Vagabondages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - wikis

Fil des billets

vendredi 10 décembre 2010

Wik[ID]

Je parlais la dernière fois du portail de la BDP de la Vienne. En plus du wiki sur la littérature de jeunesse, ce dernier propose également un espace d'échange, "de partage et de création d'idées novatrices et d'expériences originales en direction des (non) publics" ouvert à tous : wiki[ID] 

La page d'accueil annonce d'emblée : Quittons le costume de bibliothécaire et prenons la place d'un citoyen lambda (quoiqu'un peu en souffrance avec les bibliothèques) et adoptons son discours. Suivent plusieurs rubriques censées lister ces fameux obstacles à la venue dans une bibliothèque :

Par exemple, sous la première rubrique "Ah bon, il y a une bibliothèque, je ne savais pas !" évoquant la communication ou le marketing de la bibliothèque, plusieurs idées sont proposées afin de faire connaître son institution : Organiser un accueil des nouveaux habitants, lancer un clip humoristique, proposer une carte d’adhésion gratuite à la bibliothèque comme cadeau lors d'un événement, participer à la Journée des associations, créer une Journée porte ouverte, proposer des ouvertures de nuit, créer un partenariat avec des associations, offrir des sacs en tissus...

Un wiki à parcourir, découvrir et alimenter de vos bonnes idées.

mercredi 8 décembre 2010

Ressources collaboratives en littérature de jeunesse

Il existe plusieurs ressources collaboratives sur la littérature de jeunesse proposées par des collègues et des institutions :

1. Portail Netvibes

A. BDP de la Vienne

Cet été la BDP de la Vienne a mis en ligne son nouveau portail. Au-delà des contenus traditionnels, ce dernier propose deux wikis et des articles autour du livre et de la lecture.

On y trouve notamment un portail Netvibes autour de la littérature de jeunesse qui propose une sélection de sites et blogs consacrés à la littérature jeunesse répartis dans les onglets suivants : "auteurs/illustrateurs", "blogs de bibliothécaires", "blogs de lecteurs", "éditeurs", "libraires", "institutionnels" et "médias". il s'agit là de suivre l'actualité du domaine.

B. Solène Font, Documentaliste du CDDP du Tarn

Solène Font, Documentaliste du CDDP du Tarn propose également un netvibes sur la littérature de jeunesse qui propose plusieurs onglets sous les thématiques : "Les incontournables", "Animation/Pédagogie", "Actualités littéraires", "Actualité de la recherche", "L'illustration jeunesse", "Évènements", "Lectures en réseaux".

C. Sophie Hacquin, "jeune professionnelle du livre" à Rennes

Ce dernier univers consacré à la littérature de jeunesse propose quant à lui les onglets suivants : "Actualités", "Informations et critiques littéraires", "Auteurs, illustrateurs", "Editeurs", "Chercheurs", "Librairies jeunesse", "Salons du livre jeunesse" et "prix littéraire jeunesse".

2.Wiki à la BDP de la Vienne

Le nouveau portail de la BDP de la Vienne ne se contente pas du Netvibes puisqu'il propose également We[kid], un wiki qui recense des critiques de livres et des chemins de lectures (si vous avez aimé, vous aimerez aussi...). L'ensemble de ces commentaires est publié par les bibliothécaires du département de la Vienne participant à un groupe de travail sur l'édition jeunesse constitué en 2003 à l'initiative des bibliothécaires du secteur jeunesse de la BDV. Les productions sont organisées par catégories (albums, BD, contes, documentaires, romans) puis classées par ordre alphabétique de titres.

2. Le Forum

A. de la Petite Bibliothèque Ronde

Depuis cet automne, la Petite Bibliothèque Ronde de Clamart a ouvert quant à elle, un forum de discussion voulant créer un lien entre les acteurs de la culture jeunesse en France et dans le monde. Ce dernier fait suite au colloque sur les "Nouvelles pratiques culturelles des enfants face au numérique" dont il espère prolonger les réflexions et les attentes. 

Pourquoi un forum ?

Nous avons pu constater que les espaces uniquement dédiés aux professionnels de la jeunesse faisaient défaut. Nous souhaitons donc, par le biais de ce forum, combler ce manque et centraliser les problématiques (et les solutions) au même endroit. Le média Internet a également un grand avantage, il fait disparaître les frontières, de Paris à Ouagadougou en passant par Medellín, il devient tout à coup possible d’échanger et de comparer ses expériences.

Le cœur de ce projet et sa réussite résident essentiellement dans la capacité que nous aurons à questionner, débattre, soulever et apporter des réponses.

Pour l'instant, le tout récent outil regroupe une cinquantaine d'inscrits et propose quatre grands fils de discussion : "Formations et conférences", "la médiathèque et son territoire", "la formation des personnels aux outils numériques", "jeux vidéos et bibliothèque" mais il ambitionne d'évoquer plusieurs pistes : numérique, bibliothéconomique et réflexives sur les enjeux et la place des espaces culturels.

B. Le Forum Bibliothèques jeunesse

Ce forum de professionnels vient faire échos à celui, peut-être plus confidentiel mais pas moins actif créé par des collègues (l'administratrice, Isa, travaille à la Médiathèque municipale de Teyran (34)) en manque de ce genre d'outils : biblitohèques jeunesse.

Ce forum propose plusieurs catégories (accueil, section jeunesse, offre et demande d'emploi, autres sujets sur les bibliothèques) dans lesquels se répartissent les fils de discussions traitant des collections, des animations, du multimédia, de la formation etc...

Addendum :

Puisque je parle de bibliothèques jeunesse, je signale également cette revue québecoise apparemment en ligne "Pluie de science", réalisation d'une Société pour la promotion de la science et de la technologie dont le numéro 40 - Hiver 2010 porte sur le dossier "Adolescents et bibliothèques publiques : à la recherche de l’indispensable contact" à travers trois étapes :

samedi 13 juin 2009

Wikipédia papier

La taille de Wikipédia ne cesse de fasciner. Un Wikipédiste avait même tenté de calculer combien de volumes papier seraient nécessaires pour imprimer l'ensemble de l'encyclopédie en ligne.

Récemment, le graphiste Rob Matthews a passé la frontière qui a reproduit en 5 000 pages la rubrique "Wikipedia's featured articles" dans un livre au format papier. Un seul livre pour les 5 000 pages.

5_wikipedia-1

5_wikipedia-2

Description originale

Wikipedia, 5000 pages, fully printed. Reproducing Wikipedia in a dysfunctional physical form helps to question its use as an internet resource. Articles in the book : Wikipedia's featured articles. Credits photos & via Trendsnow

mercredi 6 février 2008

Les bibliothèques ont-elles besoin du web 2.0 ? Des outils au service des usagers

[EDIT du 03/03 : mise à jour des liens]

Depuis trois jours, se déroule à l'enssib un stage de formation continue, coordonné par Elisabeth Noël, sur le thème : "Les bibliothèques ont-elles besoin du web 2.0 ? Des outils au service des usagers". Dans les objectifs du stage, il s'agissait surtout de permettre aux stagiaires de découvrir les principales applications du web 2.0 (blogs, wikis, flux RSS, logiciels de partages de signets...) et les concepts sous-jacents (interactivité, participation, évolutivité, sérendipité, convivialité, effet de réseau etc.) afin de réfléchir à leur usage en bibliothèque, étant entendu qu'il s'agit d'outils et qu'il ne sert à rien de vouloir faire du web 2.0 pour faire du web 2.0.

Les interventions proposaient de manipuler directement les outils en plus des présentations stricto sensu proposées parfois par des personnalités de la biblioblogosphère. J'ajouterais les liens vers les diaporamas au fur et à mesure qu'ils seront disponibles :

  • Une introduction au web 2.0 à usage des bibliothécaires et documentalistes (diaporama)
    Il s’agissait d’un panorama général sur les outils et concepts du web 2.0 accompagné de quelques exemples et réflexions permettant de de se demander quels usages peuvent avoir ces outils dans le domaine des bibliothèques.
    Silvère MERCIER - Responsable de la médiation numérique des collections au sein du Réseau des médiathèques du San Val d'Europe

  • Like a Geemik ! ou comment le web 2.0 a permis de créer un nouveau métier : "animatrice de communauté" (diaporama)
    Présentation de la mutation survenue dans l'offre de la médiathèque de l'ESC de Lille, des concepts du Web 2.0 qui ont inspiré cette mutation et des développements/réalisations que l'équipe des Geemiks est en train de réaliser et ceux à venir. Présentation en détail la mise en place du portail 2.0 et de l'organisation d'équipe derrière.
    Isabelle BRISSET – Information manager au sein du Groupe ESC Lille - Blog Geemik

  • Impliquer les usagers. (diaporama)
    L'utilisation d'outils du web 2.0 au sein des bibliothèques pour faire participer les lecteurs, les impliquer. Intervention qui sera plus pratique que théorique, centrée sur des expériences concrètes menées dans les médiathèques en général et dans celles du pays de Romans en particulier. Pourquoi les avoir mis en place, sont-ils utilisés… ? Problèmes techniques, pratiques rencontrés. Ce qui marche, ce qui ne marche pas, les bonnes et mauvaises surprises.
    Lionel DUJOL – Responsable multimédia à la médiathèque Monnaie de Romans sur Isère - Blog Everitouthèque

  • Usages et applications du web 2.0 en bibliothèques (diaporama)
    Présentation des usages des blogs, wikis, flux RSS, partages de signets en bibliothèques à partir d'exemples de réalisation
    Xavier GALAUP – Directeur adjoint de la médiathèque départementale du Ht-Rhin à Colmar - Blog XG BlogNotes

  • Les univers virtuels : des bibliothécaires sur Second Life ? (diaporama)
    Rapide revue des univers virtuels en général, de Second Life en particulier, et de ce que peuvent y faire les bibliothèques (types de bibliothèques, nombre, activités, services proposés etc.)
    Thomas CHAIMBAULT - enssib - Blog Vagabondages

  • Le web participatif, les enjeux de l'écriture collaborative (diaporama)
    Les wikis par rapport aux différents outils d'écriture collaborative (CMS, blogs, documents partagés). Wikipedia et les autres wikis. Conseils d'utilisation, illustrés d'exemples de wikis de bibliothécaires.
    David LIZIARD – Directeur de la médiathèque du Perreux-sur-Marne

  • Web 2.0 : faut-il prendre le contrôle de l'étoile noire ? (diaporama)
    Le web 2.0 présente un côté obscur présent depuis la création du terme. Il s'agit donc de d'examiner quels peuvent être les risques, notamment ceux  liés à la gestion des traces individuelles, et quelles stratégies d'intelligence personnelle il convient de mettre en place afin d'utiliser au mieux les nouveaux outils comme hypomnemata  du savoir.
    Olivier LE DEUFF – Documentaliste au collège multisite René Goscinny de Ceauce - Blog Guide des Egarés

mardi 4 septembre 2007

Wikipédia et compagnie


La taille de Wikipédia

Un Wikipédien forcené a tenté de calculer combien de volumes papier seraient nécessaires pour imprimer l'ensemble de l'encyclopédie en ligne Wikipédia. Son calcul ne comprend pas les pages de discussions ni les historiques des articles, ce qui réduit déjà fortement la taille de l'encyclopédie. Il ne comprends pas non plus la place exigée pour les images et les tableaux. Pour ce faire, il a réalisé un graphique comparant la taille de l'ensemble des volumes nécessaires réunis sous forme d'étagères et la taille d'un homme adulte.

"Using volumes 25cm high and 5cm thick (some 400 leaves), each page having two columns, each columns having 80 rows, and each row having 50 characters, ≈ 6MB per volume. As English Wikipedia has 4.4GB of text (October 2006) ≈ 750 volumes. Note that this is conservative estimate, as it doesn't include images, tables etc. which take up more surface than the text which describes them."

Le résultat serait donc de quelques 750 volumes.


WikiScanner, les tricheurs démasqués

Au mois de mai, Wikipédia a franchi la barre des sept millions d'articles dans 250 langues. Un succès qui se vérifie dès que l'on demande à un étudiant quelle est sa principale source d'information et ce, malgré les problèmes de vandalisme, d'authenticité ou les scandales qui ponctuellement éclabousse la grande encyclopédie collaborative.

De fait, la modification d'articles à des fins partisanes, propagandistes ou promotionnelles a suivi ce succès et se voit d'autant facilitée que l'anonymat est de mise, nul n'étant besoin de dévoiler sa réelle identité pour éditer un article. Un problème qui a été résolu cet été par un jeune hacker américain, étudiant de son état, et futur diplômé de l' Institut Technologique de Californie: Virgil Griffith. Ce dernier en effet vient de proposer un service en ligne de sa conception utilisable par tous, le WikiScanner ou Wikipedia Scanner.

Il s'agit d'un utilitaire qui scrute les adresses IP associées à près de 35 millions d'entrées Wikipédia éditées depuis 2002 et détermine lesquelles proviennent de réseaux d'entreprises, agences gouvernementales ou autres organismes politiques identifiables. Dès lors, il devient possible de connaître tous les articles pour lesquels la CIA a jugé bon d'apporter sa contribution depuis ses locaux officiels, de démasquer les nombreuses entreprises ayant tenté de biaiser des articles les concernant, les politiciens tentant d'influer sur leur notice biographique, etc...

Un outil très utile donc qui n'a pas échappé aux journaliste de Wired qui ont sauté sur l'occasion pour demander aux internautes d'élire les abus les plus condamnables au cours des dernières années.

Wikiversité, la communauté pédagogique libre

Je termine avec Wikiversité, une communauté pédagogique qui se veut un lieu de partage et d'échange de la connaissance, basé sur la technologie Wiki (et projet de la Wikimedia Foundation). C'est une communauté de création et de partage de connaissances et de techniques d'apprentissage. Wikiversité a été créée afin de regrouper une grande variété de supports pédagogiques pour une grande variété d'utilisations. Ces supports sont conçus, pas uniquement pour l'auto-apprentissage, mais également pour être utilisés en classe, le but étant de fournir un moyen de trouver du contenu facilement, qui peut être imprimé ou sauvegardé.

Selon Brainsfeed, d'où je tire l'information, plus de 2000 notices sont déjà disponibles en français.

lundi 25 juin 2007

Utilisations du web 2.0 dans les bibliothèques


edit : C'est la première fois que j'utilisais la fonction "pièces jointes" de Gandi. En fait, la pièce jointe, et donc la diaporama apparaît en bas, à côté du lien vers les commentaires, sous la mention "une annexe. Pas très visible, je vous l'accorde. Pour y remédier, et comme annoncé, je vous propose en fin de billet, de le visionner grâce à SlideShare.

Aujourd'hui même se déroule une journée d'étude organisée par BibliEst sur le thème du web 2.0 et des bibliothèques. La journée se déroule en deux temps, soit deux tables-rondes :

La matinée est consacrée aux outils du web 2.0 et voit intervenir Frédéric Bidegain (IGE informatique) sur la définition du web 2.0, David Liziard (responsable de Bibliopédia et directeur de bibliothèque) sur les wikis et l'exemple de bibliopédia et moi-même sur "les outils du web 2.0 dans un contexte bibliothéconomique".

L'après-midi se veut plutôt un moment de réflexion qui se voit intitulé "Web 2.0 : nouveaux usages en bibliothèques ?". Parmi les interventions,  nous retrouverons Frédéric Bidegain qui tentera une "non-définition du web 2.0", cette fois mis en regard des contributions de Cécile Elwalid (documentaliste) qui reviendra sur la mutation des métiers et ce qu'est un "bibliothécaire 2.0", Pascal Leray (Bibliothécaire territorial) analysera quant à lui l'impact d'internet sur le rôle du professionnel de l'information, Françoise Prouvoyeur (IUT Paris 5) enfin évoquera les pratiques émergentes liées à l'apparition du web 2.0 et Xavier Polidoro (juriste) terminera la journée par un point de droit face à ces nouveaux moyens de communication.

Une journée bien chargée donc sur laquelle j'aurais peut-être l'occasion de revenir, à moins que David ne le fasse lui-même. En attendant, et d'après l'heure à laquelle ce billet est censé être publié, je dois être en pleine intervention. Pour vous permettre alors de profiter également de cette dernière, je vous propose de télécharger le diaporama que j'ai fait pour l'occasion. J'espère que la fonction "joindre un fichier" de la plateforme Gandi fonctionne correctement mais il ne devrait pas y avoir de raison.

Le diaporama s'intitule "Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0" et se compose de deux grandes parties : une première revient rapidement sur les concepts du web 2.0 et une seconde recense quelques applications en bibliothèque à partir exemples concrets (enrichir les données, valoriser les services, informer des actualités, former les usagers, partager les ressources, participer à un opac 2.0). En fait, honnêtement rien de bien neuf par rapport à ce qui existe déjà et dont je me suis inspiré en partie (diaporamas de Bibliosession (ppt) ou d'Affordance (ppt) entre autres).

N'hésitez pas à critiquer et commenter le document. Il manque un certain nombre d'éléments (notamment sur la contextualisation des bibliothèques sur Amazon ou LibraryThing par exemple) ou celui de statistiques de prêts mais l'intervention n'était censée durer que 20 minutes (et déjà, là, je pense déborder un peu).

mardi 12 juin 2007

Journal of web librarianship


Un nouveau périodique professionnel semble avoir fait son apparition : il s'agit du "Journal of Web Librarianship", la revue du bibliogeek ^^, et est proposé par l'éditeur Haworth Press qui propose déjà de nombreux autres titres professionnels anglo-américains comme "Journal of Library & Information Services in Distance Learning", "Journal of Electronic Resources in Medical Libraries", "Journal of Electronic Resources in Law Libraries", "Journal of Access Services"...

Ce nouveau titre est destiné aux bibliothécaires en charges de produits numériques, de services de bibliothèques numérique et aux chercheurs qui réflechissent sur ces questions :

As the digital world for libraries quickly evolves, librarians need a dependable resource to find the latest and best information on how to fulfill their diverse roles and responsibilities within the virtual world. The Journal of Web Librarianship provides a needed forum for exploring the multidimensional applications of the Web in the library setting in the twenty-first century. This high quality quarterly journal presents peer-reviewed theoretical, research, and practical articles from leading experts related to Web librarianship in its many facets. Topics focus specifically on the issues that relate to the Web, including the integration of the Web into various aspects of library functions, Web page design, search engines, information architecture, and future aspects of Web librarianship. (...)
The Journal of Web Librarianship offers regular columns or sections on:

  • social communities and virtual spaces on the Web
  • web-related library projects in countries beyond the United States
  • reviews on books or other resources that are relevant to Web librarianship
  • periodic publishing of a research agenda for Web librarianship—including a review of the literature and identification of topics sorely needing research attention

Trois numéros sont annoncés sur le site déjà, mais uniquement proposés en prépublication. Cela signifie que tous les articles ne sont pas accessibles.

Dans le Volume: 1 Issue: 1 vous trouverez :

SOCIAL EYES

  • Welcome to Social Eyes /Brian S. Mathews

GLOBAL CONNECTIONS

  • The International Dunhuang Project /Sarah Beasley, Candice Kail

ARTICLES

  • Web Access to Electronic Journals and Databases in ARL Libraries  /Dana M. Caudle, Cecilia M. Schmitz
  • Stop Reinventing the Wheel: Using Wikis for Professional Knowledge Sharing /Anne-Marie Deitering, Rachel Bridgewater
  • A Literature Review of Academic Library Web Page Studies /Barbara Blummer
  • Firefox Search Plugins: Searching Your Library in the Browser /Michael Sauers
  • From Zero to Wiki: Proposing and Implementing a Library Wiki /Jon Haupt
  • Measuring the Success of the Academic Library Website Using Banner Advertisements and Web Conversion Rates: A Case Study /Michael Whang
Dans le Volume: 1 Issue: 2
 

EDITORIAL

  • What's in a Name

 SOCIAL EYES

  • Libraries' Place in Virtual Social Networks /Brian S. Mathews

 GLOBAL CONNECTIONS

  • The National Library of Jamaica's NLJdigital Project /Sarah Beasley, Candice Kail

 ARTICLES

  • Developing Collections of Web-Published Materials /Inga K. Hsieh, Kathleen R. Murray, Cathy Nelson Hartman
  • The Availability of Faculty Publication Databases from Library Web Pages /Barbara A. Blummer
  • Academic Library Websites: Balancing University Guidelines with User Needs /Emmett Lombard, Lesley A. Hite

 COMMUNICATIONS

  • A Global Library in a Local Society-Copenhagen City /Susanne Buus-Pedersen

Dans le Volume: 1 Issue: 3 vous pourrez découvrir :


 SOCIAL EYES

  • A Social Software Showcase: What Libraries are Doing with the Social Web /Brian S. Mathews

 GLOBAL CONNECTIONS

  • A Scottish Suite: Accessing Scotland's Culture and History Online /Sarah Beasley, Candice Kail

ARTICLES

  • Library Webmasters in Medium-Sized Academic Libraries /Jason Kneip
  •  Using Electronic Course Reserves to Promote Information Literacy of First-Year Students in a University Writing Program /Paul Victor, Jana Smith Ronan
  • Testing the Federated Searching Waters: A Usability Study of MetaLib /Marilyn Ochoa, Rae Jesano, John R. Nemmers, Carrie Newsom, Maryellen O'Brien, Paul Victor
  • A Student-Focused Usability Study of the Western Michigan University Libraries Home Page /Michael Whang, Donna M. Ring

 COMMUNICATIONS

  • Supporting Library Research with LibX and Zotero: Two Open-Source Firefox Extensions /Jon Ritterbush

 REVIEWS

  • Professional Readings on Librarianship and the Web
Seuls les articles du premier numéro sont accessibles. Les autres ne doivent pas êter écrits ou en tout cas ne sont pas accessibles en ligne. Néanmoins, pour chacun des articles proposés (dans la rubrique "articles" donc), un réusmé est disponible sur le site de l'éditeur.

jeudi 18 janvier 2007

A propos des bibliothèques institutionnelles

Je ne sais plus qui en avait parlé, mais une enquète a été lancée pour connaître l'utilité des blogs dans les bibliothèques d'enseignement supérieur proposée par une certaine Shelly (ou Michelle) Drumm, des "Houston Community College Libraries" (via The Distant librarian)

We are interested in finding out how college and university libraries are using blogs to communicate with their patrons. If you are in an academic library and have used a blog to reach students or faculty, please fill out this survey. Findings will be used for a publication.

Pour y répondre, il faut se rendre à cette adresse, mais le plus intéressant évidemment sont les réponses déjà apportées que vous pouvez consulter simplement en cliquant "exit the survey" sans entrer aucune donnée. On y apprend ainsi que le but de blogs institutionnels est essentiellement de rendre compte des événements et actualités de l'institution puis à faire connaître la bibliothèque. Il est destiné principalement au public étudiant. La fréquence des billets est plutôt hebdomadaire en moyenne. Le blog en lui-même n'est pas très connu, la bibliothèque n'en fait pas de publicité outre mesure si ce n'est par des liens sur la page du site de la bibliothèque ou tout simplement par le bouche à oreille avec les personnels enseignants plus que les étudiants, même si mention en est faite lors des scéances de formation. Enfin, la plupart des bibliothèques n'ont pas mis en place de compteur de statistiques, ces dernières n'étant pas considérées comme prioritaires ni même nécessaires. Toujours à propos des bibliothèques institutionnelles, Laura Cohen du blog "Library 2.0: An Academic’s Perspective" vient de publier deux billets très intéressants : Academic Libraries, Captive Audiences and Transformation and 2.0 Projects and Scalability. Dans le premier, elle explique qu'à cause de leur situation de monopole sur les campus, les bibliothèques universitaires ne comprennent pas le besoin de s'adapter et d'aller plus vers leurs usagers, qui demeurent quoiqu'il arrive captifs. Il s'agirait là d'un obstacle qui empêcherait les bibliothèques d'adopter les innovations apportées par le 2.0. Elle continue en disant que les bibliothèques se trompent et perdent pied face à l'utilisation massive d'internet. Elle poursuit, inquiète :

Do academic libraries have a captive audience? Yes, but this audience is being drawn away from us and the situation will probably get worse. If things keep on going as they are, in ten years' time we'll still have users, but the disjunction between our information culture and theirs will be vast. We'll have a captive audience, all right, but one that will use us grudgingly, that will not enjoy dealing with our off-putting, complex, rigid information systems that are light years behind the interactive, participatory, open systems that define their information culture.

Il s'agit bien sûr d'une approche américaine mais je me demande jusque quel point cette remarque est transposable dans notre contexte français et je ne suis pas certain que nous serons épargnés par cette dichotomie qui se dessine et qui est déjà critiquée entre notre vieux et lourds OPAC et l'internet participatif que d'aucuns pratiquent quotidiennement. Dans le second billet, Laura Cohen revient sur un article de Kareen Comb paru dans le numéro de Janvier de Information Today : "Building a Library Web Site on the Pillars of Web 2.0.", qui dit-elle fait echo avec ses propres préoccupations (the ideal library 2.0 academic Web site). Alors évidemment, Laura Cohen se voit enchantée d'un tel projet et encore plus de ce qu'elle lit mais elle se pose la question de l'intérêt de développer un projet aussi ambitieux si c'est pour ne pas en faire profiter d'autres.

When individual libraries succeed at launching worthy projects, and the results are not shared, what is gained? Well, that library's constituencies are happy, and we're happy for them. But the benefits don't necessarily accrue to the profession.

Elle espère donc voir fleurir une culture de partage des projets de manière plus pregnante et officielle que ce qui se fait ça et là, que le seul wiki des Library Success.

I hope that libraries overall will consider sharing the guts of their accomplishments. Especially in the open source world, sharing source code, modules, methods, etc. should be feasible. Maybe we could set up a clearinghouse.