Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - bibliothèques 2.0

Fil des billets

jeudi 22 décembre 2011

La bibliothèque dans les nuages

Le groupe Primary Research spécialisé dans la publication d'enquêtes, rapports et autres benchmarks (ou plutôt "référenciation" ou "étalonnage" selon FranceTerme) appliqués aux institutions (et à des prix simplement exorbitants) vient de sortir une enquête sur l'utilisation par les bibliothèques de ce qu'on appelle le Cloud Computing.

L' "informatique en nuage", toujours selon FranceTerme, consiste à privilégier les services et logiciels en lignes plutôt que les serveurs locaux des utilisateurs.

This report examines closely how academic, public and special libraries are using cloud computing services. It looks at use of specific services from Amazon, Google, Rackspace, DuraCloud, DropBox and many others, as well as more general questions regarding the use of cloud services, such as security issues, overall cost, impact on IT staff, data reliability and other issues.

Ce rapport donc s'intéresse à la façon dont les bibliothèques utilisent, ou prévoient d'utiliser, des services en lignes ou à distance comme Amazone, Google, DropBox... Il essaie de présenter un regard objectif sur les bénéfices et les désavantages de ces derniers et relaie l'opinion des bibliothécaires sur des questions comme la sécurité des données, les coûts, la confiance, l'impact sur le temps de travail etc.

Parmi les conclusions, on trouve quelques chiffres :

  • 22.54% des biblitohèques interrogées souscrivent à des services en lignes, dont 13.64% de bibliothèques hors États-Unis.
  • Les services de cloud computing les plus importants sont utilisés pour héberger ou distribuer des collections particulières par 2.82% des bibliothèques interrogées.
  • 63.04% déclarent Google comme étant fiable et 8.7% extrêmement fiable. Les 28.26% restantes considèrent Google comme habituellement fiable, aucune ne lui accordent pas leur confiance.
  • 66.67% des bibliothèques s'accorde pour dire que alors que la perte de données et de dossiers est toujours possible dans les principaux services de cloud computing, ces pertes ne seraient pas pires que si elles se passaient dans les services de stockages traditionnels.
  • Moins de 3% des bibliothèques utilisent des platforms as a service (PaaS) [un modèle où l'entreprise maintient uniquement ses applications et où le fournisseur maintient la plateforme et l'infrastructure] permettant à leurs usagers de construire leur propres applications en ligne.
  • 2.82% des bibliothèques prévoient d'utiliser Rackspace (un site qui proposer des serveurs en ligne, un espace de stockage en ligne, des logiciels en ligne, un portail en ligne...) dans le futur, dont 5.56% de bibliothèques municipales et 2.44% de bibliothèques universitaires.
  • 15.38% des bibliothèques dont le budget annuel se situe entre 750.000 et 5.000.000 USD utilisent des espaces serveurs en ligne, loués à des entreprises de cloud computing
  • 16.9% des bibliothèques interrogées utilisent des applications Google pour le traitement de texte, par défaut.

Les conclusions du rapport se fondent sur les données de 72 bibliothèques (universitaires, municipales ou spéciales) américaines, canadiennes, australiennes et anglaises.

mercredi 6 avril 2011

La "disruption" en bibliothèque

La Disruption est un concept issu du marketing publicitaire fondé sur la notion de rupture, en l'occurence, rupture avec l'image conventionnelle véhiculée par la marque pour la diriger vers une vision espérée (cf. ce pdf proposant des exemples pour les collectivités).

Dans le schéma suivant, volontairement réduit -je vous engage à cliquer sur l'image pour accéder au billet original-, vous sont proposées des sources actives de discontinuité. En l'occurrence, une liste de services externes proposés à nos usagers qui vont venir concurrencer nos propres services et auprès desquels ces derniers peuvent paraître, disons, moins attrayants.

"This image is not meant to be comprehensive, just a proof of concept."

Oui, nos services rencontrent une concurrence forte mais cela ne veut pas dire que nos services sont pour autant condamnés. Bien au contraire, aurais-je envie de préciser. Il s'agit bien plutôt, en effet, d'utiliser, d'intégrer, de digérer cette offre et de ne pas tant la considérer comme un menace que comme un complément ou comme une aide.

La rupture constatée entre notre OPAC et les services web doit être pour nous l'occasion justement d'une rupture de paradigme et d'un changement d'image. L'occasion de disséminer la bibliothèque et de nous renouveler pour aller à l'encontre non pas seulement des usages que de nos usagers.

lundi 4 avril 2011

Services mobiles d'universités et de bibliothèques

Dernièrement je cherchais quels services pouvaient et étaient dispensés sur des téléphones mobiles par des institutions. J'ai pioché ainsi un certains nombre d'informations, reprenant des sites et des applications mobiles (je mélange car ce qui m'intéresse est plus le service dispensé que le moyen d'y accéder) que je vous donne brièvement ci-après sous forme de listes :

  • services d'universités francophones / non francophones
  • services de bibliothèques francophones / non francophones 

1. Services mobiles d'université francophones

Université de Marne-la-Vallée : www.univ-mlv.fr/versions/mobile
  • Présentation des formations, par cycle
  • option candidater / se préinscrire
  • Actualités et évenéments de l'université
 + Présence sur FourSquare et sur Twitter

UnivMobile (UNT île de France) : m.univmobile.fr
Regroupe pour l'instant les universités de Paris1, Paris13, Versailles Saint-Quentin et Evry
  • Actualités de l'université
  • Mon ENT mobile
  • Podcasts pédagogiques
  • Fonction géocampus
  • Catalogue SCD
  • projet sms-u (un service d’envoi de message SMS aux étudiants : changement de salles, notes, résultats publiés…)
Université de Nantes : http://jpo.irealite.com/
site mobile proposé à l'occasion des journées Portes Ouvertes
  • Actualités
  • Vidéos
  • Programme des rencontres
  • présentation des formations
  • Informations pratiques
  • plans détaillés par géolocalisation
Université de Rouen : http://www.univ-rouen.fr/01855554/0/fiche___pagelibre/
(ne marche pas lors de la rédaction du billet)

Certaines universités entament une approche minimale :
Université Henri Poincaré - Nancy Université : http://wiki.uhp-nancy.fr/display/UHPADE/Emploi+du+temps+sur+un+mobile
  • Emploi du temps (Date, horaire, nom du cours et salle)
Université de Savoie : m.agenda-uds.fr (ne marche pas lors de la rédaction du billet - j'ai l'impression que c'est une tentative étudiante)


Département Infocom de l'Université Laval (Québec) : m.com.ulaval.ca
  • Actualités du département
  • Annuaire
  • Informations pratiques
  • Carte du campus
  • Accès médias sociaux
  • Fonction "Aujourd'hui" : activités journalières du département (cours, réunions, conférences)
  • Accès au site standard ("accès rapides")

2. Services mobiles Universités non-francophones

MIT : m.mit.edu
  • Annuaire
  • Plan campus (favoris, descriptions, photos, horaires bâtiments)
  • Horaires tram / navettes
  • Agenda
  • Actualités
  • Plateforme pédagogique Stellar
  • Vérification compte impression (bêta)
  • information Urgences
  • useful links
+ about, what's new, customize, go to site, font size

Texas A&M University : m.tamu.edu
  • actualités
  • agenda
  • plans
  • événements et informations sportifs
  • cours
  • restauration
  • horaires des bus
  • informations pratiques campus
  • réseaux sociaux et multimédias
  • annuaires
Université de Washington : m.uw.edu
  • Sports (schedules, scores, up to date)
  • Cours
  • Annuaire
  • Agenda
  • Images
  • Plans
  • Actualités
  • Videos
North Carolina State University (NCSU) : m.ncsu.edu
  • Annuaire
  • Contacts
  • Restauration
  • Agendas
  • Bibliothèques
  • Lignes transports en commun
  • Youtube
  • Informations pratiques
  • Site complet

3. Services mobiles Bibliothèques francophones

BU Angers (CCTP) : http://issuu.com/dbourrion/docs/cctp_site_web_bua
  • Horaires
  • Nous trouver (plans)
  • Catalogues
  • Comment ? (accéder, trouver, se procurer, s'inscrire)
  • Canaux (billets étu, valo, recherche)
  • Patrimoine (fonds spécialisés)
  • Gallerie 5
  • Presses de l'université d'Angers
Bibliothèque de Toulouse : http://www.bibliotheque.toulouse.fr/smartphones.html
  • Catalogue
  • Compte abonné (renouveler, réserver)
  • Plan de la région et des lieux culturels
  • Agenda culturel
  • Actualités (bibliothèques + partenaires) : videocasts, podcasts, bibliographies, blogs
  • Réseaux sociaux
  • sites partenaires
  • Animations proches +itinéraires
+ bibliothèque numérique patrimoniale, catalogue mobile : http://m.numerique.bibliotheque.toulouse.fr/


Bibliothèque du Luxembourg m.catalogue.bibnet.lu
  • Recherche dans le catalogue
  • Compte-lecteur (prolonger, consulter ses prêts, réserver, PEB)
  • Interface en anglais, français et allemand

4. Services mobiles Bibliothèques non-francophones

Bibliothèque de Palo Alto : www.libanywhere.com
  • Plans
  • catalogues
  • renouveler
  • actualités
  • ask a librarian
  • Discover other mobile services
Bibliothèque NCSU cf. http://www.vagabondages.org/post/2010/01/20/NCSU-libraries-mobile-site
  • plans
  • horaires
  • réservations de salles
  • réservations d'ordinateurs
  • catalogue
  • Ask us
  • actualités et agenda
  • webcams
  • site de l'université
  • site complet
Vous en connaissez d'autres, d'appli ou de sites d'universités ? d'appli ou de site de bibliothèques ? J'avoue avoir fait là un tour succinct et rapide, donc absolument pas exhaustif. (d'autres sites)

5. Service idéal

A partir de là, si j'essaie une compilation de l'existant, je pourrais proposer un ensemble de services idéal ressemblant à  :

  • Ressources :
- Catalogue de la bibliothèque (voire catalogue fédéré)
- Catalogue de la bibliothèque numérique
- Conférences (vidéos et podcasts)
- Publications : presses, blogs
- Actualités, dont "Aujourd'hui"
- Agenda
  • Services :
- Présentation des formations
- Accès à l'ENT mobile / plateforme pédagogique
- réservations de salles
- accès compte impression
- compte lecteur : consulter, renouveler, réserver prêts ; PEB)
- renseignement à distance
- alertes sur le compte, sur des questions de salles
  • Pratiques :
 - Plans du campus / de la ville avec description et itinéraires
- Horaires
- Annuaire
- Horaires des transports
- Restauration

+
- About
- Quoi de neuf ?
- Lien site complet
- taille des polices

Bien sûr, c'est à compléter ensuite avec d'autres ressources propres (liens vers plateformes mobiles de bases de données, de revues électroniques, de livres numériques, d'encyclopédies en ligne...

J'aime bien l'idée également de sortir la biblitohèque de son microcosme et de proposer des liens vers les ressources et les services de partenaires, du campus, de la ville...

Enfin, il faudra penser d'une part à la mise en place de QR code à flasher pour arriver directement au site sans avoir à inscrire l'adresse dans son navigateur mobile et d'autre part à l'utilisation d'autres sites de réseaux et de médias sociaux avec lesquels interagir (j'avoue être intrigué par l'utilisation de FourSquare par Marne-la-Vallée).



vendredi 4 mars 2011

Que mettre sur une fan page Facebook de bibliothèque ?

C'est peut-être que je n'ai pas suivi l'information, mais il me semble que personne n'a évoqué encore, sur un blog pro, le travail d'Alain Marois, responsable de projets de numérisation et gestion de collections numériques à la bibliothèque de l'École Centrale de Lyon sur les usages des réseaux sociaux par les bibliothèques (exemple de Facebook).

1. La page Facebook de la Bibliothèque Michel Serres de l'École Centrale de Lyon.

Ce dernier a publié le mois dernier une carte heuristique se proposant de lister les contenus possibles qu'une bibliothèque peut mettre en ligne sur Facebook. La bibliothèque elle-même possède une page des plus fournies. Elle avait alors justifié cette présence en mars 2009 par le texte suivant :

Retrouvez-nous sur Facebook !

Pour mieux servir son public, la bibliothèque de l’ECL  est désormais visible sur le réseau social Facebook. Retrouvez sur sa page Facebook les dernières actualités, le programme des prochaines formations, des listes d’ouvrages,…mais également des vidéos, photos et les expositions actuelles.

N’hésitez pas à utiliser notre mur pour vos suggestions ou questions concernant nos services, ressources ou tout type de renseignement.

Pourquoi une page Facebook ?

Début 2009, alors que nous créons cette page, il existe 39 groupes en rapport direct avec l’ECL sur Facebook. Si certains ne sont plus actifs ou ne comptent que quelques membres, d’autres sont des lieux d’échanges et de vie importants pour la communauté. Le groupe « Centrale Lyon » compte par exemple près de 1400 affiliés.

A l’heure de la diversification des usages de son public, de l’arrivée dans les promotions de digital natives, la bibliothèque, désireuse de promouvoir ses contenus pour un meilleur service, se propose donc d’utiliser cette page comme un vecteur de lien supplémentaire entre les utilisateurs de Facebook appartenant à la communauté ECL et elle. C’est aussi pour nous une façon d’ouvrir un débat sur les enjeux pédagogiques, sociétaux et éthiques des médias sociaux.

Cette page ne remplacera pas notre site web officiel (dont une nouvelle version est en cours de création), mais, en reprenant ses informations tout en offrant de nouveaux outils sociaux, nous permettra, nous l’espérons, de mieux répondre aux attentes de la communauté.

Publié par Alain Marois

Actuellement, il s'agit donc d'une page et non d'un profil, ce qui est préférable pour un site institutionnel. En plus du mur qui publie les actualités, la bibliothèque renvoie vers des informations pratiques, des photos d'événements et du lieu, des vidéos tutoriels (PEB, ressources électroniques), une page "trouvez !" permettant d'interroger le catalogue, les ressources en ligne (revues, ressources) les formations, et renvoyer vers le site web.

A titre d'exemple, qu'on regarde également la récente page Facebook du SCD de l'Université de Rennes 2 qui propose les services suivants : Mur alimenté par le flux RSS des actualités du SCD (cf.leur blog) ; des Informations pratiques (adresse, transport, chiffres, horaires) ; une page "Où trouver ?" renvoyant vers un classement thématique des bases, revues et un lien vers le catalogue, des plus efficace ; une autre page "Besoin d'aide ?" renvoyant vers l'interface Ubib et des guides de méthodologie ; une Faq d'une quinzaine de questions ; des photos et des vidéos...

2. Quel contenu sur Facebook ?

Alain Marois est reparti des importants travaux du blog de Karine, Livre-arbitre, complétés de sa propre veille, qu'il a ensuite regroupé en une dizaine de grands objectifs :

  1. Informations factuelles
  2. Promotion des services généraux
  3. recrutement
  4. Alertes / informations "sur le vif"
  5. Créer et garder le lien
  6. Promotion des nouveautés (ressources et services)
  7. Promotion des collections
  8. Auto-promotion / advocacy
  9. Propulsion des (nouveaux) contenus / services
  10. Marketing de programmes et services spécifiques

Chaque branche renvoie vers une description plus précise avec un exemple de mise en œuvre. Une carte riche et intéressante qui peut donner des pistes de réflexion pour qui souhaiterait se lancer et ouvrir une présence sur les réseaux sociaux.

Je vous laisse découvrir (lien sur l'image).


jeudi 3 février 2011

Un site mobile à moindre coût

Sur son blog, TiffiniAnne, bibliothécaire à l'Université de Californie, a récemment publié un billet intéressant sur l'importance des sites mobiles pour les bibliothèques :Edupunk goes mobile: Mobile library sites with zero budget.

"Edupunk" est ici une contraction d'une volonté "punk", appliquée à l'éducation. Sur Wikipédia, on trouve la définition suivante :

L'Edupunk est une méthode d'enseignement et d'apprentissage. Cette méthode se définit comme une approche de l'enseignement qui évite les outils traditionnels tels que PowerPoint et le tableau noir, et vise plutôt à amener l'attitude rebelle et le comportement Do It Yourself des groupes punks des années 70, au sein même de la classe

Mieux encore, elle propose quelques trucs pour ouvrir son propre site mobile à moindre coût, et notamment en utilisant des sites déjà existants comme LibGuides ou Wordpress. Bien sûr, pour que ce soit moins cher il faut faire le maximum soi-même, ce que Tiffini appelle le DIY aesthetic.


Catalogue de la BM de Toulouse

Un site mobile pour la bibliothèque

Ainsi, elle reconnaît l'intérêt toujours grandissant des usagers pour les technologies mobiles, y compris dans les comportements informationnels, quelle appuie par des statistiques d'usages proposées par l'agence Pew Research, mais note aussi que les départements informatiques des universités n'ont guère le temps de travailler sur de tels projets innovants.

As a result, I often experiment with low-cost alternatives and propose more formal changes once I have evidence of success. This is how I began playing around with low-cost mobile site alternatives.

Sa réponse tient dans l'expérimentation, quitte ensuite à proposer une validation à postériori.

En ce qui concerne les sites mobiles, elle explique qu'il est important, pour elle, de créer un site particulier et non de se contenter du site web habituel de la bibliothèque. En tant qu'usager, il apparaît en effet plus simple de naviguer dans ce genre d'interface pour trouver rapidement des informations pratiques (disponibilité d'un document, nom d'un contact etc.) que de s'abîmer les yeux sur un site optimisé pour IE6 ; ce que Aaron Tay, bibliothécaire à Singapour, expliquait quand il a étudié les pages des sites mobiles de 40 bibliothèques (et aussi ce billet comparant mobiles apps et web apps). Et ce, précise-t-elle, même si les étudiants ne se sont pas encore emparés des sites mobiles en terme d'usage.

Une page aura aussi l'avantage d'offrir des statistiques sur ce genre d'usage.

Utiliser les outils gratuits, en ligne

L'idée de Tiffini est simple : utiliser des outils qui sont déjà mobile-friendly et surtout gratuitement disponible sur internet.

Le premier outils qu'elle présente est Libguide -qui d'ailleurs n'est pas gratuit, bien que largement utilisé outre-atlantique. Le site proposerait le choix soit de détecter les navigateurs mobiles et donc de leur proposer une interface adaptée, soit de développer directement dans une interface adaptée pour les terminaux mobiles. Wordpress également propose une fonctionnalité détectant les navigateurs de terminaux mobiles. Tiffini propose un diaporama sur la question, sur la page de son billet.

Son idée surtout, est de proposer un premier et rapide site mobile de façon à contenter les étudiants pendant les prochains mois où elle pourra travailler plus longuement sur la mise en place d'un site complètement fonctionnel et riche de nombreux services. Voire, ne pas dédoubler le site de la bibliothèque, mais se contenter d'une unique page qui s'affichera automatiquement lorsque les usagers se connecteront à partir de leur mobile et qui proposera essentiellement des informations simples, pratiques et des liens pour aller plus loin

Quel contenu ?

Les informations principales dispensées sur cette page mobile sont de deux ordres :

  • des informations pratiques (ce que les étudiants sont susceptibles de chercher en premier quand ils vont sur un site web, établi en fonction des questions posées en ligne)
  • des liens vers des tutoriels (ce dont les étudiants sont susceptibles d'avoir un besoin rapide pendant une recherche d'information). 

Selon elle, il ne suffit pas de renvoyer vers des documents texte. Il convient aussi de profiter d'autres formats disponibles sur un mobile, de proposer des vidéos de démonstrations également disséminées sur YouTube, des diaporamas de cours déposés sur SlideShare, des sondages proposés via LibGuide, en plus des tutos accessibles via Scribd. Et sur les ressources disponibles physiquement, l'ensemble de ces matériaux sera secondés par des QR Codes renvoyant directement vers les ressources en ligne justement (ce qui n'est pas sans rappeler quelque chose).

Certes, il vous faudra au final gérer plusieurs pages, mais une fois les tutos mis en place, votre page spéciale mobile n'est pas censée trop bouger... du moins dans un premier temps. Tout le monde est d'accord pour dire qu'un vrai site optimisé pour les interfaces mobiles et proposé par un département informatique sera toujours mieux que ce genre de solution à court terme mais en attendant mieux...Il ne reste plus qu'à valoriser ce nouveau service et en faire la promotion auprès des usagers.

vendredi 17 décembre 2010

10 ans d'IABD

Michèle Battisti a mis récemment en ligne une présentation reprenant les actions menées par l'IABD ces dernières années. On retrouve les positions de l'interassociation sur des sujets sensibles et importants comme la loi HADOPI, l'ACTA, les œuvres orphelines, la numérisation du domaine public, le prix du livre numérique, la durée des droits voisins...

Présence numérique de l'IABD :

mercredi 15 décembre 2010

Les jeunes ne savent pas utiliser le Web

Je reprends là le titre du billet de Brainsfeed qui signale un rapport du groupe CIBER pour le JISC et la British Library sur les évolutions de l'information sur le web et les compétences à acquérir pour la trouver.

The broad aims of the study are to gather and assess the available evidence to establish:

  • whether or not, as a result of the digital transition and the vast range of information resources being digitally created, young people, the `Google generation’, are searching for and researching content in new ways and whether this is likely to shape their future behaviour as mature researchers?
  • whether or not new ways of researching content will prove to be any different from the ways that existing researchers and scholars carry out their work?
  • to inform and stimulate discussion about the future of libraries in the internet era

Brainsfeed précise que, selon l'étude, finalement les digital natives ne seraient pas plus performants que les "anciens" sur le Web et que s'ils utilisaient plus facilement l'outil, ils manquent de visibilité périphérique et seraient très souvent mono-moteurs. rencontrant dès lors des difficultés de cette "génération Google" (i.e. née après 1993) pour comprendre et exprimer des besoins précis en information, elle aurait du mal à mettre en œuvre des stratégies de recherche efficaces.

Par extension, l'étude souligne le rôle des bibliothèques et pointe leur manque de visibilité et de reconnaissance, de "branding". Il propose également qu'elles s'appuient sur les réseaux sociaux largement utilisés par ces jeunes. Elles doivent mettre en place des formations pour acquérir ce genre de compétences informationnelles, et surtout des dispositifs d'évaluation des usages. Non seulement les mettre en place mais les prendre en compte et changer leurs politiques en fonction.



Information behaviour of the researcher of the future
http://bit.ly/16oT6s
Langue: anglais
Accès: gratuit

vendredi 1 octobre 2010

Follow a library Day, oct 1st

Ce 1er octobre est déclaré le #followalibrary Day sur Twitter. Si si. L'initiative vient d'un groupe de professionnels de l'information néerlandais qui explique leur démarche de la façon suivante :

What would happen if each person on twitter would mention his or her favorite library there? One definite outcome would be: the enormous amount of positive attention to this great industry. And for this reason October 1 2010 has been declared the follow a library on twitter day.

Bien sûr, un compte twitter, en plus du blog, est associé à l'événement. il regroupe déjà plus de 1 400 followers, on peut supposer qu'une bonne part d'entre eux sont d'autres bibliothécaires et professionnels de l'information.

Alors quoi ? L'idée est de lancer un tweet ce premier octobre évoquant ou listant les comptes de bibliothèques que vous suivez. Un peu à la manière des follow friday, de ces listes de comptes que vous suivez et que vous souhaitez mettre en valeur, faire connaître à l'ensemble de vos abonnés. Seule contrainte, utiliser le hashtag #followalibrary pour permettre d'identifier rapidement ce dont il s'agit.

De manière plus sympathique, les organisateurs ont demandé aux participants de proposer des vidéos promotionnelles de leur compte twitter, pour se faire connaître et pour favoriser l'usage de twitter. Je trouve l'idée bonne : on n'insiste jamais assez sur le côté promotionnel de nos initiatives et services, du moins de ce côté de l'atlantique.

Sur son blog, David Lee King propose lui d'aller plus loin : d'abord, bien utiliser le hashtag et ensuite s'assurer que les followers d'une bibliothèque retweettent ces messages. Le but est effectivement de gagner plus de followers, de se faire connaître.Enfin, profiter de cet afflux de comptes pour demander aux gens pourquoi ils ont effectivement cité le compte de la bibliothèque et ce qu'ils souhaiteraient voir tweeté. Une sorte d'étude de public. La question en effet n'est pas tant de gagner de nombreux usagers ce jour, mais bien de les garder dès demain.

Allez, avant de finir, le blog Follow a library propose une liste des comptes de bibliothèques sur Twitter dans le monde. L'occasion de visiter d'autres comptes et de voir ce qui est fait ailleurs. Pour l'instant, en France, seules trois bibliothèques sont mentionnées : Toulouse, Brest, et la BnF via son projet "Voix ensevelies".

Qu'attendez-vous pour vous inscrire ?

mercredi 29 septembre 2010

Manifeste pour les bibliothécaires du 21e siècle

A dire vrai, je généralise car le titre original s'adresse plutôt aux professeurs documentalistes, qui n'existent pas chez nos voisins et sont appelé "bibliothécaires scolaires" : Joyce Kasman Valenza propose ainsi un Manifesto for 21st Century School Librarians. Réfléchissant sur ce que devait être et faire un bibliothécaire aujourd'hui, elle tente de couvre les domaines suivants :

  • reading
  • the information landscape
  • communication, publishing and storytelling
  • collection development
  • facilities and physical space
  • access, equity, advocacy
  • audience and collaboration
  • copyright, copyleft, and information ethics
  • new technology tools
  • professional development and professionalism
  • teaching and learning, and reference
  • into the future (acknowledging the best of the past)

proposant pour chacun plusieurs projets, plusieurs actions à mettre en œuvre aujourd'hui pour répondre aux besoins éducationnels de nos publics. Je généralise encore et c'est à dessein : je pense que ce manifeste vaut la peine d'être lu et parcouru. C'est une mine à idée, une sorte de feuille de route pour les années à venir. Et le petit bonus track, c'est la liste des choses que les bibliothécaires devraient oublier. Extraits :

1. That the little things really matter to those we serve and teach. (For instance, whether or not we decide to shelve Mc and Mac together.)
3. That Boolean logic is the best search strategy since sliced bread.
4. That Wikipedia is bad, or less-than-good, in almost every context.
10. That issues relating to Fair Use are generally going to be answered with the word no.
12. That intellectual freedom is a phrase connected to books alone.
13. That libraries should be quiet.
19. That someone else is responsible for your professional development.
22. That your library is open from 8 a.m. to 3 p.m.



mardi 8 juin 2010

Les bibliothèques publiques américaines et Twitter

Le site NFI Research, une énième société d'analyse des tendances du web américaine, propose une liste des bibliothèques publiques qui ont le plus de followers, qui sont le plus suivies sur Twitter.

Ces bibliothèques répondent aux critères :

  • mettent à jour et publient régulièrement sur leur compte,
  • communiquent avec leurs usagers
  • Utilisent Twitter comme outil de communication avec la communauté qu'elles desservent
  • Ont un certain équilibre entre following et followers, les gens qu'elles suivent et les comptes qui la suivent
  • Sont actives sur Twitter.
La liste est censée être régulièrement mise à jour.

Le début de la liste :

# Library Name Location Address
41,000+ Followers
1 New York Public Library New York, NY http://twitter.com/nypl
5,000+ Followers
2 Houston Public Library Houston, TX http://twitter.com/houstonlibrary
3,000+ Followers
3 Columbus Library Columbus, OH http://twitter.com/columbuslibrary
4 Kansas City Public Library Kansas City, MO http://twitter.com/KCPubLibrary
5 Hennepin County Library Minneapolis, MN http://twitter.com/hclib
2,000+ Followers
6 Vancouver Public Library NEW Vancouver, Canada http://twitter.com/VPL
7 Cincinnati Library Cincinnati, OH https://twitter.com/cincylibrary
8 Toronto Public Library Toronto, Canada http://twitter.com/torontolibrary
9 Austin Public Library Austin, TX http://twitter.com/AustinPublicLib
10 Grand Rapids Public Library Grand Rapids, MI http://twitter.com/grpl


Pour info, la société propose également une liste des  Top Independent Bookstores

- page 1 de 4