Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - bibliothèques 2.0

Fil des billets

dimanche 10 janvier 2010

Facebook en bibliothèque ?

Avant les vacances, j'ai reçu, au même titre que de nombreux autres collègues, une question me demandant assez largement quels conseils je pouvais donner à une bibliothèque "désirant utiliser Facebook dans le cadre de sa relation avec les usagers".

Voici en substance quelle fut ma réponse :

Quelques éléments de réponse à un question qui est vaste et mériterait précisions : les besoins et les modes d'actions d'une bibliothèque territoriale ne sont pas les mêmes que ceux d'une bibliothèque d'État par exemple. Par ailleurs, en terme de médiation, cette utilisation de Facebook se fera-t-elle au niveau institutionnel, celui d'un service (espace multimédia, musique, jeunesse), d'un thème, ou encore au titre de personnes ressources (le profil d'un bibliothécaire du service de référence, es qualité, par exemple ) ? Ces premières questions sont importantes et auront un impact certain sur l'utilisation de l'outil qu'est Facebook, notamment parce qu'une telle utilisation ne pourra se faire qu'en réponse à un projet.

Pourquoi utiliser Facebook ? Quel est le projet derrière, et à quels objectifs une telle utilisation est censée répondre ? sont à mon sens les premières questions à se poser. En fonction des réponses, du type de médiation envisagé, la bibliothèque mettra en place un mode d'alimentation et de fonctionnement fort différent. Par exemple, plutôt que de créer un profil ou une page (sachant que la page pour une institution est plus appropriée, le profil étant réservé à des personnes ressources par exemple), la bibliothèque peut parfaitement envisager de commencer par créer un groupe autour d'une animation, une collection, ce en concertation avec son public, notamment les ados, et mettre en place cette nouvelle visibilité en commun avec eux en les associant étroitement au projet.

Facebook peut ainsi servir à faire découvrir les collections de la bibliothèque, échanger avec les usagers en amont d'une animation comme en aval pour recueillir les avis, restituer des expériences. Facebook peut être le lieu d'un approfondissement aussi, après l'animation, avec la mise à disponibilité de liens, photos, vidéo ou d'espace d'échange (forum). Autant d'outils qui permettent également d'être présent pendant, d'accompagner l'usager dans son expérience de la bibliothèque.

J'évoque ici des animations mais ce peut être utile également au quotidien, en proposant des informations locales (horaires d'ouvertures et de fermetures), des widgets d'accès aux ressources (catalogues, bases de données), voire un service de renseignements à distance (chat, meebo).

Quels conseils apporter ? Bien définir son projet dans un premier temps, en accord avec sa tutelle, et ensuite proposer plutôt une page institutionnelle pour un établissement. Elles sont faites pour cela. Reste que proposer ce genre de page ne suffit pas : quitte à investir l'espace, autant profiter pleinement des outils mis à disposition. Une bibliothèque ne devrait pas se contenter de se créer un profil Facebook, en soi ce n'a aucun intérêt. L'idéal est de compléter ce profil et les myriades d'onglets en ligne : onglets photos avec des images des animations, de l'équipe, du lieu, onglet vidéos avec des vidéos des ateliers ou des animations, onglet encarts avec des widgets de recherche dans le catalogue, dans les ressources, de chat voire un onglet événements, un onglet forum, pourquoi pas ? J'irai plus loin encore en proposant à la bibliothèque de participer en tant que telle à des groupes pour se fondre dans ceux où se trouvent et se retrouvent les usagers, banaliser sa présence en quelque sorte (certes réservés aux détenteurs d'un profil si je ne m'abuse).

Le dernier conseil serait de communiquer autour de cette présence en ligne : quitte à valoriser l'institution, autant que ce soit su. Il n'est pas gênant d'ajouter une ligne sur les documents de communication de la bibliothèque, il est intéressant de renvoyer vers les photos de l'animation ou celle d'un profil. Dans Facebook même, il n'est pas inutile de participer, montrer sa présence, voire profiter d'un billet pour rappeler qu'on peut faire une recherche à partir du widget idoine.

Je suppose que ma réponse est loin d'être complète et peut porter à commentaires, réflexions et ajouts. Mais il s'agissait surtout de dresser là quelques éléments à gros traits.

vendredi 23 octobre 2009

Actes de la conférence sur les innovations mobiles en bibliothèques

La première session de la conférence en ligne "Handheld Librarian Online Conference" s'était tenue en juillet dernier avec succès puisqu'elle a attiré près de 2.000 personnes. L'argumentaire de la journée expliquait :

The Handheld Librarian 2009 – An online conference about Mobile Library Services

More people than ever are using mobile devices for a wide variety of purposes including communication, internet access, text messaging, and entertainment. It is important that libraries provide services on these devices as use increases.

The first ever Handheld Librarian Online on July 30, 2009 is the place to learn about these and other topics related to using wireless and hand held devices in your library.  The program, sponsored by Alliance Library System, LearningTimes and Infoquest, will include a variety of ways to collaborate, network and learn from a great group of experts in the field.  In addition to live interactive webcasts, we will have a collection of available resources, discussions boards, and access to the recording  of all live events for one year after the conference.

Depuis peu, l'ensemble des interventions est disponible en ligne. Vous pouvez écouter les interventions. Elles accompagnent un diaporama, téléchargeable par ailleurs au format pdf. 

La prochaine session aura lieu en février 2010 (programme en cours de constitution).

Le programme de la journée :

Keynote :

Sessions 1 :

Session 2 :

Keynote :

Session 3 :

Session 4 :

jeudi 15 octobre 2009

Des réseaux sociaux et des bibliothèques

Pas beaucoup de billets ces derniers jours mais j'ai une excuse : je préparais une intervention à Bordeaux, invité par l'IUT Montaigne Bordeaux 3 et le CNFPT Aquitaine sur les réseaux sociaux en bibliothèque prévue pour ce jour-même. Les publics sont donc des étudiants d'une part et d'autre part des professionnels en poste.

La matinée de la journée aborde "Les réseaux sociaux, aspects généraux" et après avoir abordé des aspects généraux sur les réseaux sociaux (concepts, typologie, usages des réseaux sociaux), avec une présentation de Facebookpar Risu himself, j'aborde des questions liées aux bibliothèques 2.0 et aux enjeux relatifs.

L'après-midi porte quant à lui sur une utilisation des réseaux sociaux en bibliothèques, concrètement, qu'il s'agisse d'usages individuels, de groupes ou institutionnels. Je termine en évoquant des limites (validation de l'information, identité numérique etc). Risu devrait présenter Twitter et ses aspects sociaux avant de proposer une synthèse de la journée.

La journée a lieu en ce moment, donc, mais n'hésitez pas à faire des retours et corriger le diaporama, ou du moins me dire ce que vous en pensez. Je pense qu'il y a des améliorations à apporter ici et là et peut-être insister sur certains points. Je verrai aussi en fonction de mon discours.

J'ai essayé de me mettre des commentaires de rappel sous certaines diapos et de rendre les images cliquables le plus souvent possible. Vous pouvez accéder au diaporama en cliquant sur le lien suivant :

jeudi 1 octobre 2009

Politique d'utilisation des médias sociaux

Voilà plusieurs billets que je vois passer sur l'importance de mettre en place une politique éditoriale sur les médias sociaux.

1. Les rapports entre le personnel et le professionnel

Le premier nous informait que le Washington Post avait expressément demandé à tout ses journalistes de faire attention à ce qu'ils publiaient sur leurs différents profils et surtout de maintenir la ligne éditoriale neutre du journal et ne pas exprimer d'opinion politique ou religieuse, y compris sur leurs profils personnels.

«Nous devons nous rappeler que les journalistes du Washington Post restent toujours des journalistes du Washington Post. [...] Quand nous utilisons ces réseaux, rien de ce que nous faisons ne doit remettre en doute notre impartialité.»

Si les règles déontologiques sont largement répandues dans le monde journalistique, il ne semble guère étonnant que les médias dits sociaux soient concernés. En revanche, il est plus surprenant, et nouveau, que cette dernière recouvre également les profils personnels.

En France, nous n'en sommes pas encore là même si bien sûr la prudence est de mise ne serait-ce, dans notre milieu professionnel, que nous sommes des fonctionnaires et donc à ce titre soumis également au devoir de réserve. A ce sujet, le site gouvernemental, fonctionpublique.gouv.fr rappelle que :

Le principe de neutralité du service public interdit au fonctionnaire de faire de sa fonction l’instrument d’une propagande quelconque. La portée de cette obligation est appréciée au cas par cas par l’autorité hiérarchique sous contrôle du juge administratif.

L’obligation de réserve est une construction jurisprudentielle complexe qui varie d’intensité en fonction de critères divers (place du fonctionnaire dans la hiérarchie, circonstances dans lesquelles il s’est exprimé, modalités et formes de cette expression).

(...) La réserve n’a pas trait uniquement à l’expression des opinions. Elle impose au fonctionnaire d’éviter en toutes circonstances les comportements portant atteinte à la considération du service public par les usagers.

Ce que rappelait également le ministère de la fonction publique, interrogé en 2006 sur des blogs personnels de fonctionnaires, tout en précisant :

Il est à noter que la même jurisprudence étend l'obligation de réserve au comportement général des fonctionnaires, qu'ils agissent à l'intérieur ou en dehors du service.

Dans le cas particulier du web log, ou blog, qui peut être défini comme un journal personnel sur Internet, la publicité des propos ne fait aucun doute. Tout va dépendre alors du contenu du blog. Son auteur, fonctionnaire, doit en effet observer, y compris dans ses écrits, un comportement empreint de dignité, ce qui, a priori, n'est pas incompatible avec le respect de sa liberté d'expression.

Ce qui est ainsi valable pour la sphère personnelle l'est encore plus pour la sphère professionnelle. A partir du moment où un établissement se crée une présence sur des réseaux sociaux, il convient dès lors d'être particulièrement attentif à la diffusion de cette nouvelle notoriété et de cette nouvelle publicité numérique.

2. Chartes d'utilisation des médias sociaux

Dans un article paru en janvier dernier dans le School library journal, Ellyssa Kroski posait ainsi la question : "Should Your Library Have a Social Media Policy ?"

Les bibliothèques ont bel et bien pris le tournant internet. Il n'est qu'à parcourir les pages du wiki professionnel Bibliopedia pour s'en persuader. Les comptes sur FlicR, Netvibes, Facebook, MySpace, les comptes sur Twitter se développent rapidement, quant aux blogs institutionnels, ils sont légions, à terminer par le petit dernier, celui de la Bulco ouvert le 30 septembre dernier.

Dans son article, l'auteure définit les éléments essentiels qui doivent figurer dans une telle charte d'utilisation des réseaux sociaux. Dans un premier temps, elle renvoit vers des réalisations, des exemples de politiques proposés par des bibliothèques.

Elle propose également d'autres exemples, issus cette fois du monde privé :
  • IBM Social Computing Guidelines Un excellent exemple affirme Ellyssa Kroski dont se sont beaucoup inspiré les autres chartes décrite dans l'article.
  • Corporate Blogging Policies and Guidelines Dans The Altitude blog, 11 politiques de média sociaux sont agrégés en un seul document pdf pour en fciliter le téléchargement. Ce document inclut les chartes de : Harvard Law School, Sun Microsystems, BBC, IBM, Edelman, Thomas Nelson Publishing, Plaxo, Feedster, Cisco, Dell, et Blog Council.
  • Social Media Policy Database Un corpus de 80 politiques d'usages des médias sociaux dans des entreprises.
A partir de ces exemples, l'auteure définit plusieurs points essentiels :

  • Use a disclaimer. Inclure un encart ou une page dans votre profil, votre blog où vous préciserez que les opinions émises sont voters et seulement votre, et ne le sont pas au nom de votre établissement de rattachement du style : "les opinions exprimées sur ce site web me sont propres et ne représentent pas nécessairement celles de [nom de l'institution]"

  • Don’t share secrets. Etre attentif à ne pas révéler des informations sensibles, internes ou financières par exemple. Ne pas non plus évoquer des informations sur des usagers particuliers, sur les collègues ou tout autre personne.

  • Be yourself. Il faut être franc sur qui on est et ne pas oser dire qu'on travaille à tel poste, pour tel établissement, surtout si vous devez évoquer cet établissement dans vos commentaires.

  • Respect copyright. Il faut absolument respecter les règles et les lois concernant le droit de citation et la réutilisation de contenus. Toujours citer ses sources est la moindre des choses. Dans la blogosphère, il est de plus coutumier de faire des liens vers le document cité et on atetnd de vous que vous fassiez de même.

  • Respect your colleagues. Il faut également respecter la vie privée de ses collègues et ne pas poster de photos, de vidéos, ou révéler des conversations privées sans leur permission.

  • Avoid online fights. Si vous n'êtes pas d'accord avec ce que dit quelqu'un et que vous voulez poster un billet de réponse, essayer de le faire d'un point de vue professionnel. Emettez votre opinion mais évitez d'utiliser les médias sociaux pour des attaques personnelles, et souvenez-vous également que ce que vous postez n'est pas privé et peut avoir un impact sur votre établissement.

  • Post accurate information. Vous êtes responsable de la véracité des information que vous publiez. Soyez attentif et assurez-vous que vos billets sont factuellement corrects et si possible, citez vos sources.

  • Consult the employee manual. Soyez attentif à toute charte ou toute politique déjà existante au sein de votre établissement.

  • Use good judgment. Pensez à l'image de votre établissement que vous véhiculez lorsque vous postez sur des réseaux sociaux. Rappelez-vous que ce que vous posterez pourra être lu et archivé de manière permanente après que vous aurez appuyer sur le bouton "Envoi". Sur les sites où apparait votre poste professionnel,  assurez-vous que votre profil adhère aux règles de votre établissement, et tout spécialement si vous venez de vous faire embaucher.

  • Provide value. Réflechissez à ce que vous pouvez faire pour la communauté, si vos billets et tweets seront pertinents, intelligents, utiles à la communauté et essayez de garder cela en tête. Cherchez à aidez votre établissements, offrir de nouveaux services aux usagers et aider la communauté professionnelle via ces nouveaux outils.

  • Accept responsibility. Si vous vous êtes trompé quelque part, admettez-le et continuez. Ca arrive à tout le monde de se tromper et au final, il est mieux de l'accepter tout de suite et de s'en excuser plutôt que tout nier et faire semblant. 

En France, je ne connais pas vraiment de charte ou de politique d'utilisation. Je sais que certains établissement qui ont des blogs institutionnels ont défini une politique éditoriale pour cette nouvelle forme de publication mais rien vraiment qui concerne ce que l'auteur peut ou non aborder en relation avec son établissement ou sa tutelle. En terme juridique, il faut néanmoins citer le désormais célèbre Blogueurs et Responsabilité Reloaded de Maître Eolas mais on reste là dans des considérations légales, certes essentielles, et non plus vraiment liées à une politique d'utilisation institutionnelle des réseaux.

lundi 20 juillet 2009

La bibli sur ton mobile : présentation ALA2009

Au cours de la dernière grande conférence de l'ALA, Lisa Carlucci Thomas and Joe Murphy, Bibliothécaires à Yale, ont proposé une conférence sur le thème : “Go Mobile: Top 5 Mobile Services for Libraries.”  (à dire vrai, il s'agissait d'une poster session, mais je ne suis pas certain d'avoir compris exactement ce dont il s'agit : la présentation d'un "poster" à partir duquel se tient l'intervention ?).

La session était présentée simultanément sur Twitter sur le compte de Joe Murphy, sur Facebook (idem), et postée sur Flickr pour permettre au plus de toucher le plus de personnes intéressées possible.

Le poster est accompagné du texte suivant (texte originel en anglais) :

Aujourd'hui, les usagers veulent accéder à des informations depuis la paume de leur main. Utilisant des téléphones portables comme première interface, les usagers s'attendent à ce que les bibliothèques répondent parfaitement à leurs besoins d'information.

Ce poster introduit et décrit les principales méthodes innovantes dont les bibliothèques auront à faire usage pour délivrer leurs services via des dispositifs mobiles. 

  • Text Message Reference : Répondre aux questions de référence posées par les usagers sur leur portable, par textos.
  • Electronic Collections : Promouvoir et améliorer l'accès en ligne aux collections de la bibliothèques via les dispositifs mobiles et considérer les meilleures pratiques pour développer de nouveaux projets numériques utilisant les interfaces de mobiles.
  • Access Services : Fournir des informations sur le compte de l'usager et permettre l'accès aux services pour les usagers à partir de leurs mobiles d'où ils veulent, quand ils veulent.
  • Online Social Networks : Fournir des ressources et des services permettant la construction de communautés en ligne et développer un espace numérique solide pour votre établissement, sur des sites de réseaux sociaux mobiles populaires tels que Facebook ou Twitter.
  • Mobile Applications : Créer des logiciels servant d'interface mobile personnalisable pour la bibliothèque que les usagers pourront télécharger et utiliser sur leurs iPhones et autres smartphones.

Ensemble, ces cinq méthodes favorisent la pertinence des services traditionnels dans l'environnement moderne et développent la capacité des bibliothécaires à avoir une pensée prospective à propos des nouveaux dispositifs mobile .

"Think Forward, Think Mobile."

Les intervenants m'ont demandé de publier également leurs coordonnées et auters avatars numériques, et de ne pas hésiter à les contacter :

Lisa Carlucci Thomas :
http://www.facebook.com/lisacarlucci
http://twitter.com/lisacarlucci
LinkedIn: "Lisa Carlucci Thomas"

Joseph Murhy :

http://www.facebook.com/joemurphy3
http://twitter.com/libraryfuture

voir aussi ce billet sur ses publications

jeudi 25 juin 2009

bibliothécaire mobile


The Handheld Librarian 2009 – An online conference about Mobile Library Services

c'est le titre d'une conférence en ligne qui aura lieu le 30 juillet prochain à.... partout puisqu'il s'agit d'une conférence en distanciel, par téléphone mobile et autre.

More people than ever are using mobile devices for a wide variety of purposes including communication, internet access, text messaging, and entertainment. It is important that libraries provide services on these devices as use increases.

Cette première conférence sur les outils et les services à distance sera donc le lieu pour aborder les nouveaux moyens de communiations : mobiles, messagerie instantanée, accès wifi, soit nombre d'outils qui permettent de se connecter de tous lieux, sans être forcément en filaire sur un réseau. 

Le programme est sponsorisé par l' Alliance Library System (que l'on retrouve également derrière l'InforArchipel de Second Life), LearningTimes et Infoquest -- devrait proposer aux participants d'utiliser ces nombreux modes de communication pour collaborer, réseauter ou simplement assister aux ateliers. Sont prévues également des vidéoconférences, ainsi qu'une large collection de ressources, diaporamas et communications pendant au moins une année après la conférence. 

Trop cool ! :)

mardi 23 juin 2009

Quels services en ligne proposer aux chercheurs ?

Diaporama de Perrine Helly, conservateur à la Bibliothèque universitaire de Bretagne Occidentale :

En partant d'une liste de services qu'une bibliothèque spécialisée peut proposer à ses usagers chercheurs ou enseignants-chercheurs, cette présentation tente de faire le tour des outils web 2.0 utiles pour la valorisation de l'information scientifique et technique sur le web.

Après un retour sur le web 2.0 et les bibliothèques 2.0, l'auteur essaie de partir de répondre aux besoins des chercheurs (leur faire gagner du temps et valoriser l'information pertinente) au travers de huit services :

  1. Autonomie et efficacité du chercheur dans sa quête d'information : Améliorer le catalogue
  2. Valorisation de ressources pertinentes sur le web : sélections de ressources
  3. Informer sur le monde mouvant de l'IST : un journal de l'information tenu à jour par les bibliothèques
  4. Votre bibliothécaire veille pour vous : Endosser la casquette du documentaliste
  5. Produire du contenu directement utilisable par le chercheur : vers la bibliothèque productrice de savoir
  6. Aider le chercheur à valoriser son travail sur le web : Identité numérique et publication en ligne
  7. Aider le chercheur nomade à gagner du temps : balado-diffusion et tutti quanti, vers l'u-bibliothèque
  8. Répondre à ses questions et à ses remarques : services de renseignement en ligne

Le diaporama revient ensuite sur ce que l'identité en ligne de la bibliothèque

Si le diaporama ne s'affiche pas, vous pouvez le consulter sur SlideShare.

mercredi 27 mai 2009

Bibliotweets institutionnels

On a déjà recensé un certain nombre de compte twitter de bibliothèques américaines, ou non. Mais dans ces listes, peu de comptes français ou francophones.

Pour réparer cela, je vous propose ce premier recensement. N'hésitez pas à ajouter vos propres établissements en commentaires. Il n'y a pas d'ordre au sein des catégories présentées.

1. Bibliothèques enseignement supérieur :

2. Bibliothèques publiques :

3. Bibliothèques francophones :

4. Bibliothèques scolaires et centres de ressources :

5. Autres bibliothèques et ressources documentaires :

Sinon, en passant, je suis tombé sur ces autres comptes institutionnels liés à l'enseignement supérieur :

J'essaierais d'alimenter une page sur Bibliopédia avec ces renseignements, un peu comme la page des biblioblogs. Mais pour les comptes privés, il serait préférable que chacun s'inscrive.

[edit] Biblioroots présente des liste de comptes personnels de bibliothécaires, documentalistes et d'institutions sur son blog : Partie 1 - Partie 2.

lundi 25 mai 2009

Des univers Netvibes à Lyon

Je suppose que nombre des lecteurs est déjà au courant mais je tenais à signaler l'initiative intéressante du SCD de Lyon 1 qui propose depuis la fin avril pas moins de huit univers netvibes à destination des étudiants, doctorants et enseignants-chercheurs de l'université.

Ces univers thématiques reprennent les principales disciplines de l'université et proposent à la fois des liens vers des ressources dans le domaine concerné rangés en plusieurs onglets spécifiques (sites institutionnels, flux RSS, blogs...) que des outils spécifiques (encart de recherche PUBMED), des ressources pratiques (sur les stages par exemples) ou des informations sur la bibliothèque (widgets renvoyant vers le catalogue, les livres électroniques, le SUDOC etc.

Une initiative fort intéressante et une première pour un établissement de cette taille (en terme d'univers thématiques, on ne peut que penser aux pionnaires de l'ESC Lille). Il serait intéressant de connaître la communication qui a été faite autour de ces outils et plus tard, l'utilisation réelle qui en a résulté.

De plus en plus de bibliothèques et d'établissements d'enseignement supérieur proposent des univers Netvibes. C'est le cas par exemple du SCD de l'Université de Provence, du SCD de l'université de Limoges ou du SCD de l'université de Hautes-Alpes. C'est le cas également d'organismes de formation comme l'Urfist de Rennes ou Média Centre-Ouest qui propose un univers dédié à la préparation des concours des bibliothèques.

Le wiki professionnel Bibliopédia rassemble d'ailleurs la majorité de ces univers au sein d'une page dédiée. Cette page recence nombre d'univers de bibliothèques : Médiathèques et bibliothèques Publiques, Etablissements d'enseignement supérieur, BDP, CDI, Autres, Liste des Univers Netvibes pour les professionnels de l'information, Références. Comme tout wiki, n'oubliez pas que vous pouvez enrichir à votre tour cette page des sites dont vous avez connaissance ou des projets que vous espérez mettre en place.

jeudi 19 février 2009

Retours sur une utilisation publique de FlickR

J'évoquais en décembre dernier l'ouverture par la New York Public Library d'un compte de photo sur FlickR. Ce projet, également appelé FlickrCommons pour "Organismes publics" accueille les collections d'images de grandes institutions culturelles, soit actuellement quelque 21 établissements.

Sur son blog, " Du bruit au signal (et inversement)", Patrick Peccatte revient sur le projet, en expliquant les objectifs et les interactions possibles par les internautes :

Sur chaque photo, un utilisateur peut proposer:

  • des commentaires
  • des tags
  • des notes associées à des zones de la photo
  • des machines tags (voir mon billet Un nouveau projet documentaire basé sur Flickr: accessCeramics pour une explication des machine tags)

L'auteur va plus loin qui nous propose alors quelques indications chiffrées sur le nombre de commentaires, tags, notes et machines tags pour chacune des institutions qui participent actuellement (chiffres collectés les 7 et 8 février 2009). Dans un autre billet, l'auteur revient sur les photos qui, cette fois, n'ont reçu aucune interaction ni commentaires.

Pour rappel, Patrick Peccatte est à l'origine, avec Michel Le Querrec, du projet PhotosNormandie :

PhotosNormandie est un projet collaboratif d'indexation sociale portant sur 2763 photos historiques de la Bataille de Normandie (6 juin à fin août 1944). Toutes les photos sont proposées en haute définition et décrites selon le standard professionnel IPTC/IIM.

Ce projet, en cours depuis le 29 janvier 2007, a pour but d'améliorer les légendes de ces photos. Du 30 janvier 2007 au 31 janvier 2009, 4309 descriptions de photos ont été complétées, corrigées et mises à jour (certaines ont été mises à jour plusieurs fois).

L'ensemble du projet a fait l'objet d'une présentation à l'occasion de la dernière journée "Document numérique et société" : Une plate-forme sociale Web 2.0 pour la redocumentarisation de fonds iconographiques où vous trouverez le diaporama de l'intervention.

Voir aussi le billet de Sylvie Dalbin sur le blog "Descripteurs" : Mariage entre ancien et nouveau, Web2 et mémoire

- page 2 de 4 -