts institutionnels ou non mais sans grande coordination malgré l'existance d'acteurs et de partenaires qui pourraient jouer ce rôle (GTAO, MESR...).  Il souligne également une déviation de l’objectif principal d’une archive, la communication directe, rapide et libre entre chercheurs. Préoccupés par un souci d’évaluation de l’impact, certains établissements scientifiques donnent la priorité au signalement plutôt qu’à l’accès direct aux documents. En outre, le mélange entre production scientifique et chargement d’anciens fonds numérisés pose un double problème, celui de la cible et de l’objectif du service, et celui de la pertinence des résultats de recherche dans les archives et pose la question de l'avenir des AO en France.

vendredi 4 septembre 2009

ICDL mobile

L'International Children's Digital Library (ICDL) est l'une des collections les plus importantes au monde en littérature de jeunesse gratuitement disponible sur internet. (cf.)

Depuis près d'un an déjà, l'ICDL propose également une interface accessible pour les téléphones mobiles et plus spécialement l'iPhone. Disponible gratuitement dans l'App Store d'Apple, cette application permet aux usagers de profiter de l'interface interactive du téléphone pour lire une sélection de livres de jeunesse provenant des collection de la bibliothèque, riche de milliers d'histoire provenant d'une soixantaine de pays. Ces livres peuvent être lu dans leur langue d'origine ou en anglais.

L'application d'iPhone utilise la technologie ClearText censée permettre aux utilisateurs de lire confortablement les livres abondamment illustrés de la littérature pour enfants, y compris sur des écrans de téléphones mobiles donc.

L'application, mise à jour en même temps que l'ICDL par wifi ou par le réseau 3G offrant un accès au contenu offline par la suite (y compris en mode avion), propose également :

  • Offline reading -- access the International Children's Library to read on and offline
  • Online reading -- linkage to the full ICDL collection which has over 3,000 titles in 48 languages representing 60 countries
  • Simple navigation -- view books with engaging animations quickly
  • One or two page view -- takes advantage of iPhone's "auto-rotation" feature
  • ClearText -- allowing exceptionally clear text in the context of highly illustrated pages

Cette application a été développée par l'International Children's Digital Library Foundation avec le soutien de l'University of Maryland's Human-Computer Interaction Lab.

vendredi 17 juillet 2009

Belgica, bibliothèque numérique de Belgique

La KBR, entendez la Koninklijke Bibliotheek van België ou Bibliothèque Royale de Belgique vient d'ouvrir sa bibliothèque numérique tout simplement appelée "Belgica".

Belgica offre un accès gratuit et permanent au patrimoine électronique de la Bibliothèque royale de Belgique, ainsi qu’à des documents numérisés par d’autres institutions, vers les sites desquelles il renvoie.

Sont évoqués différentes catégories de documents patrimoniaux comme les manuscrits, imprimés, cartes, partitions de musique, enregistrements sonores d'une part et d'autre part les collections particulières de monnaies, de médailles, de dessins et d’estampes.

La reproduction numérique des documents, en résolution à 300 dpi, est réalisée par le personnel du service photographique ou par d’autres membres du personnel de la Bibliothèque relevant des sections chargées de la conservation des documents, formés aux scannage. Les clichés sont conservés en trois formats (une version “brute”, une version d’archivage en TIFF et une version de consultation en JPEG) et les scans en deux formats (TIFF et JPEG). Des documents PDF sont créés au départ des TIFF. La numérisation des journaux et des documents sonores est néanmoins sous-traitée à une firme spécialisée. Le document présentant les aspects juridiques (pdf) précise quant à lui que "Dans un premier temps, l’ensemble des documents numérisés par la Bibliothèque royale et mis en ligne dans ‘Belgica’ appartiennent au domaine public".

Il est précisé en outre que :

"La reproduction des documents mis à disposition dans ‘Belgica’ est autorisée à des fins de recherche, d'enseignement ou à usage privé, sous quelle que forme que ce soit, à l’exception de la publication sur internet. Tout autre usage que ceux limitativement énoncés ci-dessus est subordonné à l’autorisation écrite de la direction générale de la Bibliothèque royale de Belgique, et peut, le cas échéant, être conditionné au paiement d’une contrepartie financière."

et que

Tout document mis à disposition dans ‘Belgica’ peut être diffusé gratuitement dans le cadre d’une activité de recherche, d’enseignement ou dans le cercle privé, à l’exception d’internet, pour laquelle nous renvoyons aux dispositions du second alinéa du paragraphe précédent. Dans tous les cas, l'utilisateur s'engage à citer le document avec la mention ‘Bibliothèque royale de Belgique – Belgica’.

Pour l'instant, le site n'est pas énormément fourni mais je trouve l'ensemble très intéressant et plutôt bien fait, en tout cas prometteur quant à la diffusion et la valorisation des documents de la Bibliothèque royale.

lundi 1 juin 2009

Livres de jeunesse numérisés

Connaissiez-vous la Baldwin Library of Historical Children's Literature de l'université de Floride ?

Il s'agit d'une collection numérisée de quelques 100 000 livres pour enfants publiés au Royaume-Uni et aux Etats-Unis depuis le XVIIIe siècle à nos jours. Il s'agit de la seconde collection en termes d'importance sur le sujet de tous les Etats-Unis.

his vast assemblage of literature printed primarily for children offers an equally vast territory of topics for the researcher to explore: education and upbringing, family and gender roles, civic values, racial, religious, and moral attitudes, literary style and format, and the arts of illustration and book design.

Les livres proposés sont classés en différents genres : livres d'alphabets, livres en vers, Bildungsromane (une histoire qui évoque l'évolution morale et psychologique du personnage), histoire centrées sur la famille, histoires qui se passent à l'école, catalogues d'éditeurs, illustration à la main, et livres-jouet (pop-up etc.).

D'autres bibliothèques de livres pour enfants numérisés :

International Children's Digital Library : A collection of of books that represents outstanding historical and contemporary books from throughout the world.  

Internet Archive Children's Library : Books for children from around the world. 

Blog Vintage kids' books my kid loves

Voir aussi l'exposition virtuelle à la BnF "Babar, Harry Potter et Compagnie Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui"

Présentation vidéo de l'exposition réelle :

mardi 24 mars 2009

Les articles du MIT librement accessibles

Je reprends là une information de l'excellent blog Demain la veille qui nous apprend que, selon un communiqué, le "MIT Will Publish All Faculty Articles Free In Online Repository"; le MIT publiera l'ensemble des articles de ces chercheurs dans un répertoire d'archives ouvertes. Le communiqué débute ainsi :

Faculty voted unanimously this week to approve a resolution that allows MIT to freely and publicly distribute research articles they write. MIT plans to create a repository to make these articles available online

Cette résolution s'applique à l'ensemble de l'Université, ce qui semble une première bien que nombre de facultés ou de départements universitaires aient déjà proposés leurs articles en archives ouvertes. Une initiative qui devraient permettre, espèrent-ils, de renforcer le poids de l'institution dans les négociations face aux maisons d'édition et permettre la diffusion libre de ses articles.

La plateforme retenue pour une telle diffusion est bien entendu celle de DSpace, déjà développée par le MIT et utilisées par un nombre important d'institutions (dont plusieurs françaises comme le laboratoire LARA et OpenSigle de l'Inist, l'INRA d'Avignon ou la base WindMusic financée par le conseil général du Haut Rhin).

Cette décision prendra néanmoins quelques temps avant d'être appliquée. De nouveaux contrats doivent en effet être négociés avec les éditeurs d'une part et le workflow de dépôt être mis en place au sein de l'université ce qui pourrait prendre encore quelques mois.

- page 1 de 2