Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - réalité augmentée

Fil des billets

mercredi 7 mars 2012

Réalités augmentées et QR codes en bibliothèque

J'ai proposé un cours hier aux bibliothécaires de l'enssib, en formation initiale, sur la réalité augmentée en bibliothèque. Le cours s'inscrivait dans une journée consacrée à l'innovation et répondait à une seconde intervention sur "innovation et marketing".

Il s'agissait donc de faire un point sur les technologies de réalités augmentées, que je divisais à l'exemple de collègues en trois principales : les Codes 2D (dont les QR Codes), les objets augmentés, le géomarquage. Je ne présente plus les QR Codes qui bébéficient sur ce blog d'un tag propre et qui dont plusieurs exemples ont été présentés. Pour les objets augmentés, il ne s'agissait pas de parler d'objets intelligents, mais de ces cartes présentant des codes 2D à placer devant une caméra et faisant apparaître des saynètes animées, en 3D, avec du son également sur son écran.Le géomarquage, quant à lui, permet la documentation du réel en superposant des calques à ce que la caméra de son terminal mobile filme.

Du coup, mon intervention s'est déroulée en trois temps :

  1. un premier de présentation de ces technologies encore émergentes et peu connues, avec un point sur les critiques potentielles qu'on pouvait formuler.
  2. Un second proposait de mettre les bibliothécaires en situation et d'imaginer des usages professionnels de ces technologies (essentiellement des QR Codes qui sont aisément accessibles)
  3. Un troisième exposait des exemples effectifs de réalisations en bibliothèque (info pratiques, ressources, animations, services).

Vous trouverez le support de l'intervention sur slideshare, et en cliquant sur l'image ci-après.

lundi 2 mai 2011

Normes et standards pour la réalité augmentée

Il existe des normes et des standards de formats pour la réalité augmentée. A ce sujet, une communauté s'est récemment formée autour de ces questions, sans réelle structure administrative pour l'instant. Les contributeurs se contentent de rassembler informations et de les discuter.

Les membres de cette communauté se sont réunit récemment (en février dernier) à Barcelone. Nombre de discussion et de rencontres ont eu lieu à cette occasion dont vous pouvez prendre connaissance sur le site dédié. Les sujets ont évoqué des questions autour des navigateurs, de formats existants, de cadres de travail, d'hardware ou d'interface usagers. La prochaine réunion se fera en juin au cours du Open Geospatial Consortium de Taïwan.

vendredi 29 avril 2011

Audioguide Toozla

J'aime cette nouvelle vidéo de réalité augmentée.

Cette proposition russe se fonde sur une application de géolocalisation sonore. Foin de visuels flottant à travers l'écran de votre téléphone pour vous informer sur les lieux environnants, l'audio-guide Toozla se propose de vous informer en laissant des messages audio dans votre téléphone à partir d'informations récupérées sur internet . Vous approchez d'un monument est vous êtes automatiquement renseignés sur ce dernier (informations pratiques, commentaire descriptif). Actuellement, les villes françaises Paris, Nice et Lyon sont compatibles avec Toozla.

Une application qui me paraît très utile aussi lors de visites guidées d'exposition par exemple.



Voir aussi sur un thème proche :
Quand les monuments innovent

lundi 11 avril 2011

La réalité augmentée au secours des bibliothécaires

Et vive la RFID !

ReadWriteWeb nous propose une superbe application mobile qui, selon eux, pourrait faire gagner un temps précieux aux bibliothécaires. Cette application utilise l'option caméra de votre terminal mobile pour lire toute une rangée d'ouvrages d'un coup et, en ajoutant un petit logo pardessus l'image en réalité augmentée, vous signale immédiatement quels sont les livres mal rangés. L'application va jusqu'à vous indiquer où l'ouvrage aurait dû être rangé. 

Mais une vidéo vaut mieux qu'un long discours.

Remarquons que le commentateur ne parle pas uniquement des bibliothécaires mais aussi des usagers qui pourraient mieux ranger les ouvrages après consultation (alors que tout le monde sait qu'ils font exprès de les planquer pour les mieux retrouver par la suite).

mercredi 2 mars 2011

Argon, le navigateur qui veut démocratiser la réalité augmentée

Des chercheurs du  Georgia Institute of Technology's College of Computing  ont développé ce qu'ils appellent "the first mobile augmented reality browser", le premier navigateur de réalité augmenté mobile, basé sur des standards ouverts (open Web standards) : ARGON. L'application serait d'ores et déjà disponible sur iPhone.

Argon permettrait de faciliter le déploiement des technologies de réalité augmentée en créant très facilement des petites fenêtres qui viennent s'afficher sur l'écran de l'usager, ce en dehors de tout développement, de toute application spécifique fermée. Toute sorte de contenu peut être créé, pas seulement textuel, mais aussi du contenu sous forme de formulaire, ou utilisant javascript. Des développements futurs se penchent sur l'intégration de contenu 3D.

“Basically, there are lots of little programs that provide the ability to use AR to put some information out in the world around you. Some, like these early browsers, also allow users to contribute content, but none allow the full range of dynamic content, control and interactivity of the Web, with everything hosted on your own servers,” said MacIntyre.

A terme, il serait possible d'ouvrir les contenus en permettant à chacun de proposer de l'information, voire en terme d'affichage, de choisir quelle information il souhaite voir apparaître sur son écran (les horaires des film devant un cinéma, des liens vers les bandes annonces). On peut créer des parcours dans la ville, des jeux entier grandeur nature à partir de son téléphone.

With the KHARMA specifications, and the Argon browser, we want to put AR into the hands of the millions of people who know how to create websites, and hopefully take a step toward understanding the potential of AR.

Une façon de démocratiser une technologie encore émergente. Reste à savoir maintenant si les développeurs vont s'emparer de ces spécificités pour créer du contenu, seul garant d'une réelle prise en main par le public de ces fonctionnalités.

mardi 1 février 2011

Quand les monuments innovent

1. Monument trackers

La ville de Tours propose aux touristes internautes et surtout mobinautes un service intéressant appelé Monument Tracker. A dire vrai, ce nom n'est pas tant celui du service que de l'entreprise qui se trouve derrière.

L'idée est simple : après avoir téléchargé une application spécifique -payante- sur son smartphone, on peut être automatiquement alerté sur son téléphone lorsqu'on s'approche d'un monument décrit dans la base. L'ensemble est possible grâce à la géolocalisation en continue.


BM de Tours

Pour chaque monument est ainsi présenté une image de ce dernier, un petit texte descriptif, et la proposition d'un itinéraire pour s'y rendre directement. Il est possible également de passer par un moteur de recherche pour trouver et se diriger directement vers un monument qui nous intéresserait a priori.

Tours propose ainsi de découvrir près de 120 monuments. Elle rejoint d'autres villes qui proposent déjà ce même service telles que Antibes, Cannes, Florence, Londres, Madrid, Monaco, Nice, Rome... Le service Monument Tracker est disponible en français, anglais et chinois.

2. Culture et innovation(s)

L'occasion de rappeler que se sont tenues récemment les deuxièmes rencontres nationales "Culture et innovation(s)" à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine dont les compte-rendus seront progressivement mis en ligne sur la page du programme. Parmi les sujets abordés : réalité virtuelle / augmentée, réseaux sociaux et communautés, outils et usages mobiles, publics jeunes, accessibilité …

Bon, en fait de CR, il s'agit essentiellement des diaporamas, donc à mon sens d'un intérêt limité, mais en attendant, vous pouvez lire les 500 twitts de la journée dans ce document ainsi que le compte-rendu collaboratif en ligne rédigé par Yves-Armel Martin, Directeur du Museolab / Conseil général du Rhône. Et là, on trouve nombre de liens et d'expériences toutes plus intéressantes les unes que les autres. A découvrir d'urgence.


lundi 29 novembre 2010

Paris Comic Book

Paris Comic Street est un jeu culturel sur iPhone autour de la bande dessinée et l’architecture dans Paris proposé par la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris dans le cadre de l'exposition "Archi et BD - la ville dessinée".

Ce jeu, qui se joue aussi bien seul ou qu'à plusieurs, nécessite de se déplacer dans Paris pour résoudre des énigmes :  On une carte en secouant son téléphone (énigme, booster, malédiction, agent double…), on se rend sur le lieu de résolution de l’énigme indiqué par l’arrondissement et le quartier de Paris (exemple : Abbesses, Concorde). Le jeu propose même une fonction de réalité augmentée qui indique via une flèche le chemin et la distance à parcourir pour arriver au lieu indiqué.

jeudi 18 novembre 2010

Journées d'étude sur la littérature de jeunesse en vidéo

Deux journées d'études récentes sur la littérature de jeunesse sont accessibles en audio et vidéo : 

1. Bibliothécaires jeunesse, quel métier ?

La première s'intitule "Bibliothécaires jeunesse, quel métier ?" et fut organisée le 21 octobre 2010 par le Centre national de la littérature jeunesse - La Joie par les livres / Bibliothèque nationale de France et l'enssib. L'ensemble des interventions de la journée est accessible au format audio MPEG à partir de la bibliothèque numérique de l'enssib.

Les bibliothécaires pour la jeunesse se sont historiquement identifiés par une formation spécialisée, dans un contexte de développement de la bibliothèque enfantine. Que devient cette culture professionnelle quand la dématérialisation, l’accueil des mêmes publics, le souci de la création et le soutien à l’économie de la filière culturelle sont communs à l’ensemble d’un établissement de lecture publique ? C’est peut-être en partant de ce constat que pourrait aujourd’hui se refonder une identité et s’affirmer un rôle spécifique prenant en compte les attentes du public, des partenaires, des tutelles, de tous les acteurs d’un contexte nouveau.

Cette journée a vu les interrogations de Georges Perrin, Inspecteur général des bibliothèques, sur l'existence du métier (Y-a-t-il encore un métier pour les bibliothécaires jeunesse ?), un rappel de Claudine Hervouët, CNLJ-JPL, sur son histoire et sa représentation (Le bibliothécaire pour la jeunesse dans « Le Métier de bibliothécaire ») et Odile Nguyen, Médiat Rhône Alpes sur sa légitimité et son avenir (Statut, technicité, formation : quelle histoire, quelle légitimité,…Quel avenir ?). 

A suivi une table-ronde animée par Violaine Kanmacher, Bibliothèque municipale de Lyon, sur les publics (Les publics des bibliothèques pour la jeunesse : du bébé lecteur à l’adolescent). Tandis que la sociologue Virginie Repaire évoquait la représentation des bibliothécaires jeunesse pour les adolescents (Les bibliothécaires vus par le public des 11-18 ans).

Enfin, les dernières interventions se sont penchées sur la médiation jeunesse avec Delphine Quereux-Sbaï, directrice de la Bibliothèque municipale de Reims (Missions, rôles et compétences : l’organisation de l’offre et de la médiation), et une table ronde animée par Jean-Claude Utard, Inspecteur des bibliothèques de la Ville de Paris réunissant Kathy Feinstein, Bibliothèque municipale de Grenoble, Violaine Kanmacher, Bibliothèque municipale de Lyon, Marie Paquet, directrice de la bibliothèque municipale de St Priest, Agnès Rigollet , Maison du livre, de l’image et du son de Villeurbanne autour des stratégies d'accueil et de conquète des publics (Face aux attentes, demandes, modes de fréquentation des jeunes : quelles stratégies de fidélisation, de conquête des
publics ?
).

2. Les nouvelles pratiques culturelles face au numérique : y aura-t-il encore des enfants lecteurs au 21e siècle ?

La Petite Bibliothèque Ronde vient également de publier sur son site les vidéos du colloque organisé le 23 septembre dernier et intitulé "Les nouvelles pratiques culturelles face au numérique : y aura-t-il encore des enfants lecteurs au 21e siècle ?". 

Après la presse, le cinéma et la musique, c’est au tour du livre de faire sa révolution numérique. Ce bouleversement implique le développement d’une nouvelle offre culturelle, tout comme l’émergence de nouvelles pratiques de lecture.

Les enfants d’aujourd’hui, issus de la génération numérique, ont en effet un rapport bien différent aux livres et à l’écrit de leurs aînés, une relation qui devrait continuer à évoluer avec les générations futures. Nos enfants liront-ils encore au 21ème siècle ? Quels types de lecteurs seront-ils ? L’avenir du livre sera-t-il uniquement numérique ? Quelle place auront les bibliothèques et les musées ? Autant de questions auxquelles le colloque permet de répondre.

Il s'agissait cette fois en trois temps de revenir sur ces changements de pratiques et leur impacts sur les établissements culturels.

Le premier temps revenait donc sur cette "révolution numérique" avec les interventions d'Axelle Desaint, responsable des ateliers et des formations sur les nouvelles technologies jeunesse pour le grand public et les professionnels au sein de l’association Territoire 21 et Bruno Jammes, directeur adjoint de la bibliothèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie ("Le développement des espaces multimédia"). Le psychanalyste Yann Leroux, par la suite est revenu sur la place des jeux vidéos comme médias permettant de penser le monde et soi-même (Les enfants, les jeux vidéo et internet). Enfin, Karen Bertrams, consultante pour la société de conseil néerlandaise spécialisée dans les bibliothèque ProBiblio, sur la façon ce que les enfants aujourd'hui attendent de leur bibliothèque.

Le second temps s'attardait sur la littérature pour enfant avec d'une part un ensemble d'intervention revenant sur les transformations numériques du livre pour enfant, notamment les interventions de Françoise Juhel, chef du service des éditions multimédias à la Bibliothèque nationale de France venue présenter le récent portail pour enfants ouvert par l'institution, et celle de Dominique Korach, directrice Générale de Nathan Jeunesse et des Jeux Nathan, évoquant les orientations suivies par la maison d'édition (réalité augmentée et tablettes numériques). Les interventions de Arnaud Vincenti et René Denis, d'une société de production de solutions numériques interactives pour les médias présentent ensuite quelques utilisations intéressantes, innovantes et amusantes d'un tableau numérique dans le cadre d'une heure du conte. Toutes ces présentations ne doivent cependant pas nous faire croire que la littérature n'a plus de rôle à jouer comme nous le rapellent Geneviève Pastre et Lina María Pulgarín Mejía, Bibliothécaire au département de la lecture de Comfenalco Antioquia à Medellin en Colombie.

Le troisième temps, enfin, s'attarde sur des présentations d'établissements innovant ou comment les institutions culturelles peuvent s'adapter dans ce contexte mouvant. C'est d'abord le cas d'une table-ronde réunissant Tony Di Mascio, Bibliothécaire jeunesse à la médiathèque Louis Aragon de Bagneux, Franck Queyraud, Responsable du département formation et multimédia à la médiathèque de Saint-Raphaël et coordinateur du groupe ABF bibliothèques hybrides, Violaine Kanmacher, Responsable du département de littérature jeunesse de la Bibliothèque Municipale de Lyon et Henriette Nikiema, Ancienne directrice de la diffusion à la Bibliothèque Nationale du Burkina-Faso et coordinatrice du réseau de lecture publique qui travaille actuellement au secrétariat général du Ministère de la Culture. C'est le cas également De la seconde série d'intervention cherchant à imaginer le centre culturel de demain à partir des exemples étrangers danois (Jannick Mulvad, consultant informatique et concepteur de la Children’s Interactive Library à Aarhus au Danemark), anglais (Sergio Dogliani, inventeur et directeur général des Idea Store) mais également français avec cette structure impressionnante qu'est le Cube.

De quoi se replonger et prolonger les réflexions qui entourent notre profession.

vendredi 29 octobre 2010

Livre et magazine en réalité augmentée

Ci après deux vidéos présentant des produits en réalité augmentée, deux expériences allemandes. La première est un supplément du n°33 du Sueddeutsche Zeitung qui essaie de faire intéragir magazine et lecteur d'une manière un peu innovante. Ils ont ainsi enrichi le numéro de contenu multimédia accessible à partir d'un smartphone. Jugez plutôt :

Le second exemple renouvelle cette fois l'expérience de lecture avec cette fois un beau-livre interactif en 3D et des animations que je trouve vraiment belles. Un Dr Jekyll and Mr Hyde revisité artistiquement :

mercredi 6 octobre 2010

Dokeo, l'encyclopédie augmentée

Je n'aime pas trop évoquer de produits commerciaux, mais puisque je parlais l'autre jour du colloque sur "Les nouvelles pratiques culturelles des enfants face au numérique :Y aura-t-il encore des enfants lecteurs au 21e siècle ?", je voudrais évoquer ici d'autres interventions.

Parmi elles, une représentante de Nathan Jeunesse, après avoir rappelé que l'édition était toujours en quête d'innovation (ex : livres tissus, pop-up etc.) a évoquée les deux pistes explorées par sa Maison :

  • Les tablettes tactiles, style iPad, qui permettent selon elle de renouveler le genre des pop-ups justement, et sont plus attrayantes que de simples liseuses peu adaptées à un public jeune. Qu'on me permette ici de rappeler cette vidéo que tout le monde connaît attestant des possibilités de l'outil d'Apple adaptées au roman Alice au Pays des merveilles de Lewis Caroll.

  • L'autre orientation prise est celle de la réalité augmentée, et j'ai découvert à cette occasion la collection Dokéo que je ne connaissais pas. Il s'agit de proposer des ouvrages de références et de jouer sur l'interactivité et le côté ludique pour faire comprendre aux enfants le fameux "comment ça marche". Et je dois avouer que cela m'a plu. A étudier plus en détail. C'est plus le système de cartes avec un hamster qui nous a été montrée que l'encyclopédie elle-même, du coup je ne sais pas ce qu'elle donne, mais je dois avouer quoi qu'il en soit que c'est une utilisation intéressante de la réalité augmentée.

- page 1 de 2