Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - normes et formats

Fil des billets

mardi 6 novembre 2012

Services augmentés pour les publics handicapés

On apprend sur le site de Proxima Mobile que des chercheurs du MIT auraient mis au point une bague équipée d’une microcaméra servant à prendre des photos d’un objet pour en obtenir une description vocale : eyering (Voir vidéo)

Destinée aux personnes non-voyantes, cette bague permettrait, en pointant du doigt un objet de savoir de quel type d’objet il s’agit, sa couleur ou même son prix. Les données recueillies par la caméra sont analysées par une application de reconnaissance d’images qui décrit vocalement l’objet identifié. Les concepteurs de ce projet se proposent, à terme, d’analyser des vidéos en temps réel afin qu’EyeRing puisse remplacer la canne des non-voyants.

1. Des mobiles accessibles ?

Sans aller jusque là, il apparaît indéniable que les smartphones depuis l'apparition des nouveaux OS (iOS pour l'iPhone et leurs concurrents sous Android) de nouvelles possibilités sont apparues, les derniers modèles intégrant nativement un grand nombre de nouvelles fonctionnalités facilitant l'utilisation de leur appareil d'une part et de ses applications d'autre part par les usagers empêchés. Récemment de nouvelles applications spécifiques sont développées à l'instar de BlindSquare pour iOS, une appli qui associe la géolocalisation, synthèse vocale et les bases de données publiques pour guider les usagers déficients visuels et leur fournir l'information recherchée. L'occasion de rappeler combien l'ouverture des données est cruciale aujourd'hui.

On trouvera plus largement chez Apple un lecteur d’écran (VoiceOver), un agrandisseur d'écran (Zoom) ainsi qu’un générateur d’alertes visuelles pour les malentendants chez Apple. On trouvera également des applications de dictaphone pour ses mémos voire, sur iPhone4, la prise en charge des afficheurs braille sans fil et des tableaux brailles internationaux (cf. aussi). Tandis que le projet open-source "Eyes-free" de Google se propose d'utiliser son appareil "sans les yeux", par simple toucher-glisser d'écran, en utilisant la boussole pour entrer textes et nombres, grâce à une synthèse vocale ou encore via un système « haptique » de retour d’informations tactiles sous formes de vibrations.

Pour les personnes à mobilité réduite, Proxima Mobile propose l'application Jaccede Mobile, une application qui permet, grâce à la géolocalisation, d' afficher les lieux publics accessibles à proximité,
d'ajouter facilement des lieux accessibles et d' enrichir les fiches de lieux déjà référencées. Plus largement, de nombreuses applications peuvent permettre d'assister les personnes ayant des problèmes de motricités ou des problèmes d'apprentissage.

2. Livres numériques et accessibilité

Luc Maumet, responsable de la Médiathèque Valentin Haüy, spécialisé dans les services pour les publics empêchés de lire, je le rappelle, propose un blog très intéressant sur les solutions numériques d'accès à l'écrit : Nouvelles lectures

Il y souligne entre autre combien l'arrivée des livres numériques est une chance pour augmenter l'accès à l'écrit des personnes empêchées en proposant des technologies accessibles financièrement et simples à utiliser. Grâce aux formats EPUB et DAISY, les livres numériques rendent accessible de la même manière un ouvrage à une personne souffrant de handicap qu'à une autre n'en souffrant pas. C'est notamment dans cette optique que travaille le consortium DAISY (cf. aussi ce diaporama présenté au dernier congrès de l'IFLA présentant le consortium). Remarquons au passage que ces développements ne se font pas sans difficultés que ce soit en terme d'offre -toujours faible, même si des bibliothèques de libres numériques existent- ou tout simplement de dispositif de lecture où les verrous numérique, pour certains, créent une situation pour le moins paradoxale : les contenus accessibles existent mais sont rendus inaccessibles par ces DRM.

Les technologies aujourd'hui nous permettent d'amoindrir les difficultés rencontrées par les personnes handicapées. L'utilisation de tablettes peuvent nous permettre de repenser nos services et de proposer de nouvelles animations, l'achat de ressources numériques dans un format accessible représentent un premier pas pour rendre accessibles à tous nos collections et nous permettre également de mieux accueillir l'ensemble des publics desservis par nos établissements. Cela pose de nombreuses questions cependant en terme d'accès, et poussent nos établissements à s'intéresser aux notions d'open data, de logiciels d'open source, et autres questions autour de la libre circulation du savoir mais ce n'en est que plus intéressant.

Combien de bibliothèques proposent un portail d'accès spécifique à l'instar de ce que propose la Bm de Lyon ? 

Voir également :

  • Le blog Nouvelles Lectures, de Luc Maumet
  • Les actualités de la catégorie consacrée au handicap sur le site Proxima Mobile
  • Plus largement, pour les publics handicapés et les bibliothèques, la fiche du dictionnaire de l'enssib.
  • Le site Handicap.fr



vendredi 2 septembre 2011

Les FRBR sur RéVOdoc

Le catalogue de la BDP du Val d'Oise intègre désormais les FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Spécifications fonctionnelles des notices bibliographiques), un modèle conceptuel de données bibliographiques élaboré par un groupe d’experts de l’IFLA dans les années 90.

Mme Crépin, célèbre usager de la BDP veut lire "Crimes et Châtiments" mais le catalogue affiche près de 60 pages de notices. Comment faire pour la guider au milieu de tous ces doublons ? Heureusement, la fée RBR est là.


Sketch: RBR par CGValdOise

Un sketch avec, entre autres, la star des bibliothèques, Dominique Lahary.

Précisons que FRBR n'est pas un ISBD ni même code de catalogage. Les FRBR se situant au niveau conceptuel, n’ont aucun caractère prescriptif, et ne vous disent pas comment enregistrer l’information bibliographique dans la pratique quotidienne. D'où l'intérêt de RDA (Ressources : Description et Accès).

La BDP du Val d'Oise n'en est pas à son premier essai, en témoigne le sketch ci-dessous qui présente le catalogue RéVOdoc et la réserve départementale de prêt.

Quand la BDP revisite un genre : l'infodivertissement !


Sketch: RéVOdoc par CGValdOise

lundi 2 mai 2011

Normes et standards pour la réalité augmentée

Il existe des normes et des standards de formats pour la réalité augmentée. A ce sujet, une communauté s'est récemment formée autour de ces questions, sans réelle structure administrative pour l'instant. Les contributeurs se contentent de rassembler informations et de les discuter.

Les membres de cette communauté se sont réunit récemment (en février dernier) à Barcelone. Nombre de discussion et de rencontres ont eu lieu à cette occasion dont vous pouvez prendre connaissance sur le site dédié. Les sujets ont évoqué des questions autour des navigateurs, de formats existants, de cadres de travail, d'hardware ou d'interface usagers. La prochaine réunion se fera en juin au cours du Open Geospatial Consortium de Taïwan.