Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - construction

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 7 juillet 2011

Favoriser l'implication des usagers grâce à Second Life

La nouvelle bibliothèque de Birmingham vient d'ouvrir ses portes quelque deux ans avant la date prévue... dans l'univers virtuel de Second Life.

La ville de Birmingham
prévoit la construction d'une nouvelle bibliothèque. Le projet est déjà bien avancé et l'ouverture officielle du nouvel équipement est attendu pour 2013. Mais alors que certaines bibliothèques accompagnent ces projets de construction d'un blog et d'un album sur un site de partage de photos comme FlickR, nos collègues outre-manche proposent une démarche inédite : la nouvelle bibliothèque a été recrée, telle qu'elle ouvrira, en 3D sur l'univers virtuel de Second Life permettant ainsi aux usagers et aux équipes appelées à y travailler de découvrir les lieux et de laisser leurs commentaires.



C'est donc suite à un partenariat passé avec la Mairie que la société spécialisée Daden Limited a pu recréer l'établissement à partir des plans d'architecte. Mais la société est allée plus loin qui a également mis un entrepôt de mobilier à disposition des bibliothécaires afin de leur permettre de se rendre compte par eux-même le rendu de telle couleur ou de tel mobilier. Pour cela, une équipe de bibliothécaires a été spécialement formée sur l'appréhension, la modification et la construction de l'environnement dans un univers virtuel.

Les usagers quant à eux devraient être capables de visiter les différentes salles avec un guide automatique, laisser des commentaires sur des "posts-it" 3D dans des zones bien définies et découvrir plusieurs configurations possibles d'une même pièce en cliquant sur un bouton spécial. Les commentaires sont automatiquement archivés dans une base de données et, plus tard, d'autres visiteurs peuvent voter (likes/dislikes) pour leurs propositions préférées.

"Virtual worlds are all about community, collaboration and the social aspects of an activity whereas the web which is typically about the informational and transactional aspects. With a virtual world model people can begin to understand what a building or space will be like and share their experiences with others - something quite different to watching a video fly through of a development," notes Soulla Stylianou, Daden's Client Director.

précise le communiqué de presse officiel.

Effectivement, l'expérience peut être extraordinaire et c'est une idée très riche que d'utiliser le biais des univers virtuels pour promouvoir et surtout impliquer les usagers mêmes dans l'ouverture d'un nouvel équipement.

Daden est allé plus loin qui a placé des senseurs dans la bibliothèque virtuel enregistrant les parcours des visiteurs, offrant ainsi aux bibliothécaires des indices sur l'utilisation et l'appropriation future des lieux. Reste que tous les usagers n'ont pas d'avatar sur Second Life et, du coup, je me demande si les collègues recueilleront suffisamment de données pour établir des diagnostics pertinents.

Le blog Betterverse, qui s'intéresse à la présence des non-profit organisations dans les mondes virtuels précise que ce n'est pas la première fois, bien sûr, que des équipements sont ainsi proposés au public. EN 2006, un "3d wiki" avait ainsi été proposé sur Second Life pour recueillir l'avis des New Yorkais sur la construction d'un parc dans le Queens et, la même année, une chaîne d'hôtel avait ouvert un hôtel virtuel à découvrir in world. Plus récemment, en 2010, une réplique de la nouvelle école de commerce de l'Université Rutgers était construite dans Second Life mais aussi sur OpenSim, son équivalent open source, pour permettre aux étudiants et aux membres de l'équipe pédagogique de découvrir les lieux avant la fin des travaux.

Si vous avez un avatar, vous pouvez visiter la bibliothèque à ces coordonnées (145/126/35), sinon, vous trouverez une vidéo de présentation en ligne sur YouTube. Le projet y apparaît vraiment enthousiasmant.

samedi 10 mars 2007

Catalogues et répertoires


Le site du ministère de la Culture propose des liens vers un certain nombre de bases de données parmi lesquelles une dizaine portant sur le livre et la lecture. Je vous en présente ici quelques unes

  • Je passe sur les catalogues des grands établissements pour m'arrêter un instant sur un base qui propose les adresses de 4 170 bibliothèques publiques (BDP et BM), à savoir les coordonnées postales, la présence d'un site internet et la composition du fonds. La recherche est possible selon le nom de la commune, celui de la région, le nom ou le numéro du département, le type d’établissement ou son intitulé (ex : le nom de l’établissement : " Elsa Triolet ", etc). Une ressource utile je pense pour les récents admis aux concours des bibliothèques. Il est également précisé que des notices plus détaillées sur les bibliothèques de grandes villes sont consultables via le Catalogue Collectif de France, Répertoire national des bibliothèques et centres de documentation. Cette base me fait penser à cette base proposant de feuilleter sur son PC les manuscrits de la bibliothèque municipale de Nantes et que vient de présenter Klog
  • Autres ressources intéressantes, les bases Enluminures et Mandragores, consacrées toutes deux aux éléments de décors et aux manuscrits du Moyen-âge, la première venant d'ouvrages conservés dans les bibliothèques municipales, la seconde à partir de ceux conservés au département des Manuscrit de la Bibliothèque nationale de France. Enluminures propose plus de 80 000 images, Mandragore 120.000 notices indexées dont plus de 30.000 sont accompagnées d’images numérisées immédiatement consultables.
  • Enfin, la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes et le ministère de la Culture ont présenté en 2005 un site intitulé, Bibliothèques pûbliques : 20 années de construction en Rhône-Alpes 1986-2005 (soit peu ou prou depuis l'entrée en vigueur des lois sur la décentralisation). Une initiative censée rappeler l'engagement de l'Etat (250 bibliothèques municipales, intercommununales ou départementales ont été construites pendant ces deux décennies) dans les zones urbaines mais également via un programme des « Médiathèques de proximité ». Vingt bibliothèques dites "remarquables" ont également été mises en exergue en ce qu'elles symbolisent ces vongt années de construction et se voient représentatives des réussites alors établies. Pour chacune est détaillé le programme, l'architecture et donné des photos.

mardi 20 février 2007

Bibliothèques sinistrées


Le 08 février dernier, une catastrophe s'est abattue en même temps que des trombes d'eau et d'une partie du toit sur les collections du Service Commun de la Documentation de l'université de Lille III :

Au final, deux mille cinq cents livres d’art et culture endommagés dont soixante-dix-neuf, imprimés sur papier glacé, assez gravement. « Ils sont à l’isolement. On se donne trois semaines pour les sécher. Si des champignons se développent, il faudra s’en séparer  », diagnostique Cécile Martini, conservateur du patrimoine qui estime le montant total des pertes à 6.000 €.

Apparemment, seules les salles de lectures ont été touchées par le sinistre, les fonds patrimoniaux très riches de ce SCD, qui héberge également pour des raisons historiques les réserves des deux autres universités lilloises (Lille 1 -Sciences et Technologies- et Lille 2 - Droit et Santé-), étaient à l'abri en réserve.

C'est l'occasion de rappeler la vétusté des locaux des bibliothèques universitaires, parents pauvre de l'Université elle-même pas toujours très bien lotie (ex sur ce diaporama Flickr Paris 8 ). Pourtant, voilà longtemps que la sonnette d'alarme est tirée et la publication du Rapport Miquel au ministre de l’Éducation nationale, en 1989, qui dénonce une situation catastrophique pour les bibliothèques universitaires et parle de "locaux exigus ou périmés", apparaît comme une date charnière. Deux plans immobiliers, les schémas "U2000" et "U3M" vont alors être successivement lancés par les pouvoirs publics pour soutenir les bibliothèques. Le premier mettait l'accent sur les constructions neuves et le second, qui s'étend jusque 2015, prévoit plus de réhabilitations et de modernisations, ce qui devraient être le cas de nombre de bibliothèques jugées peu fonctionnelles et défaillantes en terme de sécurité. Ces plans sont complétés par les Contrats de Projets Etats-Régions (CPER) dont les nouvelles formes crééent un contexte relativement inédit (sur la base de projets) et, partant, quelque part incertain. D'autant que les programmations ne peuvent toutes être respectées, comme ce fut le cas, pour reprendre l'exemple initial, des opérations de réhabilitations de Lille III prévues au précédent CPER mais qui n'ont pas pu être engagées, mais également des universités de Lille I, Tours Lettres, Toulouses III médecine...

Alors bien sûr, des efforts ont été fournis ces quinze dernières années et il serait de mauvaise foi que d'affirmer le contraire mais la massification du nombre d'étudiants et l'ampleur du retard rendent ces efforts presque inopérants. Les problèmes de constructions en effet ont des répercussions sur les missions fondamentales des biblitohèques, qu'il s'agisse de conservation ou de diffusion. Le rapport 2005 de la Cour des Comptes sur les bibliothèques universitaires dénoncait encore, à ce titre, le fait qu'« en 2003 le ratio d’encadrement dans les bibliothèques universitaires était de 3.1 agents administratifs pour 1000 étudiants, les locaux représentaient 0.67 m² par étudiant et il y avait une place assise pour 13 étudiants », ce aggravé par l’inégalité de l’offre en libre-accès entre les universités françaises d'une part (8.7% des collections en libre-accès à Dijon contre 97.6% à Toulouse II), et d'autre part, également, de l'offre vis à vis des autres pays occidentaux, européens ou non.

Bien sûr la question du tout-numérique se pose également. Impossible de nier de nos jours la prégnance des moyens et des systèmes d'information, ni l'importance toujours plus significative du tout-numérique . Mais, comme le soulignait Claude Jolly « les nouvelles technologies de l’information et l’existence d’une information scientifique en ligne n’ont en aucune façon supprimé l’exigence d’espaces organisés dédiés à la documentation, même si, comme il est naturel, elles modifient la nature et le mode de fonctionnement de ces espaces». Anne-Marie Chaintreau, en charge des dossiers de construction de bibliothèques et des volets documentaires des contrats à la Sous-direction des bibliothèques, poursuit :

Les nouvelles technologies ne font que rendre encore plus indispensables des lieux de convergence de la pensée au moment de sa dispersion la plus radicale ; il faut des lieux de socialisation, notamment pour le jeune étudiant, qui, pendant ses études, ne peut rester seul devant son ordinateur face au foisonnement d’Internet. Les étudiants recherchent la compagnie des autres, travaillent de plus en plus en groupes, utilisent les bibliothèques comme des lieux de rencontre, de travail et de liens avec le monde ; ils apprécient ces lieux « organisés », calmes, rassurants, à dimension humaine que sont les bibliothèques, où ils peuvent se former à la recherche documentaire. La communauté universitaire tout entière a besoin d’un lieu où se recentrer, d’un bâtiment « digne » « majestueux », « symbolique » « initiatique », où il sera possible à chacun de se documenter, de se concentrer, de se retrouver, de travailler.

Je ne suis pas certains que la communauté universitaire ait réellement besoin de bâtiments majestueux, en revanche j'estime qu'elle a besoin de bâtiments dignes. Ne serait-ce que pour le respect de ses publics, de ses professionnels et de ses collections.

Voir aussi :