Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - bibliothécaire

Fil des billets

jeudi 2 février 2012

Ces bibliothécaires qui sauvent le monde

Je suis tombé récemment sur cet article listant pas moins de 20 bibliothécaires ayant sauvé le monde. Il s'agit de fiction bien sûr, mais je suis sûr qu'on pourrait entamer une liste de ce genre avec des noms plus célèbres (dont vous ignoriez probablement que certains étaient bibliothécaires).

Une liste donc de héros bibliothécaires, dans le sens de personnages principaux ou d'importance que je reprends dans l'ensemble mais agrémente et complète un peu. Notons donc :

I - Dans les romans :

1. Le bibliothécaire anthropomorphe du Disque-Monde de Terry Pratchett. Un bibliothécaire universitaire qui ne s'exprime qu'à force de ook et de eek et qui a détruit systématiquement toute référence à son ancienne apparence humaine.

2. Le chat du Cheshire
dans la série des aventures de Thursday Next, par Jasper Fforde. Il est le gardien de la Grande Bibliothèque du Monde des Livres.


3. Liraël
, dans l'ouvrage éponyme de Garth Nix. Une jeune adolescente qui fait des recherches à la bibliothèque quand elle libère accidentellement une créature magique très puissante qu'elle devra vaincre notamment avec l'épée du bibliothécaire en Chef (on y revient).



4. Margarita Staples
et les autres bibliothécaires du roman Un Lun Dun (non traduit) de China Mieville. L'histoire se déroule dans un Londres alternatif où mènent toutes les étagères de livres et où les bibliothécaires de l'Extrême risquent continuellement leur vie.



5. Le bibliothécaire virtuel qui apparaît dans Le samouraï virtuel (Snow Crash) de Neil Stevenson. Even though he's just a piece of software, he has reason to be cheerful; he can move through the nearly infinite stacks of information in the Library with the agility of a spider dancing across a vast web of cross-references.

II - Dans les BD et comics américains :

1. Rex Libris, du comics éponyme plusieurs fois cité dans ce blog. Responsable de la bibliothèque publique de Middleton, grand pourfendeurs de zombies, improbables extra-terrestres et d'usagers recalcitrants. Il ne rend compte qu'au Dieu Thot lui-même. With fists of steel and mind as sharp as a tack, Rex is a true guardian of knowledge, foe of the foolish, defender of the Dewey Decimal System, and the best hope for the future of civilization.


2. Iku Kasahara, la bibliothécaire combattante de la série Library War (romans et mangas) (voir aussi) qui se bat pour la liberté d'expression et contre l'amour qu'elle porte à son supérieur.


3. Barbara Gordon, la première Batgirl et la fille du commissaire Gordon, était aussi bibliothécaire à Gotham City. Depuis, ses pouvoirs se sont tournés entièrement vers le numérique et elle est devenu la célèbre Oracle.



On pourrait citer aussi la mère de superman, bibliothécaire et archiviste sur Krypton, une certaine Luna Moth, super-héroïne et bibliothécaire à la NYPL comme Elijah Bradley, aussi connu sous le nom de The Patriot, au sein des Jeunes Vengeurs.

Évoquons également Karma, chez les X-men, membre des Nouveaux mutants et accessoirement bibliothécaire à la BU de Chicago, puis à l'institut de Charles Xavier. (pour une liste complète de superhéros bibliothécaires, voir cette page et cette vidéo).



4. Dans le Sandman de Neil Gayman, on peut citer Lucien, le bibliothécaire de la Bibliothèque des Rêves, qui contient tous les livres écrits et tous ceux rêvés.



5. Dans BookHunter de Jason Shiga, l'inspecteur Bay, agent spécial de la Police des Bibliothèques, chargé d'une enquête à la bibliothèque publique d'Oakland doit récupérer les livres que d'indélicats emprunteurs refuseraient de rendre, ou partir à la recherche de précieux ouvrages volés.



III - Parmi les films et téléfilms :

1. Gilles, de la fameuse série Buffy contre les vampires, est un professeur-documentaliste au Lycée de Sunnydale, comme nous dirions de ce côté de l'atlantique, mais bibliothécaire scolaire  aux Etats-Unis.



2. Flynn Carson, des téléfilms du même nom qui emmène le héros à la recherches d'objets mythiques disparus (la Lance sacrée, le trésor du Roi Salomon...)
3. Evelyn Carnahan dans La Momie et Le retour de la Momie. Elle est censée être bibliothécaire et chercher le Livre des Morts, si je me souviens bien, avant de se retrouver à se battre contre une momie au milieu de nulle part.



4. Zoe Heriot dans la série Doctor Who est bibliothécaire quand elle rencontre le fameux Dr. et est connue pour son incroyable facilité à retenir les informations et en disposer.


IV - Dans les dessins animés :

1. Yomiko Readman, de la série Read or Die est une jeune femme obsédée par les livres et la lecture, mais surtout un agent secret sous le nom de code "The Paper" travaillant pour une section secrète de la British Library .

Bon allez, la prochaine fois on regarde les bibliothécaires méchants. Ce sera plus amusant :)

mercredi 21 juillet 2010

Devenir bibliothécaire d'Etat.

Une semaine législation. C'est fou comme les textes paraissent à l'aune des vacances et moments -apparemment mais pas effectivement- de moindre activité.

En l'occurrence, deux textes ont été publiés ces dernières semaines dans le BOESR, le bulletin officiel du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, concernant les bibliothécaires d'État. Le premier concerne le concours lui-même, tandis que le second évoque les modalités de la formation initiale.

I. Concours de recrutement de bibliothécaires 

Modalités d'organisation du concours externe et du concours interne
arrêté du 11-6-2010 (NOR > ESRH1000233A)

Un arrêté vient donc d'être publié dans le BOESR n°28 du 15 juillet 2010 modifiant le concours de recrutement des bibliothécaires d'État. Si l'on compare avec les modalités précédentes (arrêté du 30 avril 2004) les changement sont les suivants :

1. Pour le concours externe :

  1. admissibilité
  • la note de synthèse devient unique (disparition des thèmes Lettres, Sciences Humaines, Juridiques etc.) Elle passe à une durée de 4h au lieu de 3h.
  • L'épreuve de composition ne change pas sinon en durée qui se déroule également sur 4h au lieu de 3h.
  1. admission
  • Comme pour le concours de conservateur apparaît une nouvelle épreuve orale : l'entretien de motivation.

    a) Entretien avec le jury sur la motivation professionnelle, débutant par le commentaire d'un texte tiré au sort au début de l'épreuve et relatif à une situation professionnelle (préparation : trente minutes, durée de l'épreuve : trente minutes dont commentaire : dix minutes maximum, entretien : vingt minutes minimum ; coefficient 3)

    Auparavant, cet genre de questions se mêlait à l'épreuve de culture générale alors que dorénavant, il s'agit de deux épreuves distinctes censées permettre d'évaluer au mieux les motivations des candidats. Cette épreuve comme l'épreuve de culture générale est de coefficient 3.
  • L'épreuve orale de langue passe, elle, à un coefficient 2. Elle devient facultative et cette fois l'utilisation d'un dictionnaire unilingue est autorisée pour la préparation de la traduction.
2. Pour le concours interne :

  1. Admissibilité
  • Les épreuves écrites du concours interne changent complètement. En lieu d'une note de synthèse et d'une "Réponse à une question relative à la gestion des bibliothèques", les candidats devront travailler sur une étude de cas.
    Étude de cas dont le programme figure en annexe 1 du présent arrêté, portant sur les aspects de la gestion d'une bibliothèque ou d'un réseau documentaire, à partir d'un dossier de douze pages maximum présentant le cas à étudier (durée : quatre heures ; coefficient 4).
    Toute note inférieure à 5 à cette épreuve est éliminatoire.
    Ce genre d'épreuve n'ayant pas encore été proposé, il devrait poser quelques incertitudes pour la préparation, la première année. Le programme est large, tout en demeurant centré sur le monde des bibliothèques évidemment, et donc avec une finalité pratique.
    Programme de l'épreuve d'étude de cas du concours interne de recrutement de bibliothécaires
    - Les bibliothèques et leurs tutelles : organisation, mission et rôle
    - Les politiques documentaires locales et nationales, réseaux documentaires et collections
    - Rôle des bibliothèques dans la diffusion du livre et de l'information
    - Économie du livre et de l'information, notions sur le droit de l'information
    - Publics et services : accès des publics à l'information et aux documents, rôle des technologies de l'information et de la communication
    - Statuts et organisation des fonctions publiques, en particulier droits et obligations des fonctionnaires
  1. Admission
  • L'épreuve orale de culture générale demeure, mais se voit également doublée d'une épreuve de motivation professionnelle pour la préparation de laquelle il est demandé aux candidats de préparer un dossier de reconnaissance des acquis de son expérience professionnelle : 

    En vue de cette épreuve, le candidat établit un dossier de reconnaissance des acquis de son expérience professionnelle comportant les rubriques mentionnées en annexe 2 du présent arrêté qu'il remet au service organisateur à une date fixée dans l'arrêté d'ouverture du concours. Le dossier de reconnaissance des acquis de l'expérience professionnelle ainsi que le guide d'aide au remplissage sont disponibles sur le site internet du ministère. Le dossier est transmis au jury par le service gestionnaire du concours après l'établissement de la liste d'admissibilité.

    Ce dossier identifie le candidat, précise sa situation actuelle et présente, outre la formation professionnelle de l'agent, dans un rapport d'activité les éléments qui constituent, selon [lui], les acquis de [son] expérience professionnelle et [ses] atouts au regard des connaissances, compétences et aptitudes recherchées (1 à 2 pages dactylographiées maximum). Un peu comme un rapport d'activité pour une demande de promotion en quelque sorte.

II. Modalité de la formation initiale des bibliothécaires d'État stagiaires

Contenu et modalités d'organisation de la formation
arrêté du 11-5-2010 (NOR > ESRH1000189A)

La formation initiale des bibliothécaires stagiaires évolue également. L'arrêté concernant le contenu et les modalités d'organisation de la formation  est paru au BOESR du 17 juin. Le statut particulier de ces personnels est décrit dans un décret de 1992 : le Décret n°92-29 du 9 janvier 1992 portant statut particulier du corps des bibliothécaires. Et ce nouvel arrêté abroge le précédent arrêté du 16 mars 1993 fixant le contenu et les modalités d'organisation de la formation des bibliothécaires stagiaires.

Le précédent arrêté était très détaillé. Il précisait le programme de formation, les volumes horaires et les modalités de contrôles de connaissances. La formation durait un an de cours, travaux dirigés et travaux pratiques en plus de stages dans l'établissement d'affectation et hors de l'établissement d'affectation. Pour rappel, en effet, les bibliothécaires stagiaires au contraire des conservateurs stagiaires sont préaffectés dans un établissement avant leur venue à l'école.

Le nouvel arrêté est beaucoup plus sobre qui précise en une seule ligne

Cette formation est dispensée durant les six premiers mois de l'année de stage pour tous les bibliothécaires recrutés par la voie des concours prévus à l'article 4 du décret n° 92-29 du 9 janvier 1992 susvisé.

Ceci dit, si la formation à l'école ne dure que six mois, les élèves stagiaires passent la fin de leur année de stage dans un établissement d'affectation au directeur duquel il aura été transmis une appréciation qualitative sur la façon dont le stagiaire a suivi la formation. C'est ce directeur alors qui devrait se prononcer sur la titularisation ou non de l'élève.

La formation ainsi réduite doit cependant satisfaire le programme suivant décrit en annexe :

Connaissance de l'environnement des bibliothèques
Modules
- Présentation des enjeux du secteur par des professionnels
- Présentation de bibliothèques représentatives
- Anglais professionnel
Bibliothéconomie
Modules
Services au public
- Typologie
- Publics
- Services traditionnels et innovants
- Évaluation des services au public
Collections
- Histoires et actualité de la production et des supports documentaires
- Constitution des collections et politique documentaire
Information
Modules
Informatique
- Environnements
- Réseaux et internet
- Bureautique
Traitement de l'information
- Traitement documentaire
- Gestion informatisée des bibliothèques
- Internet et traitement de l'information
- Les enjeux de la numérisation
Recherche d'information
- Méthodologie
- Sources spécialisées
- Diffusion, valorisation des résultats
Mise en situation professionnelle
Modules
Management
- Gestion d'un service
- Conduite et évaluation de projet
Dossier synthétique d'observation et d'analyse réalisé dans un établissement
Précisons que cet arrêté est applicable aux stagiaires recrutés par la voie des concours dont les épreuves se dérouleront à compter du 1er janvier 2011, soit à partir de la rentrée de l'automne 2011. A partir de cette date, il devrait y avoir un concours par an (et non plus un tous les deux ans, avec la stagiairisation des lauréats retenus sur liste complémentaires l'année suivant le concours).

samedi 15 septembre 2007

Bibliothécaire en chanson


Une chanson pour les bibliothécaires modernes, c'est le sous-titre de cette chanson interprétée par les SNMNMNM (sic) : "Addy will know". Elle raconte l'histoire d'un usager venu faire des recherches, emprunter un livre, un disque, un film à la bibliothèque et qui se trouve un peu perdu. Mais ce n'est pas grave parce qu'Addy le bibliothécaire saura le réorienter. D'après le site, cetet chanson serait un hommage à un-e vrai-e bibliothécaire apparenté à l'un des membres du groupe.

La chanson est disponible en ligne sur le wiki du groupe : http://addywillknow.pbwiki.com/

Librarians have appeared in pop culture as shushers, spinsters, even sex symbols. What about solvers of great conundrums, masters and mistresses of organization, purveyors of intellectual freedom?!

"Addy Will Know" avoids the stereotypes. Serving as a musical tribute to the modern librarian, it is about  a real librarian who leads a lost  patron to the four books he is looking for. The names of the books are never mentioned, but as a kind of puzzle, the song itself includes call numbers that correspond to the books hinted at in the verses.

Since "Addy Will Know" is essentially a song about you, the modern librarian, we want you to participate!


Les paroles de la chanson, téléchargeable pour l'écouter dans le métro sur votre lecteur MP3 :

Addy Will Know [Free Download]

 
I couldn’t think of that book that I read
The one where the characters all wind up dead
Or maybe it was only just one guy
Who bit the dust in the ending
 
Wanted to take in a film about birds
It’s a good thing to know some of the words
That they’ll be using in the film
And what they really mean 

but when I looked in reference
I couldn’t find the section
I thought that I could find it on my own 

Addy will know (4x) 

I needed an article on global war
The chance of us screwing this up even more
I wanted to know who the general was
That made us drop the H-Bomb 

There was guy  who was whack in the head
Never made any money and when he was dead
A hundred umbrellas were found inside
Who was this guy 

Addy will know (4x) 

But when I tried to find him,
In the music section
I got lost and had to double back


 [bridge]   

Addy will know (8x) 

I couldn’t think of that book that I read
The one where the characters all wind up dead

lundi 4 juin 2007

Les quatre qualités d'un bibliothécaire (de référence) efficace




Dans un article paru dans le Chronicle of Higher Education, Todd Gilmann, Bibliothécaire responsable des fonds de littérature anglaise à l'Université de Yale, propose un article intitulé : "The Four Habits of Highly Effective Librarians". Après un rappel à un article précédent dans lequel il évoquait les mauvaises relations qu'entretenaient universitaires et biblitohécaires ("Many academic librarians feel unloved and underappreciated on their campuses, and the main reason is that they sense they are viewed as second-class citizens by members of the teaching faculty"), Gilmann explique qu'un autre grand ennemi du bibliothécaire est... son collègue bibliothécaire :

many of us librarians are our own (or one another's) worst enemies and that if we were more adept at working together, we could improve our lives and those of our colleagues.

Pour être plus efficace, poursuit-il, il faut savoir jouer et dépasser ces jeux de dépendance à l'égard des universitaires et d'interdépendance à l'égard de ses collègues et, afin de nous y aider, il développe quatre traits selon lui essentiels :
  • L'ouverture

All too often, librarians -- like all human beings -- do not listen to one another. In a well-meaning attempt to be proactive we may dutifully invite co-workers or subordinates to weigh in on how we might improve some aspect of our services. If they say things we have already thought of, or agree with (or both), all is well.

But if their responses are not what we expect (read: want) to hear, rather than question our assumptions, we become defensive. We may nod sympathetically while telling ourselves that nothing needs to change. If the responses seem too challenging, we may even angrily defend the status quo.

Let's face it: It's hard to take criticism, even if it's constructive. It's even harder to act on it and try to change our behavior, policies, or procedures.

Voilà qui donne le ton. L'auteur prend exemple sur la baisse de fréquentation des services de références dans les bibliothèques américaines (c'est malin, au moment où nous ouvrons nos services...) et du débat qui s'est ouvert sur l'avenir de ce genre de services, les uns arguant qu'il n'existera plus comme tel en 2012, les autres espérant bien que le bureau de renseignement sera toujours présent. Et l'auteur de préciser que l'ouverture consiste également à écouter ce que nous disent les chiffres.

  • Réactivité

It is what happens once openness has succeeded. Responsiveness means taking appropriate action based on careful listening. Considering alternative models for delivering reference service would be an appropriate response to questions about the long-term viability of the traditional reference desk.


Ce qui arrive quand on est resté ouvert à l'environnement. Il s'agit alors d'être réactif et de répondre efficacement aux évolutions dans les usages. Todd Gilmann propose alors de suivre la tendance qui met en avant les outils en ligne tels que messagerie instantanée, Yahoo!Answers, Google Talk...
 L'important est d'accompagner l'usager, d'être avec lui, où il est, quitte à ce que cet accompagnement soit virtuel. Une autre réponse serait de rejoindre les usagers, et notamment les étudiants, dans les salles d'informatique plutôt que de s'accrocher aux collections papiers largement sous-utilisées.La volonté d'expérimenter de tels modèles n'est qu'un exemple de l'énorme potentiel de réactivité dont nous devons faire preuve.

  • Collaboration

By that, I refer to the desirability of working -- not in isolation, as so many of us do -- but with one's fellow librarians to get a job done.

Quelque soit l'activité que nous pouvons adopter dans l'exercice de nos fonction, il nous faut faire preuve de plus de collaboration entre nous. Et l'un des moyens pour ce faire est l'utilisation de wikis : With wikis, librarians from all over the campus can collaborate virtually to establish best practices, solve common problems, and generally feel more connected with their peers. Mais il évoque également d'autres outils tels que les réseaux sociaux comme Facebooks, les outils de partage par des tags, qui permettent aux collègues de s'échanger des ressources et de partager leurs travaux, ou l'organisation comme à Yale de symposia sur des pratiques communes (à Yale, sur l'amélioration de l'accès aux ressources primaires pour les chercheurs et les enseignants).

  • Communication
Dernier point :

No librarian enjoys learning from a campuswide e-mail discussion list that a decision that will dramatically affect his or her whole department was made unilaterally by another department, campus library, or administrator. Ideally, all stakeholders should be consulted before a decision is made -- and their feedback should not only be taken seriously but be seen to be taken seriously.

Il est important de communiquer sur les décisions prises, l'avancée des projets, d'impliquer l'ensemble des collègues. Sans cela, le projet risque de ne pas fonctionner. Rien de bien neuf, mais il est important parfois de rappeler certaines évidences.

mercredi 30 mai 2007

débats de biblioblogueurs anonymes



Je parcours mon biblioblogroll et je tombe sur un sujet récurrent quant aux contenus des biblioblogs. Il y a bien sûr la dernière enquête de Bibliothèques 2.0 (pdf disponible) mais il y a surtout, je pense, les messages de Nicolas Morin et Marlène Delhaye à propos de la parution de leur article dans le dernier numéro du BBF. Dans ce dernier, nos chers collègues écrivent, à propos notamment de l’anonymat :

"[...] En forçant le trait, on pourrait décrire le cheminement suivant : un bibliothécaire veut écrire un blog, prend un pseudonyme pour pouvoir écrire sans se mettre en porte-à-faux par rapport à ses collègues ou à sa hiérarchie. Lesquels, il n’est pas naïf, finiront par savoir qu’il tient un blog, ce qui l’amène à ajouter l’autocensure à l’anonymat : il ne parlera pas de ce qui pourrait fâcher (les statuts, la gestion des collections, la gestion au jour le jour de sa bibliothèque, etc.). Dès lors, de quoi parler? De Google.

Est-ce un constat un peu triste sur les biblioblogueurs? Peut-être, mais pas seulement : c’est un constat un peu triste aussi sur la culture professionnelle des bibliothécaires français, dont on a le sentiment qu’ils n’ont pas l’habitude du débat, et qu’ils le craignent. Cette culture professionnelle « fermée », dont ils ont une conscience très claire quand on les interroge, incite finalement les blogueurs à se réfugier dans l’anonymat et les généralités. [...]"

Parler de Google, des nouvelles technologies « soûleraient » les lecteurs, ajoute Nicolas Morin dans son style un peu provocateur, qui préféreraient alors lire des billets plus en phase avec le travail quotidien, trouver des retours d’expériences… Mais parler de Google serait aussi une sorte de fuite en avant permettant d’éviter justement de parler de son institution pour les biblioblogueurs frileux à l’idée de quelques débats ou de redoutables foudres administratives… ce qu’ils concluent comme faisant partie intégrante de la culture professionnelle dite « fermée » de la bibliosphère hexagonale, ce que Jean-Michel Salaün appelle, dans un commentaire : « une pratique discutable du Web, une frilosité fonctionnaire et, peut-être, une bien mauvaise tendance franchouillarde ».

La question de l’anonymat

A titre personnel d’abord, puisque Vagabondages fait partie des 13 blogs étudiés et que j’ai effectivement répondu à l’enquête des auteurs, l’anonymat n’avait, à l’origine, rien à voir avec le côté professionnel du blog, ce dernier n’étant pas alors destiné à être un blog professionnel. Lully l’explique également dans un commentaire au billet de Nicolas Morin : « quand on créé un blog, on ignore encore ce qu’on va mettre dedans ». Je n’avais pas alors particulièrement envie qu’on me reconnaisse et je n’ai guère fait de publicité pour Vagabondages dans les listes de diffusion professionnelles à la manière d’un Bibliobsession par exemple.

Ensuite, lorsque le blog a commencé à être connu, il m'a semblé pertinent de garder l'anonymat, d'abord parce que j'étais connu sous mon pseudo, ensuite pour des raisons de confidentialité vis à vis de ma bibliothèque de rattachement. Je ne voulais pas qu’on puisse penser que j’écrivais au nom de mon institution ce qui n’était pas le cas, et puis ne pas évoquer cette bibliothèque me permettait d’éviter qu’on me reconnaisse. Le monde est petit.

L’anonymat, en outre, apparaissait, et apparaît, de plus en plus comme une simple façade. Je ne cache pas que je suis blogueur auprès de mes collègues et il n’est guère difficile de retrouver mon nom et ma fonction, donc mon établissement, ne serait-ce qu’en demandant. Mais justement, je ne souhaitais pas qu’ils apparaissent explicitement sur le blog. A dire vrai, je ne considère pas la question de l’anonymat comme primordiale. Dans un sens comme dans l’autre : je ne suis pas absolument attaché à mon anonymat comme je ne suis pas désireux de l’abandonner tout de suite.

Nicolas et Marlène considèrent que se mettre en avant est largement profitable pour la profession dans son ensemble et pour le blog en particulier, ne serait-ce parce que les billets ne seront plus reçus de la même manière : si j’avais écrit que j’étais bibliothécaire responsable des ressources numériques dans un SCD l’an dernier, mes billets sur les ressources numériques ou le wifi auraient rencontré une oreille plus attentive.

En même temps, en recoupant les diverses informations qui trainent sur ce blog et ailleurs, on sait que je suis un jeune homme, bibliothécaire de grade, en poste dans un établissement d’enseignement supérieur lyonnais et appelé Thomas. Il ne manque plus grand chose pour finir de dévoiler mon identité… Ah si, je pourrais ajouter que je travaille sur le numérique en bibliothèque et des projets de bibliothèque numérique ou de production de document. Mais peut-être manque-t-il simplement à Vagabondages un encart « Qui suis-je ? » regroupant ces informations…

Quid des billets légers, privés ? Les deux formes d’écrits, professionnels et privés, ne semblent pas incompatibles aux auteurs de l’article publié dans le BBF, pour peu qu'on ait pris la précaution de dire que le blog n'est pas un blog de l'établissement. Fondamentalement, je pense qu’ils ont raison et il ne s'agit certes pas de cacher sa vie privée même si c'est une chose de parler de sa vie privée à ses collègues et une autre de l'évoquer librement à des centaines d'inconnus et de fait mes réticences portent plus sur mon institution : suffit-il de dire qu'il ne s'agit pas d'un blog institutionnel pour ne pas impliquer quand même son institution à travers ses propos ? Je n'en suis pas certain ni complètement convaincu.

J’aurais appelé cela respect envers son institution et liberté de ton mais il semble que ce soit plutôt un certain manque de courage de ma part face à d’une part mon institution et d’autre part la prise de parole, donc de risques, et l’ouverture de débats professionnels.

La question de la prise de parole et des débats

Bibliobsession dans un commentaire au message de Marlène revient sur cette question des débats, d’absence de débats plutôt, que PascalK appelle le caractère « lénifiant » de la biblioblogosphère francophone. Je suis un peu surpris à mon tour de tels propos.

Dans sa réponse, Bibliobsession explique que :

« si les "débats enragés" ne se passent pas dans cette sphère, c'est peut-être et il me semble que c'est le cas aussi en dehors de la biblioblogosphère, que les débats enragés se font rares sur le thème des bibliothèques en général. Nous ne sommes plus au temps de grands modèles qui s'affrontent ou d'écoles, mais au temps ou les professionnels de la lecture publique se posent des questions et cherchent des réponses adaptées à leurs contextes dans un monde complexe... »

J’entends là Nicolas rétorquer que c’est justement cela qu’il attend : découvrir ce que sont ces réponses adaptées à un contexte particulier. Du moins espéré-je ce qu’il attend car je ne vois pas l’intérêt de débattre pour le seul plaisir de débattre. Cependant, si les biblioblogs parlent beaucoup de web 2.0 n’est –ce pas aussi parce que leurs auteurs sont principalement des bibliothécaires chargés de ce genre de questions (ce que concède l’article d’ailleurs) ? Le récent blog Bibliothèque = public, animé par Jean-Christophe Brochard, chargé des services au public dans une bibliothèque universitaire, aborde justement d’autres questions que les toujours plus nombreuses bibliothèques européennes inféodées au grand méchant Google. Je pense qu’il doit en être de même avec les blogs de nos collègues discothécaires (XG blog -qui n’est pas uniquement un discoblog, discobloguons). A moins qu’il n’y ait pas encore assez de messages polémiques mais alors il faudra expliquer ce qui est vraiment attendu. Bibliobsession rappelle à ce titre combien la profession s’est mobilisée contre les DRM, mais il est vrai qu’il ne s’agit pas là d’un sujet interne, qui remet en question certains dogmes.

En fait, je serais d’avis de suivre Sophie lorsqu’elle écrit sur Desperate Librarian Housewife que les biblioblogs ont plus un rôle informationnel, faire découvrir ce qu’il se passe, les nouveautés et les questions que se posent les collègues, y compris les collègues américains, de servir d’aiguillon. Elle trouve que ce terme convient mieux que celui de débat plus approprié aux listes de discussions, ce que confirme Bruit et Chuchotements quand il affirme que « les blogs sont plus un espace d’incubation approximatif et au quotidien des recherches, des réflexions, des doutes ».

Lully pour finir fait deux remarques intéressantes. La première est une question regrettant l’absence de blogs professionnels tenus par des bibliothèques ou des institutions à destination des professionnels : Pourquoi ces problèmes professionnels ne sont-ils évoqués que sur des blogs perso ? :

« je ne vois pas ce qui empêche une bibliothèque de monter un blog à destination des autres bibliothèques, sur son travail interne, les choix qu’elle fait et les raisons de ses choix, etc. ».

La seconde est une liste d’autres questionnements qu’il faudrait se poser à propos des blogs :

« (…) il aurait surtout fallu insister sur la redondance des sujets, et la non-représentativité de la diversité des préoccupations des bibliothécaires (que vous mentionnez, mais vous n'appelez pas à une "mobilisation" des bloggeurs ou de ceux qui envisagent de le devenir) ».

En ce qui concerne ma propre pratique, je n’ai pas beaucoup rédigé de billets polémiques tout simplement parce que ce ne s’est pas présenté. Je ne suis pas certain non plus de me sentir biblioblogueur engagé – et par rapport à quoi ? – et ce n’était pas mon but en écrivant ici. Cela dit, une réflexion sur ses propres pratiques est toujours intéressante et bienvenue.



Des réactions ?

mardi 6 février 2007

Rapports de jurys en ligne

Voici venir le temps des concours et celui plus précisément de Bibliothécaire. La session 2007 devrait avoir lieu le jeudi 22 février 2007 pour les épreuves écrites (Calendrier des concours d'Etat des bibliothèques organisés au titre de l’année 2007). Ce concours en soi est une curiosité puisque depuis des années, il n'était organisé qu'une année sur deux, l'école prenant soin alors l'année suivante d'appeler les candidats reçus sur liste complémentaire.

Bref, l'objet de ce billet est surtout d'en profiter pour rappeler que les rapports de jurys des concours de bibliothécaires et conservateurs sont disponibles en ligne sur la plateforme Babel-Edit depuis 1996 et jusqu'en 2006 pour le concours de bibliothécaire d'Etat (soit six rapports, un tous les deux ans donc) et depuis 1993 jusqu'en 2005 pour le concours de conservateur d'Etat (soit treize rapports, un par an).

Rappelons là qu'il ne s'agit que des rapports de jurys qui, pour intéressants et instructifs qu'ils soient, ne sont pas des annales. Ces dernières, regroupant l'ensemble des documents proposés et distribués lors de ces sessions demeurent disponibles uniquement sous format papier par commande auprès des Presses de l'enssib.


vendredi 19 janvier 2007

Vous savez que vous êtes un bibliothécaire quand...

You know you're a librarian when...
... you worry about punctuation
... you tell people to be quiet in bookshops
... you use acronyms more than you use real words
... you know what all the acronyms you use stand for
... people are amazed that you need two degrees to stamp books all day
... you read dictionaries for fun
... you know when you're breaking copyright law
... you've left your friends in the pub to go and look something up
... you can tell what someone is going to ask you by the look on their face
... 245 00 $a makes perfect sense
... you have dreams/nightmares about Dewey
... you know what the last digit of an isbn is for
... you pride yourself on not conforming to stereotypes
... you smiled at at least two of the above

Oui enfin finalement ça fait un peu dépassé comme questionnaire et je n'ai aps répondu "oui" à toutes les questions. Heureusement pour moi, Dewey ne hante pas encore mes rêves, ni mes cauchemars. En revanche, j'aime bien le

people are amazed that you need two degrees to stamp books all day.

Quand je travaillais en bibliothèque municipale dans ma folle jeunesse (^_^), il m'est arrivé qu'un jeune usager s'approche de la banque et me dise combien il aimerait être à ma place à ne rien faire de la journée. Je l'ai regardé en souriant, et lui ai expliqué que j'avais quand même bac+4 mais il n'a pas voulu me croire. Il est reparti en rigolant et moi retourné au catalogage de mes cédéroms.