Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - bibliothèques publiques

Fil des billets

dimanche 21 octobre 2012

Lego Stockholm Public Library

Linus Minkowsky propose un set FlickR dans lequel il a recréé la bibliothèque municipale de Stockholm en LEGO. Le bâtiment, extérieurs et intérieurs y passe et on peut observer des usagers devant leurs postes d'ordinateur ou empruntant un ouvrage. Un beau travail à découvrir.


Designed by G. Asplund and completed in 1928, the Stockholm Public Library is one of the most recognized and beloved buildings of the Swedish capital. This is my Lego interpretation.


mercredi 20 avril 2011

Terrasses de lecture

Un article signalé sur twitter par @Bibliomancienne.

Vous connaissiez les bibliothèques de plage l'été, voici la bibliothèque au parc. A dire vrai, cette initiative n'est probablement pas isolée (et je me souviens dans une vie antérieure où je travaillais en municipale que la bibliothèque donnait sur un parc et que nous en profitions pour faire venir les usagers et aller à leur rencontre) (voir ici à Bergerac une promenade littéraire). Il me semble néanmoins important de signaler ce genre de propositions. 

Voici donc la bibliothèque de Columbus, sobrement appelée la Columbus Metropolitan Library qui va annexer une partie d'un parc voisin pour en faire une terrasse de lecture. Vous pourrez y venir flâner, vous reposer sur un banc à l'ombre des arbres centenaires (ou pas, mais ça fait plus romantique de les décrire comme ça), feuilleter un ouvrage proposé sur les étagères, voire jouer avec votre dispositif mobile favori : la zone étant couverte en wi-fi [waï-Faï à l'anglo-saxonne]. Les usagers alors se connecteront directement au site de la bibliothèque à partir duquel la navigation sera complètement libre. Quant aux ouvrages, il s'agira de livres originellement destinés à être sortis des collections donc des ouvrages dont la perte ou le vol serait moindre pour l'établissement.

L'événement, qui débutera fin mai, sera entouré de tout un programme d'animations proposées par le club de lectures local, The Columbus library's summer reading club, notamment en lien avec l'équipe du bibliobus. Un partenariat a même été monté avec les équipes sportives de l'université Ohio State University pour promouvoir la lecture, et proposer des "celebrity story time", des lectures réalisées par les athlètes et les entraineurs des équipes locales.

Sur l'image, l'exemple de la New York Public Library qui installe depuis 1935 une salle de lecture en plein air au Bryant Park derrière la bibliothèque. Il s'agissait initialement de toucher un public de chômeurs. Aujourd'hui la bibliothèque propose 700 livres et 300 revues.

vendredi 8 avril 2011

La NYPL et Foursquare

J'ai déjà fait part de mon scepticisme, du moins de la réserve, pour une utilisation professionnelle de services de géolocalisation comme Foursquare.

Ce n'est pas le cas évidemment outre-atlantique où les bibliothèques dépendent peut-être plus de mécènes et de fonds privés que dans l'hexagone. Il faut montrer que la bibliothèque est utile, est réellement cette agora moderne tant promise. Et pour ce faire, il faut se mettre en avant, créer le buzz autour de soi.

1. Foursquare

Foursquare par son côté ludique et ses possibilités promotionnelles semble un outils intéressant pour répondre à ces besoins. De fait, la New York Public Library vient d'annoncer un partenariat inédit avec le site social.

En soi, ce n'est pas si étonnant. De grandes marques avaient déjà investi Foursquare et proposé des récompenses aux usagers qui s'identifieraient comme fréquentant les magasins ou les bibliothèques. Les fans les plus assidus en effet peuvent se voir récompensés de leur fidélité par une promotion quelconque (au risque de frôler le ridicule). Aux États-Unis notamment, les grandes conférences professionnelles se sont vues attribuer un badge permettant de souligner les visites et de récompenser le "maire" virtuel par un prix quelconque.

2. à la NYPL

Et à la New York Public Library alors ? Le partenariat se place dans une politique de communication plus large autour de la célébration du centenaire de la bibliothèque. Il sera désormais possible aux usagers de débloquer un badge spécial « Find the Future Centennial » annonçant les festivités en s'identifiant dans l'une des bibliothèques du réseau, dans le Bronx, à Staten Island ou à Manhattan. Mais la création d'un badge ne justifie pas à elle-seule d'un partenariat.

De fait, les usagers qui obtiendront le badge se verront offrir un abonnement premium d'un an et des avantages spéciaux tandis que les fameux "maires" se verront proposer des billets pour les événements "LIVE from NYPL" ou des visites privées des locaux interdits aux publics du Département des cartes.

3. Dans un cadre plus large

L'ensemble rentre dans un cadre plus large de promotion de l'établissement. Ainsi la bibliothèque organise-t-elle un jeu grandeur nature dans ses propres locaux pour 500 personnes la nuit du 20 mai prochain intitulé "Find the future". A partir de ressources qui ont inspiré l'humanité, ces personnes essaieront de réécrire le monde et de changer monde.

Je suis horriblement jaloux :)


jeudi 20 janvier 2011

Fayetteville Lipdib

L'image est tremblotante mais incroyablement vivante. Regardez ce lipdub - ces vidéoclips réalisés en une seule prise où les membres d'une organisation miment la chanson entendue- proposé par la bibliothèque municipale de Fayetteville, dans le comté de New York.

C'est Pete Ciopa, le bibliothécaire responsable de la section jeunesse, qui a réalisé le clip et qui affirme :

 “We want viewers to see that libraries are changing.  They are fun, exciting community centers; they are technology centers.  How better to get that point across than to shoot a music video inside a library – you can’t help but smile.  We had so much fun doing this.”

"Nous voulons que les spectateurs voient que les bibliothèques changent. Elles sont amusantes, elles sont au cœur de la communauté, elles sont des centres technologiques. Comment rendre mieux cette idée qu'en filmant un clip se déroulant à l'intérieur même d'une bibliothèque - vous ne pouvez pas vous empêcher de sourire. Nous nous sommes tellement amusés pendant le tournage."

La bibliothèque comme lieu au cœur de la communauté. Des bibliothécaires qui sourient. Et une bande-son originale, quoiqu'un peu paradoxale quand on écoute les paroles. Il s'agit de Librarian, de Jonathan Rundman, qui se trouve sur l'album Public Library (je crois que je vais l'acheter ^_^).  Je vous mets les paroles ci-après :

LIBRARIAN

when I was just a baby, before I could speak
I would line up all my letter blocks alphabetically
and now it’s my vocation and my passion to assign
every decimal-numbered shelf to every decimal-numbered spine

I’m a librarian, I’m a librarian
and I like it quiet so the pages can be heard
I’m a librarian, I’m a librarian
and I do it for the love of the word

I bring order out of chaos, I shine light into the dark
because power comes from knowledge just like fire from a spark
and like Gutenberg and Luther with press and pen in hand
I take the message to the masses in a form they understand

I’m a librarian, I’m a librarian
and I like it quiet so the pages can be heard
I’m a librarian, I’m a librarian
and I do it for the love of the word

and when the day is over I go home at 5:03
and I give thanks to God and then to Andrew Carnegie
and the U.S. Constitution and Orwell, Poe, and Twain
and I’ll return at 8AM to open up again

I’m a librarian, I’m a librarian
and I like it quiet so the pages can be heard
I’m a librarian, I’m a librarian
and I do it for the love of the word

Jonathan Rundman: vocals, acoustic guitar, organ
Drew Glackin: 12-string electric guitar, bass
Konrad Meissner: drums, percussion

Bon, on n'échappe pas aux clichés dans cette chanson. Le bibliothécaire aime le silence, aime les écrits, remercie Dieu et Carnegie, ouvre de 8h à 17h (il ferme bien à 17h lui, puisqu'il annonce rentrer à 17h03).

C'est moi où il commence à y avoir un certain nombre et un nombre certain de chanson qui évoquent les bibliothèques. Vous en connaissez ? Ce serait sympa de créer une playlist thématique...

lundi 12 juillet 2010

Lecture en Ethiopie

Nosololibros nous présente Ethiopia Reads , une organisation qui insiste sur le rôle de l'éducation et de la lecture pour améliorer la vie des générations futures. Leur slogan est "Create a reading culture in Ethiopia by connecting children with books". Ils expliquent leur mission de la façon suivante :

To create a reading culture in Ethiopia by connecting children with books. By planting libraries for children, creating culturally appropriate reading materials and training educators to nurture a love of books, Ethiopia Reads brings hope and educational skills to this generation of Ethiopians.

Those who read...bloom !

Il faut développer un appétit pour la lecture en Ethiopie en offrant aux enfants la possibilité de lire et d'être en contact avec des livres. Pour ce faire, l'association construit des bibliothèques dans le pays, met à disposition des enfants des livres jeunesse et forme des éducateurs et des bibliothécaires, un aspect d'autant plus important que les formations en Sciences de l'information et des bibliothèques sont plutôt rares dans le pays.

Pour l'instant six bibliothèques ont été bâties, tandis que plusieurs Donkey mobiles libraries, des biblio-roulettes tirées par des ânes sillonnent le pays pour apporter livres et trésors aux populations rurales les plus éloignées. par ailleurs, l'organisation publie des livres de jeunesse évoquant des contes populaires éthiopiens, ou offrant un reflet de leur quotidien aux enfants.

La vidéo ci-après présente un clip de promotion de l'association mais le site-même offre bien d'autres vidéos et photos des réalisations.

jeudi 29 novembre 2007

The Virtual Museum of Cataloging and Acquisitions Artifacts


The Virtual Museum of Cataloging and Acquisitions Artifacts est, comme son nom l'indique, un musée en ligne sur l'histoire du catalogage et plus largement des bibliothèques. Il propose notamment

  • des photos de livres de catalogages datant des 19e et 20e siècles,
  • des fiches et de pratiques autour de ces dernières (la pochette plastifiée pour protéger la fche, le "noeud du bibliothécaire" qui permet de relier les cartes entre elles...)
  • Des "ustensiles" de catalogage aujourd'hui étranges tels que des "supers sceaux", des stylos électriques, des machines à écrire spéciales fiches, des tampons de caoutchouc, des brosses à encres,
  • les premiers livres-audio avec des cassettes à bandes magnétiques, des disquettes cinq pouces un quart
  • du matériel de réparation, des boîtes en carton pour ranger et protéger des livres anciens...

Si vous avez d'autres objets dans vos archives, ils sont désireux de compléter leurs fonds et recherchent par exemple :

  • un catalogue écrit à la main
  • des systèmes de fabrication de cartes artisanaux
  • de vieilles photographies de biblitohèques 
  • des guides locaux pour remplir des fiches etc...

Je finis avec la reproduction de ce règlement de la Bibliothèque publique de Guilford, datant de 1904 :

The 17 Library Rules, as they appear in the Catalogue of the Guilford Free Public Library:

  1. Unless otherwise ordered by the Trustees, the Library and Reading Room shall be open Wednesdays and Saturdays, from 1 to 5, and 6 to 9, P.M., legal holidays excepted.
  2. The use of books in the Reading Room shall be free to all persons of proper behavior and condition. Conversation, avoidable noise and disorderly conduct are prohibited.
  3. Any person over 8 years of age, residing in Guilford, shall be entitled to one card providing home use of books under the following conditions:
  4. Each card shall entitle the holder to homes use of one volume at a time, under the rules of the Library.
  5. Each person to whom one card may be issued, shall sign a receipt certifying the number and date of the card received, the recipient's name and agreement to comply with the rules of the Library.
  6. The registered holder of a card is, in all cases, responsible for books taken with it.
  7. Residents of adjoining towns may be allowed home use of books by paying $1.75 for one year, or $1.00 for six months, and complying with the rules of the Library.
  8. Strangers in town can take books by depositing the price of said book, and paying four cents per day for use of book.
  9. All books and periodicals must be handled with care. No writing, marking, turning down of leaves or other defacing will be allowed.
  10. Books will not be issued to members of households in which contagious disease is known to exist.
  11. Persons desirous of having certain books added to the Library, are requested to give titles to the Librarian to be suggested for the consideration of the Book Committee.
  12. Periodicals must remain in the Library one week, after which they may be taken for three days, otherwise subject to the same rules as books.
  13. No person will be allowed to take a book from the Library who appears by the records to be accountable for a book taken, or a fine imposed.
  14. The Trustees may at any time prohibit the use of certain books outside the Library, withdraw them from circulation, or limit their retention to seven days if in great demand, and make such other regulations as will be for the best interests of book-takers.
  15. No order shall be taken by the Librarian for books in advance of delivery, nor will books be reserved for any person or charged in advance of delivery.
  16. No books can be taken out of town by students, unless a non-resident card is held.
  17. Conversation with the Librarian other than Library subjects will not be allowed.
Ils sont rudes avec le dernier point...

mercredi 29 août 2007

Bookhunter

Cette semaine, Dewey nous présente un nouveau comic mettant en scène des bibliothécaires : il s'agit de BookHunter de Jason Shiga. Nous sommes en 1973 et le héros est l'inspecteur Bay, agent spécial de la Police des Bibliothèques, chargé d'une enquète à la bibliothèque publique d'Oakland. Le rôle de cette police, à mi-chemin entre Thursday Next (dont le quatrième tôme Sauvez Hamlet est attendu pour début novembre) et Rex Libris, est de récupérer les livres que d'indélicats emprunteurs refuseraient de rendre ou de partir à la recherche des précieux ouvrages volés par de vils et vifs monte-en-l'air [quelqu'un sait comment on accorde ce nom ?], ce dont s'acquitte bravement et avec fougue notre cher agent Bay, quitte à user de violence et de toutes les ressources dont dispose une bibliothèque des années '70.

Il semble pour l'instant qu'un seul numéro soit paru. Ce dernier raconte la traque contre la montre de l'équipe des Bookhunters qui n'ont que trois jours pour récupérer un incunable aussi précieux que rare. L'occasion pour notre héro de résoudre trois questions fondamentales : Comment le voleur est-il entré dans la bibliothèque ? Comment a-t-il pu ouvrir le coffre-fort où était rangé le livre pour la nuit ? et comment le livre a-t-il pu franchir les portiques anti-vol sans déclencher l'alarme ?

Autant de mystères dont vous pourrez découvrir la réponse en vous promenant sur le site de Jason Shiga qui propose l'intégralité de sa bande dessinée en ligne, sous forme de scroll, de pages à parcourir en descendant l'ascenseur de votre navigateur, ou sous forme de livret imitant les pages qui tournent.

The year is 1973. A priceless book has been stolen from the Oakland Public Library. A crack team of Bookhunters (aka. library police) have less than three days to recover the stolen item. It's a race against the clock as our heroes use every tool in their arsenal of library equipment to find the book and the mastermind who stole it.

samedi 10 mars 2007

Catalogues et répertoires


Le site du ministère de la Culture propose des liens vers un certain nombre de bases de données parmi lesquelles une dizaine portant sur le livre et la lecture. Je vous en présente ici quelques unes

  • Je passe sur les catalogues des grands établissements pour m'arrêter un instant sur un base qui propose les adresses de 4 170 bibliothèques publiques (BDP et BM), à savoir les coordonnées postales, la présence d'un site internet et la composition du fonds. La recherche est possible selon le nom de la commune, celui de la région, le nom ou le numéro du département, le type d’établissement ou son intitulé (ex : le nom de l’établissement : " Elsa Triolet ", etc). Une ressource utile je pense pour les récents admis aux concours des bibliothèques. Il est également précisé que des notices plus détaillées sur les bibliothèques de grandes villes sont consultables via le Catalogue Collectif de France, Répertoire national des bibliothèques et centres de documentation. Cette base me fait penser à cette base proposant de feuilleter sur son PC les manuscrits de la bibliothèque municipale de Nantes et que vient de présenter Klog
  • Autres ressources intéressantes, les bases Enluminures et Mandragores, consacrées toutes deux aux éléments de décors et aux manuscrits du Moyen-âge, la première venant d'ouvrages conservés dans les bibliothèques municipales, la seconde à partir de ceux conservés au département des Manuscrit de la Bibliothèque nationale de France. Enluminures propose plus de 80 000 images, Mandragore 120.000 notices indexées dont plus de 30.000 sont accompagnées d’images numérisées immédiatement consultables.
  • Enfin, la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes et le ministère de la Culture ont présenté en 2005 un site intitulé, Bibliothèques pûbliques : 20 années de construction en Rhône-Alpes 1986-2005 (soit peu ou prou depuis l'entrée en vigueur des lois sur la décentralisation). Une initiative censée rappeler l'engagement de l'Etat (250 bibliothèques municipales, intercommununales ou départementales ont été construites pendant ces deux décennies) dans les zones urbaines mais également via un programme des « Médiathèques de proximité ». Vingt bibliothèques dites "remarquables" ont également été mises en exergue en ce qu'elles symbolisent ces vongt années de construction et se voient représentatives des réussites alors établies. Pour chacune est détaillé le programme, l'architecture et donné des photos.