Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - jeunesse

Fil des billets

vendredi 3 décembre 2010

Teen Second Life disparaît

Je l'ai rapidement évoqué dernièrement mais Terrence Linden a annoncé cet été sur le blog de Second Life la disparition de Teen Second Life. Pour rappel, Teen Second Life était la partie de Second Life réservée aux adolescents, le terme étant relativement flou précisons qu'il s'agit là de la tranche des 13-18 ans.

Teen Second Life disparaitra donc avec 2010. L'univers existait depuis cinq ans et proposait un espace réservé permettant aux éducateurs de proposer des espaces innovants en matière éducationnelle ou culturelle. CVL, Community Virtual Library, le réseau de bibliothèques et de professionnels qui étudie et expérimente la présence des bibliothèques au sein des mondes virtuels proposait d'ailleurs plusieurs îles à destination des enfants dans cet univers spécifique. Diverses animations étaient proposées depuis la rencontre entre lycéens et universitaires jusque des expositions, des clubs de lecture etc. La principale île, Eye4You Alliance, avait d'aillleurs fermé en juillet 2009, par manque de fonds (elle était maintenue par la bibliothèque publique du Charlotte & Mecklenburg County). Cliquer sur la photo vous menera vers la galerie FlickR de Daniel Eye4You, un bibliothécaire qui oeuvrait sur cette île.


transformation de l'île Eye4You Alliance en base de la NASA

Mais si la grille réservée au adolescents disparaît, cette fermeture ne va pas de soi. Il est clair qu'elle intervient dans une période financière difficile pour LindenLabs qui ne parvient d'ailleurs même pas à le cacher, suite à la fermeture des différents bureaux qu'ils avaient dans le monde et la publication récente de leurs statistiques pour 2010 montrant une baisse d'utilisateurs. Dans ce contexte, le maintien de plusieurs grille devenait complexe et trop coûteux.

Pour l"instant, l'objectif est clair : migrer les comptes des 16-18 ans sur la grille principale, une grille qui autorise bien plus de mettons sobrement frivolités que sa petite sœur. Il s'agit donc de s'assurer que ces comptes ne peuvent accéder aux îles proposant des expériences trop violentes ou sexuelles tout en ne donnant pas l'impression de brider l'expérience du monde virtuel. Une navigation riche et sécurisée.

Pour ce faire, LindenLabs se fonde sur la nouvelle classification des îles mises en place l'an dernier. Toutes les constructions des usagers -puisque l'univers lui-même est un gigantesque UGC- ont été déplacées et regroupées de façon à classer les îles et leurs contenus sous trois grandes catégories :

  • General, les îles les plus sûres où des comportements violents ou sexuels sont interdits
  • Mature, il faut être reconnu comme adulte pour pouvoir y accéder
  • Adult, le contenu est explicitement limite.
LindenLabs va ainsi proposer plusieurs niveaux d'utilisation de son univers :
  • Les 13-15 ans ne pourront parcourir librement Second Life mais seront restreints à certaines îles bien identifiées
  • Les 16-18 ne pourront accéder qu'aux îles classées "General", au contenu accessible à tous mais pourront communiquer avec tous les autres résidents (y compris en IM et chat).
Reste à voir ce que ces nouvelles politiques auront pour conséquences. Les bibliothécaires sont déjà prêts qui proposaient déjà une île consacrée à la littérature de jeunesse in world. So wait and see



jeudi 18 novembre 2010

Journées d'étude sur la littérature de jeunesse en vidéo

Deux journées d'études récentes sur la littérature de jeunesse sont accessibles en audio et vidéo : 

1. Bibliothécaires jeunesse, quel métier ?

La première s'intitule "Bibliothécaires jeunesse, quel métier ?" et fut organisée le 21 octobre 2010 par le Centre national de la littérature jeunesse - La Joie par les livres / Bibliothèque nationale de France et l'enssib. L'ensemble des interventions de la journée est accessible au format audio MPEG à partir de la bibliothèque numérique de l'enssib.

Les bibliothécaires pour la jeunesse se sont historiquement identifiés par une formation spécialisée, dans un contexte de développement de la bibliothèque enfantine. Que devient cette culture professionnelle quand la dématérialisation, l’accueil des mêmes publics, le souci de la création et le soutien à l’économie de la filière culturelle sont communs à l’ensemble d’un établissement de lecture publique ? C’est peut-être en partant de ce constat que pourrait aujourd’hui se refonder une identité et s’affirmer un rôle spécifique prenant en compte les attentes du public, des partenaires, des tutelles, de tous les acteurs d’un contexte nouveau.

Cette journée a vu les interrogations de Georges Perrin, Inspecteur général des bibliothèques, sur l'existence du métier (Y-a-t-il encore un métier pour les bibliothécaires jeunesse ?), un rappel de Claudine Hervouët, CNLJ-JPL, sur son histoire et sa représentation (Le bibliothécaire pour la jeunesse dans « Le Métier de bibliothécaire ») et Odile Nguyen, Médiat Rhône Alpes sur sa légitimité et son avenir (Statut, technicité, formation : quelle histoire, quelle légitimité,…Quel avenir ?). 

A suivi une table-ronde animée par Violaine Kanmacher, Bibliothèque municipale de Lyon, sur les publics (Les publics des bibliothèques pour la jeunesse : du bébé lecteur à l’adolescent). Tandis que la sociologue Virginie Repaire évoquait la représentation des bibliothécaires jeunesse pour les adolescents (Les bibliothécaires vus par le public des 11-18 ans).

Enfin, les dernières interventions se sont penchées sur la médiation jeunesse avec Delphine Quereux-Sbaï, directrice de la Bibliothèque municipale de Reims (Missions, rôles et compétences : l’organisation de l’offre et de la médiation), et une table ronde animée par Jean-Claude Utard, Inspecteur des bibliothèques de la Ville de Paris réunissant Kathy Feinstein, Bibliothèque municipale de Grenoble, Violaine Kanmacher, Bibliothèque municipale de Lyon, Marie Paquet, directrice de la bibliothèque municipale de St Priest, Agnès Rigollet , Maison du livre, de l’image et du son de Villeurbanne autour des stratégies d'accueil et de conquète des publics (Face aux attentes, demandes, modes de fréquentation des jeunes : quelles stratégies de fidélisation, de conquête des
publics ?
).

2. Les nouvelles pratiques culturelles face au numérique : y aura-t-il encore des enfants lecteurs au 21e siècle ?

La Petite Bibliothèque Ronde vient également de publier sur son site les vidéos du colloque organisé le 23 septembre dernier et intitulé "Les nouvelles pratiques culturelles face au numérique : y aura-t-il encore des enfants lecteurs au 21e siècle ?". 

Après la presse, le cinéma et la musique, c’est au tour du livre de faire sa révolution numérique. Ce bouleversement implique le développement d’une nouvelle offre culturelle, tout comme l’émergence de nouvelles pratiques de lecture.

Les enfants d’aujourd’hui, issus de la génération numérique, ont en effet un rapport bien différent aux livres et à l’écrit de leurs aînés, une relation qui devrait continuer à évoluer avec les générations futures. Nos enfants liront-ils encore au 21ème siècle ? Quels types de lecteurs seront-ils ? L’avenir du livre sera-t-il uniquement numérique ? Quelle place auront les bibliothèques et les musées ? Autant de questions auxquelles le colloque permet de répondre.

Il s'agissait cette fois en trois temps de revenir sur ces changements de pratiques et leur impacts sur les établissements culturels.

Le premier temps revenait donc sur cette "révolution numérique" avec les interventions d'Axelle Desaint, responsable des ateliers et des formations sur les nouvelles technologies jeunesse pour le grand public et les professionnels au sein de l’association Territoire 21 et Bruno Jammes, directeur adjoint de la bibliothèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie ("Le développement des espaces multimédia"). Le psychanalyste Yann Leroux, par la suite est revenu sur la place des jeux vidéos comme médias permettant de penser le monde et soi-même (Les enfants, les jeux vidéo et internet). Enfin, Karen Bertrams, consultante pour la société de conseil néerlandaise spécialisée dans les bibliothèque ProBiblio, sur la façon ce que les enfants aujourd'hui attendent de leur bibliothèque.

Le second temps s'attardait sur la littérature pour enfant avec d'une part un ensemble d'intervention revenant sur les transformations numériques du livre pour enfant, notamment les interventions de Françoise Juhel, chef du service des éditions multimédias à la Bibliothèque nationale de France venue présenter le récent portail pour enfants ouvert par l'institution, et celle de Dominique Korach, directrice Générale de Nathan Jeunesse et des Jeux Nathan, évoquant les orientations suivies par la maison d'édition (réalité augmentée et tablettes numériques). Les interventions de Arnaud Vincenti et René Denis, d'une société de production de solutions numériques interactives pour les médias présentent ensuite quelques utilisations intéressantes, innovantes et amusantes d'un tableau numérique dans le cadre d'une heure du conte. Toutes ces présentations ne doivent cependant pas nous faire croire que la littérature n'a plus de rôle à jouer comme nous le rapellent Geneviève Pastre et Lina María Pulgarín Mejía, Bibliothécaire au département de la lecture de Comfenalco Antioquia à Medellin en Colombie.

Le troisième temps, enfin, s'attarde sur des présentations d'établissements innovant ou comment les institutions culturelles peuvent s'adapter dans ce contexte mouvant. C'est d'abord le cas d'une table-ronde réunissant Tony Di Mascio, Bibliothécaire jeunesse à la médiathèque Louis Aragon de Bagneux, Franck Queyraud, Responsable du département formation et multimédia à la médiathèque de Saint-Raphaël et coordinateur du groupe ABF bibliothèques hybrides, Violaine Kanmacher, Responsable du département de littérature jeunesse de la Bibliothèque Municipale de Lyon et Henriette Nikiema, Ancienne directrice de la diffusion à la Bibliothèque Nationale du Burkina-Faso et coordinatrice du réseau de lecture publique qui travaille actuellement au secrétariat général du Ministère de la Culture. C'est le cas également De la seconde série d'intervention cherchant à imaginer le centre culturel de demain à partir des exemples étrangers danois (Jannick Mulvad, consultant informatique et concepteur de la Children’s Interactive Library à Aarhus au Danemark), anglais (Sergio Dogliani, inventeur et directeur général des Idea Store) mais également français avec cette structure impressionnante qu'est le Cube.

De quoi se replonger et prolonger les réflexions qui entourent notre profession.

samedi 5 septembre 2009

Kérity, la maison des contes

Le 9 décembre prochain devrait paraître Kérity, la maison des contes, un film animé français de Rebecca Dautremer réalisé par Dominique Monferry dont voici le Synopsys :

Natanaël a bientôt 7 ans mais il ne sait toujours pas lire... lorsque sa tante Éléonore lui lègue sa bibliothèque contenant des centaines de livres, Natanaël est très déçu ! Pourtant chacun de ces contes va livrer un merveilleux secret : à la nuit tombée les petits héros, la délicieuse Alice, la méchante fée Carabosse, le terrible capitaine Crochet, sortent des livres. Ils doivent prévenir Natanaël qu'ils courent un grand danger et qu'ils risquent de disparaître à jamais. Pour sauver ses minuscules amis et leurs histoires, Natanël, rétréci par la fée Carabosse, se lance dans l'aventure ! Il affrontera vaillamment le très fourbe Pictou, les crabes géants, l'Ogre affamé... Arrivera-t-il à temps à lire la formule magique qui els sauvera tous ? Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas !

vendredi 4 septembre 2009

ICDL mobile

L'International Children's Digital Library (ICDL) est l'une des collections les plus importantes au monde en littérature de jeunesse gratuitement disponible sur internet. (cf.)

Depuis près d'un an déjà, l'ICDL propose également une interface accessible pour les téléphones mobiles et plus spécialement l'iPhone. Disponible gratuitement dans l'App Store d'Apple, cette application permet aux usagers de profiter de l'interface interactive du téléphone pour lire une sélection de livres de jeunesse provenant des collection de la bibliothèque, riche de milliers d'histoire provenant d'une soixantaine de pays. Ces livres peuvent être lu dans leur langue d'origine ou en anglais.

L'application d'iPhone utilise la technologie ClearText censée permettre aux utilisateurs de lire confortablement les livres abondamment illustrés de la littérature pour enfants, y compris sur des écrans de téléphones mobiles donc.

L'application, mise à jour en même temps que l'ICDL par wifi ou par le réseau 3G offrant un accès au contenu offline par la suite (y compris en mode avion), propose également :

  • Offline reading -- access the International Children's Library to read on and offline
  • Online reading -- linkage to the full ICDL collection which has over 3,000 titles in 48 languages representing 60 countries
  • Simple navigation -- view books with engaging animations quickly
  • One or two page view -- takes advantage of iPhone's "auto-rotation" feature
  • ClearText -- allowing exceptionally clear text in the context of highly illustrated pages

Cette application a été développée par l'International Children's Digital Library Foundation avec le soutien de l'University of Maryland's Human-Computer Interaction Lab.

lundi 1 juin 2009

Livres de jeunesse numérisés

Connaissiez-vous la Baldwin Library of Historical Children's Literature de l'université de Floride ?

Il s'agit d'une collection numérisée de quelques 100 000 livres pour enfants publiés au Royaume-Uni et aux Etats-Unis depuis le XVIIIe siècle à nos jours. Il s'agit de la seconde collection en termes d'importance sur le sujet de tous les Etats-Unis.

his vast assemblage of literature printed primarily for children offers an equally vast territory of topics for the researcher to explore: education and upbringing, family and gender roles, civic values, racial, religious, and moral attitudes, literary style and format, and the arts of illustration and book design.

Les livres proposés sont classés en différents genres : livres d'alphabets, livres en vers, Bildungsromane (une histoire qui évoque l'évolution morale et psychologique du personnage), histoire centrées sur la famille, histoires qui se passent à l'école, catalogues d'éditeurs, illustration à la main, et livres-jouet (pop-up etc.).

D'autres bibliothèques de livres pour enfants numérisés :

International Children's Digital Library : A collection of of books that represents outstanding historical and contemporary books from throughout the world.  

Internet Archive Children's Library : Books for children from around the world. 

Blog Vintage kids' books my kid loves

Voir aussi l'exposition virtuelle à la BnF "Babar, Harry Potter et Compagnie Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui"

Présentation vidéo de l'exposition réelle :

mardi 20 mai 2008

A propos de mon travail de maîtrise sur la littérature de jeunesse


Un billet qui n'a rien à voir avec les bibliothèques, pour une fois.

J'ai produit alors que j'étais en maîtrise SID à Lille 3 en 2002 un travail universitaire sur les représentations de "l'homosexualité dans la littérature de jeunesse". Stricto sensu, ce travail n'est pas cependant un travail universitaire : il a été réalisé au courant de l'été, tant pour moi-même que pour enrichir le site web de Lille 3 jeunesse et n'a donc pas été réellement évalué par l'appareil universitaire, si ce n'est de manière informelle ou détournée : j'ai été invité à en faire une présentation lors d'une journée d'étude sur les adolescent et la lecture, d'une part, et d'autre part il est effectivement longtemps resté en ligne sur le site en question.

J'ai travaillé sur les représentations de l'homosexualité que pouvait transmettre la littérature de jeunesse en terme d'identification pour de jeunes adolescents homosexuels ou en terme de reconnaissance pour les autres.

Sincèrement, ce travail a ses défauts évidemment comme peut l'être un mémoire d'un étudiant non suivi de surcroît (parties légèrement répétitives, limites du corpus probablement mal définies ou mal respectées), mais j'en étais et je demeure fier de l'avoir produit. D'autant qu'il faisait figure de travail pionnier à l'époque où le sujet n'avait pas été -à ma connaissance du moins- encore défriché. J'y analysais un peu moins d'une cinquantaine de titres que j'estimais alors quasi-exhaustif de la production sur le sujet. Le mémoire a par ailleurs reçu un accueil plutôt enthousiaste à ma grande surprise, a été cité dans nombre de bibliographies sur le genre et les sexualités, ou sur des sites spécialisés comme HomoEdu, les Altersexualités ou HomoLibris.

Jusqu'ici pas trop de soucis. Et puis survint deux problèmes.

Le premier fut la disparition de mon travail lors de la refonte du site de Lille 3 Jeunesse. Quelque part, c'est normal : il ne s'agissait pas vraiment d'un travail universitaire comme je l'expliquais même s'il en prenait la forme. Néanmoins, ça m'a ennuyé. Je considère que ce mémoire avait pleinement sa part parmi les autres travaux estudiantins dont il prenait de surcroît la forme et l'apparence. Par ailleurs, les liens des sites suscités sont devenus tous caduques ce qui est franchement gênant. J'ai contacté les collègues en question afin de proposer de nouveau mon travail, et espère qu'il revienne en ligne rapidement.

Le second est la parution récente d'un ouvrage portant sur le même sujet, pratiquement -et pour cause- le même corpus (une trentaine ouvrages en français parus entre 1989 et 2003 dans des collections jeunesse), avec les mêmes finalités que mon travail, la même problématique d'identification et de reconnaissance, peu ou prou les mêmes exemples et la même construction (figures de l'homosexualité, Sida, homoparentalité...). Alors évidemment, cet essai se veut bien plus développé que ma "mini-thèse" -c'était le nom du travail universitaire à rendre, d'autant qu'il se veut réécriture d'une thèse (une vraie celle-là), évidemment son analyse est bien plus poussée que la mienne, lui qui invoque des sommités comme Eve Kosofsky Sedgwyck, Didier Éribon, Judith Butler pour étayer son propos, évidemment il invoque des procédés d'analyses littéraires qui me font défaut... mais j'ai quand même ressenti un petit pincement car j'ai le sentiment qu'il s'est profondément inspiré de mon travail. Certes, ce dernier était libre de réutilisation, certes mon nom apparaît dans la bibliographie mais je ne sais pas. Je me sens un peu dépossédé de ce que j'ai produit...

Bref, j'ai eut envie de remettre mon travail en ligne. Il y a désormais plus complet, mais ça me tenait à coeur. Aussi, le voici :


[EDIT] : l'adresse du travail sur le site de lille3 jeunesse : http://jeunet.univ-lille3.fr/article.php3?id_article=1103

mercredi 31 janvier 2007

International Children’s Digital Library

L’International Children’s Digital Library est un site regroupant les versions d'un nombre impressionnant de livres pour enfants.



L'interface de recherche a spécialement été étudiée pour les enfants qui propose de gros boutons colorés et des possibilités de tris selon l'âge, la couleur de la couverture, lse types de personnages (enfants, animaux, imaginaires), l'épaisseur du livre, la présence ou non d'images (si c'est un album donc), la véracité de l'histoire, une histoire triste ou heureuse, le type d'histoire etc. Le choix est énorme. Il est possible encore de limiter les recherches aux collections, de choisir la langue de l'ouvrage ou de préciser ses critères de recherche dans une interface avancée. L'interface est également proposée en français.

La bibliothèque a été créée en 2003 par une équipe de recherche pluridisciplinaire de l'Université du Maryland comprenant des informaticiens, des bibliothécaires, des spécialistes de technologies de l'éducation, des enseignants, des designers et des étudiants, ce avec le soutien d'Internet Archive. Ils sont aidés en cela par une kidsteam, un groupe d'enfants venant de nombreux pays.

Elle est maintenue par une fondation dont la mission est :

The mission of the International Children's Digital Library Foundation (ICDL Foundation) is to support the world's children in becoming effective members of the global community - who exhibit tolerance and respect for diverse cultures, languages and ideas -- by making the best in children's literature available online free of charge. The Foundation pursues its vision by building a digital library of outstanding children's books from around the world and supporting communities of children and adults in exploring and using this literature through innovative technology designed in close partnership with children for children. The ICDL Foundation is a non-profit corporation.

En gros, aider à ce que les enfants deviennent des membres actifs d'une communauté mondiale tolérente et respectueuse en leur proposant gratuitement accès au meilleur de la littérature pour enfant. La fondation poursuit ses recherches dans quatre directions : collections, éducation, technologies et performance (business en anglais mais je ne pense pas trop me tromper dans la traduction au su du développement).

A ce titre, de nombreuses études ont été publiées sur le projet dont ladernière en date a pour titre : Children’s Interests and Concerns when using the International Children’s Digital Library: A Four Country Case Study par A Druin, A Weeks, S. Massey, B. Bederson (January 2007). Le résumé en anglais rapporte :

This paper presents a case study of 12 children who used the International Children’s Digital Library (ICDL) over four years and live in one of four countries: Germany, Honduras, New Zealand, and the United States. By conducting interviews and classroom observations, along with collecting drawings, book reviews, and work samples, this study describes how these children were interested in books, libraries, technology and the world around them. Findings from this study include: these young people increased the variety of books they read online; still preferred physical interactions with books for reading, but appreciated the searching tools online; still valued their physical libraries as spaces for social interaction and reading; showed increased reading motivation; and showed interest in exploring different cultures.

Source: HCIL (Univ. of Marylan)

Selon l'étude, les enfants utilisant l'ICDL préfèrent le contact physique avec le livre mais sont plus familier avec les outils de recherche en ligne. Ils considèrent leurs bibliothèques comme des espaces de lectures et d'interactions sociales, sont plus motivés pour lire et montrent de l'intérêt dans la découverte d'autres cultures.

J'en profite rapidement pour illustrer ce billet et vous montrer cet librairie pour enfants à Pékin. Elle s'appelle "La république des enfants" :


page 2 de 2 -