Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - représentation

Fil des billets

vendredi 7 novembre 2014

The Librarians - série télévisée

Dans un monde où se mêlent Magie et Réalité, une ancienne organisation a fait le vœu de défendre l'humanité contre un Mal indescriptible. Ses membres sont... la Légion Légendaire... La Société des... Les Gardiens de la Ga... bon ok, ses membres sont des bibliothécaires. (cliquez sur l'image pour voir la vidéo).

La série évoque une organisation secrète plurimillénaire, cachée sous les locaux de la bibliothèque publique de New York depuis la chute d'Alexandrie (enfin au moins depuis la construction du bâtiment en 1890, entre temps, on ne sait pas), dédiée à la protection d'une réalité magique. Ses membres résolvent des mystères, se battent contre des menaces surnaturelles et partent en quête de puissants artefacts un peu partout dans le monde : réels (l'original de la Joconde, le cheval de Troie), religieux (l'Arche d'Alliance, un fruit défendu du Paradis...), magiques (Excalibur, la pierre philosophale, l'oie aux œufs d'or...) ou fictifs (la Nautilus de Jules Verne, la machine à remonter le temps de Wells...). Oui, vous avez raison, il y a là un petit air d'Indiana Jones mais c'est justement l'intérêt de cette vision américaine -télévisée- du métier de bibliothécaire qui ne restreint aucunement l'information au seul support papier et imagine un métier tout en poursuites et en combats.

Rien à voir avec l'autre série télévisée, une comédie intitulée elle-aussi The Librarians (les producteurs ont une imagination folle), parue en 2007 en Australie et qui a tout de même duré trois saisons. Elle mettait en scène les aventures d'une directrice de bibliothèque raciste et bigote (catholique ! dans ce pays protestant) qui se voit un jour obligée d'embaucher son ancienne meilleure amie, aujourd'hui dealeuse de drogue, comme responsable de la section jeunesse. 

À dire vrai, cette nouvelle série américaine cette fois se veut une suite à la trilogie The Librarian (2004), dont elle reprend le nom en le mettant au pluriel, traduite en français sous le titre "Les aventures de Flynn Carson", mettant en scène Flynn Carson, donc, un bibliothécaire embauché à la bibliothèque de New York et qui découvre cet aspect disons particulier du back-office. On verra d'ailleurs l'acteur Noah Wyle, de manière épisodique dans la série télévisée. 

La nouvelle équipe verra les efforts conjugués d'une agent du contre-terrorisme, d'un spécialiste de l'histoire de l'art avec un QI de 190, d'un génie en technologie et d'une jeune fille ayant des hallucinations sensorielles la renseignant sur la mémoire d'un lieu. Tout à fait le reflet moyen de professionnels des bibliothèques.

Rappelons-le, les bibliothécaires ont une longue tradition de combat  pour ou contre le surnaturel. On pense évidemment immédiatement à Rupert Giles, le bibliothécaire scolaire de la série Buffy contre les vampires, mais on peut citer également le héros de comics Rex Libris, ou encorele pauvre Alcatraz Smedry qui doit cette fois se battre contre de méchants bibliothécaires dans la série de littérature jeunesse éponyme.

Souvenez-vous :

La série télévisée The Librarians doit faire ses début aux États-Unis le sept décembre prochain pour dix premiers épisodes.

jeudi 25 septembre 2014

Découvrez la future bibliothèque d'Helsinki

En 2017 ouvrira à Helsinki une toute nouvelle bibliothèque centrale, dont l'objectif et le but est de réussir l'alliance de la tradition et de la modernité. Cliquez sur l'image ci-dessous pour voir la vidéo de présentation. 

La bibliothèque sera située à proximité d'un carrefour important de circulation, dans un quartier où se trouvent également la Maison de la musique, le Musée d'art contemporain, le Musée des beaux-arts, le Musée Ateneum, mais également le Parlement. Les travaux commenceront à l'automne 2016 pour une fin programmée en 2018 afin de célébrer le centenaire de l'indépendance finlandaise. En effet, la nouvelle bibliothèque fait partie intégrante du projet du centenaire officiel du gouvernement finlandais.

Des espaces différenciés en fonction des usages

La vidéo nous présente la future bibliothèque. On y voit un bâtiment de deux étages -conçu par le cabinet finnois ALA Architects- chacun dédié à un usage en particulier :
- Le rez-de chaussée est dédié aux usages bruyants, aux espaces de rencontres, aux animations
- Le 1er étage se veut une "forge où les idées et les compétences prennent vie"
- Le 2e étage reprend des usages traditionnels de lecture, de calme, de réflexion et de contemplation.

L'idée initiale était d'arriver à répondre aux différentes visions de la bibliothèque aujourd'hui : un lieu de silence et un lieu de rencontres, d'animation, un lieu où on consulte des livres papiers et où on trouve des ressources numériques, avec des événements réguliers et des happenings, où l'on peut travailler et se reposer etc.

Dans cette optique, donc, le rez-de-chaussée se voudra un espace animé : il comprend le hall, un espace d'expositions temporaires, un amphithéâtre-cinéma, une bibliothèque pour les familles, un café-restaurant et un espace de rencontre, juste pour traîner. Les architectes imaginent cet étage comme l'espace le plus actif dans la bibliothèque, la ville et la bibliothèque se croisent, avec de larges ouvertures vitrées vers l'extérieur.

Le premier étage sera, quant à lui, dédié aux activités de création. On entre là dans la continuité des réflexions autour du DIY et de la bibliothèque comme espace de Faire. À l'usage traditionnel de travail, l'étage se voudra un lieu de création, d'interaction et d'apprentissage par la pratique. Ici vous trouverez des studios d'enregistrement, des salles de jeux, un makerspace et un living lab, une cuisine, et des espaces modulables pouvant accueillir des ateliers, des réunions et autres échanges. Comme on est en Finlande, le projet prévoit aussi un sauna dans la bibliothèque ! Du point de vue architectural, l'ensemble apparaît comme autant d’ilots éparpillés dans un espace ouvert.

Le second étage souhaite enfin se recentrer sur l'usager et lui proposer un espace tranquillese détendre et se concentrer. Il s'agit de se poser, de feuilleter un livre, de travailler en silence ou simplement admirer la vue sur la ville. C'est ici que seront proposées la plupart des collections de la bibliothèque à côté d'espaces identifiés comme des zones silences, des zones et collections enfants, un second café. La vidéo montre un étage lumineux, toujours largement ouvert, agrémenté d'arbres à l'intérieur de la bibliothèque, 
et ouvert sur la ville via de grands balcons. Autant le premier étage fait sombre, industrieux, autant le second se veut cotonneux et blanc. En fait, je suis un peu sceptique sur l'organisation au quotidien d'un espace si grand et ouvert.

Les bibliothèques en Finlande

Les bibliothèques sont très utilisées en Finlande. D'après L'Enquête paneuropéenne destinée à évaluer les perceptions des utilisateurs à l’égard des avantages liés aux technologies de l’information et de la communication dans les bibliothèques publiques proposée par Quick, Prior, Toombs, Taylor et Currenti en 2013, 67% des finlandais fréquenteraient une bibliothèque (contre 26% en France). Elles clament, en 2011, une moyenne de 18 emprunts par Finlandais dans les bibliothèques municipales, et 84 téléchargements par usagers dans les bibliothèques universitaires. Toutes les bibliothèques sont gratuites pour les usagers, y compris les bibliothèques universitaires et de recherches la bibliothèque du Parlement et la bibliothèque nationale. 

La Finlande bénéficie d'un "décret sur les bibliothèques" promulgué par le Ministère de l'éducation dès 1998.

Les bibliothèques se tournent résolument vers les usagers, abaissant ou supprimant les banques de renseignements, demandant aux professionnels de parcourir les collections et de proposer de manière proactive leur aide et un accès aux services ; des services parfois innovants comme le programme Reading Assistant Dogs censé aider les personnes ayant des difficultés à lire en leur proposant de lire une histoire à un compagnon canin, ou le programme participatif initié par la bibliothèque nationale de corriger les erreurs dans l'index des périodiques anciens finnois par le biais de petits jeux ("Hunt the Mole"). Il y avait aussi un "Lab" des bibliothèques finnoise qui réfléchit à l'avenir de la profession (mobilité, open data, participation etc.)

Pour aller plus loin

jeudi 10 avril 2014

Littérature professionnelle populaire

Des collègues américains se sont amusés à détourner des couvertures de romans populaires. On y parle des lecteurs qui font du bruit, qui ne paient pas leurs amendes, des livres numériques, des plans d'urgence, de management, de budget, d'animation culturelle, de protection des libertés... Tout ce qui rythme la vie d'une bibliothèque.

Il y a ainsi une centaine de détournements, c'est drôle et bien amené.

Extraits :


 

mardi 4 février 2014

images du bibliothécaire

Qui n'a pas entendu ce genre de réponse alors qu'il venait de préciser qu'il préparait le concours de bibliothécaire ? J'ai moi-même expérimenté certaines de ces exclamations, du genre :

  • "ah bon, il faut un concours ? mais, genre, difficile ? Il faut étudier pour ça ?" (et je suis pas le seul, loin de là) non, non, il y a un distributeur automatique de diplôme à l'entrée de l'enssib. C'est bien pratique d'ailleurs.
  • "Oh bah tu passes ton temps à lire alors, c'est cool" variante "tu sais plein de choses !" et oui, un forgeron forge, un prof enseigne, un informaticien code et donc un bibliothécaire lit. C'est comme ça, ça va avec le personnage. Le corolaire, c'est que le bibliothécaire est forcément quelqu'un de cultivé donc il attire le respect (même si c'est un planqué).
  • "ah oui ? Bah moi je lis pas et de toute façon, avec Google..." On m'a vraiment demandé à quoi servaient les bibliothèques à l'ère de Google (*sob*) parce qu'évidemment les gens ont tous une utilisation instinctive du moteur de recherche, évidemment tout le monde a accès à internet, évidemment il n'existe aucune main-mise de logiciels propriétaires, aucun arbitrage à mener, évidemment, les bibliothèques ne jouent aucun rôle dans la transmission de la mémoire collective, dans la mise à disposition gratuite de collections textuelles et non-textuelles, dans l'ouverture d'espaces publics, de rencontre, de construction, d'affirmation de soi en tant qu'individu comme en tant que citoyen...
  • "ah mais depuis quand il y a des jeux vidéos en bibliothèque ?" variante aussi entendue "je comprends pas, les tablettes, c'est pour quoi faire ? Vous prêtez pas des livres en fait ?" Si, si, uniquement de vieux livres trouvés dans une brocante et qu'on saupoudre de poussière tous les matins histoire de renforcer le côté usé, le but étant d'éviter autant que faire ce peut d'avoir des usagers qui pourraient venir déranger le beau classement que nous mettons un soin maniaque à choyer.

J'imagine que vous en avez entendu de belles également. Ce fut tout pour moi, en quelques années, mais quand même. Il est parfois étrange parfois de considérer combien notre profession demeure mal connue malgré tous les efforts déployés, et malgré la prise réussie du virage numérique.

Une considération qui dépasse évidemment les frontières puisque nos collègues sont tout autant confrontés aux représentations types des bibliothécaires, comme le souligne cette géniale présentation de Sarah Houghton, directrice de la bibliothèque publique de San Raphael aux États-Unis et célèbre blogueuse sous le pseudo de Librarian in black, à l'occasion de la Nerd Nite San Franciscoen décembre dernier. Elle évoque les animations, les imprimantes 3D, les contenus numériques, la lutte contre la censure, contre les DRM, mais aussi les beaux mecs, la masturbation ou les chats...

il faut dire que l'image que nous renvoie la représentation populaire n'est certes pas toujours des plus dynamiques. Nous avons le choix entre la vieille femme aigrie à chignon et lunettes à écailles et la jeune pin up sexy qui ne tient ouvert un livre que pour mieux faire semblant de cacher sa poitrine opulente. Évidemment, la bibliothécaire ne saurait être un homme. You don't look like a librarian s'était fait le spécialiste de ce genre de collecte. Pourquoi d'ailleurs toujours représenter ce professionnel comme un personnage aigri et méchant ? Je suppose que c'est lié à l'aspect non passeur mais bien gardien du Savoir. Un gardien se doit d'être inflexible, sévère, intransigeant.

D'autant que finalement, il faut toujours se méfier de l'eau qui dort...

lundi 23 septembre 2013

Marketing vidéos de bibliothèques

  Sur son blog, la société Text a librarian, qui propose un service de questions-réponses par SMS, propose un billet assez sympa sur le marketing vidéo des bibliothèques.

Les bibliothécaires, assurent-ils, sont connus pour leur créativité et leur amour de la technologie, et avec toutes ces applications qui permettent de créer facilement des vidéos, nombre de professionnel associent ces deux passions pour créer des vidéos extraordinaires de présentation de leur établissement. En voici quelques exemples...

1. Des vidéos scénarisées

The Research Games — Part One: You Learn or Die

Cette parodie du livre Hunger Games (9 minutes) nous vient de la bibliothèque de l'université A & M, au Texas. L'occasion, sous forme de trailer donc, de nous présenter les espaces ou le catalgue et différents services comme le service de référence, les collections anciennes ou le café associé...


Research Rescue | Episode 1 “Stuck”

La bibliothèque Harold B. Lee de l'Université de Brigham nous propose une mini-série de huit épisodes racontant les aventures d'un groupe de "Research Rescue", les sauveteurs de la recherche documentaire. Une série avec un semblant de scénario (ou presque) et les biblitohécaires en acteurs... Dans ce premier épisode, il faut capturer un étudiant devenu fou (il se prend pour un animal) et qui se retrouve piégé dans un compactus électronique. 


The Haunted Library

Une des annexes de la célèbre New York Public Library nous propose une vidéo (1'40) dans une ambiance inquiétante et mystérieuse... la fin, surprenante vous dira pourquoi...

2. Vidéos qui reprennent des clips

Librarians do Gaga

J'en avais déjà parlé : une parodie du clip Poker Face de Lady Gaga, proposée par des élèves en Sciences de l'information et bibliothèques et par leurs bibliothécaires. 

University of Maryland Gangnam Style Parody

Une parodie cette fois du célèbre Gangnam Style directement dans les locaux de la bibliothèque. Comme il s'agit d'un clip, aucun service n'est explicitement mentionné, mais on a des images des espaces et des collections. Et probablement que le but est juste de redorer l'image de l'établissement, qui récolte près de 190.000 visionnages sur YouTube...

Libraries Will Survive

Les collègue de la bibliothèque Central Rappahannock Public Library, ainsi que les usagers, reprennent en coeur le tube “I will Survive” de Gloria Gaynor, pour réaffirmer l'intérêt de l'établissement en ces temps de coupures budgétaires...

“Come on now walk, in our door, find inspiration and knowledge — how-to-books to ancient lore…”

3. Vidéos traditionnelles

Brand Launch by Richland County Libraray

Ci-après, des vidéos déjà plus traditionnelle, qui soulignent les services aux usagers et questionnent professionnels et biblitohécaires.

White Plains Public Library: Transforming Lives, Every Day

Encore une vidéo plus traditionnelle : il s'agit ici de donner la parole aux usagers, la façon dont ils sont venus à la bibliothèque, pourquoi elle est si importante pour eux et ce qu'il en retirent. On y parle, bases de données, postes en accès libre, service de référence, ressources pour trouver un emploi ou cours d'anglais... Il y a un usager pour chaque service présenté.

“My Library” — ARY Campaign

J'adore cette courte vidéo (30 secondes) proposées pour la biblitohèque municipale de Cedar Rapids.On y entends des enfants expliquer en voix off tout ce qu'on peut faire dans "leur" bibliothèque. Visionn-ary !

mardi 12 mars 2013

La mallette du petit bibliothécaire

Sur son blog de créations, Mari Richards, présente -et vend accessoirement- une mallette pour jouer au bibliothécaire. Si vos enfants s'ennuient et en ont marre de jouer à la dinette, pourquoi ne pas leur offrir ce kit permettant, explique-t-elle, de rester en contact avec "de bons gros livres en papier qui respirent l'encre".

Comme vous le voyez ci-dessous, la mallette contient des fiches en carton pour y écrire la date de retour, des distinctions récompensant les meilleurs lecteurs, des cartes de lecteurs, un carnet où inscrire ses lectures, des autocollants, des pochettes pour ranger le tout et même des lettres de rappel.

C'est trop mignon :/

Je suis personnellement partagé entre l'amusement et la lassitude devant la représentation un peu datée du métier, mais je vais opter pour le premier. C'est un bon début quand on ne veut utiliser que du papier.

vendredi 1 mars 2013

International Hug a librarian Day

  Et oui, selon mes réseaux de veille et notamment le IFLA New Professionals Special Interest Group, le 1er mars est décrété (par qui ? pour quoi ?): "International Hug-a-librarian Day" : la journée du câlin à son bibliothécaire. Il y a un groupe Facebook et un mot-dièse spécifique sur twitter (avec des photos de câlins). Ceci dit, les réactions des bibliothécaires ne semblent finalement pas si enthousiastes que cela.

Je note quand même que cette journée est censée souligner le soutien de la population envers ses bibliothécaires et non à l'institution bibliothèque, ce qui est déjà pas mal comme reconnaissance professionnelle.

Cette forme de promotion des bibliothèques n'est pas une initiative isolée, et si cette journée "internationale" n'est proposée par aucune organisation ou institution officielle, elle s'inscrit dans un ensemble d'événements récurrents qui font florès dans le monde anglo-saxon. Elle participe de ce qu'ils appellent l'advocacy des bibliothèque, une forme de promotion, valorisation et lobby. 

Voici, rapidement compilées, des exemples de ces journées de promotion du métier :

1. Journées nationales

Au Royaume-Uni :

Aux États-Unis, l'ALA propose des événements toute l'année avec notamment :

C'est aussi en octobre que la CLA, association des bibliothécaires canadiens, a décrété le National Library Month

En Inde, le National Librarians’ Day est fixé au 12 août, en souvenir du Professeur Padmashree Dr S R Ranganathan (1892-1972).

Aux Philippines, en 2012, le "International Special Librarian’s Day" était proposé le 13 avril.

Sinon, j'ai trouvé un Library lovers Day le 14 février (of course) mais je ne sais pas à quoi il se rattache.


2. Journées internationales

D'un point de vue international, donc, on trouve notamment sur le site des Nations-Unies ou sur Wikipédia (en revanche rien sur celui de l'IFLA) : 

  • 12 mars : journée mondiale contre la censure sur Internet
  • 23 avril : Journée mondiale du livre et du droit d'auteur (ONU)
  • (23 juin : jour mondial pour les services publics et les fonctionnaires)
  • 8 septembre : Journée internationale de la littéracie

Auxquels on peut ajouter :

Alors, un petit câlin ?

jeudi 21 février 2013

Des biblitohèques (américaines) sur Tumblr

Je connais peu de bibliothèques françaises sur Tumblr, ce site de blog hybrides entre courts billets et re-publication sauvage d'images. je m'étais déjà fait l'écho de quelques tumblr bibliotécocentrés, mais d'une manière générale, il ne me semble pas que les établissements hexagonaux se soient vraiment emparés de ce support.

C'est, en revanche, loin d'être le cas outre atlantique comme le montre cette liste impressionnantes de liens renvoyant vers des tumblrs de bibliothèques et d'archives

Parmi ces établissements, on trouve des tumblr pour les ados (et aussi), les enfants, des sites élaborés (la Chicago Public Library) à d'autres minimalistes (Columbia college library), de bibliothèques municipales (Darien Public Library) et universitaires (special collections - University of Iowa), d'associations professionnelle (ALA Washington office) et para-professionnelles (les amis de la bibliothèque).

Bon, à voir les exemples proposé, c'est quand même spécial Tumblr comme médium avec cette orientation forte sur l'image décalée. Il n'y a pas réellement d'usage professionnel si ce n'est les tumblr universitaires qui se servent du support pour présenter leurs collections. Le plus souvent, on se retrouve avec un grand fatras pas organisé d'images plus ou moins amusantes et, du coup, l'objectif de l'outil m'échappe un peu. A moins que ce ne soit justement d'adopter un regard décalé pour un public jeune, d'où les tumblr de section ados et jeunesse... Je suis encore un peu dubitatif.

jeudi 17 janvier 2013

Bibliothécaire : quelles fonctions ?

Dans l'un de ses derniers billets intitulé "When is a librarian not a librarian", Ian Clark, co-auteur du site collaboratif Voices for the library qui lutte contre les fermetures de bibliothèques au Royaume-Uni, revient sur les évolutions des fonctions de bibliothécaire. 

À partir de son parcours personnel où, diplômé récemment d'un master en Sciences de l'information, il affirme n'être pas tenté par une activité "classique" de bibliothécaire mais plutôt par un poste autour de la liberté de l'information (responsable open access par exemple), il s'est penché sur ce qu'on pouvait trouver aujourd'hui comme fonctions pour ce qu'il appelle un "bibliothécaire ne travaillant pas en bibliothèque".

C'est une notion un peu difficile à transposer chez nous puisque nous n'avons pas les mêmes acceptions derrière les attributions de bibliothécaire, non pas tant en ce qui concerne le métier lui-même qu'autour de fonctions annexes que nous qualifierions plus de fonctions de documentaliste. Un professeur documentaliste, travaillant dans un CDI, chez nous, prendrait dans le monde anglo-saxon le titre de bibliothécaire, plus exactement de school librarian

Il n'empêche, la liste ébauchée a partir de retour de collègues en poste, est déjà intéressante. J'essaie de la regrouper dans des catégories qui nous sont déjà plus familières :

1. Des fonctions de documentaliste

  • Chargé de veille [Information specialist]
  • Responsable circuit de l'information [Data and Information Process Officer]
  • Responsable Système de gestion de la connaissance [Knowledge Management Systems Manager]
  • Gestionnaire de contenu [Global portal content manager]
  • Gestionnaire de données numériques [Computerised Records Trainer]
  • Ingénieur documentaliste [Information specialist (work with R&D - patent searching, competitive intelligence,  knowledge management, records retention)]
  • Record Manager
  • Documentaliste audiovisuel [Film Researcher at the BBC]

2. Des fonctions archivistiques

  • Généalogiste [Genealogist]

3. Des fonctions nouvelles en bibliothèques

  • Gestionnaire d'information en ligne [Online Information Manager]
  • Spécialiste de la Recherche [Research specialist]
  • Analyste projet [Project Analyst (for a library based project)]
  • Recherche d'information pour gérer sa carrière [Information Specialist (careers service)]
  • Chargé de mission autour de la liberté de l'information [Freedom of Information Officer]
  • Chargé de mission Qualité ? (travail sur des données probantes, concrètes) [Evidence Advisor]
  • Animateur de communauté [Communications and Social Media Officer]
  • Responsable du développement de contenus [Content Development Officer, Library & Archival Services]

Ce sont donc effectivement ces dernières qui nous intéressent plus directement. On peut les regrouper derrière l'apparition de fonctions nouvelles liées à la gestion de contenu en ligne (depuis la production à la conservation, en passant par l'animation de communauté), à la gestion qualité qui, même si c'est lié au service public, demeure une notion relativement récente dans le monde des bibliothèques, au travail en lien à des communautés particulières (ici les Chercheurs ou les personnes en recherche d'emploi). Il me semble en effet assister à un renouvellement de l'intérêt porté aux Chercheurs en tant que public spécifique : à l'université de Versailles Saint-Quentin, par exemple, le SCD s'appelle Direction des bibliothèques et de l'information scientifique et technique (DBIST) et des fonctions sont ainsi orientées "services numériques aux chercheurs". Parmi les fonctions qui émergent ces dernières années, on voit des postes autour de la valorisation du contenu et de la communication également, quel que soit le support.

Et vous qu'auriez-vous ajouté à cette liste ?

dimanche 21 octobre 2012

Lego Stockholm Public Library

Linus Minkowsky propose un set FlickR dans lequel il a recréé la bibliothèque municipale de Stockholm en LEGO. Le bâtiment, extérieurs et intérieurs y passe et on peut observer des usagers devant leurs postes d'ordinateur ou empruntant un ouvrage. Un beau travail à découvrir.


Designed by G. Asplund and completed in 1928, the Stockholm Public Library is one of the most recognized and beloved buildings of the Swedish capital. This is my Lego interpretation.


- page 1 de 4