Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - ministère de la culture

Fil des billets

lundi 14 décembre 2009

Organisation du Ministère de la Culture.

Le JORF n°0265 du 15 novembre 2009 a vu la publication du Décret n° 2009-1393 du 11 novembre 2009 relatif aux missions et à l'organisation de l'administration centrale du ministère de la culture et de la communication.

Ce décret d'application entérine la réorganisation du ministère en trois grandes direction :

Article 1:
L'administration centrale du ministère chargé de la culture comprend, outre l'inspection générale des affaires culturelles, le haut fonctionnaire de défense et de sécurité, la délégation générale à la langue française et aux langues de France, le département de l'information et de la communication et le bureau du cabinet, directement rattachés au ministre :
1° Le secrétariat général ;
2° Les directions générales suivantes :
― la direction générale des patrimoines ;
― la direction générale de la création artistique ;
― la direction générale des médias et des industries culturelles.

Les bibliothèques se retrouvent donc dans la troisième et dernière direction générale, celle des médias et industries culturelles. En soi, rien de bien nouveau (et là aussi). Elles apparaissent au sein de l'article 5 (C'est moi qui souligne en gras) :

Article 5 :
La direction générale des médias et des industries culturelles définit, met en œuvre et évalue la politique de l'Etat en faveur du développement et du pluralisme des médias, de l'industrie publicitaire, de l'ensemble des services de communication au public par voie électronique, de l'industrie phonographique, du livre et de la lecture et de l'économie culturelle. Elle suit les activités du Centre national de la cinématographie.
I. ― Dans ce cadre, elle contribue à définir, mettre en œuvre et évaluer les conditions du développement des industries de diffusion et de production de contenus culturels.
Elle participe à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique de l'Etat en faveur de l'action audiovisuelle extérieure de la France.
Elle contribue aux travaux d'étude et d'évaluation économiques et de recherche, ainsi que de veille et d'expertise sur l'évolution des technologies numériques, dans son champ d'activités.
Elle veille à l'équilibre entre les différents acteurs qui interviennent dans le domaine du livre et, à ce titre, au développement de l'économie du livre, en France et à l'étranger. Elle favorise le développement de la lecture et procède à l'évaluation des politiques dans le domaine de la lecture publique. Elle contribue à la modernisation des bibliothèques et des médiathèques, et notamment au renforcement des réseaux et services de coopération, ainsi qu'à la formation de leurs personnels. Elle veille à la conservation, à l'enrichissement et à la valorisation du patrimoine des bibliothèques et des médiathèques. Elle exerce le contrôle technique de l'État sur les bibliothèques et les médiathèques des collectivités territoriales.

On craignait une orientation trop économique des politiques du livre, il me semble que ce n'est pas tellement le cas. Je suis content de voir apparaître des notions comme le renforcement des réseaux (même si en soi c'est assez flou) ou la formation des personnels alors que tous les professionnels déplorent la mise à sac de la formation des personnels justement à commencer par les bibliothécaires territoriaux (formation réduite à une peau de chagrin de cinq jours depuis le décret n° 2008-512 du 29 mai 2008 sur la formation des fonctionnaires, cf art. 7 du Décret n°91-845 du 2 septembre 1991 portant statut particulier du cadre d'emplois des bibliothécaires territoriaux). 

L'article 5 poursuit également :

IV. ― Le directeur général des médias et des industries culturelles est assisté d'un directeur adjoint qui peut être chargé du livre et de la lecture ou des médias, ainsi que d'une mission transversale au sein de la direction générale

Il ne faudra plus donc parler de la direction du livre et de la lecture (DLL) mais évoquer la direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC ?) (art.8).

Oui, je sais, c'est moche. ^_^

mardi 10 mars 2009

Des mots, des mots en francophonie

Alors que tout le monde parle du printemps des poètes qui a lieu en ce moment même du 02 au 15 mars, il n'en faut pas oublier que le semaine suivante est la semaine de la francophonie : une semaine qui met notre langue à l'honneur et qui se voit cette année, placée sous le signe de l'avenir.

Il s'agira de montrer que demain peut se dire en français et que notre langue dispose de toutes les ressources nécessaires pour s’adapter aux évolutions du monde. Qu’ils relèvent de la science et des techniques ou qu'ils expriment un regard sur le monde, les dix mots choisis illustrent la capacité de notre langue à dire et à imaginer l'avenir

Tous les ans, dix mots sont ainsi mis à l'honneur, parfois choisis par des hommes et femmes de sciences comme en 2005, parfois l'occasion de mettre un écrivain à l'honneur comme Sédar Senghor en 2006, l'occasion également de partir à la rencontre d'autres cultures comme en 2007 à la suite d'écrivains francophones.

Wordle: semaine-francophonie

La Semaine prend place en 2009 dans le cadre des manifestations organisées pour célébrer le 50e anniversaire de la création du ministère de la Culture et certains des dix mots choisis, apprend-on, renvoient à ses principaux domaines de compétence : le patrimoine (pérenne), la création (désirer, transformer, vision), les industries culturelles (clic, capteur, compatible)...

Cette année, les mots retenus évoquent l'avenir. Certes, quand on voit les signatures au bas du livret, on se sent moins enjoué, mais je voudrais en profiter pour revenir sur une initiative proposée déjà précédemment ici. Je vous propose donc de vous emparer de ces mots et de proposer un texte, une poésie pourquoi pas en référence au Printemps des poètes, une petite création littéraire contenant ces mots imposés. Un petit jeu OuLiPien en somme. Vous êtes partant ? La semaine se termine le 20 mars avec la journée mondiale de la francophonie. L'occasion alors de réunir toutes ces créations et de prendre plaisir à leur (re)lecture, tout simplement.

samedi 10 mars 2007

Catalogues et répertoires


Le site du ministère de la Culture propose des liens vers un certain nombre de bases de données parmi lesquelles une dizaine portant sur le livre et la lecture. Je vous en présente ici quelques unes

  • Je passe sur les catalogues des grands établissements pour m'arrêter un instant sur un base qui propose les adresses de 4 170 bibliothèques publiques (BDP et BM), à savoir les coordonnées postales, la présence d'un site internet et la composition du fonds. La recherche est possible selon le nom de la commune, celui de la région, le nom ou le numéro du département, le type d’établissement ou son intitulé (ex : le nom de l’établissement : " Elsa Triolet ", etc). Une ressource utile je pense pour les récents admis aux concours des bibliothèques. Il est également précisé que des notices plus détaillées sur les bibliothèques de grandes villes sont consultables via le Catalogue Collectif de France, Répertoire national des bibliothèques et centres de documentation. Cette base me fait penser à cette base proposant de feuilleter sur son PC les manuscrits de la bibliothèque municipale de Nantes et que vient de présenter Klog
  • Autres ressources intéressantes, les bases Enluminures et Mandragores, consacrées toutes deux aux éléments de décors et aux manuscrits du Moyen-âge, la première venant d'ouvrages conservés dans les bibliothèques municipales, la seconde à partir de ceux conservés au département des Manuscrit de la Bibliothèque nationale de France. Enluminures propose plus de 80 000 images, Mandragore 120.000 notices indexées dont plus de 30.000 sont accompagnées d’images numérisées immédiatement consultables.
  • Enfin, la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes et le ministère de la Culture ont présenté en 2005 un site intitulé, Bibliothèques pûbliques : 20 années de construction en Rhône-Alpes 1986-2005 (soit peu ou prou depuis l'entrée en vigueur des lois sur la décentralisation). Une initiative censée rappeler l'engagement de l'Etat (250 bibliothèques municipales, intercommununales ou départementales ont été construites pendant ces deux décennies) dans les zones urbaines mais également via un programme des « Médiathèques de proximité ». Vingt bibliothèques dites "remarquables" ont également été mises en exergue en ce qu'elles symbolisent ces vongt années de construction et se voient représentatives des réussites alors établies. Pour chacune est détaillé le programme, l'architecture et donné des photos.