Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - préservation

Fil des billets

jeudi 3 septembre 2009

Enquête nationale sur la conservation aux Pays-Bas

La Netherlands Coalition for Digital Preservation vient de rendre publique les résultats d'une enquête nationale sur la conservation des documents numériques menée en juillet 2009. Le résumé d'une vingtaine de pages et intitulé, en anglais, "A future for our digital memory: permanent access to digital information in the Netherlands", est disponible en ligne à l'adresse : http://www.ncdd.nl/en/activiteiten-natverkenning.php tandis que le rapport lui-même, en hollandais, est disponible à l'adtresse : http://www.ncdd.nl/activiteiten-natverkenning.php.


In order to underpin its strategy, the NCDD [
Nationale Coalitie Digitale Duurzaamheid] decided build a detailed picture of the current situation in the public sector in the Netherlands. Can institutions or domains be identified which have successfully risen to the challenge of digital preservation and permanent access? What categories of data are in danger of being lost? How can the risks be managed?  The so-called National Digital Preservation Survey was funded by the Ministry of Ministry of Education, Culture and Science, and was held in the first six months of 2009.

A team of three researchers conducted some seventy interviews with stakeholders in three distinct sectors: government & archives, the research community, and cultural heritage institutions.

Le résumé en anglais du rapport se compose de six parties :

  1. The Dutch National Digital Preservation Survey
  2. The three sectors: reasons for preserving information and division of responsibilities
  3. Preserving digital information: requirements and guidelines
  4. The Dutch public sector and digital preservation in practice
  5. Costs and funding
  6. Prospects for (cross‐sectoral) cooperation in the Netherlands
  7. Conclusions and recommendations

En gros, l'enquête montre que les politiques de préservations numériques sont insuffisantes aux Pays-Bas et qu'il conviendrait de mettre en place un réseau d'infrastructures dédiées à la préservation et la diffusion des objets numériques sur le long terme pour éviter une perte d'information.

The members of the Netherlands Coalition for Digital Preservation wish to join forces to facilitate the establishment of a national infrastructure of repositories, services and tools, in which:
1. awareness of the long‐term access issues is present throughout the lifecycle of digital information;
2. roles and responsibilities have been clearly defined to improve a smooth transfer from data creators to digital archives;
3. enough trustworthy repository capacity is available for storage and long‐term management;
4. the parties involved share services and tools as efficiently as possible;
5. structural funding is available for those activities which secure permanent access; Netherlands Coalition for Digital Preservation, A future for our digital memory, 2009 13
6. dedicated selection mechanisms are available, attuned to the digital age;
7. stakeholders share knowledge and expertise – nationally and internationally.

Le rapport mentionne donc entre autres la nécessité de mise en place d'un réseau pour le stockage et la gestion des métadonnées, voire, pour les petites entreprises, pour la mise à disposition d'outils. Le rapport suggère également l'ouverture d'un fonds pour financer des projets de numérisation par exemple. Enfin, il souligne le besoin d'améliorer les processus de sélections de l'information numérique, la conservation des données ne pouvant être menée à bien, et à des coûts abordables, que si la sélection est faite correctement.

Pour finir, le document précise que les conclusions et recommandations de ce premier rapport seront ensuite discutées lors d'une conférence nationale le 18 septembre à La Hague puis par le Bureau executif du NCDD qui rendra ses décisions et la politique finale adoptée publique fin 2009.

mardi 1 septembre 2009

Le programme Mémoire du Monde de l'Unesco

Nous apprenions fin juillet que le Journal d'Anne Frank faisait désormais partie des 35 biens du patrimoine documentaire mondial "d'intérêt universel" inscrits cette année par l'Unesco au registre "Mémoire du Monde".

Ce programme, mis en place en 1992, propose une vision bien nette qui précise que:

le patrimoine documentaire du monde appartient à tous, et qu'il devrait être entièrement préservé et protégé pour le bénéfice de tout un chacun en étant accessible à tous, de manière permanente, sans obstacle aucun, compte étant dûment tenu des spécificités et pratiques culturelles qui s'y rattachent.

L'idée initiale partait du constat de nombreux dommages subis par le patrimoine mondial au fil des siècles : pillage et dispersion, trafic illicite, destruction, locaux et financement inappropriés ont pu ainsi mettre ce patrimoine en péril. 

A partir de ce constat, plusieurs Principes directeurs (document pdf) ont été définis dans le cadre d'un contrat signé avec l'IFLA (Fédération international des associations de bibliothécaires et des bibliothèques), parallèlement à la compilation, menée par l'IFLA et le CIA (Conseil international des archives), de listes de collections de bibliothèques et de fonds d'archives endommagés de manière irréparable ce qui a mené, en 1995, à la création d'un Registre de la Mémoire du monde qui s'enrichit tous les ans de nouvelles inscriptions.

L'intérêt d'une telle inscription est multiple. L'Unesco elle-même définit au moins trois missions fondamentales à ce programme :

  • Faciliter la conservation du patrimoine documentaire mondial avec les techniques les mieux appropriées.
  • Aider à assurer un accès universel au patrimoine documentaire.
  • Mieux faire prendre conscience, partout dans le monde, de l'existence et de l'intérêt du patrimoine documentaire.

Une initiative a mettre en regard avec de nombreux autres programmes de sauvegarde du patrimoine de l'Unesco :

mardi 25 novembre 2008

Copyright et préservation numérique

Educause nous informe de la parution en juillet dernier d'une étude intitulée "International Study on the Impact of Copyright Law on Digital Preservation" (pdf)

This study focuses on the copyright and related laws of Australia, the Netherlands, the United Kingdom and the United States and the impact of those laws on digital preservation of copyrighted works. It also addresses proposals for legislative reform and efforts to develop non-legislative solutions to the challenges that copyright law presents for digital preservation.

This is a joint report from The Library of Congress National Digital Information, Infrastructure and Preservation Program, The Joint Information Systems Committee, The Open Access to Knowledge (OAK) Law Project and .he SURFfoundation

mardi 5 juin 2007

Programme Information pour tous de l'UNESCO (PIPT)

Selon les spécialistes de la préservation de l’information qui participaient le 3 avril 2007 au débat thématique organisé par le Programme Information pour tous de l’UNESCO (PIPT) à la Bibliothèque nationale de France à Paris, “plus de 80 % des collections audiovisuelles témoignant de la diversité culturelle et linguistique dans le monde ne bénéficient pas d’un traitement professionnel”.



Le Programme Information pour tous est un programme intergouvernemental, créé en 2000. Dans le cadre du PIPT, les gouvernements du monde entier se sont engagés à mobiliser les nouvelles opportunités de l'ère de l'information pour créer des sociétés équitables grâce à un meilleur accès à l'information. Le PIPT travaille en étroite collaboration avec d'autres organisations intergouvernementales et des ONG internationales, en particulier avec celles qui sont spécialisées dans la gestion et la préservation de l'information, comme la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques (IFLA) et le Conseil international des archives (CIA).

Dans le cadre de leur 12ème réunion, le 3 avril dernier donc, les membres du Bureau du PIPT se sont penchés sur les problèmes et les impératifs que soulève la préservation de l’information, en particulier à l’ère du numérique.

Le communiqué de presse explique :

Nos ancêtres n’avaient pas besoin de prendre des mesures particulières pour préserver le contenu fixé sur papyrus ou parchemin. Alors que ces documents se sont conservés pendant des millénaires, le contenu numérique a une espérance de vie d’une dizaine d’années seulement. Le problème ne réside pas forcément dans la dégradation des supports, mais plutôt dans l’obsolescence des formats. “A l’ère du numérique, si rien n’est fait pour préserver l’information, nous allons tout perdre”, a observé Dietrich Schüller, vice-président du Conseil du PIPT et spécialiste de l’archivage audiovisuel.

Tout au long du débat, le PIPT a précisé le rôle que les gouvernements ont à jouer pour développer des politiques volontaristes et établir des priorités afin d’assurer la préservation de l’information. L’information numérique demande une attention particulière et constante.

“Des réservoirs d’information en bonne et due forme ne représentent pas uniquement la mémoire du monde, ils fournissent des informations vérifiées, complètes et fiables, ainsi que des exemples de bonne gouvernance”, a souligné Laurence Zwimpfer, président du Conseil du PIPT. Les intervenants ont incité les gouvernements à reconnaître que l’accès à l’information est un capital et que sa préservation accroît sa valeur. Les gouvernements, sachant que les ressources seront toujours limitées, sont invités à consulter des professionnels de la préservation de l’information pour définir des priorités et faire des choix sur ce qui doit être préservé.

La préservation n’est pas un but en soi, mais c’est une condition indispensable pour permettre aux citoyens du monde d’avoir accès à l’information et de l’utiliser. Promouvoir et protéger l’information à travers l’accès et la préservation font partie des grandes priorités du Programme Information pour tous.

Le Programme Information pour tous a été créé en 2001 pour répondre aux problèmes et aux opportunités soulevés par la société de l’information. Il se mobilise pour défendre les populations exclues par la fracture informationnelle.

Les actes du débat thématique et le document contenant les résultats (“Key messages for Governments and Industry”) sont accessibles ici.