Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - politique

Fil des billets

jeudi 28 février 2013

Quid après le plan Pécresse ?

Sur le site de l'Officiel de la Recherche et du Supérieur, on peut découvrir un article de Clarisse Jay revenant sur le bilan, trois ans après, du plan Pécresse pour les bibliothèques universitaires.

Pour rappel, le plan Pécresse [pdf] prévoyait cinq grandes orientations :
  1. Plus de bibliothèques ouvertes dès les vacances de Pâques 2010
  2. Des bibliothèques labellisées « NoctamBU »,
  3. Plus d’ouvrages en accès libre grâce au développement du numérique,
  4. Une politique documentaire renforcée
  5. Des bibliothèques plus fonctionnelles

Revenant sur ces différents dispositifs, l'article prend à contre-pied le rapport de l'Inspection générale des bibliothèques sur l'extension des horaires d'ouvertures [pdf], l'un des objectifs de ce plan, dont les conclusions étaient mitigées, pour souligner l'accroissement des heures d'ouverture hebdomadaires(de 57h en 2010 à 61h en moyenne) d'une part et d'autre part rappeler que 52 bibliothèques sont labellisées « NoctamBU » contre 34 en février 2010. Ce label, faut-il le rappeler, signale les bibliothèques ouvrant 65h et plus par semaine, 65h d'ouverture étant compris comme le standard européen. 

Bien sûr, le plan allait plus loin puisqu'il préconisait une plus grande mutualisation des politiques de sites, la mise en œuvre de plans de conservation partagée ou des stockages en silos, ou encore l'amélioration de la gouvernance des bibliothèques interuniversitaires mais il est vrai que c'est surtout autour de ce premier point que semblent s'être concentrés les efforts, y compris dans les critères d’évaluation des politiques documentaires par l’AERES.

Aujourd'hui, le nouveau Ministère, poursuit l'article, estime que le « plan Pécresse n'existe plus en tant que tel » et lui préfère le suivi d'une politique documentaire :

"Avec comme priorités la Bibliothèque scientifique numérique (BSN), une très grande infrastructure de recherche qui vise à permettre à l'ensemble des acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche d'accéder à une offre de ressources scientifiques répondant aux standards internationaux ; la mise en place du projet Istex (initiative d'excellence de l'information scientifique et technique) issue du programme d'investissements d'avenir ; la mutualisation et les bibliothèques interuniversitaires ; ainsi que l'articulation entre réussite des étudiants et documentation conjointement avec l'ADBU et (...) une [nécessaire] coopération entre bibliothécaires et enseignants-chercheurs."

mercredi 21 janvier 2009

Le flux RSS de la SDBIS

Tout a fait fortuitement, je viens de me rendre compte que la SDBIS, sous-direction des bibliothèques et de l'information scientifique, proposait un flux rss sur son site internet depuis octobre dernier !

Discrètement, cette page a reçu ces derniers mois un sérieux lifting et une remise en forme appréciable. Cette page qui ne paie pas de mine est en fait une véritable mine d'or pour qui chercherait des informations sur le monde des bibliothèques dans l'enseignement supérieur :

Et le flux RSS alors ? Il propose pour l'instant des informations sur les nouveautés qui interviennent sur le site, à savoir l'inscription de nouveaux événements et conférences du calendrier des conférences internationales professionnelles (il y a un page de comptes-rendus de congrès aussi), ou lorsqu'il y a de nouvelles entrées dans la liste d'archives ouvertes et institutionnelles des établissements d'enseignement supérieur et de recherche français.

De quoi se tenir au courant de ces petites nouveautés qui ont tendance à passer inaperçues.

Enfin, à l'heure où l'ABF s'alarme de la disparition programmée de la "sous-direction des bibliothèques" et en appelle directement à Valérie Pécresse, on ne peut qu'espérer que de tels outils demeure à la disposition des professionnels de l'information et des bibliothèques.

mardi 20 janvier 2009

Maison Blanche 2.0

Change has come to America.



Michelle Blanc nous fait suivre un lien : L'équipe digitale de Barack Obama ne perd pas de temps !

D'après Eric Baillargeon, un blog est apparu sur le site de la maison blanche une minute seulement après le début de la déclaration de serment du nouveau président américain. Sur http://www.whitehouse.gov/blog/, les premiers billets, rédigés par Macon Phillips, the Director of New Media for the White House and one of the people who will be contributing to the blog, évoquent ainsi des changements dans la politique de communication officielle, centrant cette dernière autour des concepts de communication, transparence et de participation, recquérant les commentaires des internautes sur des textes officiels : we will publish all non-emergency legislation to the website for five days, and allow the public to review and comment before the President signs it. Les autres billets reprennent des discours d'Obama, et la proclamation du 20 janvier comme "Jour national de la réconciliation et du renouveau".

Par ailleurs, le site entier de la maison blanche est maintenant sous licence Creative Commons :

Pursuant to federal law, government-produced materials appearing on this site are not copyright protected. The United States Government may receive and hold copyrights transferred to it by assignment, bequest, or otherwise.

Except where otherwise noted, third-party content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License. Visitors to this website agree to grant a non-exclusive, irrevocable, royalty-free license to the rest of the world for their submissions to Whitehouse.gov under the Creative Commons Attribution 3.0 License.


Déjà, avant l'investiture, le bureau du président-élu avait lancé une procédure de consultation des citoyens (également sous licence creative commons, OpenID et application pour Iphone) sur des thèmes tels que l'économie, l'éducation, l'environnement, l'énergie, la politique étrangère, la santé, la sécurité, les services publics, les technologies, les vétérans, en proposant un site appelé Citizen’s Briefing Book.

Thank you for sharing your ideas on the issues facing the new administration. Over 125,000 users submitted over 44,000 ideas and cast over 1.4 million votes. The best rated ideas will be gathered into a Citizen's Briefing Book to be delivered to President Obama after he is sworn in.

Certes. Parmi les questions les plus populaires, on trouve :

  1. Ending Marijuana Prohibition
  2. Commit to becoming the “Greenest” country in the world.
  3. Stop using federal resources to undermine states' medicinal marijuana laws
  4. An end to the government sponsored abstinence education to be replaced by an introduction of age appropriate sex education.
  5. Bullet Trains & Light Rail

Sous la rubrique «votre siège à la table des discussions», le site publie aussi le contenu des conversations entre l'équipe de transition et des associations, permettant aux internautes d'apporter leurs commentaires.


De fait, dans son article Obama ouvre la voie du gouvernement 2.0, Michelle Blanc rappelle que ce "gouvernement 2.0" consisterait en partager de l’information interne, créer puis nourrir une relation avec les entités non gouvernementales et rendre le pouvoir aux citoyens, ce en quoi participe directement l'idée de consultation suscitée.

Je termine avec ce nuage de tags à partir des mots clefs du discours de Barrack Obama lors de son investiture. En cliquant sur l'image, vous serez redirigez vers une étude comparée des discours inauguraux des quatre derniers présidents américains : Obama, Bush, Clinton et Reagan.

vendredi 16 février 2007

Second Life à la mode

Pour entamer le week-end, des petites nouvelles du monde virtuel cette fois loin de toute bibliothéconomie...

1.Selon FredCavazza, Linden Lab, l'organisme qui gère Second Life, viendrait de publier ses statistiques pour janvier 2007. Dans ces dernières, on découvre que les résidents français de Second Life représente 12,3 % de la population totale soit la deuxième plus grosse population derrière les Etats-Unis. Les pays européens totalisent près de 53 %. Pour information, Second Life se targue de 3.5 millions d'habitants, dont plus 1 million s'est loggué au cours du mois précédent.



2. La Suède est le premier pays à ouvrir une ambassade dans ce monde virtuel. Le but n'est évidemment pas de fournir des passeports ou des visas à l'instar de n'importe quelle ambassade mais bien de servir un véritable portail d'information sur le pays expliquant comment obtenir un passeport dans la "vraie" vie ou proposant des liens vers des sites internets sur la nation. Parallèlement, une île appelée la "Seconde Suède" a été ouverte sur l'initiative d'un entrepreneur suédois qui explique :

Second Sweden is not only intended to be a place where Swedes can live, where tourists can come and see why their next vacation should be spent on a moose safari or in the archipelago - it's also a place where scientists can try their thesis, where architects can show their latests creations and where we will try to show how changes in the way we live today might give us a better environment.

3. La maison Dior lance sa nouvelle collection de bijoux en avant-première dans Second Life. Créée par Victoire de Castellane, cette collection est visible sur l’île de Belladone Island et, dans le monde réel, elle ne le sera à l'Orangerie, à Paris, qu'à partir du 27 janvier. D'après La Presse, citée par Michel Leblanc sur son blog :

Selon la même source, «il n’y a pas de plan marketing derrière» cette initiative de Victoire de Castellane qui crée depuis 1999 pour Dior des bijoux volumineux et extravagants. La collection, dont les prix vont de 150 000 à 1,2 million d’euros, ne peut pas être achetée sur Second Life et aucun lien avec le site Dior n’est prévu.

Il s’agissait d’être «ludique toujours» et de trouver «un écrin ultra-contemporain» pour la collection, baptisée «Belladone Island» et conçue «autour du thème de la nature» et de «femmes-plantes très sensuelles qui envoûtent les hommes et se nourrissent d’eux», a-t-on précisé chez Dior.



By the way, voici quelques marques célèbres qui ont investi SL : Adidas, Amazon, AOL, BBC Radio 1, BNP Paribas, Channel 10 (Microsoft), CNET, Dell, Duran Duran (le groupe de musique), IBM, Nissan, Reebok, Reuters, Sony, Sun Microsystems, Toyota (et sa voiture Scion), Warner Bros Music, Wired Magazine... Une liste est même disponible sur Wikipédia.

4. Hogwart a disparu. J'avais trouvé un groupe et une île qui voulait recréer l'ambiance des livres de jeune sorcier mais l'île et ses bâtiments ont disparu alors même que venaient d'être créés une allée consacrée à la magie noire. Il semblerait qu'une histoire de gros sous soit derrière tout cela, à savoir que le bail de l'île était arrivé à échéance. C'est dommage car on pouvait apprendre des sorts et les utiliser, lancer les trois sorts interdits, se balader dans le village qui jouxte le château... Le groupe afférent est lui toujours actif mais n'a plus de réelle raison d'être.

Pourtant, d'autres lieux obtiennent plus de succès à l'instar de nombreuses zones issues de l'univers de Star Wars. Vous pouvez ainsi vous balader sur Tatooine (zone de combats) ou retrouver la hutte de Yoda sur sa planète marécageuse. Ci après, c'est la Bibliothèque de Anoi (ou un truc dans le genre ^^) que mon avatar vous présente. Elle contient toutes les informations indispensables et moins importantes que vous devez savoir sur Star Wars (comment devenir Jedi, les différentes races, etc.). Habits et sabres lasers sont évidemment en vente un peu partout. Dans la plupart de ces zones à thème, un minimum de roleplay est demandé aux joueurs de façon à respecter l'ambiance des lieux.

Snapshot_003.bmp

5. La campagne présientielle française se déroule aussi dans Second Life. En effet, le Front National a été le premier à ouvrir une permanence dans le monde virtuel et possèderait déjà un bâtiment imposant. En réaction, des français se sont organisés en groupes et manifestent pour bouter l'extrême-droite hors du monde. De son côté, Ségolène Royal, déjà la cible de plaisantins ayant créé un avatar, "SuperSégo" la parodiant et reprenant ses discours a pris elle-même les choses en main. Mi janvier, en effet, elle lançait officiellement un comité de campagne sur Second Life. Si la permanence n'est pas une initiative directe de Ségolène Royal, la candidate s'est pourtant empressée d'enregistrer un message vidéo appuyant la création de ce « 748e comité de soutien ». On peut donc assister à des meetings virtuels, avec quelques dizaines d'autres avatars, ou repartir avec un t-shirt virtuel offert, portant l'inscription « Segolène Royal pour la France ».