Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 16 septembre 2013

Améliorer la participation avec les univers virtuels ?

Birmingham, suite et fin.

Un dernier billet à propos de la récente bibliothèque de Birmingham. Cette tentative de recréer la bibliothèque sur Second Life m'a pas mal intrigué et j'ai contacté la bibliothèque afin d'en savoir plus. Il s'agissait alors essentiellement de savoir si les objectifs de participation étaient effectivement atteints ou s'ils étaient finalement restés un vœu pieu. L'idée initiale, je le rappelle, était d'impliquer les usagers dans l'agencement de la bibliothèque par le biais d'un certain nombre d'outils de consultation pour permettre aux usagers d'interagir avec la représentation virtuelle et, partant, de renseigner les professionnels sur leurs besoins. Les usagers avaient donc à leur disposition :

  • Un espace d'enquête (les podiums sur l'image renvoie à des sondages)
  • Des possibilité de sélection des matières et des décors (les layouts)
  • Une visite virtuelle guidée
  • Une visite automatique guidée sur un livre volant
  • Des icônes informationnelles
  • Une possibilité de laisser des notes avec des smileys (sourire / triste) : les usagers pouvaient laisser des commentaires que d'autres visiteurs pouvaient approuver (ajout d'un smiley souriant) ou infirmer (ajout d'un smiley triste).

Toutes les données étaient bien sûr enregistrées et accessibles par l'équipe projet sur internet.

De leur côté, les bibliothécaires avaient la main sur un certain nombre de données, pouvant corriger des éléments, changer le mobilier, les textures... La société Daden avait même créé un hall d'exposition où ces mobiliers étaient entreposés et où les professionnels pouvaient faire des essais d'aménagement. 

Cette bibliothèque virtuelle était ensuite mise à disposition des usagers, l'adresse étant largement communiquée sur les documents physiques et virtuels de la bibliothèque, et des sessions de démonstration et de formation étaient organisées en présentiel dans les différentes bibliothèques du réseau. En moyenne, ces sessions rassemblaient entre 40 et 50 usagers. L'occasion de toucher rapidement et simplement beaucoup de monde.

Quel usage réel de la représentation 3D ?

En fait, d'après les retours, il n'y a pas eu de fréquentation massive de la représentation 3D de la bibliothèque. Ce n'est pas une surprise : ces constructions virtuelles exigeaient au préalable une bonne connaissance de Second Life à défaut d'un réel intérêt. Avoir un ordinateur suffisamment puissant, télécharger le logiciel, se créer un avatar, apprendre à s'orienter.. autant de contraintes à maîtriser pour quelqu'un qui n'a pas forcément plus d'intérêt que cela dans le projet. Les développeurs expliquent donc que malgré tous leurs efforts, ils n'ont pas récolté autant de données qu'espérées.

Ce qui a bien marché en revanche étaient les sessions de démonstration proposées dans les différentes annexes de la bibliothèque, mais également dans les écoles et au cours d'événements culturels. Des avatars étaient alors à la disposition des particuliers, et ces derniers pouvaient évoluer, explorer et commenter... accompagnés d'un bibliothécaire. Ces évolutions étaient projetées sur grand écran, ce qui permettait à d'autres usagers de découvrir les lieux sans se forcer à entrer dans le monde virtuel.On ne soulignera jamais assez la nécessité de l'accompagnement dans ce genre de projet.

Quel intérêt alors à une représentation 3D ?

Aucun bénéfice pour cette expérience ? Nos collègues ne diraient -évidemment- pas cela. De manière complètement inattendue, les vrais bénéfices de l'opération sont venus de l'utilisation quasi quotidienne de la représentation 3D par l'équipe projet au cours de ces derniers deux ans et demi. Ça lui a permis de prendre les mesures du futur établissement et donc d'essayer plusieurs agencements possibles. Incidemment, les flux de circulations ont été revus, comme les endroits où les gens passaient plus de temps, observaient la vue,et les fonctionnalités de certaines pièce redéfinies.

Même les fournisseurs en ont profité pour discuter avec les bibliothécaires afin d'envisager les meilleurs emplacements, ce tant pour le mobilier que pour la signalétique ou l'emplacement des bornes wifi. Cet usage n'était absolument pas prévu initialement mais au final fort bienvenu par l'ensemble des membres du projet. Les réunions entre constructeurs, fournisseurs et professionnels se sont d'ailleurs organisées directement dans Second Life, sur les lieux même des discussions (et avec cet autre avantage de réduire les coûts de déplacement pour les personnes concernées).  

Une panacée ?

Bien sûr que non. Au niveau de la représentation virtuelle du bâtiment, il y a quand même quelques manques, dont les espaces internes. John Marsh, le chef projet à la bibliothèque de Birmingham explique ainsi :

the trick that was missed was that we only built the public part of the building. If we knew then what we know now, we could have put all the back office in, so now staff wouldn't be wandering around looking for their desk or even how to get out of the building - so they could understand where all their own facilities were as well as the public ones !

Question projet donc, pas vraiment de participation intensive des usagers, hors des présentations par l'équipe projet.

La dernière contrainte, et non la moindre, est l'emploi de la plateforme Second Life, qui en soi, ne décolle pas et rencontre de gros problèmes d'utilisation et de fréquentation. En 3 ans, depuis le début du projet donc, SL n'a pas vraiment évolué (sauf pour l'apport du MESH qui améliore la qualité de la représentation) ni franchement amélioré sa prise en main ou son utilisabilité. L'entreprise Daden ne travaille plus in world d'ailleurs, mais construit tous ses projets sur Unity3D, qui présente en plus l'énorme avantage d'être accessible à partir d'un navigateur ou depuis une tablette, ce qui devrait permettre, espèrent-ils, de renforcer la participation des usagers. Précisons enfin que les constructions résident sur des îles payantes sur SL ce qui a un coût non négligeable. Le Conseil municipal de Birmingham ne devrait pas continuer à louer la sienne d'ailleurs maintenant que la bibliothèque réelle a ouvert. Je vous engage donc à visiter son double virtuel avant la fin du mois si vous souhaitez y jeter un œil.

Vous trouverez plus d'information, et des diaporamas, sur le site de Daden Limited.

jeudi 10 mai 2012

Haïku Speed Buildings sur la FrancoGrid

Je reviens dessus un peu tard mais le 14 mars dernier a eut lieu un Haïku Speed Building, une performance de construction 3D poétique, sur l'île Biblio de la FrancoGrid.

La FrancoGrid, c'est un équivalent opensource de Second Life, donc un univers virtuel, en l’occurrence francophone. Plus précisément, c'est OpenSim qui est cet équivalent opensource et la FrancoGrid, la partie francophone de cet univers. Avec l'évolution de plus en plus restrictive et onéreuse de Second Life, nombre d'utilisateurs des mondes virtuels ont préféré se retourner vers des solutions plus accessibles, dont la célèbre bibliothèque francophone du Métaverse

Cette dernière a déjà de nombreuses fois fait parler d'elle, notamment au travers des partenariats qu'elle a mis en place avec la municipalité de Rennes. On se souvient ainsi qu'en 2010 avait démarré OperaBis, un projet regroupant l'équipe de la bibliothèque, l'Opéra de Rennes et la ville de Rennes avec le soutien du Ministère de la culture qui a sélectionné ce projet dans le cadre de l'appel à projet "Services culturels innovants". il s'agissait alors de retransmettre dans une "opéra bis", modélisé en trois dimensions (avec billeterie, accueil, etc.) les première représentation de plusieurs spectacles joués simultanément dans l'opéra réel. Un système de réalité mixte déjà utilisé à Rennes en 2008 pour retransmettre le festival de musique des Transmusicales.

Cette fois, c'est avec la médiathèque des Champs Libres que la bibliothèque francophone du Métaverse s'est alliée. A l'occasion de la remise des prix du concours Twit'haïku (il s'agissait d'un concours de haïku, cette forme japonaise de poésie très courte, se déroulant 17 décembre 2011 au 17 mars 2012 et dont les propositions étaient publiées sur Twitter), plusieurs artistes tous bénévoles, et connectés depuis Paris, Marseille ou encore Tokyo se sont retrouvés dans l’univers virtuel Francogrid pour modéliser en direct un haïku en 3D parmi les lauréats, le tout en temps limité.

Comme un ouragan / Cuillère argentée / Dans le pot de confiture, Léna Polard (29)
2ème prix catégorie Jeunesse
Modélisé par les élèves du collège de l'Estaque et leur professeur Sébastien Simao (aka Tao Vacano)

D'autres images des oeuvres sont accessibles à partir du site de la bibliothèque francophone du Métaverse.

mardi 10 janvier 2012

L'ALA Ferme son île sur Second Life

Kay Tairov est un vieux de la vieille. Il a rejoint l'Univers virtuel de Second Life dès 2007, soit il y a maintenant bientôt cinq ans. Également membre de l'American Library Association, l'association professionnelle américaine, il s'occupait entre autres et avec d'autres de la gestion d'une île maintenue, payée et gérée par l'ALA sur Second Life. Un groupe également regroupe in world ceux intéressés par la vie de l'association. 

Récemment Kay Tairov a envoyé un message à tous les membres du groupe :

I wanted to let you know that ALA Island will be closing come the new year. ALA will still maintain a presence in SL, just on a smaller scale. Please send me an IM if you have questions. Thank you, Kay Tairov

Les raisons ne sont pas difficiles à deviner. SL perd de plus en plus d'utilisateurs, même s'il semble s'être stabilisé ces derniers temps, au point d'ailleurs que LindenLabs, l’entreprise créée par Philip Rosedale comme partie juridique, légale, du mode virtuel et dont le seul but était d'éditer et de soutenir Second Life, vient d'annoncer qu'elle allait diversifier ses activités.

In addition to delivering new features and increasing our support for Second Life, we will be launching some completely different products next year not related to Second Life. Some of them will be very experimental, but all will fit within our company’s proud history of enabling creativity, which I hope may interest some of you.

Bien sûr, cela pose des questions quant à la permanence de SL à l'avenir. Les fermetures et augmentations de tarifs ces dernières années ont contribué à la désertion progressive de l'Univers Virtuels, laissant la place aux non-profit groups intéressés par la co-création de contenu, les développements ou l'innovation pédagogique. 

De ce point de vue, les bibliothèques se sont révélées des utilisatrices particulièrement actives et impliquées sur Second Life, allant jusqu'à créer un archipel entier d'îles bibliothéco-centrées : l'InfoArchipel. La présence d'une île gérée directement par la prestigieuse ALA a d'ailleurs représenté un attrait indéniable dans la constitution de cet archipel et, partant, la disparition de cette dernière est loin de se révéler anecdotique.

L'ALA possède un blog autour de cette présence virtuelle  sur lequel vous pouvez trouver des informations sur ce que l'association faisait -et continuera de faire, dans une moindre mesure- en ligne.

jeudi 7 juillet 2011

Favoriser l'implication des usagers grâce à Second Life

La nouvelle bibliothèque de Birmingham vient d'ouvrir ses portes quelque deux ans avant la date prévue... dans l'univers virtuel de Second Life.

La ville de Birmingham
prévoit la construction d'une nouvelle bibliothèque. Le projet est déjà bien avancé et l'ouverture officielle du nouvel équipement est attendu pour 2013. Mais alors que certaines bibliothèques accompagnent ces projets de construction d'un blog et d'un album sur un site de partage de photos comme FlickR, nos collègues outre-manche proposent une démarche inédite : la nouvelle bibliothèque a été recrée, telle qu'elle ouvrira, en 3D sur l'univers virtuel de Second Life permettant ainsi aux usagers et aux équipes appelées à y travailler de découvrir les lieux et de laisser leurs commentaires.



C'est donc suite à un partenariat passé avec la Mairie que la société spécialisée Daden Limited a pu recréer l'établissement à partir des plans d'architecte. Mais la société est allée plus loin qui a également mis un entrepôt de mobilier à disposition des bibliothécaires afin de leur permettre de se rendre compte par eux-même le rendu de telle couleur ou de tel mobilier. Pour cela, une équipe de bibliothécaires a été spécialement formée sur l'appréhension, la modification et la construction de l'environnement dans un univers virtuel.

Les usagers quant à eux devraient être capables de visiter les différentes salles avec un guide automatique, laisser des commentaires sur des "posts-it" 3D dans des zones bien définies et découvrir plusieurs configurations possibles d'une même pièce en cliquant sur un bouton spécial. Les commentaires sont automatiquement archivés dans une base de données et, plus tard, d'autres visiteurs peuvent voter (likes/dislikes) pour leurs propositions préférées.

"Virtual worlds are all about community, collaboration and the social aspects of an activity whereas the web which is typically about the informational and transactional aspects. With a virtual world model people can begin to understand what a building or space will be like and share their experiences with others - something quite different to watching a video fly through of a development," notes Soulla Stylianou, Daden's Client Director.

précise le communiqué de presse officiel.

Effectivement, l'expérience peut être extraordinaire et c'est une idée très riche que d'utiliser le biais des univers virtuels pour promouvoir et surtout impliquer les usagers mêmes dans l'ouverture d'un nouvel équipement.

Daden est allé plus loin qui a placé des senseurs dans la bibliothèque virtuel enregistrant les parcours des visiteurs, offrant ainsi aux bibliothécaires des indices sur l'utilisation et l'appropriation future des lieux. Reste que tous les usagers n'ont pas d'avatar sur Second Life et, du coup, je me demande si les collègues recueilleront suffisamment de données pour établir des diagnostics pertinents.

Le blog Betterverse, qui s'intéresse à la présence des non-profit organisations dans les mondes virtuels précise que ce n'est pas la première fois, bien sûr, que des équipements sont ainsi proposés au public. EN 2006, un "3d wiki" avait ainsi été proposé sur Second Life pour recueillir l'avis des New Yorkais sur la construction d'un parc dans le Queens et, la même année, une chaîne d'hôtel avait ouvert un hôtel virtuel à découvrir in world. Plus récemment, en 2010, une réplique de la nouvelle école de commerce de l'Université Rutgers était construite dans Second Life mais aussi sur OpenSim, son équivalent open source, pour permettre aux étudiants et aux membres de l'équipe pédagogique de découvrir les lieux avant la fin des travaux.

Si vous avez un avatar, vous pouvez visiter la bibliothèque à ces coordonnées (145/126/35), sinon, vous trouverez une vidéo de présentation en ligne sur YouTube. Le projet y apparaît vraiment enthousiasmant.

vendredi 3 décembre 2010

Teen Second Life disparaît

Je l'ai rapidement évoqué dernièrement mais Terrence Linden a annoncé cet été sur le blog de Second Life la disparition de Teen Second Life. Pour rappel, Teen Second Life était la partie de Second Life réservée aux adolescents, le terme étant relativement flou précisons qu'il s'agit là de la tranche des 13-18 ans.

Teen Second Life disparaitra donc avec 2010. L'univers existait depuis cinq ans et proposait un espace réservé permettant aux éducateurs de proposer des espaces innovants en matière éducationnelle ou culturelle. CVL, Community Virtual Library, le réseau de bibliothèques et de professionnels qui étudie et expérimente la présence des bibliothèques au sein des mondes virtuels proposait d'ailleurs plusieurs îles à destination des enfants dans cet univers spécifique. Diverses animations étaient proposées depuis la rencontre entre lycéens et universitaires jusque des expositions, des clubs de lecture etc. La principale île, Eye4You Alliance, avait d'aillleurs fermé en juillet 2009, par manque de fonds (elle était maintenue par la bibliothèque publique du Charlotte & Mecklenburg County). Cliquer sur la photo vous menera vers la galerie FlickR de Daniel Eye4You, un bibliothécaire qui oeuvrait sur cette île.


transformation de l'île Eye4You Alliance en base de la NASA

Mais si la grille réservée au adolescents disparaît, cette fermeture ne va pas de soi. Il est clair qu'elle intervient dans une période financière difficile pour LindenLabs qui ne parvient d'ailleurs même pas à le cacher, suite à la fermeture des différents bureaux qu'ils avaient dans le monde et la publication récente de leurs statistiques pour 2010 montrant une baisse d'utilisateurs. Dans ce contexte, le maintien de plusieurs grille devenait complexe et trop coûteux.

Pour l"instant, l'objectif est clair : migrer les comptes des 16-18 ans sur la grille principale, une grille qui autorise bien plus de mettons sobrement frivolités que sa petite sœur. Il s'agit donc de s'assurer que ces comptes ne peuvent accéder aux îles proposant des expériences trop violentes ou sexuelles tout en ne donnant pas l'impression de brider l'expérience du monde virtuel. Une navigation riche et sécurisée.

Pour ce faire, LindenLabs se fonde sur la nouvelle classification des îles mises en place l'an dernier. Toutes les constructions des usagers -puisque l'univers lui-même est un gigantesque UGC- ont été déplacées et regroupées de façon à classer les îles et leurs contenus sous trois grandes catégories :

  • General, les îles les plus sûres où des comportements violents ou sexuels sont interdits
  • Mature, il faut être reconnu comme adulte pour pouvoir y accéder
  • Adult, le contenu est explicitement limite.
LindenLabs va ainsi proposer plusieurs niveaux d'utilisation de son univers :
  • Les 13-15 ans ne pourront parcourir librement Second Life mais seront restreints à certaines îles bien identifiées
  • Les 16-18 ne pourront accéder qu'aux îles classées "General", au contenu accessible à tous mais pourront communiquer avec tous les autres résidents (y compris en IM et chat).
Reste à voir ce que ces nouvelles politiques auront pour conséquences. Les bibliothécaires sont déjà prêts qui proposaient déjà une île consacrée à la littérature de jeunesse in world. So wait and see



mercredi 1 décembre 2010

Un 1er décembre sur Second Life

Le 1er décembre est la Journée mondiale de lutte contre le Sida. L'occasion de rappeler le travail des associations, la baisse de la prévention et la vigilance constante dont il faut vous munir. Pour vous rappeler l'importance de cette lutte, je vous renvoie également vers le rapport de l'ONUSida 2010, en français, pour des données récentes sur l'épidémie dans le monde. Pour information, ce rapport est disponible sur Issuu où vous retrouverez également nombres d'autres documents sur le sujet.

Point de souvenirs cette année, mais plutôt l'envie de vous présenter le projet 3D AIDS Quilt, un projet voulant marquer le souvenir des personnes décédées et rappeler l'importance de la prévention qui devrait être lancé aujourd'hui premier décembre dans deux univers virtuels différents : Second Life et JoykadiaGRID.  Le projet 3D AIDS Quilt se réclame de l'initiative Karuna Initiative créée en 2008 avec le soutien de la National Library of Medecine voulant fêter les vies de ceux qui vivent avec le VIH/SIDA et essayant de leur transmettre informations, soutien et services au sein de la communauté d'utilisateurs de Second Life.

Le projet 3D montrera également dans sa partie centrale symbolisée par un bonsaï géant un centre d'apprentissage permettant aux visiteurs de découvrir une reproduction 3D du virus, de découvrir comment il infecte les cellules humaines ou de suivre les histoires d'Oncle D. un éducateur poète vivant avec le virus.

L'idée est de permettre auc proches de personnes décédées de commémorer ces morts, en l'occurence par le biais d'outils de construction en 3D, de photos, d'objets d'art, de musique, poésie, vidéos, ou n'importe quel autre média et moyen d'expression dans le monde virtuel un peu à la manière du Patchwork des noms, sur lesquels ceux qui ont perdu un être cher réalisent des panneaux de tissus à la mémoire de leur proche disparu et symbolisant ce dernier.

En plus de Second Life, 3D AIDS Quilt est également proposé sur l'OpenSim JoykadiaGRID, un monde virtuel libre créé au printemps dernier pour explorer l'utilisation des mondes virtuels notamment d'un point de vue éducatif. De fait, le projet espère alerter les jeunes sur la réalité du virus et l'importance de la prévention, mais également leur permettre de rencontrer des personnes infectées et de comprendre ce que c'est que de vivre avec le virus. C'est la première fois qu'une action de prévention est ainsi adressées directement à des jeunes utilisateurs de mondes virtuels, Second Life étant encore, jusqu'il y a peu, interdit aux mineurs alors que JoykadiaGrid propose un environnement éducatif sécurisé à l'intention des enfants et adolescents.

dimanche 21 novembre 2010

Des collections sur InfoIsland

Parfois une image suffit.

Les collections présentées sur l'InfoArchipel se sont bien développées depuis quelques années...

lundi 8 novembre 2010

Usages dans Second Life

Rapidement, un petit graphique qui reprend les usages de Second Life, trouvé sur un forum de Jeuxonline. La question avec les univers virtuels est que n'étant pas un jeu, il n'y a pas d'objectifs prédéterminés. Ainsi, Second Life est plus une interface 3D qu'un monde prédéfini, d'autant que, comme le web, ce monde évolue sans cesse au gré des utilisateurs et des financeurs.

Cette vacuité peut s'avérer troublante et finalement vertigineuse. Une fois dans l'univers virtuel, que faire ? la réponse apportée par les usagers est traitée dans ce graphique, sous un mode humoristique : la première année on passerait son temps à zoner et chercher des objets gratuits, puis les années suivantes une fois installé dans l'univers, à acheter des objets et attendre que ses amis se connectent à leur tour, enfin, au bout de quatre ans, à construire soi-même l'univers et surtout, surtout, se plaindre des lags.

C'est amusant et en partie vrai (ce qui rend la chose amusante justement). Ma propre pratique du monde virtuel demeure, au bout de plusieurs années essentiellement à explorer et découvrir de nouveaux et de nouvelles gens. Je participe de temps en temps à des événements, retrouve des amis pour travailler et jouer avec eux (on a écrit l'autre soir un texte en cadavre exquis, ce que j'ai trouvé particulièrement réussi et potentiellement intéressant pour un club d'écriture).

Ma pratique est multiple et encore relativement distante. Elle n'est pas complètement professionnelle, ni uniquement personnelle. je ne me suis engagé dans aucun groupe mais je demeure observateur. Je commence juste, au bout de plusieurs années, à manipuler des Linden Dollars pour évaluer comment cela marche parce que justement, je me refuse d'entrer dans un rapport marchand avec l'univers virtuel. C'est cette distance probablement qui m'a empêché encore de m'intéresser de près à la Francogrid sur OpenSim, mais je pense certainement m'en rapprocher.

jeudi 28 octobre 2010

OperaBis, l'Opera virtuel

...ou presque. Presque, parce que l'Opéra en question est loin d'être uniquement virtuel. OperaBis est un projet regroupant l'équipe de la bibliothèque francophone du metaverse, l'Opéra de Rennes et la ville de Rennes avec le soutien du Ministère de la culture qui a sélectionné ce projet dans le cadre de l'appel à projet "Services culturels innovants".

Chantier 3D de l'opéra de Rennes


Il s'agit ni plus ni moins que de retransmettre cinq opéras, en direct, dans une réplique de l'opéra de Rennes à la fois dans les univers virtuels second life et Opensim sur Francogrid, ce via un système de réalité mixte déjà utilisé à Rennes en 2008 pour retransmettre le festival de musique des Transmusicales.

D'après le dossier de presse :

En résumé :

L'Opéra de Rennes procédera à la captation en caméra vidéo fixe de la scène lors de la première représentation publique de chaque spectacle, qui sera simultanément partagée en son et en image avec les internautes dans un "Opéra bis" modélisé en trois dimensions. Billetterie virtuelle en ligne (gratuité mais réservation obligatoire), accueil, promotion et animation seront assurés par la bibliothèque Francophone du Métaverse.

Les deux implantations en 3D du projet OperaBis se feront pour l'une dans le monde virtuel Second Life sur l'île Métalab 3D, gérée par l'ARTESI Île de France, et pour l'autre dans le monde virtuel en logiciel libre "open Simulator" sur l'île Opéra de la Bibliothèque Francophone, située sur le continent français développé par l'association "Francogrid" et interopérable avec tous les continents étrangers (OpenLife Grid aux USA, Reaction Grid pour le Royaume-Uni etc) [pour info : "how to travel the hypergrid" sur Hyperica].

Le prochain et premier spectacle à bénéficier de ce système sera RITA OU DEUX HOMMES ET UNE FEMME de Gaetano Donizetti prévue le SAMEDI 6 NOVEMBRE 2010.

Comme l'équipe fait les choses en grand, un site internet, un groupe flickr, un tag twitter #operabis et une fanpage facebook devraient permettre d'échanger et de prolonger l'expérience esthétique et événementielle qui donnera lieu à une étude d'usage en 2011. Le site officiel du projet est le site Operabis.

mercredi 27 octobre 2010

Marketing des biblitohèques

Le marketing des bibliothèques (fiche pratique de l'enssib) est un concept qui fait encore peur, du moins de ce côté de l'Atlantique, même si on trouve plusieurs mémoires traitant de communication dans les travaux de l'école (Le Rôle stratégique de la communication externe en bibliothèque universitaire, les Bibliothèques troisième lieu, Service public et marketing,...) et alors que le dernier congrès de l'IFLA proposait une série de conférences sur le sujet (les diaporamas au moins sont accessibles !). .

C'est moins le cas aux États-Unis où les établissements, pouvant moins compter sur le soutien des tutelles, doivent impérativement mettre davantage en avant les services qu'elles offrent à la communauté. Ainsi récemment Librarian in Black a-t-elle mis en ligne sur son blog un diaporama listant 20 étapes nécessaires pour un bon marketing des bibliothèques :

  1. Être référencé dans les annuaires généralistes
  2. Être référencé dans les annuaires spécialisés
  3. Être référencé dans les moteurs de recherche
  4. Avoir une adresse internet qui identifie l'établissement
  5. Disséminer services et événements sur les sites et agendas locaux
  6. Plus généralement être présent sur ces sites locaux, notamment ceux des partenaires
  7. Apparaître dans Wikipédia
  8. Proposer plug-ins, widgets et applications mobiles pour interroger ses ressources
  9. Référencer ses blogs dans les moteurs de recherche de blogs
  10. Géolocaliser sa bibliothèque !
  11. Ouvrir des comptes sur différents sites de médias sociaux
  12. Ouvrir des comptes sur différents sites de réseaux sociaux
  13. Être référencé dans des annuaires de wifi gratuit
  14. Utiliser la messagerie instantanée
  15. Utiliser les textos pour renseigner les usagers ou leur permettre de nous poser des questions (text-a-librarian)
  16. Participer à des sites d'experts (notamment de questions-réponses)
  17. Proposer des flux RSS
  18. Participer à des univers virtuels
  19. Utiliser Twitter
  20. faciliter l'accès aux ressources audio et vidéo

Ce à quoi on pourrait ajouter : s'offrir des badges !

UPDATE du 28/10 : une autre présentation sur le sujet : Marketing Strategies for Your Library de Susan Geiger, une documentaliste dans un lycée (High School) américain.

- page 1 de 5