Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - bibliothéconomie

Fil des billets

mercredi 21 novembre 2007

Le bibliothécariat (2) : travaux et fonctions, administrateurs, conditions de travail

Suite et fin de la lecture de l'ouvrage Le bibliothécariat de Raymond Tanghe. Raymond Tanghe, avais-je omis de préciser, était alors directeur adjoint de la Bibliothèque nationale de Canada.

5. Travaux et fonctions

Dans son ouvrage, Raymond Tanghe tente de dresser un portrait d’ensemble des fonctions afférentes au métier de bibliothécaire.

 Il traite ainsi d’abord des services internes, expliquant qu’ils visent à constituer les collections, et détaille ce que sont acquisitions, cataloguement, classification et dépouillement de revues.

 Ensuite, il aborde les services publics qui mettent les collections à la disposition des usagers et détaille les services de consultation, de circulation (dont bibliobus : souvent le bibliobus est accueilli comme la manne dans le désert et le bibliothécaire a le sentiment de faire œuvre d’éducateur et dispensateur de joie), d’orientation des lectures et d’aide aux chercheurs. Dans ces deux derniers cas, l’auteur examine deux aspects du travail de bibliothécaire : la fonction éducative et la fonction adjuvante.

La fonction éducative

 La fonction éducative consiste à développer les facultés intellectuelles et morales des usagers. Il s’agit avec les enfants « d’encourager le goût de la lecture, mais sans permettre qu’elle empiète sur les devoirs ». Il y a aussi le choix de la lecture et c’est l’occasion de parler de pédagogie dans le cadre de bibliothèques scolaires et du rôle « beaucoup moins facile » du bibliothécaire auprès des adolescents, posant la question : « sans l’appui des cadres scolaires comment, d’un rebelle en puissance, se faire un ami ? ». La difficulté réside en effet dans le refus d’un emprunt que le jeune ne doit pas lire « ne pas opposer un refus sans avoir au préalable tenté de le dissuader ; préférer le ton léger de la camaraderie à l’homélie ; expliquer en quoi le livre ne convient pas ; démontrer la validité des raisons et se montrer ferme ». A contrario, il y a la joie profonde d’initier au beau, le plaisir de communiquer la culture acquise et l’excusable sentiment de fierté éprouvé en constatant les progrès accomplis.

Pour les adultes, la fonction éducative se déroule plus sur un plan de collaboration, ignorer les incurables mécontents (le bibliothécaire n’a pas à jouer les psychiatres) et noter les observations judicieuses et pertinentes.

Bien souvent la fonction éducative du bibliothécaire consiste à prêcher d’exemple. Il lui faut les qualités d’un bon diplomate, donc de l’entregent ; il doit distinguer l’hurluberlu dont il est vain de tenter l’éducation, du lecteur intelligent aux idées par trop arrêtées ; le curieux qui ne demande qu’à s’instruire, de celui qui dévore des bouquins sans les assimiler ; le chronophage (pour reprendre le néologisme d’André Maurois), qui fait perdre votre temps à raconter ses petites histoires, de l’être désemparé qui a besoin d’un conseil, d’un charitablecoup d’épaule pour le remettre sur la voie. Le bon bibliothécaire sait d’instinct à qui il peut rendre service et comment, et il agit en conséquence.

Enfin, ex officio, le bibliothécaire doit suivre les programmes culturels de sa ville, lui faire honneur et apporter sa contribution aux démonstrations collectives, propager l’amour de sa patrie, montrer en exemple les grands citoyens du passé.

La fonction adjuvante

La fonction adjuvante est celle qui fait concourir le bibliothécaire aux recherches et aux travaux de spécialistes. Son rôle ne s’arrête en effet pas à l’analyse et au classement des documents reçus, mais il s'agit également pour lui d’augmenter les collections en conséquence, de proposer des bibliographies aux chercheurs notamment via des services de références. Une fonction qui s’est développée autant dans les bibliothèques d’entreprises que dans les bibliothèques scientifiques où ce qui est demandé consiste de plus en plus souvent à fournir rapidement un renseignement, une date, une formule « à l’état pur », dégagé de la littérature et les bibliothécaires deviennent des « spécialistes de l’information » ou des « documentalistes ». Mais revenant sur cette distinction, l’auteur explique :

 Avant de se diviser en passant à travers le prisme, la lumière est une. Nous croyons que le bibliothécariat possède l’organe uniqued’une profession homogène, malgré les modalités des services que ses membres sont appelés à rendre, tout comme l’ingénieur peut être spécialisé en génie minier, électrique, militaire, maritime, etc., selon les études qu’il a faites, mais tous les ingénieurs ont une même formation de base et ont souvent appris dans les mêmes écoles, les techniques spéciales qui les différencient.

Il confirme cependant que la fonction d’aider les chercheurs n’est pas une sinécure qui ne savent pas toujours exactement ce qu’ils désirent ni ce qui peut les aider et ajoute qu’il appartient aux étudiants qui se destinent à travailler dans des bibliothèques spécialisées de chercher à suivre des cours dans les universités des enseignements, cours qui ne saurait se donner dans les écoles de bibliothéconomie, l’expérience complétant cette formation trop sommaire. Par enseignement spécialisé, on entend enseignement scientifique, mais également littéraire ou juridique, l'occasion pour l'auteur d'évoquer l'ensemble de ces bibliothèques spécialisées, les bibliothèques nationales et de louer les outils proposés comme le catalogue collectif précisant, in fine :

Il semble que la fonction adjuvante soit ici exercée par les biblitohèques ; en réalité, il y eu pour constituer, accroître et exploiter ces collections, des générations de bibliothécaires qui se sont succédé et l'usager d'aujourd'hui bénéficie de leur oeuvre.

6. Le rôle des administrateurs

L’administration des bibliothèques se fait par le bibliothécaire en chef, appelé aussi conservateur ou directeur. Ses fonctions concernent

  • le recrutement, la promotion et la direction du personnel ;
  • l’établissement du budget et l’emploi des fonds ;
  • l’aménagement et l’utilisation des meubles et immeubles ;
  • l’orientation des collections ;
  • l’élaboration et l’application des règlements de la bibliothèque ;
  • les relations avec l’extérieur.

 Le personnel : L’administrateur évalue et définit les devoirs de chacun et les fait connaître aux intéressés. Le recrutement se fait généralement par concours en présence ou non du chef de service, sachant que « les tentatives de débauchage par surenchère clandestine sont contraires à l’éthique professionnelle ».

Le bibliothécaire en chef doit encourager le personnel à poursuivre des études, à s’améliorer dans le but d’obtenir des promotions, promotions qui doivent être présidées par un esprit de justice selon l’intérêt de la bibliothèque.

Travaillant avec des êtres complexes, sensibles, exposés à la fatigue nerveuse, le directeur se doit de tenter de dissiper et d’éliminer les causes de conflit et d’encourager l’esprit de corps et la camaraderie parmi le personnel. Les qualités d’un bon administrateur « se révèlent à la moindre occasion : décision, esprit de suite, justice, fermeté et foi rayonnante ».

 Le budget :Administrer, c’est prévoir. Il s’agit pour l’administrateur de soumettre ses prévisions, les justifier, les faire approuver et lorsque les crédits sont votés, de veiller à faire cadrer les dépenses avec les sommes appropriées à chaque article du budget (salaires, acahts, fournitures, équipements, assurances, entretiens…)

 Les locaux :Trouver des locaux, de l’espace, reste le cauchemar des bibliothécaires tous débordés par me raz  de marée de l’édition contemporaine. Prévoir, ici, c’est penser cinq, dix ans d’avance. Le bibliothécaire doit élaborer des plans et les faire accepter par les architectes, évitant au possible les frontons grecs et les escaliers monumentaux. Il doit se tenir au courant des standards de superficie nécessaire par lecteur pour aborder l’architecte bien armé et défendre les intérêts des personnels et des usagers. Il doit également se tenir au courant de ce qui se fait en matière de mobilier.

 Politique d’acquisition :Il faut savoir choisir, refuser, émonder, mettre en réserve, au rebut suivant les cas les ouvrages et éviter toute politique omnivore. L’administrateur doit alors juger les points faibles des collections, selon les avis parfois des membres des facultés dans des bibliothèques scientifiques, voire tenter des expériences de coopération en matière d’acquisition, comme ce fut le cas aux Etats-Unis sous le nom de Farmington Plan.

Règlements : Les règlements concernent les personnels (horaires, discipline, congés, privilèges) et les usagers (heures d’ouvertures, inscriptions, sanctions…). Les règlements doivent être faits connus de tous et appliqués avec fermetés mais sans excessive rigueur. Ils sont approuvés par les autorités de la bibliothèque.

Il arrive cependant que ceux-la même qui les ont approuvés paraissent réfractaires à leur application comme c’est le cas par exemple des professeurs dans les universités.

Relations avec l’extérieur :Rencontrant souvent des personnages influents, le directeur doit pouvoir solliciter appui moral et générosité. Il est ambassadeur de l’institution qu’il représente et, à ce titre, doit savoir garder son rang. A travers réunions, congrès, en écrivant des articles, prenant part à des émissions éducatives, il étend son rayon d’action au-delà des murs de sa bibliothèque et prêche d’exemple. Ses assistants et autres bibliothécaires l’imiteront et ainsi se transmettra le flambeau.

 7. Salaire et conditions de travail

Les salaires sont encore très disparates et il est impossible d’en dresser un tableau d’ensemble.

Les bibliothèques sont ouvertes jusqu’à 80 heures par semaine sur cinq jours pour une durée hebdomadaire de travail de 35h à 40h. Les vacances varient de 15 à 20 jours ouvrables. Le chomage n’existe pas « pour un bibliothécaire compétent ». L’insécurité de l’emploi existe lorsque les employeurs discourent sur la justice sociale, au lieu de la pratiquer.

Les offres d’emploi paraissent dans des revues professionnelles et parviennent aux écoles de bibliothéconomie. Pour le recrutement, ce qui prime partout est une personnalité ouverte :

un bibliothécaire n’est pas seulement le détenteur d’un baccalauréat en bibliothéconomie ; c’est un être complexe qui, en plus de son savoir, devra mettre toutes ses qualités personnelles au service des autres.

... ce qui forme, vous en conviendrez, une jolie conclusion.

samedi 17 novembre 2007

Le bibliothécariat (1)

Je suis en train de lire un petit livre de Raymond Tanghe intitulé "le bibliothécariat". L'ouvrage, daté de 1962 et publié au Québec, veut dresser un portrait de la profession afin d'éclairer et attirer d'éventuels "aspirants-bibliothécaires" comme il le dit.

Le bibliothécariat, précise l'auteur, se veut un néologisme formé sur le même mode que notariat ou secrétariat pour désigner la fonction et la profession de bibliothécaire. Rien à voir avec le prolétariat donc (dommage, j'aimais bien une formule du genre : "Bibliothécaires de tous les pays, unissez-vous !" ^__^)

Le livre n'est pas bien long, à peine 118 pages, dans lesquelles il se propose de traiter :

  1. Le champ du bibliothécariat
  2. Aptitudes et Qualités recquises
  3. La formation de base
  4. La formation professionnelle
  5. Travaux et fonctions
  6. Le rôle des administrateurs
  7. Salaires et conditions de travail
  8. Projet de services collectifs à l'intention du Québec
1. Le champs d'action du bibliothécariat
Il s'agit là pour l'auteur de souligner l'importance de la profession liée à la multiplicité et l'expansion continuelle des connaissances humaines. On pourrait calquer la carte des progrès de la civilisation sur celle de la fondation des bibliothèques affirme-t-il. Le bibliothécaire fait face à la portée humaine et universelle de sa profession, lui laissant le choix de travailler partout dans le monde.

Expliquant la grande féminisation de la profession, Raymond Tanghe raconte que :

la prédominance des femmes dans la profession [...] tient à leur aptitude à exécuter des travaux minutieux, et au rythme du travail dans une bibliothèque qui convient à leur niveau de force, de résistance et de patience.  [...] Ce portrait  [de la bibliothécaire austère] n'avait rien pour rendre la profession attrayante : les hommes s'en détournaient d'autant plus que la prédominance des femmes avait pour effet de maintenir les salaire à un niveau très bas.

Il explique ensuite que la situation a changé avec l'arrivée d'un certain nombre de bibliothécaires dynamique et poursuit :

Une plus grande proportion d'hommes dans la profession remédierait sans doute à deux des causes qui aggravent la pénurie de personnel : l'absentéisme et l'abandon de la profession lors du mariage.

De toute façon, si les hommes ont plus souvent des postes de direction, c'est en raison de leur plus grande stabilité. Voilà qui est charmant...

2. Aptitudes et Qualités recquises

En plus des qualités fondamentales telles que l'intelligence, l'intégrité, la persévérence, dites nécessaires partout, le bibliothécaire se doit de faire montre de :

  • Serviabilité (et avec le sourire, est-il précisé) à l'égard des lecteurs mais aussi de ses collègues et de sa hiérarchie
  • Ordre et méthode : où les individus par ailleurs charmants doués et intelligents qui ne savent pas maintenir l'ordre dans leurs affaires [...] sont la plaie des bibliothèques. Livre mal rangé, livre perdu, fiche mal classée, fiche fichue.
  • culte du livre : il ne s'agit pas de bibliolâtrie ni d'un attachement déraisonné à des pages imprimées mais le respect d'un témoin et d'un instrument de civilisation.
  • curiosité intellectuelle : afin de pouvoir répondre au mieux dans les domaines où il a des services à rendre
  • tolérance : afin de ne pas faire de remarque sur les desiderata des lecteurs, ceci cependant dans les limites de la morale. Bien conduit, avec nuance et doigté, avec jugement et compréhension, avec tolérance, ce dialogue [entre lecteur et bibliothécaire] est proprement de l'apostolat.
  • stabilité : Il ne faut pas que le bibliothécaire soit trop mobile mais plutôt qu'il approfondisse les connaissances du fonds de sa bibliothèque
L'auteur termine en précisant que le travail en bibliothèque ne convient ni à des dilettantes ni à des lymphatiques : Le bibliothécariat est une profession active, dynamique même ; c'est dans ce sens que le recrutement doit se faire dès l'entrée à l'école de bibliothéconomie.

3. La formation de base et la formation professionnelle

En gros, pour être bibliothécaire, il faut au moins avoir le baccalauréat, seul diplôme attestant d'un minimum de culture générale. Certes, la profession attire plus de littéraires que de scientifiques mais l'auteur explique cela en affirmant que (c'est beau ):

Il semble que de travailler dans une bibliothèque créé un climat d'intérêt général pour les choses de l'esprit et une soif de culture ; la lecture, source d'enrichissement et de lumière intérieure, estompe la trivialité, comble ce qui pourrait être creux, éclaire la grisaille des jours et peut aider à forger un instrument de progrès.

La bac privilégié semble être celui d'histoire de l'art cependant ou du moins un parcours classique d'humanités gréco-latines avec deux années de philosophie même si les options latin-langues vivantes ou sciences-langues vivantes sont reconnues. Ceci dit, Raymond Tanghe précise bien que :

Il n'est pas obligatoire que la formation du bibliothécaire soit "littéraire", comme on le croit généralement parce qu'il y a dans les annales de la profession de grands noms de poètes et d'écrivains. Il y a eut aussi des historiens, des théologiens, des philosophes et des biologistes ; il y a place pour des spécialistes en sciences politiques, en musiques, en beaux-arts. Mais en proposant le bibliothécariat aux étudiants amenés à bifurquer dans leurs études, entendons bien qu'il devront nécessairement prendre une formation en bibliothéconomie.

La formation professionnelle quant à elle se donne dans des écoles qui pour la plupart relèvent des universités (on sent là le contexte canadien). Les aides-bibliothécaires devraient alors apprendre la dactylo, la technique du prêt des livres, l'étude de la terminologie de la profession (en anglais et en français), des notions sur l'environnement des bibliothèques, sur la fabrication d'un livre, sur l'édition, des cours sur la reliure et la réparation d'un livre, la tenue d'un Kardex, la classification Dewey, la rédaction d'une fiche catalographique. Les bibliothécaires, en plus, devraient apprendre les systèmes de classification, la bibliographie analytique, le choix des livres, l'histoire du livre et des biblitohèque, les différentes sortes de bibliothèques, leur rôle et leur aministration, avec des stages pratiques in situ dans les divers services afin de se familiariser avec l'ensemble des processus et procédures employés.

Une fois dans la carrière, le bibliothécaire doit avoir à coeur de continuer à se perfectionner et notamment en étudiant les sciences de l'hommes afin de conseiller au mieux (i.e. de manière éclairée et affranchie des propagandes) ses concitoyens sur des questions qui concerne leur vie sociale, syndicale, voire politique. En second lieu, le bibliothécaire doit s'appliquer à développer une consicence de groupe, et de groupe professionnel :

Le bibliothécaire doit regarder comme nécessaire à son perfectionnement professionnel l'adhésion à une au moins des grandes associations de bibliothécaires, mais avec la détermination d'y jouer un rôle actif, non pas seulement en parlant ou intervenant dans les discussion lors des assemblées générales, mais en collaborant à la vie de l'association, en participant aux travaux des comités, en apportant sa contribution au bulletin, aux congrès, aux journées d'études. Servir ! Servir ! Servir ! Ce mot reviendra toujours associé à celui de bibliothécaire.


mardi 12 juin 2007

Journal of web librarianship


Un nouveau périodique professionnel semble avoir fait son apparition : il s'agit du "Journal of Web Librarianship", la revue du bibliogeek ^^, et est proposé par l'éditeur Haworth Press qui propose déjà de nombreux autres titres professionnels anglo-américains comme "Journal of Library & Information Services in Distance Learning", "Journal of Electronic Resources in Medical Libraries", "Journal of Electronic Resources in Law Libraries", "Journal of Access Services"...

Ce nouveau titre est destiné aux bibliothécaires en charges de produits numériques, de services de bibliothèques numérique et aux chercheurs qui réflechissent sur ces questions :

As the digital world for libraries quickly evolves, librarians need a dependable resource to find the latest and best information on how to fulfill their diverse roles and responsibilities within the virtual world. The Journal of Web Librarianship provides a needed forum for exploring the multidimensional applications of the Web in the library setting in the twenty-first century. This high quality quarterly journal presents peer-reviewed theoretical, research, and practical articles from leading experts related to Web librarianship in its many facets. Topics focus specifically on the issues that relate to the Web, including the integration of the Web into various aspects of library functions, Web page design, search engines, information architecture, and future aspects of Web librarianship. (...)
The Journal of Web Librarianship offers regular columns or sections on:

  • social communities and virtual spaces on the Web
  • web-related library projects in countries beyond the United States
  • reviews on books or other resources that are relevant to Web librarianship
  • periodic publishing of a research agenda for Web librarianship—including a review of the literature and identification of topics sorely needing research attention

Trois numéros sont annoncés sur le site déjà, mais uniquement proposés en prépublication. Cela signifie que tous les articles ne sont pas accessibles.

Dans le Volume: 1 Issue: 1 vous trouverez :

SOCIAL EYES

  • Welcome to Social Eyes /Brian S. Mathews

GLOBAL CONNECTIONS

  • The International Dunhuang Project /Sarah Beasley, Candice Kail

ARTICLES

  • Web Access to Electronic Journals and Databases in ARL Libraries  /Dana M. Caudle, Cecilia M. Schmitz
  • Stop Reinventing the Wheel: Using Wikis for Professional Knowledge Sharing /Anne-Marie Deitering, Rachel Bridgewater
  • A Literature Review of Academic Library Web Page Studies /Barbara Blummer
  • Firefox Search Plugins: Searching Your Library in the Browser /Michael Sauers
  • From Zero to Wiki: Proposing and Implementing a Library Wiki /Jon Haupt
  • Measuring the Success of the Academic Library Website Using Banner Advertisements and Web Conversion Rates: A Case Study /Michael Whang
Dans le Volume: 1 Issue: 2
 

EDITORIAL

  • What's in a Name

 SOCIAL EYES

  • Libraries' Place in Virtual Social Networks /Brian S. Mathews

 GLOBAL CONNECTIONS

  • The National Library of Jamaica's NLJdigital Project /Sarah Beasley, Candice Kail

 ARTICLES

  • Developing Collections of Web-Published Materials /Inga K. Hsieh, Kathleen R. Murray, Cathy Nelson Hartman
  • The Availability of Faculty Publication Databases from Library Web Pages /Barbara A. Blummer
  • Academic Library Websites: Balancing University Guidelines with User Needs /Emmett Lombard, Lesley A. Hite

 COMMUNICATIONS

  • A Global Library in a Local Society-Copenhagen City /Susanne Buus-Pedersen

Dans le Volume: 1 Issue: 3 vous pourrez découvrir :


 SOCIAL EYES

  • A Social Software Showcase: What Libraries are Doing with the Social Web /Brian S. Mathews

 GLOBAL CONNECTIONS

  • A Scottish Suite: Accessing Scotland's Culture and History Online /Sarah Beasley, Candice Kail

ARTICLES

  • Library Webmasters in Medium-Sized Academic Libraries /Jason Kneip
  •  Using Electronic Course Reserves to Promote Information Literacy of First-Year Students in a University Writing Program /Paul Victor, Jana Smith Ronan
  • Testing the Federated Searching Waters: A Usability Study of MetaLib /Marilyn Ochoa, Rae Jesano, John R. Nemmers, Carrie Newsom, Maryellen O'Brien, Paul Victor
  • A Student-Focused Usability Study of the Western Michigan University Libraries Home Page /Michael Whang, Donna M. Ring

 COMMUNICATIONS

  • Supporting Library Research with LibX and Zotero: Two Open-Source Firefox Extensions /Jon Ritterbush

 REVIEWS

  • Professional Readings on Librarianship and the Web
Seuls les articles du premier numéro sont accessibles. Les autres ne doivent pas êter écrits ou en tout cas ne sont pas accessibles en ligne. Néanmoins, pour chacun des articles proposés (dans la rubrique "articles" donc), un réusmé est disponible sur le site de l'éditeur.