Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - web 2.0

Fil des billets

mercredi 6 avril 2011

La "disruption" en bibliothèque

La Disruption est un concept issu du marketing publicitaire fondé sur la notion de rupture, en l'occurence, rupture avec l'image conventionnelle véhiculée par la marque pour la diriger vers une vision espérée (cf. ce pdf proposant des exemples pour les collectivités).

Dans le schéma suivant, volontairement réduit -je vous engage à cliquer sur l'image pour accéder au billet original-, vous sont proposées des sources actives de discontinuité. En l'occurrence, une liste de services externes proposés à nos usagers qui vont venir concurrencer nos propres services et auprès desquels ces derniers peuvent paraître, disons, moins attrayants.

"This image is not meant to be comprehensive, just a proof of concept."

Oui, nos services rencontrent une concurrence forte mais cela ne veut pas dire que nos services sont pour autant condamnés. Bien au contraire, aurais-je envie de préciser. Il s'agit bien plutôt, en effet, d'utiliser, d'intégrer, de digérer cette offre et de ne pas tant la considérer comme un menace que comme un complément ou comme une aide.

La rupture constatée entre notre OPAC et les services web doit être pour nous l'occasion justement d'une rupture de paradigme et d'un changement d'image. L'occasion de disséminer la bibliothèque et de nous renouveler pour aller à l'encontre non pas seulement des usages que de nos usagers.

mercredi 19 janvier 2011

Les bonnes pratiques des applications Web mobiles avec le W3C

Le billet n'est pas de moi mais d'un autre blog intitulé : Services mobiles. Ce dernier, plutôt orienté commerces, propose néanmoins certains billets intéressants sur la percée des services pour et sur mobile dont nos institutions pourraient s'inspirer.

Il s'agit donc de signaler les recommandations du W3C en terme d'applications mobiles, parues mi-décembre 2010 et issues d'un groupe de travail justement sur ces applications pratiques. 

The goal of this document is to aid the development of rich and dynamic mobile Web applications. It collects the most relevant engineering practices, promoting those that enable a better user experience and warning against those that are considered harmful.

Services Mobiles a traduit une partie du document et nous propose donc les recommandations suivantes :

  • Épargnez le réseau : Maîtriser les protocoles réseaux du Web permet de réduire la latence et de chasser le superflu.
  • Libérez les utilisateurs : Les terminaux mobiles sont utilisés des contextes très différents. Pour gagner la confiance des utilisateurs, informez-les et donnez-leur le contrôle.
  • Appliquez les principes du Web : Les terminaux mobiles sont une vitrine du Web. Les grands principes du Web s'appliquent également à la conception d’applications Web mobiles.
  • Soyez flexible : Les environnement d’exécution des applications Web sont hétérogènes et évolutifs. La flexibilité permet de cibler un grand nombre de terminaux à coût réduit.
  • Exploitez les terminaux mobiles : Certaines technologies Web sont plus spécifiquement pertinentes sur les terminaux mobiles.
  • Optimisez les temps de réponse : En matière d'applications mobiles, chaque détail compte et certains points techniques peuvent nettement améliorer l'expérience de l'utilisateur.

vendredi 1 octobre 2010

La fin de Bloglines.

Il est des nouvelles qui rendent triste.

Ainsi, l'agrégateur Bloglines, celui que j'utilise fidèlement depuis bien quatre ans, doit fermer le 1er novembre prochain (la date a récemment été repoussée d'un mois par rapport au 1er octobre initialement prévu). C'est son site même qui nous l'affirme, affichant à l'ouverture de son compte depuis un mois le message suivant :

As you may have heard, we are sorry to share that Bloglines will officially shut down on October 1, 2010.  More detail can be found on the Ask.com blog - http://blog.ask.com.
 We want to make it as easy as possible to transport your feeds to another RSS aggregator, so below are some simple instructions: Instructions
 Additional questions about this process can be directed to bloglines-help@ask.com. Thanks again to all of our loyal users for their support through the years. The Ask.com / Bloglines Team

[rectifié en The Bloglines service will officially close November 1, 2010.]

La marche à suivre explique simplement comment facilement exporter ses dossiers et ses flux au format OPML.

J'avoue, je suis attristé. J'aimais beaucoup Bloglines que j'utilisais régulièrement sans avoir jamais eut de gros problèmes.

Ask.com, qui a racheté l'agrégateur en 2005, juste avant la grosse percée des flux RSS, explique sa décision par la volonté de se recentrer sur d'autres tendances du web dont le web en temps réel :

The real-time information RSS was so astute at delivering (primarily, blog feeds) is now gained through conversations, and consuming this information has become a social experience. As Steve Gillmor pointed out in TechCrunchlast year, being locked in an RSS reader makes less and less sense to people as Twitter and Facebook dominate real-time information flow. Today RSS is the enabling technology - the infrastructure, the delivery system. RSS is a means to an end, not a consumer experience in and of itself. As a result, RSS aggregator usage has slowed significantly, and Bloglines isn't the only service to feel the impact. The writing is on the wall.

C'est moins qui surligne. La circulation de l'information passerait désormais dans un flux en temps réel, par des sites comme Twitter ou les murs d'un réseau social comme Facebook. Pour y répondre, Ask.com souhaite développer un service QR plus apte selon eux à entrer dans le flux. Nous verrons.

Je suis pour ma part relativement sceptique devant cet argument. Certes, l'activité RSS et plus largement celle de blogging s'est ralentie ces derniers temps mais les agrégateurs demeurent des outils incontournables.

D'abord, tous les sites d'information ne sont pas dans le flux. Il y a des informations qui le sont, des collègues qui se mettent plus à twitter qu'à bloguer, mais l'agrégateur avait et garde cette particularité qu'il agrège également des temporalités de conversation différentes. On peut suivre par flux des conversations, des flux d'information, de l'institutionnel comme du privé, des images, vidéos, voire des tweets. Je pense sincèrement que c'est l'argument majeur, la temporalité.

Ce qui est découle est le type d'information qui circule. Difficile de comparer les échanges rapides et pas toujours développé sur du micro-blogging et des billets de blogs argumentés. 140 caractères sur Twitter, c'est peu. Très peu. Parfois trop pour exprimer l'ensemble d'une idée.

Ensuite, l'agrégateur propose des fonctions très intéressantes comme celle, avant tout, de classer ses flux ou celle de sauvegarder et mettre de côté un item. Vous me direz, c'est dorénavant possible aussi sur Twitter qui permet de mettre en favori des tweets ou de créer des listes, ce que je n'ai pas encore fait car je n'en avait pas l'utilité (mais du coup, je vais jeter un oeil à ces fonctionnalités). Mettre en mémoire, faire une recherche au sein de l'agrégateur, voire créer un flux sur des pages fixes était bien pratique sur Bloglines.

Y aurait-il alors une granularité plus importante sur Twitter et facebook qui apporterait plus de fluidité à l'information ? 

Bon, je ne vais pas abandonner maintenant mes flux. Je sais, j'en ai beaucoup trop et je devrais en profiter pour faire du ménage avant le déménagement. Du coup, je crois que je vais me retourner vers le seul autre agrégateur qui vaille le coup (à moins que vous n'ayez des suggestions) : Google Reader.

mardi 23 juin 2009

Quels services en ligne proposer aux chercheurs ?

Diaporama de Perrine Helly, conservateur à la Bibliothèque universitaire de Bretagne Occidentale :

En partant d'une liste de services qu'une bibliothèque spécialisée peut proposer à ses usagers chercheurs ou enseignants-chercheurs, cette présentation tente de faire le tour des outils web 2.0 utiles pour la valorisation de l'information scientifique et technique sur le web.

Après un retour sur le web 2.0 et les bibliothèques 2.0, l'auteur essaie de partir de répondre aux besoins des chercheurs (leur faire gagner du temps et valoriser l'information pertinente) au travers de huit services :

  1. Autonomie et efficacité du chercheur dans sa quête d'information : Améliorer le catalogue
  2. Valorisation de ressources pertinentes sur le web : sélections de ressources
  3. Informer sur le monde mouvant de l'IST : un journal de l'information tenu à jour par les bibliothèques
  4. Votre bibliothécaire veille pour vous : Endosser la casquette du documentaliste
  5. Produire du contenu directement utilisable par le chercheur : vers la bibliothèque productrice de savoir
  6. Aider le chercheur à valoriser son travail sur le web : Identité numérique et publication en ligne
  7. Aider le chercheur nomade à gagner du temps : balado-diffusion et tutti quanti, vers l'u-bibliothèque
  8. Répondre à ses questions et à ses remarques : services de renseignement en ligne

Le diaporama revient ensuite sur ce que l'identité en ligne de la bibliothèque

Si le diaporama ne s'affiche pas, vous pouvez le consulter sur SlideShare.

mardi 16 juin 2009

Le projet AVALON

Comme son nom ne l'indique pas, AVALON est un projet de recherche portant sur l'apprentissage dans les mondes virtuels. Le nom AVALON lui-même est d'ailleurs un acronyme pour : "Access to Virtual and Action Learning live ONline". Le projet est soutenu par la Maison de l'Education, à l'université de Manchester, mais il est financé par la Commission Européenne :

EU funded AVALON is a 2-year project (Jan 09-Dec 10) to explore 3D worlds for language learning funded within the Transversal KA 3 Program

Les membres du projet ont créé un groupe NING afin de pouvoir converser autour et d'échanger ressources et réflexions. C'est d'ailleurs en parcourant ce groupe que je suis tombé sur une page étudiant les cartes heuristiques en 3D.

Apparemment la réflexion est encore neuve sur le sujet. Les utilisateurs peu nombreux. Mais il existe déjà des logiciels et des outils, utilisables dans Second Life notamment, avec lesquels une carte heuristique en 3 dimensions est possible. Voir notamment 3D-Scape limited.

dimanche 7 juin 2009

La carte de l'internet

Vu sur Boing Boing, un projet de cartographie de l'internet. Oh, pas une cartographie réelle mais plutôt un essai de recensement de représentations de l'internet.

L'idée vient de Kevin Kelly qui à la dernière conférence TED (Technology Entertainment Design) a demandé aux participants de son atelier de dessiner l'internet tel qu'ils le voyaient, et de représenter leur maison (home) sur la carte ainsi dessinée. Plus d'une soixantaine de cartes ont ainsi été réalisées et collectées.

Sur celle représentée ci-dessous, vous remarquerez l' "horizon" représenté par Google books.

L'ensemble des dessins du plus sobre au plus élaboré est consultable via un diaporama sur le site Internet Mapping Project.

lundi 9 mars 2009

Meebo aime facebook

Meebo est un petit logiciel de messagerie instantanée bien pratique : en ligne, il vous permet de contourner les restriction que votre informatitien aurait pu placer mais surtout, il vous permet de vous connecter via une seule et unique interface à plusieurs messageries telles que AOL’s AIM, Yahoo Messenger ou Microsoft Messenger, ce qui en soi est bien plus pratique que d'ouvrir un à un ces différents comptes. On peut ajouter des interfaces Meebo sur des sites comme ce qui est fait sur ce même blog pour discuter directement avec les auteurs et les personnes derrière le site (mais je suis rarement connecté à Meebo, honnêtement).

Parmi ces systèmes de messagerie, Meebo vient d'ajouter le chat de Facebook, le célèbre réseau social. Cela ne s'est pas fait sans problèmes mais le résultat semble prometteur pour la petite entreprise de Mountain view, Calif. Du coup, inversement, Meebo fait partie des premiers partenaires officels de la version alpha de Facebook Connect, l'outil d'authentification de facebook. En fait, Meebo avait déjà ajouté Facebook Chat en décembre dernier, mais c'était fait reprendre par Facebook pour qui le passage par son logiciel Facebook Connect est obligatoire (une histoire qui n'est pas sans rappeler le combat de l'INA conter YouTube et Google).

The method for connecting is slightly different than the other networks on Meebo, but it works basically the same way. You can login to Facebook from the front page or, if you have a Meebo account, login with your Meebo username and add Facebook as a network account from inside Meebo.

Bien sûr, cette intégration est importante puisqu'elle devrait permettre d'élargir encore l'influence de Facebook et de disséminer ses outils sur le réseau. A partir de maintenant, les utilisateurs de Meebo pourront discuter avec leurs amis Facebook, sans être connecté au logiciel social, et voir leurs fameux statuts. A terme, peut-être, l'intégration entre les deux outils permettra-t-elle aux utilisateurs de Meebo de voir une partie du profil de leurs amis ou de changer leur propre statut qui sait ?

Se forger des réseaux, des contacts devient de plus en plus prégnant et lié intimement à une utilisation d'internet. Il semble normal aux internautes d'avoir un grand nombre d'amis sur le web et de se créer une sorte de base de ces derniers, afin de pouvoir aisément et rapidement les contacter. Meebo, d'ailleurs ne s'arrête pas là qui vient d'ajouter récemment d'autres connections et propose la possibilité d'ouvrir le chat d'outils comme Flixster ou la communauté de Piczo...

mardi 20 janvier 2009

Maison Blanche 2.0

Change has come to America.



Michelle Blanc nous fait suivre un lien : L'équipe digitale de Barack Obama ne perd pas de temps !

D'après Eric Baillargeon, un blog est apparu sur le site de la maison blanche une minute seulement après le début de la déclaration de serment du nouveau président américain. Sur http://www.whitehouse.gov/blog/, les premiers billets, rédigés par Macon Phillips, the Director of New Media for the White House and one of the people who will be contributing to the blog, évoquent ainsi des changements dans la politique de communication officielle, centrant cette dernière autour des concepts de communication, transparence et de participation, recquérant les commentaires des internautes sur des textes officiels : we will publish all non-emergency legislation to the website for five days, and allow the public to review and comment before the President signs it. Les autres billets reprennent des discours d'Obama, et la proclamation du 20 janvier comme "Jour national de la réconciliation et du renouveau".

Par ailleurs, le site entier de la maison blanche est maintenant sous licence Creative Commons :

Pursuant to federal law, government-produced materials appearing on this site are not copyright protected. The United States Government may receive and hold copyrights transferred to it by assignment, bequest, or otherwise.

Except where otherwise noted, third-party content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License. Visitors to this website agree to grant a non-exclusive, irrevocable, royalty-free license to the rest of the world for their submissions to Whitehouse.gov under the Creative Commons Attribution 3.0 License.


Déjà, avant l'investiture, le bureau du président-élu avait lancé une procédure de consultation des citoyens (également sous licence creative commons, OpenID et application pour Iphone) sur des thèmes tels que l'économie, l'éducation, l'environnement, l'énergie, la politique étrangère, la santé, la sécurité, les services publics, les technologies, les vétérans, en proposant un site appelé Citizen’s Briefing Book.

Thank you for sharing your ideas on the issues facing the new administration. Over 125,000 users submitted over 44,000 ideas and cast over 1.4 million votes. The best rated ideas will be gathered into a Citizen's Briefing Book to be delivered to President Obama after he is sworn in.

Certes. Parmi les questions les plus populaires, on trouve :

  1. Ending Marijuana Prohibition
  2. Commit to becoming the “Greenest” country in the world.
  3. Stop using federal resources to undermine states' medicinal marijuana laws
  4. An end to the government sponsored abstinence education to be replaced by an introduction of age appropriate sex education.
  5. Bullet Trains & Light Rail

Sous la rubrique «votre siège à la table des discussions», le site publie aussi le contenu des conversations entre l'équipe de transition et des associations, permettant aux internautes d'apporter leurs commentaires.


De fait, dans son article Obama ouvre la voie du gouvernement 2.0, Michelle Blanc rappelle que ce "gouvernement 2.0" consisterait en partager de l’information interne, créer puis nourrir une relation avec les entités non gouvernementales et rendre le pouvoir aux citoyens, ce en quoi participe directement l'idée de consultation suscitée.

Je termine avec ce nuage de tags à partir des mots clefs du discours de Barrack Obama lors de son investiture. En cliquant sur l'image, vous serez redirigez vers une étude comparée des discours inauguraux des quatre derniers présidents américains : Obama, Bush, Clinton et Reagan.

vendredi 2 janvier 2009

Bibliothèques de santé 2.0

La Canadian Health Libraries Association (CHLA/ABSC) a publié l'an dernier un document intitulé New Factsheet on Podcasting destiné au bibliothécaires travaillant dans le milieu médical et docteurs. Une liste qui vient compléter celle de la bibliothècaire spécialisée américaine, Michelle Kraft's List of Podcasts and Vodcasts

Toujours dans le domaine des ressources médicales, il peut être intéressant de consulter ce diaporama en anglais sur l'utilisation des outils de partage dans les bibliothèques de santé : Using social software in health libraries propsoé par Dean Giustini et Eugene Barsky, de la University of British Columbia (UBC) Library

Voir enfin le Réseau national des bibliothèques pour la santé au Canada :

mardi 16 décembre 2008

Ikodz

L'autre soir, en rentrant du sport, je suis tombé sur "La carte au trésor", cette émission qui fait courir des candidats dans les régions de France sous prétexte de quelques sous. L'émission s'est modernisée : les indices apparaissaient sous forme d'une sorte d'idéogramme, de code barre carré que les candidats lisent à partir de leur téléphone.

Et voilà que je retrouve ce même symbole quelques jours plus tard, sur un site proposant de recenser sur une même page l'ensemble de vos activités sur le net. Et le site de proclamer :

ikodz répond à la problématique suivante : Comment faire connaître facilement votre vie internet aux autres personnes que vous croisez dans un lieu ?
ikodz recense l'ensemble de votre vie sur internet. Une unique page contenant vos liens vers votre facebook, vos produits en vente sur eBay, votre MySpace, votre yahoo Messenger...
Un code graphique international ainsi qu'un numéro unique vous sont communiqués à la création de votre compte.
A l'aide de leur téléphone portable, les personnes peuvent flasher le code graphique de votre tee-shirt ou de votre carte de visite et ainsi avoir accès à votre vie Internet.

Alors quid ? Il vous est proposé de recenser sur une même page l'ensemble de votre activité sur internet (exemple de Styven Charton): Réseaux sociaux, Sites de partage, messagerie instantanée, univers virtuels, publications, livecasts, micro-publications, sites de rencontre, travail, autres moyens de communication ( téléphone fixe, téléphone mobile, site Web, etc. ), autres sites, soit à peu près l'ensemble des médias sociaux recensés par Fred Cavazza dans son panorama. Ce à quoi vous ajoutez des informations sur vous-même (sexe, âge, situation matrimoniale... et le moyen de vous contacter.

En soi, le principe me laisse franchement dubitatif. Je suppose qu'il pourrait être intéressant pour des entrepreneurs qui ont une forte présence sur internet, donc dans un cadre particulier de promotion en ligne, mais un tel affichage de ses données personnelles n'est pas sans éveiller une certaine dose de méfiance naturelle. Vous me direz, d'une part, l'usager choisit lui-même de remplir les réseaux sociaux auquel il appartient, c'est donc une démarche volontaire, et d'autre part il existe d'autres moyens de découvrir ce genre d'information (Spokeo, Pipl, etc.).

Reprenons l'idée d'un usage raisonné du service : nous aurions donc une même page recensant le blog de la bibliothèque, les pages wiki sur lesquelles elle apparaît, ses comptes FlickR, YouTube, son compte Meebo de référence en ligne, ses espaces MySpace et Facebook, son compte Twitter, sa présence sur Second Life... Et le tout réunit derrière un petit sigle, un code barre tribal que l'on pourra apposer sur les cartes de visite, sur les t-shirts promotionnels offerts aux ados du club lecture, des casquettes, des sacoches... (ces impressions sont payantes apparemment).

Bon, ça reste à voir. Disons que pourrait le faire, mais il faudrait d'abord que les bibliothèques françaises aient une présence numérique plus prégnante déjà.

- page 1 de 3